Partagez| .

Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Seoran Cen
Seigneur Noir des Sith
Seigneur Noir des Sith
avatar
Messages : 57
Âge réel : 25

Feuille de personnage
Âge: 30
Armes:
Alignement: Obscur
MessageSujet: Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia] Dim 3 Fév - 10:54

Le temple sith était d'un ennui mortel ces temps-ci. Il avait décidé de s'offrir des vacances, loin des animaux, des idiots et des comploteurs de l'ordre. Ça ne pouvait lui faire que du bien. Il avait besoin de se ressourcer, de voir, physiquement cette fois-ci, et de sentir quelque chose de nouveau. Pour cela, il allait suivre ses envies et s'adonner à une activité qui avait toujours été dans son sang. L'exploration, la découverte... ces choses-là avaient été un besoin vital pour lui, depuis toujours. Il demanda à la Force où il pouvait bien aller pour ce faire, et elle le mena sur Kashyyyk. Planète natale des wookies, territoire de la république. Qu'à cela ne tienne. C'est là qu'il était allé.

Seoran posa une main prudente sur la barrière de bois qui le séparait du vide, évaluant sa solidité. Puis il y posa ses avants bras, scrutant la plate-forme qui était directement adjacente à la tienne. Un groupe de wookies remontaient à son niveau, revenant d'une partie de chasse, à en croire le sang qui coulait encore sur leurs lames, et la tête d'un animal inconnu qu'ils transportaient. Ils passèrent. A son tour. Il se redressa vivement et marcha silencieusement, enveloppé dans une sorte de patchwork de différent tissus sombres censé former une robe discrète. Il était assez tard. Il s'avança jusqu'à l'une des larges planches reliée à des cordages. Le tout était supposé former une sorte d'ascenseur dont il ignorait le fonctionnement, bien qu'il soit probablement assez rudimentaire. Aucune forme de technologie ici, tout était primitif. N'ayant nullement l'envie ni la patience d'apprendre à manipuler l'engin, il fit céder le cordage de sécurité et l'ascenseur commença doucement à descendre de lui-même, guidé par le sith. La lente descente lui permit d'admirer les arbres mythiques de la planète. Un Wroshyr pouvait survivre pendant des millénaires, et selon les locaux, étaient sacrés. Sacrés par qui, ou par quoi, il l'ignorait. La seule chose qu'il savait à propos de cet environnement, c'est qu'il était riche. Riche en histoire. En vie. Malgré la sombre réputation des Terres d'Ombres, il pouvait sentir la vigueur colossale de la faune et de la flore. Un monde indompté, qui avait refoulé même les puissants wookies bien plus haut que la surface, là où ils demeuraient hors d'atteinte des dangers au sol. Lui s'y rendait.

Il posa enfin le pied à terre après plusieurs heures de descente. La terre, la vraie terre. Pas le béton des civilisations technologiquement avancée. Par les routes modernes. Le véritable sol, tel que la nature le propose. "Comme à la maison", pensa-t-il. Ce premier pas fut riche en émotions. Une minuscule brise accompagnée de lointains hurlement des bêtes sauvages dont ceux lieux étaient la propriété venaient le mettre en garde. Il n'était pas le bienvenu. Il marcha droit devant lui quelques secondes. Ce lieu était assez étrange, il ressentait la vie autour de lui, comme si les choses qui étaient là, tapies dans l'ombre le percevait mais restaient à distance. Était-ce le cas de tout les visiteurs, ou seulement lui ? Il était déjà sur la planète depuis une bonne semaine. C'était la première fois, cependant qu'il était véritablement venu fouler le sol. Il avait observé quelques villages wookies à bonne distance, et avait assez vite compris que ce qu'il cherchait ne pouvait être qu'ici. Au fin fond de la forêt...

Rapidement, son premier défi se présenta à lui. Alors qu'il ne faisait que marcher depuis quelques minutes, une créature sauvage qu'il n'avait même pas sentie venir dans toute cette faune chaotique, bondit d'une hauteur pour se réceptionner lourdement face à lui. Ses crocs se dessinèrent petit à petit derrière sa gueule dont la peau se rétractait pour laisser place à une mâchoire impressionnante. Son corps lui faisait penser à une sorte de loup géant, en noir, et sans oreilles. Il ne parvenait pas très bien à distinguer la réelle silhouette de l'animal, la lumière se faisait rare. Ce corps tout en puissance musculaire était prêt à le charger dans un accès de rage, pour le déchiqueter d'un coup de mâchoire. La bête faisait bien au moins sa hauteur. Si un combat devait advenir, Seoran n'était pas certain de s'en sortir sans égratignures. Surtout s'il ne devait se servir que de son sabre. Cependant, la confrontation ne l'intéressait pas. Une main prudente se leva devant la bête, et bientôt, elle referma la gueule, sa respiration se fit plus lente et ses pattes vacillèrent. Sa tête se posa doucement au sol et ses paupières se fermèrent finalement. Voilà, la bête dormait, d'un profond mais pas éternel sommeil. Il s'écarta du chemin pour faire quelques pas à travers la végétation. Derrière lui, il sentit que les autres animaux n'osaient plus se rapprocher pour suivre sa progression. Sans doute l'animal qu'il venait de calmer leur faisait tout aussi peur d'eux. Non, ce n'était pas ça. Il était trop loin, et la bête était à nouveau entourée de ses semblables. Il était suivit. Avec une infinie précaution, il tourna d'abord la tête, puis fit suivre le corps. Il aiguisa ses sens pour déceler la présence qui copiait ses déplacement, malgré le tourbillon de vie qui les entourait.


    "Montrez-vous. Je sais que vous êtes là."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia] Dim 3 Fév - 12:40

Il faut croire qu'en ce moment, j'enchaîne mission sur mission. Je suis, au plein sens du terme, débordée. Aussi débordée que mon Maître, Maître Greystone, retenu depuis bien trop longtemps sur une lointaine mission à laquelle je ne puis, hélas et malgré moi, me joindre. Certes, il a ses deux droïds, Ara le 'faux' droïd protocolaire et Prudii, l'astromécano qui, quand nous étions sur Naboo, surveillait sans que je ne le sache mes gestes quand j'étais en dehors du Temple. J'avais commencé à m'habituer à eux, les trop rares fois où ils étaient de retour ou que je pouvais accompagner mon Maître en mission. Mais je n'aime pas le savoir trop loin, trop longtemps et rester sans nouvelles ou presque. Cela me rend nerveuse et inquiète au possible. Du coup, quand je suis 'stationnée' au Temple, je travaille plus durement encore mes compétences de Jedi, tant en escrime que même sur le plan de la Force. J'affinais autant que possibles mes sens de Force, j'étais avide de progression et de connaissance, tout en gardant en tête l'avertissement de mes pairs et celui de Maître Greystone concernant le risque de choir du côté sombre à cause d'un trop grand désir de connaissance, un désir non bridé et donc déraisonnable, amenant au geste déraisonné et finalement tomber dans la déraison... fin que bien entendu, je ne désire aucune ment poursuivre. Je veux tout faire pour devenir une bonne Jedi, tant pour faire honneur aux enseignements reçus du Temple, que pour honorer mon Maître, qu'en honneur de Niru qui avait été transférée ailleurs...que pour moi-même. Et mes idéaux, si chers idéaux que je n'ai toujours pas abandonné...

Là je me trouve présentement en mission. Et pas n'importe où, à mon plus grand ravissement : sur la fameuse planète forestière natale des wookies, Kashyyyk . Nom un peu compliqué à retenir, et encore plus à correctement orthographier, mais bon, au moins il est original ! Nous sommes arrivés quelques heures auparavant, c'est une des premières fois où actuellement j'ai du me servir du "Masamune", mon chasseur interstellaire. D'ordinaire, quand on va à l'extérieur avec Maître Greystone, on prend son vaisseau de transport le "Firebird" ou sinon quand je vais seule ou avec un autre Jedi, on peut emprunter un autre vaisseau de transport. Le "Vent de l'Aube" par lequel je suis plus connue sur Naboo ne peut pas vraiment m'aider question armements et tout, alors quand on voyage sur des routes dont on n'est guère sûrs niveau sécurité, je prends le "Masamune". Heureusement, je ne suis pas seule cette foi-çi : j'accompagne en effet un autre chevalier Jedi dont le padawan est trop jeune pour venir pour cette mission... un peu particulière. Et aussi avec son petit lot de dangers.

Je vous explique. Nous sommes venus sur cette planète pas si éloignée que cela mais assez sauvage aux niveaux inférieurs suite à une demande des locaux, qui disent avoir aperçu un ou des étranges personnages à plusieurs reprises, pas très rassurants. Enfin, nous avions une autre mission avant, remplie, une mission basique d'enquête dont je vous passerais volontiers les détails, puis quelqu'un nous a posé cette requête pendant que nous étions sur place. J'ai comme un petit mauvais pressentiment, mais bon, une fois n'est pas coutume je présume. Puis je suis un petit peu curieuse, c'est vrai : j'ai tant entendu dire - et ne pas dire ! - sur les niveaux inférieurs sombres et dangereux, inconnus de la planète que je dois admettre être intriguée d'en fouler une petite partie. Le Jedi que j'accompagne a hésité un moment, sans doute parce que la seule compagnie dont il dispose c'est une apprentie que les rumeurs au Temple n'aident pas vraiment, mais je lui assure d'une voix calme, posée et déterminée :


- Ne vous inquiétez pas, Maître Dil's. Je ne vous gênerais pas, si vous désirez vérifier ce qu'il en est, et je respecterais, suivrais vos indications.

Il ne faut rien exagérer non plus ! J'ai quand même amélioré ma réputation en améliorant mes compétences depuis que je suis la padawan de Maître Greystone, puisque je veux me mettre au niveau du prestige qu'il détient pour la plupart des sages esprits du Temple Jedi, ou démentir les fausses rumeurs mesquines tournant autour de lui de la part des autres. Il est un excellent Maître et Jedi en général, et à l'instar de Danaé ou de son ancienne padawan devenue Chevalière Jedi, Johanna Direwolf, je veux le leur prouver. Depuis que je prends des cours renforcés d'escrime et de physique avec Maître Yunstar et les autres instructeurs, je suis légèrement moins fragile, nettement plus réactive et un peu plus endurante. Je commence enfin à m'adapter au nouveau sabre-laser qui est le 'mien', enfin emprunté sous la demande de Maître Greystone, il ne me blesse plus les mains et je le manie nettement mieux. Et sur le plan de la Force, j'ai gardé mes gallons de mérite et de compétence avec un entraînement acharné et difficile, ainsi que l'expérience que je commence à accumuler avec les différentes missions que je réalise depuis une bonne année...

Bon, peut-être aurais-je du être moins enthousiaste à l'idée d'explorer les 'bas-fonds' naturels de la planète forestière... ah, attendez ! Vous ne saviez pas ? Kashyyyk a cette particularité d'être une planète presque entièrement recouverte de forêt vierge, très sauvage et très préservée, avec une longue forêt si dense et si grande qu'elle se répartit sur plusieurs niveaux, aussi bizarre que cela puisse sembler être. Je dois rester concentrée. Je suis rassurée du fait que mon accompagnateur Jedi soit quelqu'un d'habitué à ces missions en terres sauvages, et avait quelques pouvoirs de manipulation de Force des bêtes en cas de besoin. Je suis encore trop jeune pour les apprendre... nous marchons d'un pas vif et prudent, jusqu'à tomber devant un ascenseur local dont je me fais une joie d'étudier minutieusement du regard le mécanisme, essayant d'en comprendre les rouages, avant que la voix du Twi-Lek Jedi n'interrompe mon analyse soignée des mécanismes :

" Ce n'est pas la peine, Padawan Séry. Le cordage de sécurité a été rompu, l'ascenseur est bloqué en bas. Il nous faut prendre un autre point d'accès, un peu plus loin... ne perdons pas plus de temps que nécessaire. Venez."

Une chose que j'ai vite compris avec ce Maître, c'était qu'il fallait que j'agisse vite, et éviter de poser trop de questions, tant que nous n'étions pas en zone sécurisée ou tant que cela ne relevait pas de l'extrême urgence. Ainsi, si je reste silencieuse jusqu'au prochain ascenseur naturel, quelques kilomètres plus loin, je ne peux m'empêcher de demander à voix basse, douce et calme, mais curieuse :

- A votre avis, Maître Dil's, qu'est ce qui pourrait tant attirer un intrus vers les niveaux inférieurs ? J'ai pourtant entendu dire qu'ils étaient très dangereux, surtout pour quelqu'un s'aventurant seul... je me disais que c'était curieux.

S'il ne me répond pas tout de suite, je vois nettement que derrière le masque de calme Jedi, il reste très sérieux et préoccupé pour une raison que je ne saisis pas vraiment. Ma question pourtant était vraiment innocente, je ne vois aucun mal à la poser. Et la réponse qu'il finit par me fournir est aussi brève qu'un peu cryptique, à ma grande insatisfaction bien dissimulée :

"Les niveaux inférieurs de cette planète regorge autant d'ombres, de créatures hostiles et dangereuses, que de mystères qu'il vaudrait mieux laisser en paix et ne pas chercher à connaître. Ne traînons pas, rester immobile en ces lieux seraient chercher inutilement à se faire attaquer. Ne vous éloignez pas de moi, compris ?"

Bon d'accord, je suppose que je devrais comprendre par moi-même alors... ou ne pas chercher, temporairement, à comprendre. Mais je ferais une recherche dessus, de retour aux Archives du Temple. Décidément, cela a titillé un peu ma curiosité naturelle, que Maître Greystone me pardonne ! Mais je dois reconnaître que mon accompagnateur Jedi n'a pas menti : la flore est dense, et le clair-obscur qui y réside tant plus vers les ombres que la lumière, tout est lourd et inquiétant. Chaque craquement me fait sursauter, et l'impression de danger que j'ai dans la Force refuse de s'éteindre. Et nous finissons, alors que nous nous rapprochons de la piste prise par le mystérieux individu trouble-fête, par tomber effectivement sur des bêtes locales très hostiles. Enfin, une pour être précise. Je me demande comment a fait l'intrus pour passer, il y a forcément un moyen, non ? Je fais de mon mieux pour aider le Chevalier Jedi, enfin ne pas le déranger. Mais j'avoue que je ne suis pas encore habituée à son style de combat, alors forcément c'est nettement moins fluide qu'avec Maître Greystone. Rapide comme le vent, je n'ai que le temps d'esquiver de justesse les attaques enragées tandis que le Chevalier Jedi essaye naturellement d'attirer l'attention de la créature sur lui, afin d'ensuite tenter de calmer sa colère par la Force. Seulement, je n'avais pas initialement prévu qu'une gigantesque queue que je suppose de plusieurs tonnes viendrait à ma rencontre, et j'ai tout juste le temps de déployer un bouclier de Force devant moi pour atténuer le coup. Mais cela ne l'empêche pas de me propulser sur une bonne quantité de mètres. Le vent siffle à mes oreilles, avant, quelques fourrés me lacèrent légèrement le dos, avant que je n'atterrisse brutalement au sol, sonnée. Mon Bouclier a réussit à limiter les dégâts au possible, j'ai une légère estafilade sur la hanche droite, mais j'en limite la douleur et la panse à l'aide de mon pouvoir de Force de guérison. Sonnée, je me redresse doucement, murmurant tout en gardant par prudence mon sabre-laser désactivé en main :

- Oh là là... quelle force ! Où suis-je...

