Partagez| .

Mission de routine, what else ? (pv Elah Cyneel) [Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Mission de routine, what else ? (pv Elah Cyneel) [Flashback] Ven 24 Mai - 16:01

(HJ Et voilà !  Very Happy  Tu peux me Mp si tu veux que j'édites quelque chose ou juste pour commenter aussi ;)HJ)


La guerre. Voilà bien quelque chose que je ne pensais jamais connaître, en dépit de tous les bruits qui courraient depuis un ou deux ans au Temple, et pourtant... un mauvais pressentiment rôde en ce moment, alourdit grandement l'atmosphère  au sein du Praexum Jedi de Naboo comme, j'imagine, en toute sphère éclairée des planètes et états républicains. A vrai dire, plutôt pacifiste de nature, j'espérais n'avoir jamais à la connaître. Mais maintenant, on la pressent venir, comme un calme trompeur juste avant la tempête en approche rapide. Je me rappelle encore cette leçon avec Maître Yunstar, qui en a rappelé malheureusement la préexistence, déjà, en des lieux et temps pourtant officiellement "en paix". Je ne saurais en dire pareillement officieusement... et à chaque mission qui passe, qu'elle soit une des miennes, une de mes proches ou même de mes collègues Padawans Senior ou Jedi en général, pourtant, elle se fait de plus en plus réelle et redoutée.

L'Empire se faisait plus présent, comme une épée de Damoclès présente sur nos têtes, mais j'ose encore croire qu'on peut, potentiellement, éviter le conflit autant, ou du moins, aussi longtemps que possible, bien que la réalité me rattrape à chaque jour qui passe. Déjà si je ne considère que cette dernière année écoulée sous l'apprentissage avec Maître Greystone, l'évolution des rapports spatio-politiques est aussi impressionnante qu'un peu inquiétante. Bien des choses bougent, changent, si vite, sans qu'on ne puisse rien y faire ou empêcher leur venue...


Pourtant, après chaque mission que j'effectue, je perds de ma "naïveté" en ce sens, et prenant conscience de la réalité de la galaxie, je mûris à mon rythme. Si peu de temps, et déjà je dois reconnaître que j'aurais du mal à me reconnaître comparé au jour-même où mon futur Maître était venu me rencontrer aux Archives du Temple, à mes quinze ans, et me prendre sous son aile. Les Siths ne sont pas aussi oubliés qu'on ne le pensait, et l'Empire plus présent qu'on ne le croyait. Je me rends compte combien, effectivement, au Temple, nous n'avons pas vraiment conscience de ce qu'il se passe au delà des murs, et combien l'étape d'Apprentissage est aussi rude qu'instructive.

J'ai seize ans, présentement, et tant de choses sont advenues en l'espace de quelques mois, d'un an, que je n'en suis déjà pas ressortie indemne, en bon comme en moins bon. Depuis que mes souvenirs me sont revenus en masse, j'ai encore du mal à me trouver, je me cherche encore, mais à mon rythme et aidée par mon patient Maître, je commence depuis peu à presque me retrouver... altérée, affectée, mais je me rassemble comme mon esprit se recompose avec le temps perdu du passé que je viens depuis peu de recouvrer. Seule, je serais sans doute devenue totalement folle sous le fardeau du contenu de ces souvenirs... mais je ne suis pas seule, heureusement. Mon Maître est là, ma meilleure amie Enora est là, mon amie Danaé aussi Reine de Naboo est là... je ne suis plus seule.


Justement, la cruauté de la guerre m'est apparue également suite à cette bataille sur Bastion, qui a tant marqué l'esprit de ma meilleure amie qui y avait participé, et étant très proche d'elle depuis plus de dix ans, mon arrivée au Temple Jedi, j'ai essayé de l'aider de mon mieux. Mais j'ai vu l'impact de la guerre, celui qu'elle pouvait avoir sur les esprits, en un sens... cela m'a un tout petit peu, très partiellement, préparé si on puis dire à la crudité de la chose. Les quelques missions avec Maître Greystone - quand elles n'étaient pas trop dangereuses ou trop confidentielles pour que je puisse l'accompagner, ce qui malheureusement, à mon goût, est survenu assez souvent, bien que je puisse comprendre le pourquoi du comment - aussi ont été très instructives sur la réalité de la notion, quand nous nous déplacions à bord du Firebird d'un bout à l'autre de la galaxie. Je n'en dis pas grand chose, mais j'en pense beaucoup. Je réfléchis assez souvent, en même temps j'en entend parler presque tous les jours, alors c'est logique. Je sais qu'un jour, moi aussi je pourrais être appelée, dans quelques années, quand je serais prête et aurais réussi les Épreuves, à gagner le "front" et aider de mon mieux l'Ordre et les valeurs que je chéris.

Il n'y a pas longtemps, j'ai retrouvé un peu par hasard mon ancien sabre-laser d'Initiée - alors que je cherchais totalement autre chose, pas assez important pour que je prenne la peine de le rappeler ici - dans nos quartiers. Je l'ai contemplé quelques minutes, songeuse, alors qu'il me rappelait la distance, le chemin que j'ai parcouru depuis mes jours d'Initiée Senior. Je l'ai pris en main, et je m'étonne encore du sentiment d'étrangeté que j'ai ressenti en esquissant ce geste. La poignée courbe et fine ne semblait plus me correspondre, je... ne ressentais plus aussi fortement ce sentiment d'adéquation à mon style et ma manière d'être maintenant. J'ai déjà tellement changée en un an... et je sais que je vais encore changer, au fil des années et de l'expérience accumulée. Secouant légèrement ma tête, j'ai reposé presque aussitôt mon ancienne arme là où elle reposait depuis plusieurs mois, sans l'activer. Après tout, je comprends mieux ce qu'avait voulu dire Maître Greystone quand il m'avait demandé de la laisser derrière moi ce jour-là. Sur le moment, j'avais été on-ne-peut-plus confuse de cette demande, hésitante, mais finalement... je comprends. Je ne dis pas que ça a été facile, non... je ne dis pas qu'il me reste encore beaucoup à apprendre et vivre, mais... les faits sont indéniablement là.