Paniquée, je me rends alors compte que je me suis retrouvée malgré moi éloignée de l'autre Chevalier Jedi. Je ressens vaguement à présent sa 'présence" dans la Force, plus loin de moi. J'ai du descendre d'un étage, probablement, dans un ravin, et heureusement des fourrés successifs ont du amortir ma chute. Force soit louée... mais je ne suis pas sortie de l'affaire. Prudente et méfiante, je sonde la Force autour de moi, et grimace tout en augmentant mon attention : il y a une présence pas nette du tout non loin. Jamais je n'avais ressenti pareille noirceur... mais je me doute qu'il s'agisse d'un Sith. Je frissonne en silence : par la Force, pourvu que mes doutes ne se confirment pas. Mais je me souviens alors de la raison de notre présence ici, et envoie un message télépathique à l'autre Jedi rapidement pour l'informer de ma situation :

"Maître Dil's ? Je crois que j'ai trouvé l'intrus dont il était question. Je vais bien, juste quelques égratignures, des bosquets ont amorti ma chute. La Force est sombre tout autour... que dois-je faire ? Rester ici ? Vous attendre. Mais nous allons alors perdre sa trace ! Et je ne peux rester immobile, vous l'avez dit vous même ! Ecoutez, je..."

La connexion de Force se coupe soudainement. Cela ne me rassure pas, cela veut dire que les choses ne tournent pas forcément bien de son côté. Que devrais-je faire ? Cela me prendrait trop de temps de le rejoindre, et je ne sais comment remonter d'un niveau forestier. Je n'arrive pas à bien sonder les environs par ma jeunesse et l'obscurité soudaine de la Force. Je n'aime pas cela, décidément... qu'est ce qui est le plus prudent ? Je ne sais comment masquer ma présence de Force, c'est encore hors de ma portée cette compétence. Le propriétaire de l'aura noire a sans doute du déjà me repérer en plus. Que dois-je faire ? Déjà, sortir d'où je suis. Il est devant moi, de quelques mètres. Il a l'air grand, et humain. Et la Force est menaçante autour de lui. Un Sith. Je devrais m'éloigner, mais assurément il m'entendrais si je fuyais maintenant et me démasquerait à la moindre manipulation de Force en dehors de la télépathie. Que faire ? Par prudence, je renforce les boucliers autour de mon esprit, et décide de le filer discrètement. S'il avait voulu me tuer par traîtrise, il l'aurait sans doute déjà fait. Et peut-être pourrais-je connaître sa destination, filer ensuite et en faire le rapport à Maître Dil's. De toute manière, je dois rester en mouvement, et aller en arrière est impossible. Je ne peux aller que de l'avant. Prudemment et à distance. Méticuleusement, je copie ses mouvements et me fais la plus silencieuse qu'il me soit possible. Pour une fois que ma discrétion me sert actuellement ! Les monstres environnants ne semblent pas vouloir m'approcher non plus, sont-ils sensibles à la Force ? Pas le temps de me poser la question... et déjà ces maudites bêtes locales trahissent ma présence !

"Montrez-vous. Je sais que vous êtes là."

... Qu'est ce que je vous disais ? En plus Maître Dil's est loin, et je ne parle pas de Maître Greystone. Que faire ? Le plus sage, c'est de ne pas le provoquer. C'est de gagner du temps, le temps que je ne sois plus seule, je le sais. Tout en veillant à garder auprès de moi la Lumière de la Force Claire pour chasser les Ombres de la Force Sombre. Il me donne un peu le même sentiment que ce que j'avais ressenti à Dantooine, dans mon enfance, je ne sais pas pourquoi. C'est proche, mais tout aussi différent. Je finis par me dévoiler, inspirant légèrement, gardant mon calme Jedi. Prudente et sage, je n'allume pas encore mon sabre-laser, mais le garde en main. Ne pas le provoquer, mais ne pas tenter le diable non plus. Je reste très attentive à la Force, prête à esquiver et défendre chèrement ma vie au besoin. Il doit bien voir que je ne suis qu'une Padawan. Va-t-il en profiter pour m'attaquer, ou décider que je suis loin de son intérêt, me laisser filer ? Je ne saurais le dire. Je l'analyse en silence, guettant ses réactions à travers la Force et même visuellement. Attentive. Prudente. Calme. Je ne sais pas qui il est. Je dois pourtant essayer d'engager la discussion. Gagner du temps, rester calme. Ne pas paniquer. Je ne dis rien, j'attends. Comme toujours. Mes Cinq Règles d'Or : J'Observe, J'Analyse, Je Déduis, Je Conclus, J'Agis en conséquence. Elles m'ont déjà sauvé la vie plusieurs fois, alors pourquoi ne pas garder l'équipe gagnante ? Je suis un peu inquiète certes, et je prie la Force de venir à mon secours et de m'inspirer. Je veux ressortir en vie.

(HJ Si cela ne te va pas, MP moi et j'éditerais ! HJ)


Dernière édition par Lenia Séry le Lun 15 Avr - 5:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seoran Cen
Seigneur Noir des Sith
Seigneur Noir des Sith
avatar
Messages : 57
Âge réel : 25

Feuille de personnage
Âge: 30
Armes:
Alignement: Obscur
MessageSujet: Re: Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia] Lun 4 Fév - 1:10

( HRP Pas de soucis ! C'est très bien, et il en va de même pour mes posts bien sûr. Si y'a un truc à changer, hésites pas à me demander. HRP)

La petite forme se distingua dans les ténèbres. Bien évidemment, c'était un humanoïde, il était donc bel et bien suivit délibérément. Son sabre était déjà dans sa main, toujours dissimulé, enroulé dans son vêtement. Il se mit en garde, cependant. Visiblement, l'individu n'était pas un wookie, assez courageux ou fou pour s'aventurer seul ici. De plus, cette personne maîtrisait la Force, dans une certaine mesure. Maintenant qu'il était capable d'isoler cet être, il put le sonder, bien que d'une façon assez superficielle. Seoran n'avait pas non plus envie de s'épuiser ici, si il s'affaiblissait dans un endroit pareil, cela pourrait lui être fatal. Ces lieux étaient un vaste piège, il devait en garder conscience, même si son attention était attirée sur... le jedi ? Etrange. Non. Peut-être... Mais si il était bien suivit par un défenseur du côté lumineux, alors où était son padawan ? ou son maître ? Son maître plutôt, son lien avec la Force n'était pas aussi développé que ça. Ou alors il ou elle tentait de le cacher. Il resta prudent. Les environs ne lui révélèrent pas d'autre possible jedi en train de les observer. Ou alors, il était extrêmement bien dissimulé. Que d'incertitudes... Ce qui était certain, c'est qu'il n'avait pas affaire à l'un des siens. Cette personne avait une aura plus pure. Innocente. Kashyyk était un territoire de la république après tout, peut-être avait-il affaire au justicier du coin. Même s'il était plutôt improbable que les jedis soient devenus des forces de garnisons. Surtout un non-natif.


    " Que faites-vous sur mes pas ? Je cherche ce qu'il vous est interdit de découvrir. Ces lieux ne sont pas sûrs pour une personne telle que vous, avec si peu de... ressources. Êtes-vous ici seule ? Me suivez-vous délibérément ? "


Peut-être posait-il trop de questions d'un coup. Le bruit éloigna la plupart des animaux qui grouillaient auparavant autour d'eux. Le calme revint et l’atmosphère se durcit encore. Il n'avait pas prévu ce cas de figure. Qu'allait-il faire d'un novice jedi qui le suivait... Le tuer ? Non. Pour quoi faire ? Peut-être était-ce la Force elle-même qui avait fait en sorte qu'ils se rencontrent. Peut-être que ce qui était important avec sa venue sur Kashyyyk n'était pas ce qu'il trouverait au bout de sa course, mais le chemin lui-même. Bien. Que pouvait-il bien apprendre de cette personne dans ce cas ? Si ça se trouve, ce n'était pas lui qu'elle recherchait, mais autre chose. Dans tout les cas, il allait falloir qu'elle parle, parce qu'il ne supporterait pas d'avoir quelqu'un qui le guette très longtemps pendant qu'il s'aventure dans les environs. Il raccrocha son sabre à sa ceinture. Ça n'avait pas l'air d'être un piège finalement. Aucun guerrier caché ne lui avait sauté dessus depuis maintenant une bonne minute. Peut-être bien que cette personne s'était perdue ici. Auquel cas, elle ne survivrait pas longtemps, à moins de rejoindre la surface dans les plus brefs délais. Tout ceci ne menait à rien...
Il fit un lent pas vers l'avant, posant délicatement le pied au sol, comme si un piège allait se déclencher. Sa tête pivota puis son regard se réaligna vers son interlocutrice. Il fit ainsi quelques pas dans sa direction. Jusqu'à n'être séparé que d'une paire de mètres. Il put détailler plus avant le personnage. Ça avait l'air d'être une jeune femme. Une jedi, effectivement. Lui, ressemblait volontairement à un réfugié, drapé dans une robe rapiécée. Seules ses bottes et son visage apparaissaient. Son teint pâle n'étant pas discernable en pleine obscurité, il devait probablement passer pour un humain classique. Si l'on exceptait la noirceur de l'aura qu'il dégageait, bien sûr. Tout à coup, un autre bruit surgit non loin d'eux. Une meute de bêtes qu'il ne pouvait pas voir venait de traverser un buisson qui en fredonnait encore. Tout doucement, les esprits les plus primitifs revenaient vers eux avec une infinie prudence. Seoran n'avait pas envie de se faire attaquer à nouveau. Si la jeune jedi ne se décidait pas à parler rapidement, il l’abandonnerait à son sort.


    " Rester immobile ici est plutôt dangereux, alors parlez, ou je vous laisserai affronter les dangers de cet endroit seule. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia] Lun 4 Fév - 7:20

"Que faites-vous sur mes pas ? Je cherche ce qu'il vous est interdit de découvrir. Ces lieux ne sont pas sûrs pour une personne telle que vous, avec si peu de... ressources. Êtes-vous ici seule ? Me suivez-vous délibérément ? "

Je ne sais pas que penser de lui. Tout ce que je sais, c'est que je me trouve dans une situation incroyablement périlleuse et incroyablement complexe. Contextualisons : suite à une mission comme les autres sur Kashyyyk, planète républicaine native des Wookies, une autre requête nous a été soumise, au Chevalier Jedi que j'accompagne, le Chevalier Twi-lek Dil's, et moi, modeste apprentie de Maître Greystone humaine, Lenia Séry. Nous nous sommes risqués aux niveaux inférieurs de la dense forêt de la planète, obscurs et dangereux, histoire de débusquer un mystérieux individu inconnu qui a l'air d'inquiéter les locaux depuis plusieurs semaines.

Un ascenseur endommagé a confirmé la rumeur, et nous avons patiemment pourchassé l'inconnu, cherchant sa trace. Maître Dil's restant incroyablement secret et sombre quand je lui avais fait part de ma surprise et curiosité sur ce qui pouvait attirer quelqu'un en ces lieux si dangereux. Après, nous avons fait une mauvaise rencontre avec des créatures agressives du coin, j'ai été propulsée et assommée par l'une d'entre elles, suis probablement tombé d'un ravin, épargnée par les buissons amortissant ma chute que la Force a, dans son extrême bienveillance, mis sur mon chemin. Mais mes ennuis n'étaient pas fini, vu la situation...


Je ne sais pas quoi faire. Je n'ai jamais fais face à un Sith jusque là, et encore moins seule, sans l'appui et la protection de mon Maître ou même de tout autre Jedi. Je me demande comment Niru avait fait quand elle avait eu le malheur de tomber sur l'un d'entre eux, juste avant son départ vers une autre branche de la Chevalerie Jedi. Mon regard bleuté reste calme mais perçant, alors que je me tends et recule d'un pas comme il avance. Non de peur, mais juste pour me laisser assez de distance s'il lui venait la sotte idée de m'attaquer en traître. Je n'ai pas confiance en les Chasseurs de Primes, et logiquement encore moins envers les Sith.

Il est si grand en plus ! Je ne ferais sans doute pas le poids contre lui, pas longtemps. Je dois gagner du temps, et il veut que je parle. Mais il me pose effectivement trop de questions à la fois, je n'ai même pas le temps de réfléchir à quels mots utiliser face à quelqu'un supposé du camps ennemi. Que ferait Maître Greystone en pareille situation ? Sans doute le plus sage serait de lui donner le moins d'informations possibles. Rester sur les renseignements de base qui ne mettront pas en péril la vie de celui que j'accompagne. L'élément de surprise reste certainement notre meilleur atout, et il a l'air de penser que je suis seule. Peut-être que pour ma survie et ma sécurité c'est la meilleure arme que je puisse avoir. Je m'apprête à répondre, mais très vite dans son impatience croissante il me coupe :


- Je...

Visiblement j'ai un peu trop tardé à répondre, comme il s'avance un peu plus vers moi, avant de ne se trouver qu'à quelques mètres de ma position. Il a été si rapide que je n'ai même pas eu le temps de reculer, de réagir ! Reléguant avec force mon angoisse croissante et puisant dans le calme Jedi qui m'a été enseigné, je ne baisse pas du regard. Sans être agressive ou arrogante, mais pour affirmer ma position, garder mon calme, et ne pas être traitée comme une chose inférieure à mon rang. Je ne suis pas une novice, je ne le suis plus. Je suis une Padawan, et je l'espère, une Chevalier Jedi en devenir dans un avenir plus ou moins proche. Je dois prendre mes responsabilités, et rester en vie jusque là. Curieusement, la mission désastreuse d'il y a quelques mois, où seules la chance, l'astuce, la réflexion qui sont miennes ont pu me donner assez de force pour nous sortir de la situation délicate dans laquelle nous avions été plongés, la Reine Danaé, le Capitaine Magnus, ses deux Suivantes Xyan et Kaleesy, le pilote et moi-même à cause d'une traîtrise du copilote, à l'âme vendue et corrompue à la cause des chasseurs de primes crapuleux et véreux, ces...