Avec Maître Greystone de plus en plus occupé avec ses missions où je ne peux l'accompagner et ses responsabilités nouvelles vis-à-vis de l'Ordre Jedi maintenant que le Grand Maître Eleanor Yunstar a mystérieusement disparu de manière inquiétante - je ne le juge pas, je comprends tout à fait - je multiplie les missions en solo ou les missions en équipe avec un autre coéquipier - ou d'autres coéquipiers au pluriel - Jedi, Chevalier, Padawan... ou encore, quelques fois, avec d'autres Maîtres Jedi. Cela arrive, très peu souvent car en général ils sont demandés avec des missions très importantes - trop pour un rang de Padawan - sont avec leur apprenti respectif, ou d'autres Maîtres/Chevaliers Jedi. Personnellement, cela m'advient très rarement.

En général soit, le plus souvent,  je fais du solo, ou sinon avec Maître Greystone quand je peux l'accompagner, ou par moment soit en équipe avec d'autres apprentis de mon âge. Aujourd'hui est une de ces rares missions de routine qui détonnent de l'habituel. D'un, je vais sans mon Maître. De deux, avec une Maître Jedi que je ne connais pas très bien, et de trois en direction d'une planète sur laquelle, il me semble, je ne suis encore jamais allée. Fondor, qui détient un - si ce n'est le plus grand - ensemble de chantiers spatiaux de la République, située dans la zone des Colonies de la Galaxie, elle-même située entre les mondes du Noyau et ceux de la Bordure Intérieure, celle qui précède d'un les Régions d'Expansion, et de deux la Bordure Médiane à laquelle Naboo, sur laquelle se trouve le Praexum Jedi, et sur laquelle je suis présentement, fait partie. Soit, un voyage assez long en vue, même avec un vaisseau véloce et maniable. Je me demande bien pourquoi l'Ordre a été demandé en ces lieux... en rapport avec la guerre en approche ? Je ne sais, mais ce serait bien possible...

Je n'ai pas été informée sur la nature exacte de la mission à laquelle j'avais été affectée en compagnie de ce Maître Jedi que je ne connais pas très bien, et ces deux points attisent grandement autant ma curiosité qu'un zeste d'inquiétude. Je n'aime pas trop ne pas savoir sur quoi on m'envoie - plutôt du genre de la planification que je suis - et avec qui on m'envoie. Pas que je sois difficile sur ce point là, non. Non, vraiment, c'est juste qu'avec certains Chevaliers, voire certains Maîtres et/ou Padawans, ce n'était pas toujours évident. D'un, il est vrai, j'ai un caractère et une attitude qui me sont propres. Et si je reste respectueuse, polie et assez disciplinée, je suis nettement plus distante et méfiante, peu bavarde, réservée et très attentive avec ces inconnus... enfin non, disons ces "méconnus". Les habitudes ont la peau dure, et je sais qu'il me faudra du temps pour me délester de ma méfiance maladive des "adultes" que je ne connais pas encore. Pour me défaire des sombres leçons de mon frère aîné, Alviss, qu'un jour je compte retrouver et confronter, directement ou indirectement. Luiqui m'a fait tant de mal... et a fait tant de mal. Celui à cause de qui j'ai été si longtemps amnésique, comme traumatisée..

Après, bien que ce phénomène soit heureusement en phase de régression depuis les nouvelles responsabilités de Maître Greystone, il y a ceux qui restent aveuglés par les "qu'en-dit-on" et autres racontars qui cerclent mon Maître à la réputation, disons... pour reprendre ses propres termes, "très controversée" - bien qu'en le connaissant un peu, cette mauvaise réputation soit totalement injustifiée, injuste et pas du tout avérée ! - et ma propre réputation qui n'est pas plus terrible que la sienne pour d'autres raisons. Enfin, non, je n'ai fais aucun mal. Juste que je traîne encore ma réputation d'Initiée - enfin là, de Padawan - assez en retard sur mes pairs moyens du fait de mon manque de confiance en moi maniement du sabre-laser, la maladresse qui en découle, ma réserve et relative "asociabilité" du fait du rejet de certains de mes pairs.

Et aussi, certes, d'un fait assez avéré que je suis plus fragile que la moyenne de par ma morphologie naturelle, je me blesse facilement et je ne suis pas, il est vrai, la plus endurante de mes égaux, très loin de là. Mais j'y travaille depuis un an, et Maître Greystone est un Maître aussi compréhensif, patient, chaleureux... que particulièrement exigeant en entraînement, tout en respectant ma progression sans brûler les étapes. Certes, je ne pense pas que j'égalerais un jour sa propre maîtrise - il faudrait un miracle supplémentaire pour cela -  mais j'ai, déjà, un petit peu plus espoir que je ne sois pas aussi irrécupérable que cela. Très lentement, à force de patience, il commence à gagner presque pleinement ma confiance, outre ma loyauté déjà acquise. Je le respecte grandement, autant j'apprécie son ancienne apprentie, et quand je vois déjà les progrès assez conséquents faits avec son aide... je m'estime vraiment une heureuse, honorée  Padawan bien décidée à le rendre fier. De même, en sa compagnie, ou celle de quelques rares proches se comptant sur les doigts d'une seule main, je m'ouvre, j'ose rire et laisser doucement poindre ce caractère que j'ai, ainsi que mes émotions, jusque là ardemment bridés en moi.