" Rester immobile ici est plutôt dangereux, alors parlez, ou je vous laisserai affronter les dangers de cet endroit seule. "

Non. Il ne faut pas que je cède à la nervosité ou à l'agacement, la frustration. Ces émotions négatives que l'aura obscur de mon mortel interlocuteur semble attiser et essayer de délivrer des brides de mon enseignement Jedi. J'inspire légèrement, gardant ma tête résolument dressée, alors que je trouve enfin la force, le courage de prendre la parole, ma voix calme et douce, mais assurée. Je ne le laisserais pas la satisfaction de sentir mes doutes, non mais oh ! Pour qui me prenez-vous ? Jamais je ne m'abaisserais à montrer ma peur à un Sith ! Sans pour autant mentir, je décide de filtrer mes réponses, ne le connaissant pas assez bien pour prendre trop de risques à un total mensonge ou dire la pleine vérité :

- J'étais en mission, quand des locaux ont exprimé leur inquiétude vis-à-vis d'un individu inconnu d'eux qui erre dans les environs depuis quelques semaines. Une bête locale m'a fait choir d'un ravin et je suis tombée ici, la Force semblant m'avoir mise sur votre route. J'ai senti la présence de quelqu'un, entendu des pas, et ait voulu identifier cette personne. Je ne m'attendais pas à tomber sur vous... ou même en général sur un Sith. Seule.

Je n'ai pas menti, je vous le jure ! Je n'ai fais que dire la stricte vérité... d'un certain point de vue. Tout est question de points de vue, disait un sage Maître Jedi des Temps Anciens que j'admire sincèrement, et répondant au nom d'Obi-Wan Kenobi. C'est vrai que je suis seule... présentement. Le Chevalier que j'accompagne est loin d'ici, et je suis la seule dans les environs. Donc ce n'est pas un mensonge, et même pas une omission... juste une autre manière de considérer les choses, une autre tournure de l'analyse logique de la situation. Je ne me moque pas de lui, jamais je n'oserais ! Seulement, je reste prudente, et garde le contrôle sur mes émotions, convaincue moi-même de ma propre honnêteté. Je ne mens pas. Je n'ai fais que dire la pleine vérité... et ainsi masquer ce qui me dérange du Vrai. Comme cacher un arbre solitaire dans une forêt de conifères épaisse. Ou... n'était-ce pas plutôt cacher l'arbre derrière la forêt ? Ou la forêt derrière l'arbre ? Je ne sais plus ! Et peu importe sur le moment, j'ai plus important dans l'immédiat que de chipoter sur une tournure langagière, un proverbe populaire ! Je ne sais, du genre sauver ma vie peut-être ? J'espère que je ne commets pas d'erreur, Maître Greystone...

- Voilà. Maintenant, puis-je connaître à qui j'ai affaire ? Je penser présumer sans trop de doutes que vous être un Seigneur Sith. Je me demande néanmoins ce qui vous amène en ces lieux dangereux. Pour y être depuis plusieurs jours, je présume que ce que vous cherchez doit être important pour vous. Et bien dissimulé...

Je suis toujours prudente, bien que son attitude me déconcerte quelque peu. Pour moi, je me suis toujours représenté un Sith Lambda comme un boucher armé d'un ou de plusieurs sabres-laser à la lame d'un rouge carmin, d'une lueur incendiaire prêt à faucher la vie de mes pairs ou des vies innocentes. Donc, qu'il ne le fasse pas, induit une petite chose qui le distingue des bas rangs Sith. Du moins, de ce que j'ai pu entendre à leur sujet ou lire dans les Holo-livres. Il ne m'a pas tué à vue, alors que réellement je suis à sa pleine merci, je pense ne tenir que quelques minutes grand maximum dans un duel contre lui. Soit c'est un Sith très futé, soit un Sith haut-gradé... je ne saurais dire si c'est quelque chose de bien ou quelque chose de mal pour moi. Gagner du temps... celui que j'accompagnais est encore hélas trop loin, je ne le perçois même pas... sans doute aussi l'aura obscure des lieux et de mon interlocuteur brouillent mes perceptions et mes capacités... et sans doute aussi mon calme 'de manière relative ' et ma concentration.

- Il est vrai que je suis seule, et une menace mineure envers vous. Je ne cherche pas le combat perdu d'avance, mais sachez que je défendrais chèrement ma vie si vous ne me laissez pas le choix. Vous auriez pu me tuer tout à l'heure, vous ne l'avez pas fait. En outre vous ne m'avez pas encore laissée seule aux multiples dangers de cet endroit, et vous ne semblez pas en avoir la volonté immédiate si j'en crois vos paroles. Puis-je donc connaître vos réelles intentions ?

Mon ton, même s'il reste calme et méfiant, n'est ni arrogant ni insultant. Je sais que cela ne me mènerait à rien, et ce n'est pas dans ma nature de foncer sans réfléchir. Je suis une padawan de nature réflexive et analyste, curieuse, plus stratégique que purement guerrière. Je veux avant tout sortir d'ici en vie. Si je ne suis pas envie, à qui pourrais-je évoquer cette étrange et inquiétante confrontation. Seule, je n'ai aucune chance de survie. Maître Dil's est encore trop loin. Je suis seule contre un Sith, une jeune padawan encore peu expérimentée contre un Seigneur Sith, donc presque littéralement à sa merci.


Je ne compte pas me rendre, mais pas forcer non plus une confrontation perdue d'avance. Quand on n'a pas de muscles et de force, on se sert de sa tête. Priorité numéro un : Sortir d'ici en vie. Priorité numéro deux : connaître ses intentions et la raison de sa présence ici. Priorité numéro trois : laisser du temps à l'autre Jedi pour me retrouver, ou sinon retrouver seule mon chemin vers lui. Je n'ai pas beaucoup d'options, celles que j'ai ne me plaisent pas, mais je n'ai guère de choix, à mon plus grand déplaisir. Et cette fois, je ne paniquerais pas ! Je ne me rendrais pas, mais je ne paniquerais pas. Si la Force m'a conduite ici... ce n'est pas pour me conduire directement à l'échafaud, pas vrai ? Je n'ai survécu aux guerres civiles de Dantooine pour tomber ici, loin de Maître Greystone, sans réussir à compléter mes rêves. Des fois, il faut accepter la défaite quand elle est inévitable, aussi rude et amère cette leçon soit-elle. Accepter la défaite, réfléchir et essayer de planifier une issue de secours sécurisée, calmement...


Dernière édition par Lenia Séry le Lun 15 Avr - 5:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seoran Cen
Seigneur Noir des Sith
Seigneur Noir des Sith
avatar
Messages : 57
Âge réel : 25

Feuille de personnage
Âge: 30
Armes:
Alignement: Obscur
MessageSujet: Re: Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia] Mar 5 Fév - 9:40

Comme il l'avait suspecté, elle était bien ici pour lui. Et seule. Peut-être pas à l'origine, ceci dit. Il ne s'était pas énormément éloigné de l'ascenseur mais il était possible que son groupe ait eu affaire au même genre de problèmes que lui. Avec moins de succès pour les franchir. Quoi qu'il en soit, il avait maintenant une jedi sur le dos, qui voulait connaître son nom, ses intentions et tout ce qu'elle pouvait grappiller. L'envie de s'en débarrasser de suite revient à la charge, mais il ra repoussa à nouveau. Il n'avait aucune envie particulière de se battre ici. Était-ce cette forêt qui lui insinuait cette envie ? Lui suggérait la violence ? Il avait l'impression, lorsqu'il évacuait ses pensées, que les mêmes sentiments lui revenaient à l'esprit. Hâte, frustration, angoisse, agressivité... Étrange sensation. Il n'y céda pas. La jeune jedi faisait des efforts pour se contrôler elle-aussi. Il oubliait qu'elle avait en face d'elle... eh bien... lui. Ça ne devait sans doute pas arranger le tableau. Seoran n'avait aucune envie de lui révéler ses intentions, son nom, ou quoi que ce soit. Il n'avait pas non plus la patience d'inventer un mensonge. Si elle voulait remplir sa maudite mission, elle n'avait qu'à le faire. Elle pourrait peut-être même l'aider, sait-on jamais. Et si il découvrait quelque chose de sensible, il n'aurait qu'à lui faire oublier, d'une façon ou d'une autre. Il improviserait.

    " Je ne vous donnerais pas mon nom. Mes intentions, vous les connaissez déjà car je vous l'ai dit. Je cherche. Si vous voulez savoir quoi, vous pouvez soit me croire sur parole, soit venir vérifier. Je ne compte pas vous tuer, vous capturer ou quoi que ce soit qui me retarde. Mais cela ne veut pas dire que je suis votre ami. Si vous voulez savoir certaines choses, il faut aller voir par vous même. En d'autres termes. Votre seule façon d'être certaine de mener à bien votre mission va être de me suivre. Je ne vous y force pas, cependant. Mais si vous le désirez vraiment, sachez que ce que vous y trouverez ne vous conviendra peut-être pas. A vous ou à ceux qui vont ont donné cette... mission... Une enfant dans les Terres d'Ombres... "


A ces mots, il laissa quelques instants pour laisser l'inconnue se décider puis il se mit lui-même en marche, ne comptant pas s'éterniser. Pendant quelques secondes il marcha seul, des branches mortes et du feuillage craquant sous ses pas. Visiblement, plus aucun animal sauvage ne souhaitait se mesurer à lui pour le moment. La jeune femme derrière lui choisit finalement de le suivre. Il n'était pas certain que ce soit une bonne chose, pour lui comme pour elle. Les histoires de jedi qui tournent "mal" sont légion. Lui-même, peut-être, aurait aimé ne jamais franchir le premier pas. Mais ça n'avait plus d'importance aujourd'hui. Et quelle que soit la chose qu'elle découvrirait avec lui, il y avait le savoir, la connaissance, et la mise en œuvre, qui était une autre chose, après tout. Les jedis conservaient tout un tas de connaissances dangereuses tout en en interdisant l'utilisation à l'intérieur de leur temple. Des vieux holocrons, perdus dans une salle verrouillée et interdite d'accès au temple jedi. Que ce soit là-bas où aux côtés de leurs auteurs... quelle différence ? Peut-être même qu'à long terme, elle rejoindrait leur camp... Cela paraissait un peu fantaisiste sur le moment. Et après tout, à moins de pouvoir retourner sur ses pas, il était peut-être plus intéressant pour elle de voyager avec lui, question sécurité. Qu'elle le suive ou non, il devait se recentrer sur sa recherche. Fermant les yeux, il mit en pratique ses connaissances et sa maîtrise. Ce qu'il cherchait avait forcément été déposé, fabriqué ou puisait son origine d'une personne. En se concentrant un peu plus, et en faisant appel à la Force, il put visualiser des trajectoires, des mouvements. Il devait maintenant isoler ceux d'êtres intelligents de ceux, plus chaotiques, de la faune locale. C'était difficile. Tant de mouvement, si dense... Un peu plus et de subtils courants d'air lui apparurent alors, lui désignant la voie à suivre. Encore un peu plus loin il pouvait encore affiner ses sens. Il pouvait se plonger dedans. Un vertige le pris, son entourage commença à se tordre et il avait l'impression que les arbres venaient se contorsionner pour l'écraser. Il rouvrit les yeux avec hâte, repris son souffle et se tourna vivement pour simuler un état d'alerte. Comme s'il s'était senti attaqué ou menacé. L'autre était sans doute trop jeune encore pour comprendre ce qui venait de lui arriver. Son esprit était assez perturbé. Il avait l'impression d'être un sujet d'étude. Irritant.

    " Vos doutes sont plus bruyants à mon esprit que vos questions me seront pénibles. Alors posez-les. Le plus silencieusement possible cependant, les forces qui s'amusent à me faire obstacle n'ont pas besoin d'être stimulées. "

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia] Mar 5 Fév - 17:58

"Je ne vous donnerais pas mon nom. Mes intentions, vous les connaissez déjà car je vous l'ai dit. Je cherche. Si vous voulez savoir quoi, vous pouvez soit me croire sur parole, soit venir vérifier. Je ne compte pas vous tuer, vous capturer ou quoi que ce soit qui me retarde..."

Donc, il est prudent lui aussi. Et intelligent. Décidément pas l'image des bouchers sans coeur et au cerveau disons... non pas idiot, ni dénué d'intelligence, mais disons perverti au point que cette intelligence soit usée à de mauvaises fins. S'il y a un point que l'on retrouve souvent dans l'histoire, le passé des Jedi Déchus, du peu que j'ai pu en lire, c'est qu'au début... pas tout le temps, certes, mais souvent... elles étaient de b... enfin non. Disons, elles n'étaient pas de si mauvaises personnes.

Prenons pour exemples des 'célébrités' de ces Jedi déchus : celui que l'on a connu sous le terme de Comte Dooku, étroitement lié au conflit qui a chamboulé toute la galaxie. Un Sith certes au service du Seigneur Sith trop connu de cette époque, au double-visage : Palpatine le sénateur de Naboo puis Chancelier de la République, le faux, l'apparat. L'autre face, plus noire et mauvaise : Le Seigneur des Siths, Dark Sidious, devenu bientôt Empereur qui a fait tomber à genoux l'Ordre Jedi, les décimant presque jusqu'à l'extinction, et brisé la République. Et bien le compte Dooku avant était l'un des plus brillants Jedi de l'Ordre, apprenti de Maître Yoda, Maître de Qui-Gon Jinn, lui-même Maître de Obi-Wan Kenobi, et lui-même Maître de... enfin, vous savez qui, stop la leçon d'histoire sinon je ne m'en sortirais jamais ! Enfin, je pense que vous avez compris où je veux en venir...

Donc, simplement, si je résume : trouver quelque chose qui m'est interdit de découvrir en ces lieux périlleux. Donc quelque chose lié à la culture Sith, d'une manière ou d'une autre, ou du moins au côté Obscur... en gros, ce que je dois fuir comme la peste. D'un côté je dois vous admettre que cela me soulage un peu qu'il n'ait pas l'intention de me tuer... dans l'immédiat. Comme quoi la Force ne m'a pas autant abandonnée que je ne pourrais le penser. Je n'aime pas faire confiance à un Sith. A mon avis, c'est parce que je ne suis qu'une jeune padawan et donc inexpérimentée, et donc non une menace qu'il est aussi franc et peu enclin à mettre fin à mes jours. J'ai vraiment l'impression quand même de me retrouver dos au mur, dans une impasse. Ou pire, c'est comme si j'avais à choisir entre traverser Korriban ou me risquer dans la capitale impériale. Sauf que là, c'est suivre un Sith, risquer de me faire tuer plus tard, ou me condamner dans les minutes qui suivent à une mort douloureuse face aux bêtes de la région. Choix cornélien, mais je dois malheureusement faire un choix.


"... Mais cela ne veut pas dire que je suis votre ami. Si vous voulez savoir certaines choses, il faut aller voir par vous même. En d'autres termes. Votre seule façon d'être certaine de mener à bien votre mission va être de me suivre. Je ne vous y force pas, cependant..."