Donc, je me comporte en miroir de l'attitude qu'a envers moi mon coéquipier. Il y a des Maîtres et Chevaliers avec qui j'apprécie aller en mission ou recevoir les enseignements - comme Maître Yunstar, bien que je rentrais toujours fourbue suite à ses entraînements aussi rudes que ceux de mon Maître, ou encore le Responsable des Archives - et il y en a d'autres... avec qui le courant passe nettement moins bien, comme le Chevalier Twi-lek Van'Dils. J'ai jamais réussi à m'accorder avec cet être si sévère et bloqué dans son opinion, qui visiblement n'a pas toujours eu ma curiosité naturelle sous un bon angle, bien que j'eu fais nombre de missions en coopération avec lui. Au début, j'ai essayé de faire des efforts, de m'accorder de mon mieux, mais ça n'a pas trop payé pour être honnête. Soit, je préfère être moi-même et que l'on m'assume comme cela, aider de mes pleines capacités mon coéquipier, soit j'obéis aux commandes données, mais je reste distante, respectueuse, réservée et refermée sur moi-même, presque muette tant je suis silencieuse et parle alors très peu, n'osant pas ou ne voulant pas le faire sinon pour des nécessités de mission.

En somme, tout ce que Maître Greystone a refusé, dès le départ, de laisser s'installer entre lui et moi, et sur ce point ne m'a pas laissé m'enfermer dans ces habitudes, sans me contraindre à quoi que ce soit tout en me faisant comprendre qu'il était vain que je m'enferme dans ces attitudes. La notion de confiance mutuelle a demandé de ma part de nombreux mois de coopération, d'observation prudente et méfiante de ma part, et de patience, de compréhension et d'apprivoisement d'une Padawan assez brisée et peu confiante en autrui. Mais maintenant, je pense pouvoir affirmer qu'elle est là, pleine et entière, et assurément réciproque. Ce qui me rassure et me pousse à oser m'exprimer, baisser ma garde initiale, et m'améliorer à mon rythme, bien que j'admets qu'il reste encore nombre de choses à travailler de mon côté.


Bon, après tout cet égarement, revenons-en à la mission du jour. Je suis arrivée un peu plus tôt dans les hangars de Naboo, dans l'aile où je suis supposée attendre le Maître qui doit m'accompagner. N'ayant pas de pressentiment particulier - pour une fois ! - pour cette mission, j'ai décidé d'aller en simple, sobre et pratique malgré tout bure de Padawan, composée majoritairement de brun et d'un beige assez foncé, avec des bottes brunes habituelles et un manteau à capuche de voyage d'un brun foncé. Je garde mon attirail noir pour les missions que je sens moins ou que je sais... disons... mouvementées et particulièrement ardues et sportives, puis je suis de petite taille avec mon mètre soixante-trois d'humaine de seize ans fine et délicate, alors ça passe. J'ai laissé mes cheveux détachés sur mes épaules, ayant toutefois un élastique sur moi pour les attacher au besoin, avec bien entendu la tresse traditionnelle de Padawan indiquant mon statut, mon sabre-laser - enfin, celui prêté par mon Maître en attendant que je me juge prête à refabriquer le mien, qui était l'ancien de son ancienne apprentie, Johanna, ayant été donné à Maître Greystone pour ses prochains apprentis quand cette dernière était devenue Chevalier - à ma ceinture. J'ai vérifié également que mon comlink était fonctionnel, que j'avais mes réserves de survie et mon kit de premiers secours de nouveau opérationnel, me contentant du minimum syndical de mission.

Patiente - ne sachant quel vaisseau on allait emprunter - j'attends, dos appuyé contre un mur faisant face à la porte où est censé arriver le Maître que j'accompagne, bien droite et bras croisés, les yeux du bleu de l'océan vifs, perçants, curieux, attentifs et un peu inquiets certes. Mon visage aux traits délicats reste en apparence assez calme, type attendu du Padawan, mais je suis consciente que mes yeux si expressifs me trahissent un peu - surtout pour qui me connaît assez pour savoir me déchiffrer, exemple de mon Maître - et de l'intérieur je suis nettement moins posée et sereine, un peu nerveuse vis-à-vis de la mission, appréhensive à l'idée de ne pas connaître mon ou ma coéquipier - coéquipière, et aux aguets sur tous mes alentours, tant sur la Force que visuellement. Ma stature et mon attitude semblent indiquer effectivement tant une préférence pacifique, réfléchie et diplomatique, une fragilité physique, mais je cache très bien mes quelques atouts que même moi, dans ma modestie et manque de confiance, je ne peux pourtant nier et qui me rende une partenaire appréciable en combat si la coopération est efficace.

En effet, je ne suis pas du genre puissant, endurant, agressif et improvisateur. Ma force réside dans ma sensibilité supérieure à la moyenne à la Force, mes réflexes et ma capacité évasive, ma rapidité/précision, et surtout une posture défensive assumée. Je ne fais sans doute pas aussi mal que les autres à chaque coup, mais je frappe vite et précisément, je me fais moins toucher, et je sais où frapper pour faire mal. Tant que je reste calme et confiante, en général je m'en sors, de mieux en mieux d'ailleurs, et je peux parfois surprendre mon adversaire, surtout quand on me laisse le temps d'établir une stratégie. Je sais, pour compenser les faiblesses de mon corps, mettre en valeur la puissance, pour mon âge, de mon esprit et de mes réflexes, de mon écoute sensible de la Force. Si j'ai confiance en mon coéquipier ou coéquipière, je suis d'autant plus efficace. J'ai une grande capacité d'observation, et je suis redoutable en contre-attaque quand je trouve une ouverture que je peux exploiter. Bien que, certes, j'ai encore bien des progrès à faire pour égaler pleinement mes camarades...

Un changement dans les présences de la Force environnante me fait redresser la tête et fixer mon regard droit vers une silhouette approchante. Analyse de la présence : Maître-Jedi, assurément. Analyse de la personne en approche : humaine, dans les environs en âge de mon Maître je dirais à vue d'oeil, cheveux sombres assez longs, plutôt blanche de peau... ah ! Je crois que j'ai déjà entendu parler d'elle, mais sans la connaître en personne. Que je suis contente de pouvoir mettre un nom, j'aurais eu peur de me montrer incorrecte et faire honte à ma bonne mémoire si je ne m'en étais pas souvenue ! Que j'aurais été embarrassée ! Me redressant en voyant qu'elle s'approche dans ma direction, je décroise les bras et me détache du mur, un léger et mince sourire prudent, poli, discret bien que cordial sur mes lèvres, attentive de mon regard bleuté, avant de m'incliner par déférence due brièvement en saluant, puis  me présentant juste comme demandé une fois redressée et l'observant avec réserve :

- Bien le bonjour, Maître Cyneel. Je suis Lenia Séry, Padawan de Maître Greystone. Je suppose que l'on a du vous informer, mais je serais celle qui vous accompagnerais pour cette mission. J'en suis honorée, et je ferais de mon mieux pour vous assister autant que je le pourrais.