J'ai jamais dis que je voulais le devenir, moi, votre amie, monsieur le Seigneur Sith. Plutôt m'empaler avec mon sabre-laser que d'en être réduite à cet extrême. J'ai un code de l'honneur, et je suis à cheval dessus. Je suis fière d'être partie intégrante de l'Ordre Jedi, je suis fière d'être Padawan, d'être la Padawan d'un Maître que je juge respectable en tous points, je suis fière de défendre le côté clair de la Force. Cela tombe très bien en soit, nous sommes d'accords au moins sur un point : si la... situation impose un certain 'non-lieu' au vu de mon désavantage, je ne compte pas sympathiser avec l'ennemi. Je veux bien croire que j'ai un esprit ouvert, mais il ne faut pas exagérer non plus. Je suis peut-être curieuse, peut-être assez pacifique, mais certainement pas folle ou idiote.

Je déteste le fait de devoir admettre qu'il a... en partie raison. Dès que je peux, je m'en irais, j'ai hâte que Maître Dil's me rejoigne. Juste pour me sortir de ce pétrin en un seul morceau. Je n'ai pas très envie de rester ici réduite à devoir 'accepter'' très temporairement la compagnie d'un ennemi, même si heureusement, et cela n'adviendra jamais de chez jamais de... enfin, vous comprenez. Mais effectivement j'ai une mission à remplir, aussi déplaisante me soit-elle. Je dois savoir pourquoi il est là. Sans connaître le contenu, juste connaître l'objet de sa recherche. Ne pas perdre sa trace, et faire mon rapport ensuite. Que me dirais de faire Maître Greystone s'il était là ? Je sens mes épaules s'affaisser infiniment : je n'en sais rien... et je n'aime pas ne pas savoir quoi faire... et d'ailleurs même ne pas savoir tout simplement, en général ! Du moins ce qu'il m'est permis et ce qu'il m'est raisonnable de connaître... Il ne m'y force pas, certes, mais ce n'est pas comme si j'avais le choix, puisque je n'en ai précisément pas de choix dans cette présente situation pour rester en vie ! Que fait donc le chevalier Jedi m'accompagnant ? Suis-je tombée si loin que cela de lui ? Je ne sais pas... mais ma 'projection' m'a semblé bien longue, donc c'est fortement possible que j'ai parcouru une certaine distance jusqu'ici.


"... Mais si vous le désirez vraiment, sachez que ce que vous y trouverez ne vous conviendra peut-être pas. A vous ou à ceux qui vont ont donné cette... mission... Une enfant dans les Terres d'Ombres... "

Non, pensez-vous ? Il se dégage de ce lieu une impression que je n'aime pas. Je ne saurais la décrire précisément, mais cela ne me plait pas. En fait, rien ne me plait en cet instant, ou presque. Je n'aime pas ces lieux, j'ai beau aimer la Kashyyyk des étages supérieures, j'exècre depuis quelques minutes celle des niveaux inférieures. Elle exhale le danger permanent, la menace de mort, les ombres. Je veux m'en aller d'ici. Cela me rappelle de trop mauvais souvenirs, si obscurs pourtant... je n'aime pas ici. Et devinez quelle est, bien malgré moi et malgré ma volonté, ma meilleure carte de survie et de sortie en attendant ? Mais je garde mon calme Jedi, et essaye de garder aussi solides qu'il m'est possible à mon niveau mes boucliers mentaux de Force mineurs. Pourtant pour mon âge je suis très douée dans la Maîtrise de la Force, mais bon, je ne suis encore qu'une Padawan. Mais je vais finir par penser que la Force adore me mettre à l'épreuve depuis que je commence les missions 'en extérieur'. Bon, j'exagère, je grossis nettement, mais c'est presque comme si elle me poussait dans les Épreuves confrontées par les padawans ayant le potentiel et l'expérience nécessaires pour tenter de devenir Chevaliers Jedi. Un peu comme. Bah, on va dire que j'apprends sur le tas... un peu brusquement, mais quand on est Jedi et qu'on va en mission, il faut savoir s'adapter à toute situation... plus encore quand cette dernière est "singulière" et potentiellement périlleuse.

D'ailleurs, il se trompe un petit peu. Ce n'est pas le Conseil qui nous a donné directement cette mission 'secondaire'. Nous les en avons informés, certes, mais je ne pense pas que Maître Dil's pensait que nous devrions nous enfoncer aussi loin et aussi profondément dans les niveaux de la forêt aux multiples étages et couches de cette planète républicaine. Qui aurait cru qu'une planète alliée renfermerait de si sombres secrets en son sein ? Pas moi, du moins pas avant que je ne me retrouve dans ce bourbier en dépit de mes soins et de ma prudence. Nous avons répondu à une requête postérieure des locaux, pour dissiper leur inquiétude. Rien de plus. Pas pour traquer précisément un Sith. Et dire que je suis réduite au 'silence radio' pour le moment, jusqu'à ce que je puisse prendre la poudre d'escampette une fois mon devoir de renseignement terminé. Mais par prudence, je me rappelle en boucle les sages conseils et mises en garde de Maître Greystone vis-à-vis de ma curiosité que je dois brider. Sachez que je ne dis vraiment, mais alors vraiment pas 'merci' à la créature de tout à l'heure. C'est elle qui a rendu la situation si compliquée pour moi !


Nous nous remettons en route, alors que résolument je m'enferme dans le silence prudent, mais je me trouve obligée de le suivre. Je garde néanmoins une distance 'de sécurité' raisonnable - ni trop loin ni trop près - entre lui et moi. Je suis légèrement en retrait, pas dans son ombre mais je le garde à l'oeil, tant physique que métaphysique, spirituel. Je n'ai nullement confiance en lui pour rester à sa portée, mais je suis en danger si je suis attaquée par les créatures locales si je suis trop loin. Donc, je prends le meilleur entre-deux prudent que je puisse trouver actuellement. Bon, le point qui me réconforte un peu, c'est que je crois sentir que le Chevalier Jedi, s'il est encore loin, semble avoir retrouvé ma trace, et se rapproche très infiniment de ma position. Je n'insiste pas néanmoins, reléguant cette remarque la seconde qui suit dans mon inconscient pour me protéger. Je ne me sens pas 'immédiatement' en danger, mais je ne me sens clairement pas en sécurité. J'ai assez de bon sens pour éviter d'avoir trop confiance en autrui et trop confiance en moi-même. Des fois, ma capacité à douter de tout, me remettre en doute et questionner toujours les intentions des 'adultes' me permet de rester en vie et le plus souvent en à peu près un seul morceau. Du moins, je respire et je reste encore debout.

" Vos doutes sont plus bruyants à mon esprit que vos questions me seront pénibles. Alors posez-les. Le plus silencieusement possible cependant, les forces qui s'amusent à me faire obstacle n'ont pas besoin d'être stimulées. "

... Ah ? J'ai le droit de parler maintenant ? Quel honneur. D'ordinaire je suis très gentille et obligeante, mais il ne va pas pouvoir me demander du jour au lendemain, enfin de l'instant présent à la seconde qui suit, de mettre en veilleuse ma capacité naturelle de doute. Je n'ai pas confiance en lui, je n'ai pas confiance dans les adultes en général, sauf rares exceptions et camarades de l'Ordre Jedi. Dantooine là-dessus, du peu dont je me souvienne, la vie à l'orphelinat, m'ont braquée dans cette attitude, et seul le Temps, la confiance en quelqu'un qui se construit et la prise de confiance en moi sauront... potentiellement et probablement, possiblement, y remédier. Avec du Temps. Et comme dans ce genre de situation, je me contente d'une question brève, d'une voix posée, calme, et assez distante, méfiante :

- Je me demandais juste comment se peut-il que l'Ordre Jedi n'ait pas détecté plus tôt la présence de ce que vous, peu importe ce que c'est, cherchez sur cette planète alliée. Est-ce du à un tour du Côté Obscur ?

Parce ce ressenti me fait revenir à l'esprit le genre des souvenirs dont je n'AIME PAS me rappeler. Confus, et avec cette sombre impression. Et toujours ce Alviss, plus jeune, plus rieur bien qu'un peu sombre, imprudent, téméraire, trop sûr de lui. En fait, le genre de souvenirs que je n'ai pas en entier dans ma mémoire, et que pour l'heure je ne suis pas pressée de me souvenir. Ce souvenir confus, fragmenté, qui hante une deuxième grande moitié de mes cauchemars les plus noirs sur Dantooine. Je ne sais même pas si j'ai envie de savoir. S'il est prudent que j'avance. Et si... non, j'ai confiance en la Force Lumineuse. Je n'ai aucun intérêt qui me porterait à la tentation. Je connais les dangers de la curiosité, je saurais la... enfin, me contrôler. Me discipliner toute seule.

Je n'ai pas très envie de rester ici plus longtemps que 'nécessaire'. Je ne saurais vous dire pourquoi, si c'est une intuition de ma part, un instinct de Jedi ou encore un nébuleux avertissement de la Force du côté clair, mais je sais que je dois éviter ce genre de lieux autant que possible. Et que, si je n'ai pas le choix, je dois éviter autant que possible de m'y attarder. Je dois les fuir comme je le peux... sinon, c'est comme se risquer à traverser un champ de mines ennemies. Et les forces sombres que je sens déjà, grondant autour des murailles que je bâtis comme je le peux autour de mon esprit, me déconcentrent quelque peu. Si je reste calme, au contrôle de moi-même, rationnelle, logique, je peux m'en sortir. Même si je sens que j'aurais très envie d'en parler avec Maître Greystone, ou avec un Maître de confiance en son absence, parce que l'expérience, je le sais déjà, risque de me déranger un moment.

Qu'on en finisse vite avec cette cruelle mascarade. Je ne peux pas le retenir, je ne peux que le suivre. Je peux encore m'arrêter. Mais alors je ne remplirais pas ma mission. Je ne devrais pas avancer, certes, ce n'est pas prudent. Mais je n'ai pas le droit de m'arrêter. Maître Dil's se rapproche. Encore quelques minutes. Mais je n'arrive pas à avoir un échange télépathique avec lui, les ombres troublent mes facultés, à mon grand agace... ah non. Je vais rester calme. Pas le bon moment pour craquer. Au contraire, je dois prouver que je suis à la hauteur de ma réputation de maîtresse du "Calme Jedi", du sang-froid, du calme intérieur et de l'équilibre serein sur le plan de la Force dans ma génération d'élèves Jedi. Je ne dis rien de plus, concentrée sur la protection de mon esprit, et prête à le suivre. Tant que Maître Dil's ne sera pas là, je le suivrais comme son ombre. En plus, le premier gagne du terrain, comme le Sith semble perdre un peu de temps à chercher ce qu'il cherche. En général, je ne me trompe pas dans mes décisions. Je commets assez rarement des erreurs, avec ma prudence naturelle. Je n'aime pas cette situation. J'espère ne pas me tromper sur ses intentions jusque là, et sortir de cet endroit avec mon information en tête au plus vite. Je suis Jedi de coeur, d'âme et d'esprit, alors forcément ce genre de lieux me déplaît fortement. Rester concentrée... sans jamais montrer ma concentration sur mon visage, neutre et tranquille, calme.

(HJ Idem, MP si besoin édition. Wink HJ)


Dernière édition par Lenia Séry le Lun 15 Avr - 5:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seoran Cen
Seigneur Noir des Sith
Seigneur Noir des Sith
avatar
Messages : 57
Âge réel : 25

Feuille de personnage
Âge: 30
Armes:
Alignement: Obscur
MessageSujet: Re: Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia] Mer 6 Fév - 10:50

(HRP pas de soucis jusqu'à maintenant Very Happy HRP)

Ils marchèrent ainsi sur une bonne distance déjà. Il n'était plus certain du chemin qu'il faudrait prendre pour revenir sur ses pas. Sans savoir d'où il l'avait entendu, il se souvenait d'un dicton : Se perdre pour trouver ce qui était perdu. Poétique, mais ridicule. Ce n'était pas en errant au hasard qu'il allait trouver. Il lui fallait un guide. Une personne qui savait, une carte ou bien, tout simplement, la Force qui l'avait appelé ici. Malgré le fait d'avoir conservé le cap depuis le début, il commençait à avoir l'impression de n'arriver nulle part. Fallait dire, aussi, dans le noir, c'était moins évident d'obtenir des repères visuels. Cette forêt lui jouait peut-être des tours. Après tout, il n'était pas dans "n'importe quelle" forêt... Cela devait avoir un lien avec lui, ou l'objet de sa présence.Il continua donc ainsi apercevant non loin de lui un groupe d'animaux sauvages qui semblaient attendre les uns à côté des autres. Peut-être dormaient-ils... Encore un détail inintéressant sur lequel il ne devrait pas perdre son temps à s'interroger. Il ressentait un léger mais douloureux étirement dans le bras. Peut-être était un superficiel contrecoup de lorsqu'il avait du endormir l'espèce de loup colossal qui lui avait barré la route. Hors de question de prendre un anti-douleur de sa réserve juste pour ça. Ça allait passer. Il s'arrêta un instant pour réfléchir, sa main passa sur ses lèvres et son menton. La jedi posa finalement sa question. Il la sentait prudente, concentrée et déterminée, mais il était des choses, parfois simplement des lieux qui pouvaient pousser à l'irrationnel même le plus expert des sages. Par conséquent, lui aussi. Il venait de trouver une utilité à la jedi, si elle devenait folle, alors il pourrait considérer qu'il est trop dangereux de s'aventurer plus avant, et ferait alors demi-tour.

    " Votre question est intéressant. Vous semblez croire que l'Ordre ne connait pas ce que je cherche... peut-être êtes-vous ici parce que l'Ordre Jedi veut vérifier que je ne trouve pas ce qu'il y a, et non pas pour savoir ce que j'y trouverais. Les Jedis conservent souvent des connaissances qu'ils n'utilisent pas, vous devez bien le savoir. Alors qui vous dit que l'un de vos maîtres n'a pas déjà vu ce que je tente d'apercevoir ?
    Et si ce n'est pas le cas, il est aussi possible que les vôtres ne soient pas particulièrement attirés par ce genre d'endroits. Vous ne possédez pas cette envie, ou ce besoin qui nous pousse beaucoup plus loin que vous dans les profondeurs de la Force. Nombre d'entre vous n'ont pu résister à ce genre d'appel par le passé. Peut-être pas encore celui des lieux les plus noirs de Kashyyyk.
    Selon certains, tout à toujours à voir avec la Force. En considérant ce point de vue, peut-être devriez-vous vous interroger sur les raisons qui l'on faite vous amener ici. Qui sait..."