A première vue, elle n'a pas l'air méchante comme peuvent l'être certains Jedis assez aigris, mais soyons prudente. Attendant encore un peu par correction et politesse, je lui demande ensuite d'une voix douce, posée et au calme maîtrisé qui est celle que j'ai en face de personnes contre qui je n'ai absolument rien, mais que je ne connais pas encore assez, sur lesquelles je n'ai pas assez d'informations pour me risquer à me comporter... disons, plus librement et en confiance. Néanmoins je ne masque pas plus mon sérieux que ma curiosité vis-à-vis de cette mission encore bien mystérieuse pour moi :

- En revanche, je n'ai pas été informée des détails précis concernant cette mission, principalement de la destination.  En effet, il m'a été dit  que je devrais vous les demander en personne. Une... mission d'escorte, si je ne m'abuse ?

Je dois vous avouer que cela me fait un peu étrange de retomber dans mes habitudes, cela fait quelques missions que j'avais effectué en compagnie de Maître Greystone, mais ma prudence naturelle m'ordonne d'agir ainsi avant que je ne connaisse mieux la personne en face moi. Après tout, la dernière fois que j'ai essayé d'agir proprement "comme véritablement moi", c'était avec le Chevalier Van'D'ils et cela a tourné dans un désastre tel - il a moyennement apprécié et n'a pas été très délicat ou gentil - que je n'ai plus osé me montrer franchement et ouvertement dès les premières minutes, Maître Greystone étant une des rares exceptions à la règle. J'attends, j'observe, je déduis et, selon la conclusion, je m'adapte dans telle ou telle attitude. Même si, entre nous, j'espère réellement avoir l'occasion d'agir sans craindre de fâcher ou de rebuter avec mon propre caractère bien contenu en moi... mais juste sous la surface.


Dernière édition par Lenia Séry le Lun 16 Sep - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mission de routine, what else ? (pv Elah Cyneel) [Flashback] Jeu 30 Mai - 4:34

    Quand on appartient à l’Ordre Jedi et plus précisément lorsqu’on est sensible à la Force, il a des choses que l’on ressent avant même qu’elles ne se produisent, comme des remous comparables à des vagues qui font remuer la surface d’une mer calme depuis bien trop longtemps en apparence. On les ressent surtout lorsqu’on est dans les plus « haut-placés » de la hiérarchie et qu’on dispose donc à la fois d’une grande expérience dans le maniement de la Force et savoir l’écouter lorsque l’on médite, sachant pertinemment qu’il faut y être des plus attentif lors de ces moments privilégiés. En pleine méditation d’ailleurs, Elah pouvait pleinement ressentir ces mouvements qui annonçaient des heures sombres à venir. Ancienne Seigneur Noire, on ne peut pas nier qu’elle dispose d’un pouvoir certain et d’un grand lien avec la Force. Pourtant il n’y a pas que ça, elle est aussi sûre de ce qui se prépare pour la simple et bonne raison qu’elle y a activement contribué durant son séjour chez les Sith, ayant crée la discorde et de nombreux conflits au Sénat entre des mondes aujourd’hui en guerre les uns contre les autres, laissant une République affaiblie et nullement prête à affronter ce qui l’attends même en disposant d’informations qui pourraient l’y aider.

    Si elle le pouvait, la jeune femme reviendrait en arrière pour empêcher ça mais il est trop tard, ayant passée de nombreuses années à créer ces conflits afin que, justement, ils ne puissent pas être arrêtés aussi facilement que ça. Le mieux que puisse faire Elah désormais c’est consacrer le plus de son temps et de son énergie possible afin de renforcer ce qui peut encore l’être et faire en sorte que la République soit aussi prête que possible lorsque les choses glisseront mais c’est bien plus facile à dire qu’à faire. Il faut ainsi à la Jedi s’occuper de corriger les conséquences de ses actes tout en finissant de montrer qu’elle est bien revenue du côté lumineux, assez difficile à gérer. Heureusement qu’elle peut se permettre de méditer durant de longs moments pour mettre de l’ordre dans son esprit et si ça ne suffit pas elle peut toujours compter sur son amie de toujours, bien que celle-ci soit introuvable en ce moment, ce qui ne manque pas d’occuper de l’espace dans son esprit, inquiète de ne pas savoir avec certitude si Eleanor se porte bien ou si elle a des ennuis…

    Sa méditation terminée, Elah se releva et se prépara au départ pour se rendre au chantier naval de Fondor voir si tout ce passe bien au niveau de la production des vaisseaux pour la République. Elle sait que l’Empire est déjà mieux armé que ce que l’on croit, ayant appris pas mal de choses lors de cette négociation sur Dromund Kaas, alors autant éviter des mauvaises surprise et des défaites cuisantes parce que leur flotte n’était pas prête à affronter son adversaire direct. Cela n’est pourtant qu’une moitié de son voyage, devant aussi se charger de récupérer un membre important de l’armée Républicaine et l’amener sur Coruscant saint et sauf. A priori il n’y a aucun danger mais on ne sait jamais avec les temps qui courent et puis le conseil ne peut pas vraiment se permettre de refuser une demande de la sorte et c’est l’occasion de quitter un peu Naboo et le temple, ce qui fera le plus grand bien à notre amie.

    « Maître Cyneel ? Le vaisseau que vous avez demandé sortira bientôt d’hyperespace pour vous récupérer. »

    « Très bien. Nous les attendrons au hangar principal du Temple. »

    Et oui, elle a bien nous car elle ne part pas seule pour cette mission. Avant de partir elle avait demandée si elle pourrait emmener quelqu’un afin d’avoir un coup de main en cas de besoin, ce à quoi on lui avait donné un padawan qui l’accompagnerait. Ma foi pourquoi pas ? C’est toujours mieux d’apprendre sur le terrain que passer tout son temps au temple donc si l’élève en question accepte de venir et est bien là à son arrivée ça pourrait être bénéfique pour tout le monde. Enfilant sa tunique qu’elle ferma de sa ceinture pour y accrocher son sabre-laser, la jeune femme quitta sa chambre en portant sa tenue habituelle composée comme dit d’une longue tunique sans manche, fermée par sa ceinture dont les pants retombent jusqu’à ses chevilles couvertes par ses cuissardes, ne portant rien en-dessous de la ceinture en dehors d’une culotte, usant des pants de sa tunique pour donner l’apparence habillée. Sur ses épaules se trouve une cape noire à capuchon qu’elle ne porte pas. Un petit comlink est accroché à son gant, lui ayant ainsi permit de répondre directement quand on l’avait contactée juste avant qu’elle ne sorte. La Jedi se dirigea ainsi tranquillement jusqu’au hangar, marchant d’un pas normal. Pas besoin de se presser, le vaisseau ne risque pas de partir sans elle de toute façon.

    Elah finit par pénétrer dans le hangar où quelqu’un était bel et bien en train de l’y attendre, adossée au mur en face de son point d’arriver. Cela fit sourire la jeune femme, ravie de constater que la padawan était venue, cela pouvant en rebuter pas mal de partir seul en mission avec une ancienne Seigneur Noire mais peut-être ne sait-elle rien de tout cela, ceci n’étant pas quelque chose ayant été crié sur tous les toits après tout. La maître Jedi sortit de l’ascenseur et marcha jusqu’à arriver à la hauteur de la padawan devant qui elle s’inclina en guise de salutation avant de l’écouter parler et se présenter. C’est qu’elle n’est pas l’apprentie de n’importe qui en plus, intéressant. Quelque chose percuta pourtant l’esprit d’Elah qui arrêta ses pas pour regarder Lénia de façon presque sévère avant de lui répondre.

    « Oula, oula… Ne sois pas aussi formelle tu veux ? Je ne suis pas là pour te faire passer des tests ou quelque chose du genre. Tu es mon équipière pour cette mission alors détend toi. ~ »

    Lui dit-elle finalement en adressant un clin d’œil complice à la jeune fille qui allait l’accompagner. Quand on dit qu’elle n’est pas une Jedi conventionnelle, ce n’est pas du flanc. Bien trop longtemps elle a du parler et entendre parler des gens faisant preuve de trop de formalités et comme elle l’a dit, elles sont équipières sur ce coup-là donc autant se parler de façon plutôt naturelle. Elle n’est pas son maître après tout et puis ça l’embête qu’on lui parle de manière trop formelle sans arrêt, ça l’empêcherait presque de se sentir à l’aise… Je dis bien presque. Attention toutefois à ne pas confondre une façon de parler amicale à une façon irrespectueuse, c’est une maître Jedi quand même !

    Enfin, tout cela tient plus de la façon de voir les choses d’Elah, cette dernière ne se voyant pas vraiment au-dessus de Lénia malgré les rangs. Pour elle c’est très simple : Elles font équipes pour cette mission et sont donc toutes les deux sur un pied d’égalité, à peu de choses près… La jeune femme espérait que l’apprentie ait compris le message et si ce n’est pas le cas elle le lui redira sans se prendre la tête. En attendant sa partenaire venait de lui poser une question à laquelle sourit la Jedi qui s’avança encore en lui faisant signe de la suivre histoire d’aller se mettre à la bonne place en attendant l’arrivée de la navette.

    « Ca n’a rien de bien sorcier en principe. En premier lieu il s’agit d’un contrôle de routine au chantier naval de Fondor, histoire de s’assurer que tout va bien et qu’ils ont tout ce qu’il leur faut. Au retour on en profite pour faire un petit détour par Coruscant pour y déposer un passager de marque, membre important de l’armée. Il n’y a pas de danger à première vue mais ça le rassurerait d’avoir une escorte. Il faudra tout de même que l’on soit sur nos gardes, on ne sait jamais. »

    Une façon décontractée de parler de ses missions en général, voilà bien un signe distinctif chez Elah, l’ayant une fois de plus prouvé en parlant de leur mission comme si ce n’était rien. En soit elle n’a pas tord, aucun problème n’a été signalé ni aucune activité impériale ou criminelle dans ce secteur donc il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un canard et tirer une tête d’enterrement pour en parler. Son comlink finit par résonner et une voix lui indiqua qu’ils arrivaient, suite à quoi la jeune femme leur donna les cordonnées du hangar dans lequel se trouvaient les deux femmes. Ce fut une corvette CR90 qui se posa dans le hangar du temple, laissant le temps aux deux femmes d’y monter et d’aller voir le pilote pour lui indiquer leur destination. Quel vaisseau conviendrait aussi bien pour une mission « officielle » Jedi et une escorte ?