Comme souvent, une réponse amenait d'autres questions. En ce sens, il n'avait pas forcément aidé la jeune jedi à comprendre la signification de tout ceci. Peu importe, lui la cherchait aussi. Peut-être que c'est elle qui finirait par lui fournir, sans le savoir, même posée sous forme de question. Seoran n'était pas très friand de théories et de proverbes. Il préférait la pratique, le concret, les questions qui ont un sens, même si celui-ci paraît très spirituel. Dans son état actuel, il avait besoin de tout ce qu'il pouvait récupérer, du moment que ça avait une forme d'importance. C'était pour ça qu'il était parti du temple. Les siens n'avaient visiblement plus rien à lui apporter, il était donc parti en exploration, cherchant les connaissances oubliées dans des lieux reculés, susceptibles de les lui fournir. Le fait qu'il se retrouve en compagnie d'une jedi était également un fait étrange, mais ne pouvant y donner un sens, il laissa la question de côté pour le moment. Elle semblait plus sûre et calme qu'il n'aurait suspecté une personne comme elle ne puisse l'être dans ce genre de situation. Peut-être avait-elle certaines capacités, ou avait-elle certaines raisons de moins paniquer, ou bien, elle ne saisissait pas pleine la situation. Quoi qu'il en soit, la tension allait encore monter d'un cran, il sentait une menace sur eux, autour d'eux. Il n'eut pas le temps de s'emparer de son arme, que deux humanoïdes, probablement des espèces de singes de taille humaine sautèrent dans sa direction. Il réfléchit vite et repoussa l'un d'eux sur le côté, se décalant lui même suffisamment pour ne pas se faire écraser par l'autre. Une rapide roulade sur le côté et un coup partait déjà dans sa direction. Il utilisa la force pour immobiliser le bras du singe qui menaçait quelques instant plus tôt de lui arriver au visage. Il le brisa par la seule force de sa volonté, arrachant un cri de douleur à l'animal bipède. Il y avait également du bruit derrière, visiblement, il n'avait pas été la seule cible. Il repoussa d'une vague de force un troisième assaillant qui était venu soutenir le petit groupe et il dégaina son sabre laser, illuminant ses alentours et son visage. Derrière lui, la jedi avait également son arme allumée, et semblait déjà s'être débarrassée des agresseurs. Elle ne semblait pas blessée... tant mieux. Il l'aurait laissée sinon, et ça aurait été un beau gâchis après tant de réflexion à son sujet. Les bêtes encore vivantes retournèrent prudemment sur leurs pas, comme repoussée par la lumière. De l'avis de Seoran, c'était plutôt la raclée qu'il venait de prendre qui les incitait à fuir, néanmoins, il continua à avancer un peu plus lentement, tenant son sabre comme une torche. Il avait quelques cellules énergétiques de rechange, de toute façon. Dans l'improbable cas où celles activés seraient épuisées. Il se rapprochait encore un peu plus, il pouvait le sentir. L'origine de son appel se rapprochait. Il en entendit même un autre, comme un écho de la dernière fois. Une sensation fraiche, fuyante, qui le prenait aux os et semblait s'orienter dans un sens, avant de se détacher et de disparaître. Il y avait aussi une présence, non loin. Il ne parvenait pas vraiment à distinguer où pour le moment. Quelqu'un l'attendait ? Ou le suivait encore ? Tout était trop confus pour le moment, mais il ne tarderait pas à le découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia] Jeu 7 Fév - 20:36

Finalement, je crois que je vais commencer à faire quelque chose que d'ordinaire je ne ferais jamais, et sans n'ai jamais, ou si peu, fait depuis que j'ai commencé mes études Jedi, depuis même que j'ai des souvenirs encore intacts, à mes trois ans d'âge et d'existence : revenir sur des paroles auparavant prononcées. Pourquoi une décision aussi surprenante et aussi drastique ? Tout simplement parce que cette partie des bois de la planète forestière de la bordure médiane commencent à me donner des frissons jusqu'à la moelle de mes os. Or je me rappelle très clairement avoir confié à la Reine de Naboo, enfin mon amie Danaé, lors de cette mémorable et périlleuse mission d'escorte nous menant à l'autre bout perdu de l'univers lors d'un voyage 'supposé' sans dangers, ces mots suivants : comme quoi je serais curieuse et ravie d'aller sur Kashyyyk un jour. Et bien, maintenant que j'y suis, je ne demande qu'à en repartir. Enfin, non, pas entièrement. Mais des niveaux inférieurs de la forêt, oh que oui ! Maître Dil's, que faites-vous donc ? Je ne vous perçois plus très bien... c'est à peine si j'entend mon lien de Force avec mon Maître, le Maître Jedi Aldrian Greystone, comme un simple et timide écho de lumière étouffé par des ombres grandissantes. Je n'aime pas être laissée à moi-même sur des sols aussi risqués. Je n'ai jamais demandé à me retrouver dans cette situation, moi ! Le Hasard est franchement plus qu'injuste envers moi, à me mettre dans de tels ennuis... !

" Votre question est intéressante. Vous semblez croire que l'Ordre ne connait pas ce que je cherche... peut-être êtes-vous ici parce que l'Ordre Jedi veut vérifier que je ne trouve pas ce qu'il y a, et non pas pour savoir ce que j'y trouverais. Les Jedis conservent souvent des connaissances qu'ils n'utilisent pas, vous devez bien le savoir. Alors qui vous dit que l'un de vos maîtres n'a pas déjà vu ce que je tente d'apercevoir ?"

Comment cela ma curiosité finirait par me jouer de vilains tours ? Je ne m'attendais pas à me retrouver avec une réponse aussi, si ce n'est plus encore même, compliquée de la question initiale ! Se jouerait-il de moi ? Essayerait-il de m'embrouiller ? Pourtant il ne s'est pas fâché, ce que son ton précédent aurait pu présupposer. Et je ne perçois - bien que je sache que le point de vue est toujours relatif, subjectif, donc toujours potentiellement à questionner, à mettre en doute et à critiquer - aucun mensonge émaner de lui de ce qu'il me reste de mon don d'Empathie de Force pourtant fort et étouffé en ces lieux. Peut-être n'aurais-je pas du poser cette question finalement, et attendre notre retour au Temple pour me risquer à la poser à Maître Greystone quand il serait revenu... mais en même temps, l'attitude sombre et secrète de mon accompagnateur n'a rien fait pour étouffer ma curiosité naturelle, à ne même pas essayer de me répondre à moitié, mais en détournant habilement ma question, en louvoyant en me faisant concentrer sur notre recherche...

Mais sa réponse, sans que pour autant ma loyauté sans faille au côté lumineux de la Force et à l'Ordre Jedi ne faillisse, m'intrigue quelque peu. D'un côté, j'en suis parfaitement consciente : à quoi bon sinon répartir les Archives du Temple Jedi en différentes zones aux accès plus ou moins restreints ? L'Aire des Initiés, l'Aire des Padawans, L'Aire des Chevaliers-Jedi, L'Aire des Maîtres-Jedi et enfin une dernière Aire un peu particulière pour les document jugés comme les plus précieux ou les plus dangereux, dont l'accès est limité à de très rares personnes que l'on juge capables, assez sages et prudents pour ne pas perdre l'esprit. Ou même pour y enfermer des holocrons Sith et les y protéger contre ces derniers. Je me demande si les Sith font de même avec les holocrons Jedi... ou une fois ces derniers consultés, les détruisent-ils ? Les conservent-ils ? Les délaissent-ils ? Tant de questions, que bien entendu, fidèle à moi-même... je ne poserais pas.

J'espère un jour avoir l'occasion de consulter certains holocrons Jedi que je ne peux pour l'heure atteindre en tant que Padawan. Rien ne m'a rendu plus heureuse, quand j'y pense, que le fameux jour où Maître Greystone m'a prise comme Padawan. Déjà que cette nouvelle m'avait réchauffée le coeur et le moral, la motivation et l'espoir, après avoir passé la délicate étape d'abandon de mon ancien sabre-laser incurvé, il m'avait laissé l'honneur d'avoir le droit de contempler des très anciens artéfacts tout juste ramenés lors d'une précédente mission avec une autre Maître-Jedi. Dont un holocron Jedi, auquel j'ai eu l'honneur et le droit de poser une question sur un sujet me passionnant sincèrement : la mystérieuse Exilée ayant foulé et chamboulé la vie et le quotidien des habitants de ma planète natale, Dantooine. Qui avait été liée aussi, en un sens, aux mystérieuses et dangereuses ruines de l'Enclave Jedi. Lieu qui me terrifie autant qu'il me fascine. Je me demande combien de trésors de savoir ont pu réchapper aux fouilles que l'Enclave a souffert, tapis quelque part dans les étages inférieurs, sombres, humides, froids, fragiles, morts, périlleux... brrr... juste au souvenir... attendez, j'ai bien dit 'souvenir' là ?


Quoi qu'il en soit, la dérangeante réponse me déconcentre, et donc je la repousse dans un coin de mon esprit pour réfléchir dessus dans une prochaine méditation, ou en parler dès le retour de Maître Greystone au Temple. Ou en parler à quelqu'un du Conseil, ou un autre Maître, mais... je n'ose pas trop. Ils m'intimident encore un peu, et que vont-ils penser de moi ? Ils pourraient mal comprendre ce qui me pose réellement problème dans cette question. Mettre sans raison ma loyauté en question, alors qu'elle est ferme et inébranlable. Ce lieu renforce mes doutes... il est si sombre... cela me rappelle l'Enclave... pas un bon souvenir du peu qu'il m'en revienne de mon amnésie... aussi silencieuse que la bise délicate et légère du printemps, je garde ma distance entre lui et moi, surveillant mes alentours avec une nervosité grandissante tout en pensant à la fin de son énigmatique et problématique réponse à mon épineuse question sans réponse concrète :

"... Et si ce n'est pas le cas, il est aussi possible que les vôtres ne soient pas particulièrement attirés par ce genre d'endroits. Vous ne possédez pas cette envie, ou ce besoin qui nous pousse beaucoup plus loin que vous dans les profondeurs de la Force. Nombre d'entre vous n'ont pu résister à ce genre d'appel par le passé. Peut-être pas encore celui des lieux les plus noirs de Kashyyyk."

Je penche plutôt pour cette possibilité là. Même si je sais qu'il y a des secrets qu'il vaudrait mieux ne jamais ramener au jour. Même si je me doute que, dans tous les récits que j'ai pu ouïr et lire dans mes longues études passionnées aux Archives en tant que "petit rat des Archives", je sais que des passages ont été tronqués, modifiés, pour mieux convenir à des Initiés ou des Padawans même. Pour certains, ceux concernant Dantooine en particulier, il me suffit juste de confronter les récits et histoires que j'ai entendu à l'orphelinat... et je suppose chez moi, peu importe où était chez moi sur la planète. Peu importe qui étaient mes parents, ou mon frère... je n'ai pas souvenir qu'il m'ait raconté grand chose sur ce point. Bref. Et tout ce que j'ai lu et entendu au Temple et aux Archives.

Il y a, je suppose, certaines choses que je sais, ou que j'ai entendu lors de mon enfance de Dantooine, que je ne devrais pas savoir, même si elles sont plus ou moins déformées. Je suis persuadée que chaque légende, chaque histoire, chaque récit transmis de génération en génération par la magie de l'oralité et de la mémoire collective, auditive, détient un petit fond de vérité tapi sous des couches, des masses et des tonnes de fantaisies et de fictions. Cela me passionne précisément, chercher le petit fond de vérité sous la fiction, sans dénier cette dernière pour autant. Je suis toujours avide de connaissances, car je considère souvent que le savoir, à juste modération et entre de bonnes mains, est une arme complémentaire, si ce n'est parfois plus terrible encore qu'un sabre-laser. Se connaître soi-même, connaître les codes et les moeurs de mon Ordre, connaître le Passé Collectif, connaître les savoirs du passé, les fautes comme les exploits, connaître un peu l'ennemi, voire connaître en général. J'absorbe la connaissance en quantité et à vitesse folle dès que mon intérêt est attisé. Je suppose que cela est sans doute, inconsciemment, pour pallier au vide intersidéral et béant de ma mémoire sur mon passé. A défaut de pouvoir me connaître moi-même, je veux connaître autrui et ce monde qui m'entoure...


Mais je sais m'arrêter un temps. Du moins je le suppose... je pourrais le certifier à 100 % quand Maître Greystone est là pour me conseiller, m'instruire et me guider, mais je réduirais cette probabilité à 99.99% quand je suis toute seule. Heureusement, la part 'Jedi' rationnelle et sage en moi arrive toujours à brider la trop curieuse part 'Jeune Femme' plus sensible et avide de savoir qui partage une part de mon esprit complexe, subtil et avide de logique, d'organisation. Mon visage, encore sous le Calme Jedi, devient néanmoins légèrement plus sévère, et mon regard bleuté plus déterminé encore dans mes convictions. Je ne changerais en rien mon allégeance au Code Jedi et à l'Ordre Jedi en général. Je sais que c'est vers là que aspirent mon âme, mon coeur et mon esprit. J'ai toujours été convaincue, et je le suis encore, que même si je tombais du Côté Obscur - chose déjà totalement illogique et invraisemblable dès le départ - je ferais une très mauvaise Sith, nul ne voudrait de moi, pire encore que chez les Jedi quand j'étais Initiée. Et tant bien même supposons que je devienne... enfin, disciple, je ne survivrais pas longtemps. Ma constitution est trop frêle et fragile, je ne suis pas assez douée en escrime comparé à d'autres de mes pairs, je n'ai pas l'esprit guerrier et mes sens conjugués de morale et de justice me l'interdisent. Et surtout, je le répète encore, je reste Jedi d'âme, de coeur et d'esprit. Point.

"... Selon certains, tout a toujours à voir avec la Force. En considérant ce point de vue, peut-être devriez-vous vous interroger sur les raisons qui l'on fait vous amener ici. Qui sait..."

... Et savez vous ce que me dit la Force en cet instant ? Très simple : n'écoute pas ! Reste prudente ! Ne t'attarde pas en ce lieu néfaste ! Danger, danger, danger ! Des raisons ? Je mettrais plutôt notre rencontre sur le compte du facteur "Hasard", enfin presque synonyme de 'Malchance' dans mon cas. Je ne renoncerais pas à mes convictions, à mes idéaux, rêves, et à mon allégeance au côté clair de la Force ou à l'Ordre Jedi. Forte de cette pensée, je renforce et rehausse mes jeunes boucliers de Padawan avec résolution. Cela n'arrête pas toutes les sortes de brumes noires invisibles de doute, d'hésitations, d'aspiration débordante à la connaissance pas conseillée du tout, à l'envie déraisonnable de vengeance envers le crime qui a été commis sur ma famille par moi-même et par les armes. Non. Non, non de non ! Je ne m'abaisserais pas à ce niveau-là ! Mais cela les restreint fortement, et j'essaye de me représenter mentalement aussi bien que je le puisse la Force Lumineuse quelque peu compressée en ces lieux sombres comme une douce et chaude bulle de lumière autour de moi. Ah, je retrouve mon point de calme. Voilà. Rester concentrée, et tout va bien. Ne t'inquiète pas Len', il t'en faudrait plus pour te mettre à terre. Cela ira... jamais je ne trahirais la confiance qui a été mise en moi. Jamais je ne trahirais l'Ordre Jedi, le Temple Jedi qui est devenu presque comme mon deuxième foyer, qui m'a tiré de la misère, de la violence civile et sans doute d'une postérieure folie de Dantooine. Je ne trahirais cet Ordre qui m'a donné une meilleure amie, des amis, des connaissances et une chance de contribuer à la préservation de la paix. Je ne trahirais pas les quelques et rares très bons amis que j'ai. Je ne trahirais pas Maître Greystone qui a décidé de me donner une chance, et tant de confiance, tant de patience, de juste fermeté, d'attention et de compréhension, un espoir renouvelé et m'a rendu une part de ma confiance en moi et de ma dignité. Non. Je ne les trahirais pas. Alviss et vous ne me réduirez pas à commettre ce crime intolérable envers les miens et mes idéaux.