    « Si tu as des questions à me poser, n’hésite pas. Autant profiter du trajet pour te donner les détails de la mission ou pour faire un peu connaissance, si ça ne t’embête pas bien sûr… »

    Dit Elah après avoir parlé au pilote. Le cockpit étant assez petit, il valait mieux que les deux femmes attendent autre part histoire de ne pas se retrouver sur les genoux de l’équipage. La Jedi avait trouvée un petit coin avec des fauteuils plutôt confortable et une table non loin, de quoi s’installer confortablement et puis le vaisseau est assez grand pour qu’elles puissent se déplacer si elles en ont marre d’attendre mais pour le moment ce n’est pas le cas de la jeune femme qui attendait de voir si Lénia avait des questions à lui poser, sur la mission ou sur autre chose ça c’est à elle de voir, elle a le temps d’y répondre dans tous les cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mission de routine, what else ? (pv Elah Cyneel) [Flashback] Jeu 30 Mai - 12:25

Après donc nos salutations respectives et respectueuses de l'une et de l'autre, j'avais donc commencé - par politesse et correction - de me présenter, de m'introduire comme le ferait tout Padawan alpha ou bêta devant un Chevalier Jedi, un Maître Jedi ou autre personne d'importance en dehors du Temple Jedi. Mon approche prudente, distante, réservée et polie me vaut - étonnamment - un arrêt de sa part alors que nous marchions. Le sourire se fane légèrement et les sourcils s'arquent d'une manière sévère, renforçant l'impression véhiculée par son regard clair, alors qu'elle me réplique quelque chose à laquelle je ne suis pas si souvent habituée de la part des personnes de son rang avec qui je fais le plus souvent équipe en mission en dehors de mon Maître, Maître Greystone :

« Oula, oula… Ne sois pas aussi formelle tu veux ? Je ne suis pas là pour te faire passer des tests ou quelque chose du genre. Tu es mon équipière pour cette mission alors détend toi. ~ »

Si je suis très surprise les premières secondes, par habitude comme geste de défense interne - et de crainte d'avoir vexé mon interlocutrice - je me replis derrière mes boucliers mentaux et je recule de manière intangible et invisible. Dans mon attitude rien ne change, jusqu'à ce qu'elle me laisse voir un clin d'oeil et qu'alors je me détende visiblement. Mes épaules se relâchent, mon corps s'apaise visiblement, et mon visage sage et prudemment neutre, comme le bourgeon d'une fleur sous la caresse d'un rayon de soleil matinal, s'ouvre, éclot et s'épanouit quelque peu. L'expression plus lumineuse tout de suite - moi aussi je préfère ce type de coopération en mission ! - je l'observe quelques minutes du regard, mes prunelles bleutées alors vives et pétillantes de curiosité à son égard, de respect aussi. Jusqu'à ce que je laisse un premier vrai, léger et délicat, sourire orner mes lèvres, aussi discret soit-il, et que je ne réponde d'une voix douce, posée, soulagée d'avoir une coéquipière loin de mes craintes initiales :

- Ce sera avec plaisir, Maître Cyneel. A vrai dire, c'est ce que je préfère aussi, la formalité me rend nerveuse, pour être tout à fait honnête

J'ose un léger sourire reconnaissant, alors que j'adapte ma foulée à la sienne, veillant à ne pas me trouver trop loin en arrière. Tant pour suivre à ses volontés de me traiter comme proprement une équipière, qu'aussi travailler ce point pour faire plaisir à mon propre Maître. Alors que je profite d'un bref silence profitable avant de lui reposer une question, me cherchant un peu, une ombre de sourire amusé glisse sur mes lèvres alors que je me rappelle certains moments en mission / hors mission avec Maître Greystone et/ou son ancienne Padawan Johanna Direwolf. Et encore, avant, j'étais pire que cela avec eux, je me rappelle assez bien les efforts de Johanna - qui avaient fini par payer, ces dernières semaines seulement - pour que je daigne ne pas être trop formelle vis-à-vis d'elle. Parfois je l'avais exaspérée - à mon désarroi - mais il y a bien un point que je semble partager avec notre Maître commun et elle : l'entêtement.

Et, pour une rare fois, j'avais trouvé quelqu'un de plus têtu que moi, et j'avais fini par lentement céder à ses insistances, à sa grande satisfaction. Je ne dis pas cependant que je suis entièrement familière avec elle, mais je fais des efforts, c'est déjà cela. Quand à Maître Greystone... c'est un peu plus délicat, mais je m'y efforce. Pour ma défense, cela ne fait qu'un an que je suis son apprentie, donc il me faut du temps pour accepter de m'ouvrir à lui et laisser tomber ma formalité entièrement. C'est assez vrai en règle générale, il me faut du temps, une bonne réponse de l'autre parti concerné... ou une situation dramatique, genre une mission qui vire très mal dans l'imprévu et où la menace de mort est perpétuelle, vous attend dans chaque ombrage d'arbre et chaque ombre de rocs. Mais déjà j'ose par moment faire de l'esprit, plaisanter ou rire... des fois
.

Puis bon, elle n'a pas à s'inquiéter question respect à un Maître Jedi. Je suis respectueuse par nature - à l'excès, certes - donc c'est, dans mon cas, plus un challenge de me rendre plus familière que me faire respecter la hiérarchie. Ah, les restes de l'éducation sévère et aride de l'orphelinat, ainsi que le contre-coup d'avoir été une initiée prise très tard en apprentissage - à mes quinze ans, et là j'en ai seize - et d'avoir du coup été longtemps en contact avec une discipline informelle et généralisée des Initiés. Et de ma nature-même, humble, discrète, réservée, secrète et méfiante au possible. Ma confiance est lente à gagner, mais je peux accepter de faire des efforts - de bon grès - si je pense pouvoir avoir confiance en celui ou celle me faisant face... même un petit minimum.

Ma curiosité par exemple est le moyen par excellence de me tirer de ma méfiance initiale et d'initier le contact avec moi. Au fond, je ne suis pas méchante et asociale, non... peut-être que je suis juste trop modeste, et surtout, avant tout, un peu craintive dans mon contact avec autrui. Les "Adultes", comme je les appelais jusqu'à encore très récemment. Quand on connaît mon histoire, un pan fragmenté et parcellaire de mon passé, on comprend mieux.. Mais la capacité de compréhension, de patience et de juste équilibre entre fermeté et douceur de mon Maître, ses efforts, commencent à payer et je change très doucement, comme je vous le disais précédemment. Et comme je n'aime ni me répéter, ni radoter, alors je ne vais pas revenir sur ce sujet. En revanche, les réactions abruptes, sèches et trop sévères envers moi ont l'effet inverse, et pour un pas avancé auparavant je recule de trois dans ces situations. Et cela me conduit à adopter une attitude que, si j'en crois ce que j'ai pu observer jusque là, Maître Cyneel n'apprécierait pas vraiment. Et Maître Greystone non plus, c'est précisément aux antipodes de la relation Maître - Apprentie qu'il semble rechercher avec moi, si j'ai bien compris à la longue.

Et là, ma coéquipière de Maître Jedi semble marquer un point sévère puisqu'elle ne se fâche pas de ma curiosité, semble en sourire même et m'invite d'un geste de la main à rejoindre son niveau. Sans un mot, j'accélère mon pas, nettement plus détendue et curieuse qu'avant, jusqu'à ce que ma foulée s'accorde à peu près la sienne. Ainsi, je l'écoute avec attention alors qu'elle me guide vers le quai où doit se trouver - ou se trouvera bientôt - le vaisseau supposé nous emmener jusque sur Fondor, droit vers notre mission en commun. L'Attention est une de mes autres qualités, que je ne peux pas nier en dépit de ma modestie, et je tend l'oreille pour retenir les informations données :

« Ça n’a rien de bien sorcier en principe. En premier lieu il s’agit d’un contrôle de routine au chantier naval de Fondor, histoire de s’assurer que tout va bien et qu’ils ont tout ce qu’il leur faut... »

En Principe. J'aime ce "en principe", je le connais très bien moi-même. Même si - heureusement pour ma dignité - j'ai connu plus de missions se passant comme prévues sans aucun problème que ce soit, les quelques qui me soient les plus douloureusement mémorables étaient presque toutes des missions n'ayant "rien de bien sorcier en principe". Mais je ne montre rien de mes réflexions, approuvant en silence distraitement tout en réfléchissant et continuant d'écouter malgré tout. Petite gymnastique mentale à laquelle je m'efforce de travailler depuis que je suis en apprentissage, pour que mes pensées ne parasitent pas le flot d'informations que je puisse recevoir de ce qui m'entoure.

Nombre de fois Maître Greystone m'a prise en flagrant délit d'être "perdue dans mes pensées" - comme j'aime bien décrire le phénomène - et m'a légèrement sermonnée après m'avoir laissé le temps de me rendre compte de ma gaffe. Oh, il a bien divers stratagèmes pour ce faire, le dernier en date étant un changement brutal de sujet sans que je ne m'en aperçoive. Ainsi - alors que nous discutions auparavant des événements advenus en son absence - il s'est mit avec amusement à me réciter un passage du Code Jedi soulignant l'importance pour un apprenti Jedi d'écouter avec attention son Maître.

Force, que j'ai été embarrassée quand je me suis rendue compte de ma bourde ! Je lui avais demandé s'il pouvait me répéter sa question - ayant supposé qu'il en avait posé une au vu du silence qui s'était alors posé - avant que le déclic ne se fasse dans ma tête et que je ne réalise avec gêne extrême devant son extrême amusement ce qu'il s'était passé. J'ai eu droit à une légère réprimande amusée - cela peut largement suffire pour que je comprenne dans mon cas - avant que nous n'embrayons de nouveau sur notre sujet initial. Je ne me lasserais jamais de ces discussions, pas plus que celles avec Elora ou Johanna... des proches.


« ... au retour on en profite pour faire un petit détour par Coruscant pour y déposer un passager de marque, membre important de l’armée. Il n’y a pas de danger à première vue mais ça le rassurerait d’avoir une escorte. »

Bon, revenons sur la mission. Partie une : Fondor - chantier naval - simple visite de contrôle de leur bon état - bon fonctionnement - s'ils ont tout ce qu'il leur faut pour préparer de leur mieux la République aux conflits en très fortement probable approche qui vont secouer encore une fois la galaxie. Ah, cette guerre, qu'elle se fait redouter et pressentir... j'ai beau n'être qu'une modeste Padawan, douée dans l'usage et l'immersion dans la Force, mais encore jeune sur les voies de la Force, je ne peux pas dire, nier en bloc, que ce mauvais pressentiment n'est pas présent. Comme de mauvaises ondes, vagues, diffuses, d'un danger en lente approche mais qu'on ne peut vraiment prévoir. Je n'ai pas le don de vision de Force, et je tire mes déductions de mes observations au quotidien du monde, des gens, des lieux qui m'entourent, en et hors missions... je n'étais pas vraiment au courant de cette partie là, sinon vaguement, mais mieux vaut tard que jamais, et de la bouche-même de ma coéquipière, de celle qui mènera cette mission et a demandé à avoir un peu d'aide dans sa mission.

Partie deux : Trajet retour depuis Fondor - détour par Coruscant - mission d'escorte - personnalité importante - faisant partie de l'armée républicaine - aucun danger en vue... mais pour citer Aran, "Vigilance Constante !". J'ai appris ma leçon maintenant, que ce soit à l'aide d'un traître pirate infiltré sur la frégate de Naboo, un rancor enragé embusqué sur une planète folle et inconnue, des loups-garous mutés enragés et plus malins que prévu, ou encore des pirates qui se font une joie de semer la panique dans une station spatiale impériale pile lors de délicates - et échouées d'avance - négociations diplomatiques entre émissaires impériaux et républicains. Ou, sur une note plus légère, les séances d'escrime avec mon Maître et les coups décisifs imprévus, sans oublier les entraînements horribles avec Aran et ses maudits tirs paralysants de fusil-blaster. Et après on s'étonne que je sois encore plus redoutable en esquive avec tout cela, hein... presque intouchable si je suis et reste concentrée face à quelqu'un de mes pairs proche de mon niveau.