... Attendez. Je réduis légèrement mon pas, ma main droite gagnant tout de suite la crosse de mon sabre-laser, mes doigts le saisissant avec une délicate fermeté. Quelque chose ne colle pas avec la Force. Une impression de... danger immédiat. Grandissant de secondes en secondes. Croissance exponentielle de l'impression. Mise-en-garde de plus en plus précise. Parée. Jusqu'à.... sa réalisation. En effet, un petit groupe d'ennemis hybride entre une forme humanoïde croisée avec le singe, immenses, se jette sur nous. Le Sith n'a pas encore activé son sabre-laser, et je me désintéresse temporairement de lui, ne gardant qu'un coup d'oeil dans la Force discret, pour me focaliser sur les deux zigotos et dangereux ennemis s'approchant de moi, tandis que trois autres à intervalles différentes décident d'aborder le Seigneur Sith sans nom connu.

J'esquive la première attaque assommante du premier venu, me jette sur le côté pour esquiver la seconde. L'obscurité de toute manière rendant ma vision totalement inutile, j'inspire légèrement et me concentre surtout sur mes Sens de Force, ma perception de cette dernière, ainsi que mon ouïe, les vibrations dans l'air anticipant une attaque. Ainsi, j'esquive un long moment une série d'attaque, retenant la cadence de leur attaque et devinant plus ou moins leur nature par l'oreille et le sens de Force, attendant une ouverture avec patience méticuleuse et observatrice. Ignorant de mon mieux l'influence mauvaise des ombres essayant de titiller ma colère, je reste prudente et essaye d'anticiper. Pas encore... pas encore.... bientôt.... il va tomber dans mon piège... allez mon ami, fais l'erreur... ah on y est presque... encore un petit... ça y est, maintenant !

Aussitôt je cesse ma danse rapide et souple des esquives. Tendant une main fermement, les yeux bleus légèrement plus clairs que l'ordinaire, je propulse par la Force, avec un peu plus de puissance que le padawan moyen en raison de ma sensibilité à la Force, l'un des deux titans gorilles droit dans le tronc d'un immense arbre millénaire. Je m'excuse pour ce dernier, je n'avais rien contre lui. Le laissant assommé un bref instant, c'est tout ce qui me suffit. Comme prévu, l'autre enragé de voir son collègue blessé me charge sans réfléchir. Erreur fatale mon ami. Le guettant, sabre cette fois en main, tendue sur mes jambes pourtant fléchie, je suis prête à agir. Ne pouvant frapper fort, et manquant encore un peu de technique, je devais faire vite et bien, frapper à la vitesse de l'ouragan et avec la plus grande précision. Un travail propre sans faire souffrir inutilement la cible, contrairement au Sith si j'en crois les hurlements de douleur de ses opposant. Concentrée, j'active ma vitesse de Force quelques secondes, pour échapper à une nouvelle série d'assauts de l'assaillant, me dérobant tantôt en arrière, tantôt sur le côté. Je me jette en avant et passe sous lui dans une fluide et souple roulade travaillée sérieusement depuis un an. En l'espace de quelques secondes, je me redresse, je me retourne et n'hésite pas à le pourfendre de 'ma' lame-laser verte de vie pile à l'endroit où je sais que doit se trouver le coeur, pile en son centre. Et un de moins, plus qu'un à mettre hors d'état de nuire sans douleur puisque je ne sais que je ne pourrais le faire fuir.

Je suis fragile, en somme : je ne dois jamais, mais je dis bien 'J.A.M.A.I.S' me faire toucher ou je suis fichue ! Vu sa force physique assez impressionnante si j'en crois l'impact de ses attaques esquivées parfois à un cheveu ou de très peu, sa rage semble augmenter la force et la vitesse de ses assauts. Et là je dis un immense merci à Maître Greystone et Maître Yunstar en particulier pour avoir été aussi exigeants et intransigeants avec mes entraînements physiques et au sabre ! Sans cela, je me serais probablement retrouvée en nette difficulté, comme au début de la lutte contre la meute de loups géants sur cette planète perdue au milieu de nulle part, dans un coin perdu et lointain de l'univers, sans nom et si étrange.

L'autre, réveillé, se jette avec furie, décidé à ne pas me laisser le temps d'esquiver ou d'attaquer. Pourquoi ne me laissent-ils jamais la possibilité de les laisser détaler sans avoir à les blesser ou les tuer ? Lui je vais essayer de le décourager. Ah mais l'idiot ! Je vais pas non plus me laisser tuer quand même ! Je resserre ma prise sur mon sabre-laser. Je ne veux pas m'épuiser mentalement dans un lieu aussi sombre. Je ne dois pas m'énerver ou me précipiter. Faire les choses proprement et rapidement, sans douleur ou du moins avec le moins de souffrance possible quand je ne peux rien faire d'autre pour assurer ma propre survie. Soudain il s'arrête, grondant à la lumière de mon sabre-laser, semblant enfin connecter deux neurones à ce qui lui était arrivé et comment son collègue avait reçu le trou béant dans sa poitrine. Néanmoins je reste en position neutre-défensive au cas où. Ne jamais me sous-estimer parce que j'ai l'air jeune, petite et fragile, j'ai mes épines au besoin ! Un vrombrissement derrière moi m'indique que le Sith a allumé lui aussi son sabre, à un moment, et visiblement la raclée et les deux lames semblent leur faire de l'effet, aux ennemis. Enfin l'effet que je recherchais, je n'aime pas tuer quand même des créatures vivantes sans une excellente raison de défense !

Quand ils sont enfin partis, je garde moi-aussi mon sabre-laser allumé. Je n'aime pas la lueur rouge de celui du Sith, et tant pour m'éclairer aussi que me défendre s'il décidait de se retourner, de revenir sur ses précédentes paroles et essayer de m'étriper vivante. Ne croyez pour autant pas que je n'ai pas peur, ce n'est pas vrai. J'ai un peu peur, c'est vrai, seulement je le cache bien et je reste au contrôle de moi-même. Entre nous, quel padawan solitaire censé n'aurait pas peur en compagnie d'un Seigneur Sith armé pouvant achever la vie de l'apprenti Jedi en moins de temps que pour dire 'cristal' ?

Je ne veux pas prendre ce risque, et puis la lumière verte me rassure un peu. Elle me rappelle celle de mon Maître, Maître Greystone, et m'aide à repousser l'influence mauvaise de ces lieux un peu plus de moi. A la repousser au moins juste au ras des murailles à l'extérieur de mes boucliers mentaux. Je me sens moins liée à ce sabre-laser qu'à mon ancien forgé de mes propres mains d'initiée, mais je commence à m'y habituer depuis les mois que je m'en sers et souvent m'entraîne avec ou d'autres aux formes de garde proches, et je peux en quelque sorte 'imaginer' la présente positive de sa créatrice initiale, qui en avait fait don à la fin de son Apprentissage devenue Chevalier-Jedi à mon Maître Jedi pour le ou les futurs apprentis qu'il pourrait prendre le temps des débuts de leur formation et de la construction de leur propre arme. Mon cas est un peu particulier : ayant été prise très tardivement, à mes quinze ans, j'avais construis le mien pour me prouver que j'étais malgré tout un peu capable et pas si nulle que je ne le pensais, progresser autant que je le pouvais. Je me suis blessée nombre de fois les mains sur ce nouveau manche si différent du mien, incurvé, depuis le jour fatidique où Maître Greystone m'avait prise en apprentissage et demandé de laisser derrière moi en geste de confiance en lui, d'acceptation de laisser mon ancienne vie d'initiée tardive derrière moi ma lame bleue au manche incurvé. J'ai longtemps douté du bien-fondé de cette demande étrange, mais je lui ai fais confiance. Je ne regrette aucunement mon geste et sa demande avec du recul. Mon style a évolué, j'ai un peu évolué aussi, j'ai progressé et mon ancien sabre ne me correspondrait guère plus maintenant... Comme si en l'espace d'un an seulement des tas d'années se seraient écoulées. Je reprends doucement confiance en moi, je m'ouvre à pas de fourmis à mes deux plus proches personnes de confiance - Maître Greystone et Danaé, sans compter Elora ma Meilleure Amie - je me mésestime légèrement moins, je suis un peu plus résistante mais bien du chemin reste à parcourir avant de crier victoire, j'en reste consciente. Bien du chemin...


La mauvaise impression semble se renforcer à chaque pas. La fraîcheur glacée, mordante, agressive des ombres de Force me fait frissonner d'horreur de l'intérieur, je résiste contre l'éceurement croissant qui menace de me gagner si je ne suis pas attentive, ou encore pire l'étourdissement, l'assoupissement mental. Non ! Je ralentis le pas quelques secondes sous le poids des efforts pour résister. Maître Dil's n'est plus si loin. Gagner du Temps. Comprendre l'objet de sa recherche sans trop approcher l'artéfact dangereux. Résister. Me concentrer là dessus et sur la surveillance des gestes et des paroles de mon 'accompagnateur' si cordialement non apprécié. Bien que intriguant, pour un Sith cela dit, ne rien exagérer non plus. Sans doute la résolution de cette étrange histoire, étrange situation serait pour très bientôt... j'ai hâte... je continue de le suivre comme une ombre discrète et silencieuse, concentrée et attentive. Je vais bien dormir une fois de retour au Temple Jedi moi ! Mon esprit sera totalement épuisé par les efforts d'auj... raaaaah ne pas me déconcentrer ! Voilà... calme, concentrée, sérieuse. Je ne peux m'empêcher néanmoins d'espérer que j'aurais la possibilité d'au moins voir de loin, sans jamais m'en approcher, de l'objet de sa quête. Et de me tirer juste ensuite.


Dernière édition par Lenia Séry le Lun 15 Avr - 5:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seoran Cen
Seigneur Noir des Sith
Seigneur Noir des Sith
avatar
Messages : 57
Âge réel : 25

Feuille de personnage
Âge: 30
Armes:
Alignement: Obscur
MessageSujet: Re: Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia] Dim 10 Fév - 4:47

Sa fine pirouette à l'oral avait sans doute eu son petit effet, quel qu'il soit, car la jedi ne répondit pas. Sans doute en pleine méditation intérieure pour résoudre il ne savait quelle incertitude. Il y avait de l'incertain, pour sûr. Lui-même ne savait rien du lieu où il allait ni même sur quoi il allait tomber. Il ne doutait cependant plus de son objectif. Une aura les enveloppaient maintenant. Le côté obscur de la Force dans son plus simple appareil se déposait sur eux en une douce brise, si froide pourtant qu'elle pouvait glacer jusqu'à l'os. Ils marchèrent ainsi sans que Seoran ne sache vraiment combien de temps. Pour lui, la notion d'espace et de temps n'existaient plus. Il n'y avait que lui et l'appel désormais plus si lointain qui comptaient. Accessoirement, la jeune jedi aussi qui poserait probablement problème à un moment où à un autre. Il pouvait gérer une gamine de toute façon. Cette petite expédition lui rappelait Dromund Kaas. L'un des tuteurs siths avait une fois caché plusieurs bâtons électriques peints de blanc dans la forêt, aux alentours du temple. Il y en avait un pour chaque novice. Sauf deux. Bien entendu, ils s'étaient rués dans la zone de recherche avec l'espoir d'en trouver un les premiers... La faune en décima la moitié, et l'angoisse, la peur et l'ambition eurent raison de la vie d'une bonne partie des autres. C'était véritablement suite à cette épreuve qu'il établit sa domination vis-à-vis de son groupe. Avant qu'il ne devienne l'apprenti secret de son premier et seul maître. Ça faisait tellement longtemps. Maintenant, malgré sa petite... maladie... il ne ressentait plus cette excitation du début de sa carrière de sith. Là où un groupe de novice pouvait vous attaquer en traître à tout moment pour vous éliminer car vous étiez trop dangereux pour la progression des autres. Aujourd'hui il y avait lui, avec tout ses pouvoirs, des arbres millénaires, une faune sauvage et une padawan jedi qui était trop inexpérimentée pour s'enfuir toute seule. Charmant.
Il s'arrêta soudainement, au milieu de nulle part. Du moins semblait-il. Une sorte de grand mur leur faisait face, un mur de roche. Ou plutôt, un énorme rocher.


    " Nous y sommes. " Annonça-t-il, plus pour lui-même que pour Lenia.


Il s'approcha vivement du rocher et fit le tour de la face visible, le sabre toujours allumé. Inspectant le bloc, il lança un regard discret à la jedi vers laquelle il ne s'était pas retourné depuis un bon moment déjà. Elle semblait toujours conserver ses distances avec lui... tant mieux. Il se redressa pleinement et posa une main délicate sur la pierre. Dans un assourdissant bruit de frottement, la masse se décala très légèrement sur le côté, laissant une marque conséquente au sol, et révélant l'accés à une sorte de grotte qui avait l'air de s'enfoncer dans le sol. S'il avait su qu'il allait explorer le "sous-sol" de Kashyyyk en venant ici... Il s'avança, ne tenant pas trop à demeurer à l'extérieur avec le bruit qu'il venait de faire. La jedi du se rapprocher un peu, mais pas trop, de lui pour entrer rapidement et ne pas se faire dévorer par la meute d'animaux que le bruit allait sans doute attirer. Ce n'était ni plus ni moins que des escaliers grossièrement taillés dans la pierre qu'ils descendaient. Ce ne fut pas très long.
Lui avait l'habitude, mais ce n'était peut-être pas le cas de l'autre. Cette tension ambiante... une atmosphère si noire qu'il en fallait ré-apprendre à respirer. L'obscurité dans la force était ici si intense que chaque respiration devait être forcée. Les paupières tombaient d'elles-même. Les pieds se faisaient lourds et les bras étaient comme gelés. Il était facile de succomber à la folie lorsque la Force ne se portait pas garante de son esprit, et protectrice de ses sens. Ah, une porte finalement. D'ancienne facture à n'en pas douter. Il n'avait aucune idée de la date, ni de l'origine de l'installation dans laquelle il pénétrait. Il n'avait jamais rien constaté de pareil. Partout, du métal de couleur boisé souvent brisé par le poids des ans en quelques fissures. Certains passages étaient totalement effondrés, si bien qu'ils n'avaient en fait qu'une voie possible à suivre. Ils étaient maintenant dans une sorte de large corridor. Seoran n'avait aucune idée de la date de construction, de l'origine ou de la taille des lieux. Ça ne ressemblait à rien qui lui dise quelque chose. Peu importait, quelque années plus tôt, il s'y serait sans doute intéressé, mais plus maintenant. Rapidement, ils arrivèrent face à un choix. Le chemin s'arrêtait et deux nouvelles portes leur offrait un choix. Pour Cen, il n'y en avait pas. Il ouvrit de force l'une d'elle et s'engouffra dans la salle. Il allongea le bras, le sabre vers l'avant pour illuminer modestement ce qui lui faisait face. Cette pièce était un entrepôt. Des containers de peau, de parties d'animaux morts et autres organes décomposés suite à l'arrêt de fonctionnement des appareils réfrigérant... rupture d'énergie sans doute. L'odeur était infecte. Mais ce n'était pas ce qu'il reteint. Au bout de la salle un petit objet envoyait des reflets lumineux rouges. Il s'approcha. Trois Hommes, ou du moins, ce qu'il en restait. C'est à dire des os. Il y avait trois cranes, ce qui lui permit d'établir facilement un décompte, mais tout ceci perdit rapidement tout intérêt car à côté... l'objet de sa visite. Enfin...
Jadis, il avait été mordu d'histoire et de culture, avant de se recentrer sur la Force et elle seule. Peut-être que le petit holocron qu'il venait de dénicher aller lui permettre d'en savoir plus sur ses deux centres d'intérêts. Un peu de nostalgie de temps de temps n'a jamais fait de mal. Bien, maintenant, il allait falloir gérer la jedi.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia] Lun 11 Fév - 17:22

(HJ si tu veux qu'on termine bientôt, comme je veux que mon perso reste en vie, tu peux faire intervenir le PNJ Jedi et amorcer la chute vers la conclusion. Je ne voyais guère quoi ajouter sinon.... HJ)

Je ne sais pas si j'ai eu une bonne idée de jugement en venant ici. Mais entre deux impossibles vous étant soumis, sans la moindre possibilité disponible pour revenir en arrière, je présume que vous prendriez le 'moins pire' des deux impossibles. Sans le Chevalier Jedi m'accompagnant initialement, je n'ai aucune chance contre la faune dense, grouillante et mortelle qui parcouraient ces bois des niveaux inférieurs de la forêt à étages. Je ne peux pas me servir de mon comlink sans risquer d'irriter le Sith ou d'attirer plus d'attention que nécessaire des créatures hostiles nous environnant.

Je n'ai qu'un plan, simple et pourtant risqué à la fois, en tête : rester en vie en le suivant pour l'instant, laisser du temps à Maître Dil's pour nous rejoindre et distraire quelque peu par ma présence le Sith de découvrir cette de l'autre Jedi. Ensuite, dès qu'il me serait possible, me replier avec prudence en compagnie de l'autre Jedi et donner les informations que j'aurais réussi à récupérer de cette périlleuse et audacieuse, bien que contrainte, escapade. Même si je suis concentrée à repousser l'atmosphère néfaste grandissante nous entourant, je mémorise les lieux, les chemins, les croisements que nous avons emprunté pour faire machine arrière en cas de besoin, dès que l'occasion serait là. Tôt ou tard.

Preuve que la Force ne m'a pas entièrement abandonnée au Sith : enfin la présence proche rassurante de l'autre Jedi, habilement dissimulée des ombres, me parvient comme un éclat de lumière tamisée quelque peu rassurant. Je peux enfin reprendre contact avec lui, brièvement si je ne veux pas menacer ma sécurité et compromettre les informations que je vais tenter de récupérer. Sans rien trahir au niveau de mon expressivité ou de ma démarche, déjà concentrée à maintenir mes boucliers mentaux au plus haut que je puisse modeste padawan que je suis, mon sabre-laser éclairant tant au figuré qu'au sens propre ma route dans les ombres, j'envoie cette pensée discrète mais protégée au Jedi, passant inaperçue pour mon accompagnateur dans ce bain détestable d'énergie obscure presque étouffante pour un être de lumière comme moi :


"Temple Sith. Seigneur Sith. Je présume. Côté Obscur fort, étouffant. Je fais au plus vite. Je vous prie de n'être pas loin. Vais sans doute avoir besoin de votre assistance"

Il n'est pas aisé de se concentrer dans un tel océan d'ombres. A peine nous venons de passer la pierre mobile et les couloirs sinueux et sombres que je serre les dents de douleur mentale. Tant de voix tantôt accusatrices ou tentatrice, tantôt astiquant, attisant ma curiosité de manière négative, tantôt amplifiant, attirant mes doutes de manière écrasante. Si je ne gardais pas mes boucliers à leur maximum, dévorant petit à petit avec un appétit gargantuesque mes réserves correctes d'énergie de la Force de Lumière, la folie noire émanant de ce lieu m'aurait sans doute écrasée et anéantie.

Je ne tiendrais pas longtemps. Devant les portes de la salle, je sais que je ne dois pas aller plus loin, si je ne veux pas subir le même sort que les trois tas d'ossements proches. La nausée commence à me gagner, des hauts le coeur frappant furieusement contre mon estomac et menaçant de remonter le long de ma gorge. Instinctivement, l'une de mes mains vient se poser sur mes lèvres, l'autre serrant fermement mon sabre-laser à la lueur de vie. Je ne dois pas avancer. Pas écouter les ombres. Pas écouter Alviss. Se concentrer sur les mises-en-gardes des Maîtres, les leçons et sagesse du Code Jedi, les conseils et ordres de Maître Greystone. Rester dans la lumière. Ici tout m'écoeure et manque de m'écraser comme sous l'effet d'une roue antique ou d'un piloris rouillé :


" Nous y sommes. "

... je n'avais pas remarqué. Sérieusement. Qu'est-ce qui pourrait puer autant d'énergie noire dans un Temple Sith souterrain qu'un artéfact du Côté Obscur. Si je n'avais aucune connaissance auparavant des Holocrons Sith, il semblerait que j'ai 'l'honneur' d'en voir un de loin en ce jour. En fait, c'est un peu comme l'effet inversé de ce que j'ai ressenti émaner de cet Holocron Jedi que m'avait montré Maître Greystone le jour où il m'avait prit en apprentissage. Un an déjà, le temps passait si vite... et il était encore trop tôt pour que je rende les armes. Mes yeux bleus découvrent avec une horreur grandissante les ossements presque devenus poussières avec le passage du temps, en dehors des crânes. Et ces carcasses en décomposition.... ces cadavres, ces charognes...

Oh Force, si je ne reste pas concentrée je vais vraiment finir par tourner de l'oeil avec cette puanteur du côté obscur et cette pestilence tout droit venue de ces chairs et organes en décomposition plus ou moins avancée. Cette odeur... infecte... physique ET métaphysique... réelle ET spirituelle... pas de panique. Je vais m'en sortir si je reste calme. Un petit objet de forme triangulaire, presque pyramidale, dans sa main. Dégageant une lueur rouge flamboyante, sanguine, presque maladive, et une aura noire des plus horribles. Je recule de deux pas. C'est à la limite de l'insoutenable. Je dois m'en aller. Maintenant. Je ne veux pas être corrompue ou risquer de sombrer. Alerte de mon inconscient. Je dois m'en aller. Avertissement sourd et inquiet de la Force. Maintenant.


Je sais qu'il va se retourner vers moi. Je sais que peut-être je vais devoir défendre chèrement ma peau. Je n'ose pas parler, concentrée que je suis sur mes boucliers. Je recule de deux pas, essayant de revenir en arrière, vers la sanité, l'air. J'étouffe en ce lieu. Je ne veux pas mourir, mais je ne veux pas devenir folle à lier non plus. Je ne veux pas périr, je ne veux pas devenir une meurtrière pour autant. Je ne veux pas que mon cadavre s'ajoute à ces trois charognes ossuaires ou pire encore à ces carcasses en décomposition étendues sur les murs. Si je parle, je vais encore avoir la nausée. Je dois m'en aller.

Déglutissant difficilement pour garder le contrôle, fronçant le nez pour lutter contre l'odeur et concentrant mon regard bleuté sur le Sith et vaguement de son Holocron pour me détourner du reste, je me repose instinctivement de manière à bondir en position défensive, esquiver ou me protéger en cas de besoin. Il a eut ce qu'il voulait, maintenant que l'on reparte d'ici. Je sens que Maître Dil's doit se trouver, sa présence masquée du Sith, quelque part non loin de l'entrée. Il faut que je tienne jusque là, ou que lui vienne jusqu'à moi.

Et maintenant ? Je n'ai pas besoin de parler, mon regard dit tout ce que mes lèvres gardent en silence. Je n'ai aucune chance contre un Seigneur Sith, d'un je ne suis ni mon Maître ni Obi-Wan Kenobi, de deux je ne suis pas dans un endroit à mon avantage. Loin de là. Je n'ai aucune chance de m'en tirer, à moins que le mystérieux Sith dont j'avais gravé le visage dans ma mémoire ne dédaigne encore le combat ou à me supprimer d'une manière ou d'une autre. Mais je ne le laisserais jamais toucher à ma mémoire. Plutôt revenir à l'agonie ou périr que l'on ne touche une fois de plus à ma mémoire. Les souvenirs me sont aussi précieux que de l'or, comme ils sont aussi rares que de la terre vierge naturelle sur Coruscant. On ne touchera plus à ma mémoire. Je me prépare au pire comme à l'inattendu. Maître Dil's n'est pas loin. Je peux m'enfuir à très grande vitesse sur une courte distance en cas de besoin. Mes réflexes d'esquive et de défense pallient à mon manque de Force physique et d'endurance physique, et ma précision, rapidité redoutables parent quelque peu à mes doutes et mes quelques hésitations encore présente sur mon style de maniement du sabre-laser. Je n'ai peut-être pas encore beaucoup d'expérience, mais je ne suis pas seule cette fois. Et je suis pleinement déterminée à revenir en vie, auprès de mon Maître, du Temple, de mes deux amies, de la lueur.



Dernière édition par Lenia Séry le Lun 15 Avr - 5:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seoran Cen
Seigneur Noir des Sith
Seigneur Noir des Sith
avatar
Messages : 57
Âge réel : 25

Feuille de personnage
Âge: 30
Armes:
Alignement: Obscur
MessageSujet: Re: Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia] Jeu 14 Fév - 14:54

HRP Je me suis permis de faire agir ton personnage afin de faire progresser les choses. Si cela ne te convient pas, je modifierais sans problème ! HRP



Il pensait que ce n'était qu'un simple effet de reflet de la lumière, mais à son contact - Et Seoran éteint son sabre pour le vérifier - l'objet s'était mis à émettre sa propre lumière. Un rougeâtre se dégageait en une aura malsaine autour d'eux. Lui y était habitué, mais pas elle. Elle s'était placée en position de combat. Comptait-elle lui tenir tête si il décidait de l'éliminer ? C'était certain. Le pourrait-elle ? ...
L'objet luit de plus en plus, si bien que pour ne pas être totalement aveuglé, il dut placer le diabolique holocron dans une poche, bien fermée. Ces choses n'étaient censée qu'être des conteneurs de messages que l'on ne pouvait ouvrir que grâce à la Force. Pourtant il avait toujours été convaincu qu'ils avaient une conscience propre, étroitement construite en rapport avec leur contenu. Celui-ci devait être assez conséquent en terme de noirceur d'apprentissage. Immédiatement, la salle retomba dans le noir, à l'exception de l'arme de la jedi. A la vue du bleu qui prenait doucement la place des ténèbres qui les entouraient, il parvint à isoler une seconde présence. Pour faire court, un autre jedi était ici, et donc, elle n'était finalement pas venue seule. Quelque évènement impromptu avait sans doute eu pour conséquence de les séparer. Il était peu probable que le plan eut été de l'envoyer ici seule avec une menace non identifiée. Celui-ci avait un lien plus évident avec la Force. C'en était probablement un utilisateur confirmé. Malheureusement, Seoran n'était pas du genre à apprécier les glorieux combats. A cause de ce qu'il était, il devait économiser la moindre de ses forces, et le mieux serait probablement d'éviter l'affrontement. Et de s'économiser des heures de torture.
Il avait une idée. Il pouvait se servir de la jedi pour distraire l'inconnu et ainsi, s'épargner l'affrontement. Le jedi aurait probablement pour priorité de sauver la sienne plutôt que de le prendre en chasse dans ces terres hostiles. Il se concentra un instant, canalisant les forces de ce lieu pour les projeter vers elle. Il serait probablement parvenu à le faire tout seul, mais puisque l'endroit s'y prêtait, il allait en profiter pour assaillir son esprit avec la corruption environnante. Il ne brisa pas toutes les barrières de la jeune fille et se contenta de l'étourdir au maximum. Il pouvait même distraire son attention, pour aller plus vite.


    " J'ai bien fait de vous laisser venir avec moi voyez-vous, car la Force nous offre une leçon à retenir en ces circonstances. Si l'adversaire dispose d'une faiblesse, plutôt que de l'attaquer, il est bien plus sage d’œuvrer à ce qu'elle perdure jusqu'au moment où elle devient pleinement profitable.
    Je vous laisse méditer sur ceci, pendant que je vous fausse compagnie. Ne craignez pas de mourir ici, votre maître, je crois, est en chemin. Quand à votre mission, elle est un succès, vous savez tout. "


Après quoi il raidit instantanément son bras vers elle, la projetant contre un mur afin de l’assommer physiquement. En état de siège mental, elle n'avait pas pu anticiper l'action. Il fit rapidement voler le sabre encore allumé vers lui afin de s'en saisir puis se mit immédiatement en marche. Il sortit ainsi du complexe qu'il ne parvenait décidément pas à identifier, mais tout ceci était très secondaire car voilà que se présentait devant lui le second jedi. A en croire sa tenue, c'était un membre confirmé de leur ordre. Probablement le maître de celle qu'il venait de laisser derrière lui. Il lui présenta le sabre de la padawan, le laissant à la vue de l'autre le temps qu'il reconnaisse l'objet, puis le lança vers l'individu qui s'en empara pour l'identifier plus avant..

    " Votre amie se trouve au fond. Perdez votre temps avec moi, et vous la condamnez. Vous devez bien ressentir sa blessure. "


Le stratagème fonctionna. Ceci était un mensonge, elle n'allait probablement pas mourir d'une douleur au crâne, mais l'affaiblissement mental de la jeune jedi fut suffisant pour convaincre son allié qui permit à Seoran de passer, allant lui-même s'enfoncer dans les lieux pour retrouver Lenia. Il put donc sortir péniblement vers l'extérieur. L'holocron lui brûlait la poitrine à travers ses vêtements, mais il ne pouvait pas s'en séparer ou même le tenir dans sa main avant d'avoir rejoint son vaisseau. Il attirerait trop les bêtes ou les wookies. Il lui restait à se sortir de là. Facile. Il avait apprit à utiliser la Force pour retrouver ses pas, à lui ou ceux d'un autre. C'était la même technique qu'il avait utilisée pour arriver jusqu'ici, s'appuyant sur le fait que quelqu'un avait bien du déjà visiter cet endroit. Il se remit donc calmement en route, en marche rapide tout de même, ne voulant pas être rattrapé par le duo qu'il laissait derrière lui. Peut-être se reverraient-ils ? Pour le moment, il avait de quoi s'occuper. Si les jedis aimaient jouer les enquêteurs de service, lui avait une relique du passé à étudier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia] Jeu 14 Fév - 18:09

(HJ Bon post et aucun souci ! Et tu m'as donné une idée en plus. Je conclues donc, merci du topic et peut-être nous croiserons nous sur un autre rp Wink . Si Problème, me MP et je pourrais éditer Razz HJ)

Plus les minutes passent moins j'ai l'impression que mon choix était le bon. Enfin, façon de parler, de toute manière, les deux 'choix' à ma portée n'en étaient pas. Je n'ai pas eu le choix à proprement dit : entre être assurée de mourir dans les minutes qui suivent très douloureusement, sans secours possible, lentement, par les crocs et griffes des monstruosités des alentours, et avoir une mince chance de m'en sortir en lui suivant, gagnant du temps et faire venir mon propre secours, tout en sachant quel était l'objet de sa recherche...

Même si je me demande finalement si ce que je viens de voir maintenant ne fait pas partie de la catégorie de 'connaissances restreintes si ce n'est interdites' que je ne devrais jamais approcher d'ordinaire. Je retiens un léger soupir tant je suis tendue; un peu blasée certes : Maître Greystone pourra dire ce qu'il veut, mais question 'où que j'aille ou presque je me retrouve dans des ennuis monstres sans les demander' et 'Force je ne suis même pas sûre de la justesse de mes décisions même longtemps après les avoir prise', j'ai, sans la moindre hésitation, la palme d'or haut la main. Sans avoir de coup de main. Toute seule, comme une grande. Par contre, au moins, j'apprends de mes erreurs... normalement. Mais là c'est plus complexe : ce n'était pas une si bonne décision, mais pas une erreur non plus, puisqu'en toute logique je n'ai pas eu la liberté de choisir si je voulais rester en vie et compléter ma mission.

Je plisse les yeux, refusant de changer ma position quand le Sith me fait face, redressant par réflexe mon sabre-laser en position défensive. Même pas neutre-défensive, ma posture habituelle d'attaque correspondant à mon 'style', non, juste défensive. Je ne le provoquerais pas, mais je ne me laisserais certainement pas tuer sans avoir mon mot, geste à dire, faire, pour me défendre jusqu'au bout. La lueur verte de vie peine à repousser la lueur malade, dévorante, incendiaire, sanglante dégagée par l'holocron, et je me vois contrainte de reculer d'une paire de pas sous la puissance noire dégagée par l'instrument et mêlée à celle des lieux sombres et celle du Sith.

Pouah ! Quelle horreur ! Quelle puanteur ! Quelle folie démoniaque ! Non, je ne céderais pas ni ne reviendrais sur mes plans en pressant le Jedi et risquer de me faire débusquer. De même, pour ne pas mettre à mal plus encore ma situation et étouffer le quiproquo qui pourrait actuellement me garder en vie, tout mettre en mesure pour n'avoir besoin d'aide extérieure. Me prouver que cette fois, je serais capable de me tirer seule de ce pétrin sans requérir autre aide que celle de mon accompagnateur oblige. Non pas par orgueil, je vous entends déjà médire ! Non, vraiment. Juste pour apprendre à me débrouiller seule. Je dois devenir de plus en plus autonome quand je suis en mission sans mon Maître, j'ai seize ans maintenant, normalement je suis capable de m'en sortir seule... je n'ai pas besoin d'aide d'un adulte... pas besoin d'aide supplémentaire... ma fierté de Padawan 'senior' en prendrait sinon un énorme coup. En plus je sais que maintenant je ne peux compter que sur moi-même. Encore quelques...

Je n'ai pas eu le temps de voir le coup venir. Maître Greystone me sermonnera encore pour améliorer mes réflexes. Pourtant déjà bons, je vous l'assure. Mais là, je n'ai rien eu le temps de faire, d'anticiper. A peine en avais-je eu conscience que déjà les forces noires s'attaquaient à mon plus précieux et dernier bastion : mon esprit. Tant mon bouclier d'airain, de duracier, que mon talon d'Achille si j'étais face à quelqu'un d'une puissance nettement supérieure à la mienne. Ce qui était le cas. Une fraction de secondes. Ressentant son aura et son aisance de... chose... de manipulation des forces noires du lieu, j'ai tout de suite eu ma confirmation sur le fait qu'il était véritablement un Seigneur Sith.

Je mentirais si je vous disais que je n'ai pas du tout eu peur. Je suis certes un peu résignée, déterminée, mais je ne peux nier que j'ai eu un peu peur. Instinct de conservation ? Je ne saurais le dire. J'ai eu peur. J'ai eu un peu mal aussi sur le moment. Je me suis rendu alors compte ce que cela pourrait faire si j'usais à mal mes dons de télépathie : très, très, mal. Et le pire est que je sens qu'il pourrait faire nettement plus mal. Il se retient. Il s'est toujours retenu depuis... non ! Je résiste mentalement autant que je le peux, mais je dois reconnaître que mes forces et mes boucliers ont été bien sapés par les noirceurs du lieu :


"J'ai bien fait de vous laisser venir avec moi voyez-vous, car la Force nous offre une leçon à retenir en ces circonstances. Si l'adversaire dispose d'une faiblesse, plutôt que de l'attaquer, il est bien plus sage d’œuvrer à ce qu'elle perdure jusqu'au moment où elle devient pleinement profitable..."

Mais je ne l'ai pas attaqué ! Ce n'était pas mon intention, je ne suis pas assez folle pour me risquer à quelque chose d'aussi risqué. Nuance ! J'avais juste 'peur' qu'il m'attaque d'une minute à l'autre et je m'apprêtais à me défendre, c'est tout ! Au nom de la Force, je dis la vérité... mon regard bleuté de plus en plus brumeux a néanmoins le temps de lui laisser voir une lueur dégoûtée et outrée de ses propos. C'est déshonorant d'attaquer quelqu'un en traître, et c'est stupide de voir se risquer au premier coup contre un adversaire nettement plus puissant que soit ! Ce sont des règles élémentaires d'honneur et de bon-sens ! ... Même si c'est un peu ce que je fais avec mon style défensif de combat, vrai...

Les couleurs s'éteignent petit à petit, pigment par pigment, tout autour de moi. C'est beau, presque comme le trou juste après l'implosion d'une super-nova de très vieille étoile, comme mon esprit de plus en plus étourdi sombre doucement et lentement vers l'inconscience. J'élabore des tout derniers boucliers mentaux d'urgence autour de mes souvenirs et de mes mémoires, pour protéger mon identité et celle de mon vrai Maître. Je m'épuise ainsi et accélère le processus de chute dans l'inconscience, mais au moins j'amortis un peu les potentiels dégâts collatéraux.

Cela pourrait aller plus vite, mais je résiste par principe et parce que je suis têtue. Je ne renonce jamais dans un combat, si je suis attaquée, je m'enfuis en sécurité si seule, j'aide mes alliés sinon, ou encore je me défends jusqu'à l'épuisement de mes forces. Ses paroles sifflent comme le sifflement des serpents dans mes oreilles et mon esprit, j'essaye de les nier, de les chasser. Je ne dois pas écouter un Sith ! Le seul que j'écouterais pleinement, sans questionner et sans le moindre doute, c'est mon Maître! Ou limite le Conseil Jedi, mes instructeurs, Maître Yunstar, mais mon Maître en ultime et première priorité ! Ce Sith me rappelle Alviss. Pas en bien, du tout...


"Je vous laisse méditer sur ceci, pendant que je vous fausse compagnie. Ne craignez pas de mourir ici, votre maître, je crois, est en chemin. Quand à votre mission, elle est un succès, vous savez tout. "

Je dét... je n'aime pas ce sinistre et vil personnage. Je ne dois pas penser à la haine. Ne pas me laisser influencer... lutter contre l'intrusion... lentement... très doucement... insupportablement... impuissante.... résister... encore un peu... noirceurs trop fortes... je sombre dans un éphémère néant.

Je suis restée inconsciente un moment, mais quand je me suis réveillée, mon accompagnateur était là. Il n'avait pas l'air franchement ravi, mais il ne m'a pas totalement hurlé dessus. Honnêtement, quels étaient mes choix ? Je n'en avais pas, la réponse est simple. Pas que j'aime avoir tout le temps raison, mais quand je pressens fortement que j'ai raison, je l'affirme et le revendique. Certains instructeurs disent que c'est le caractère grondant sous la surface calme. Possible, peut-être que oui, peut-être que non. Il m'a rendu mon sabre-laser, exigeant d'abord que l'on sorte de ce lieu pour qu'ensuite j'explique ce qu'il s'est passé en son absence. TOUT ce qu'il s'est passé. Mon attitude extérieure ne montre que le calme et l' 'obédience' apparente aux demandes, mon regard est plus trouble et distant. Presque déboussolée. J'ai mal à la tête.

Remarque, j'ai mal au dos aussi. J'ai pu me coincer quelque chose, en général se prendre un mur dans le dos, cela fait très rarement du bien. Mais refusant la pitié, je prends sur moi, replace de fébriles boucliers autour de mon esprit et le suit... la conversation qui a suivit a été loin d'une partie de plaisir, croyez-moi. Tout en acceptant les reproches, j'ai bien essayé d'expliquer mon raisonnement, pourquoi je n'avais d'autre choix que de le suivre si je voulais survivre, que c'était bien contre mon grès, que je m'attendais à tout sauf tomber dans un Temple Sith, et qu'à l'origine je n'avais pas vraiment choisi de me faire projeter par l'immense massue de corne servant de queue à cette odieuse créature... mais bon, si moi j'accepte les critiques, je ne sais si c'est vrai, mais lui me donnait plus l'impression de parler à un mur de duracier triple épaisseur... Mais ce n'est que mon modeste avis. Je ne suis pas très confiante encore envers les adultes, sauf de très rares exceptions, je me méfierais encore un peu.


Je suis restée silencieuse pendant toute la durée du voyage retour vers la proche Naboo. Dans l'espace de la Bordure Médiane de la galaxie, alors que nous étions en hyperespace, tout en restant attentive sur les commandes, je n'ai pas arrêté de me poser des questions. Oui, même en ayant mal à la tête, je continue de me poser des questions, je suis étrange, je sais, pas la peine de me le redire. Forte de mon expérience sur la Planète Inconnue, je reste attentive à tous mes alentours, autant que me le permettent mes capacités encore jeunes de perceptions de Force. Mais je suis bien troublée, confuse sous l'effet de la migraine restante - bien que le Chevalier m'ait quelque peu aidée en guérison pour soulager mon dos et me permettre de piloter le 'Masamune' pour le chemin de retour - et me repassant en tête les propos de cet étrange Sith, les étranges ressentis si désagréables, à la fois frigides et incendiaires, cruels et meurtriers, sombres et fous émanant de ce lieu et de cet holocron.

J'ai résisté - comme quoi des fois être tête de mule, ou tête de pioche selon le goût, ça peut aider - mais au final j'ai à moitié échoué cette 'mission' initialement non prévue. J'ai réussi celle prévue pour notre voyage, et le bilan de l'autre est mitigé. D'un côté, j'ai obtenu ce que je voulais : je suis encore vivante et je connais l'objet de ses recherches. Je connais son visage, je reconnaîtrais aisément sa voix et sa silhouette si hélas nos pas venaient à se recroiser, je sais maintenant qu'il y avait un Temple Sith caché sur Kashyyyk, j'ai tenu bon devant les influences noires du lieu, en me concentrant intensément sur des pensées, notions, concepts positifs issus de la Lumière.

C'était vraiment juste, trop à mon goût. J'ai eu - ou ne pas eu - un peu de chance une fois de plus. Néanmoins, cela me perturbe, sans doute serait-il mieux que j'en parle à quelqu'un, genre un Maître ou un des Instructeurs... mais je ne sais pas à qui m'adresser en dehors de mon véritable Maître. Je n'ai pas confiance en Dil's, son caractère ne m'inspire pas à la confidence, et hélas, depuis bientôt une demi année, mon Maître en mission alors n'est pas sur...


Heu... pardon. Rectification positive : 'n'était pas' sur Naboo, 'n'était pas' au Temple Jedi, et non pas 'n'est'. Je ne peux empêcher un mince sourire enchanté de glisser sur mes lèvres : moi qui craignait qu'il ne s'envole encore je ne sais trop où, dans d'autres systèmes de la galaxie dans des missions aussi périlleuses, mystérieuses, lointaines, que interminables où je ne pouvais l'accompagner, après ce qui était advenu une semaine plus tôt... Bon, je vais avoir droit sans doute à quelques remarques, conseils et légères mais justes réprimandes quand je lui aurais expliqué la mission officielle sur Kashyyyk.

Mais pas seulement, si on me laisse la possibilité que JE sois celle qui lui explique la mission en première, ou peu après, en toute honnêteté, objectivité, avec mes erreurs, mais aussi les raisons de mes choix, la complexité de la situation très proche de 'l'impasse'. Qu'on me laisse exprimer mon point de vue, justifier mes décisions, et leur expliquer de mon mieux et objectivement, véridiquement. Quoiqu'il en soit, je ferais selon la situation. Je ne lui ferais pas honte, sans pour autant mentir sur les faits, aussi... intrigants et dérangeants soient-ils. Après le rapport devant le Conseil, il faut absolument que j'y pense. J'espère qu'il sera disponible et pas trop occupé... sinon j'attendrais, vrai, mais... je crois que je n'ai pas réalisé jusque là combien le simple fait de discuter, demander conseil et/ou explications avec Maître Greystone m'avait pas mal manqué, plus encore ces deux derniers mois.

J'inspire profondément pour me relaxer et détendre au moins mes muscles si le fin fond de mon esprit encore un peu en 'reconstruction-renforcement' de l'intrusion si noire et rude ne l'est pas, lui. Plus nous approchons plus je sens l'excédent visible de nervosité s'échapper et une trace de calme assurance revenir petit à petit. Il serait vraiment bien que je puisse discuter avec mon Maître. Même si je me doute qu'après près de six mois d'absence ou presque, si je ne l'avais pas voulu, je pense que lui l'aurait demandé. Histoire de faire le point... et peut-être chercher des éclairages, l'expérience, l'avis d'une, si ce n'est la, personne que j'estime, je respecte le plus au Temple Jedi. Et en qui j'ai le plus confiance... De toute manière, comme pour ce rapport de mission, une chose est à peu près sûre et certaine : dans les deux cas, je n'y échapperais sans doute pas.

[FIN]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia]

Revenir en haut Aller en bas

Obscure rencontre en Terre d'Ombres. PV[Lénia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Kashyyyk [Empire] :: Forêt-