Ah ça, je connais bien en revanche les missions d'escorte, on m'y colle très souvent comme mission en solitaire. Après tout, les Maîtres ont pu constater - force m'est de l'admettre malgré moi - mon obstination à toute épreuve à protéger mon escorté, quoiqu'il advienne, et la débrouillardise que je suis, parfois, capable de démontrer en situations délicates. Forte de mon expérience assez... disons... riches en sensations fortes sur cette planète inconnue, après un crash sur un vaisseau diplomatique sans le moindre armement, en compagnie isolée avec mon escortée et amie Danaé Anastasia, aussi Reine de Naboo. Où nous avons été mis en péril de mort très proche un certain nombre de fois à cause de toutes petites erreurs d'inattention communes au petit groupe. Dans le genre... hum... si je compte et me souviens bien... pas loin de quatre fois ? Bien trop à mon goût, d'ailleurs. Je m'en serais bien passée, du moins, j'en aurais bien exempté mon escortée - et mon amie - si j'avais pu y faire quelque chose. La mission où j'ai eu le plus peur de ma courte existence ? Celle-là, assurément. Vous pouvez être certains que, jusqu'au jour où la Force me rappellera à Elle, je ne suis pas prête de l'oublier, aucun détail, et aucune de ses rudes leçons.

N'empêche, je comprends entièrement la demande du personnage important, au vu des temps qui courent. Et cette fois, je suis très soulagée à l'idée de ne pas être toute seule pour gérer les situations délicates si quelque chose ne tourne pas comme prévu. Maître Greystone a beau m'assurer que, même si j'ai fais quelques erreurs, que je n'ai eu assez confiance en moi, il était fier de moi et que j'avais agis en Jedi et de mon mieux au vu de mes expériences et connaissances, je ne suis toujours pas satisfaite dans le fond. Perfectionniste, oui messieurs - dames, c'est un autre de mes défauts/qualités à double-tranchant. Moi, je ne suis pas fière de moi sur cet épisode, et je ne considère pas cette mission comme pleinement réussie. Danaé n'aurait pas dû être blessée, le crash n'aurait jamais du avoir lieu, le traître infiltré n'aurait jamais du réussir son coup... je ne peux pas empêcher la culpabilité de me mordre encore devant mon impuissance passée. Certes, que pouvait une Padawan fraîchement sortie du Temple contre une meute de loups-garous mutés ou un rancor de mauvais poil ? Rien, ou si peu . Aussi peu que face à un Seigneur Sith dans un lieu de force sombre je présume.... mais je déteste être impuissante et échouer...

Néanmoins, son tour toujours détendu et relaxé m'invite à rester calme moi, et je garde toutes ces réflexions derrière de prudents boucliers mentaux, tout au fond de mon esprit. Cela dit, cette fois, je n'ai absolument rien perdu à la discussion, et je ne peux qu'approuver une fois de plus alors qu'elle conclue son propos explicatif - briefing de mission :

« ... Il faudra tout de même que l’on soit sur nos gardes, on ne sait jamais. »

Ah ça, pas besoin de me le redire, j'ai appris ma leçon à la dure, et je sais que je continuerais de l'apprendre tôt ou tard. Et, une fois n'est pas coutume, je reste fidèle à mon habitude récurrente du "dire le moins pour en exprimer le plus". En effet, usant d'une voix calme, douce et posée qui est la mienne, bien que déterminée à remplir la tâche donnée et me rendre aussi efficace que possible pour l'aider, je lui réponds alors ces quelques mots en résumant:

- Alors c'est bien une mission d'escorte, mais précédée, doublée, d'une mission de contrôle ? Aucune difficulté particulière de prévue mais rester vigilante malgré tout... la routine en somme. Je garderais tout ça bien en tête, vous pourrez compter sur moi, Maître Cyneel.

C'est alors qu'un comlink présent sur l'un de ses gants se met à biper, interrompant la discussion et qu'avec patience et curiosité j'attends qu'elle termine sa discussion avec qui-que-soit son interlocuteur... plutôt interlocutrice si j'en crois la voix que perçoivent mes oreilles fines. Une qui ne m'est pas totalement inconnue, il me semble l'avoir déjà entendue au cours de certaines missions, trop pour que je puisse l'identifier clairement. Sans un mot, je réfléchis sur tout ce qu'elle vient de me dire, les rangeant de manière organisée dans mon esprit, de manière à y avoir aussi rapidement possible accès en cas de besoin. Et, si je le sentais nécessaire, faire quelques recherches supplémentaires sur Fondor que je ne connais pas très bien, outre les détails majeurs la caractérisant, à l'aide de mon datapad qui ne me quitte jamais.

Très vite cependant je me focalise quand j'entend un vaisseau s'approcher de notre hangar, et s'y poser tranquillement avec assurance. Mes yeux d'un bleu alors vif et curieux observent, intrigués, le trapu vaisseau de transport aux dominantes blanches et orangées regagner le contact avec le sol et se couper progressivement de celui avec l'air. Ouah, il est imposant quand même ! Je ne suis pas une férue de mécanique et d'armement, mais ma curiosité hétéroclite et maladive m'a déjà poussée à lire des renseignement sur les principaux vaisseaux républicains. Allons, je suis un "rat des Archives" après tout, non ? Ce que j'aime chez ce vaisseau, bien qu'il ne soit ni le plus véloce, ni le plus grand, ni le plus résistant, ni le plus puissant...c'est son équilibre et sa discrétion. Derrière son apparence "modeste" - en comparaison d'autres vaisseaux de combat que j'ai pu voir - je sais qu'il enferme dans ses entrailles foule de talents, et surtout un bon armement de défense. Ce qui m'a cruellement manqué lors de cette mission dans la frégate royale de Naboo... sans le moindre armement.

L'aspect de ce vaisseau, ses lignes, me rappellent vaguement - très vaguement - l'apparence d'un oiseau, qui aurait été dépeint et déformé par un artiste-peintre de cette vogue moderne qui prédomine les domaines picturaux, et artistiques en général de notre époque. Bon, certes, l'impression est moins forte que vis-à-vis au fier, vétéran, fidèle et solide Firebird de Maître Greystone... mais avec un peu d'imagination et de rapprochement, elle est là aussi. Je brise ma contemplation pour suivre Maître Cyneel quand elle rentre dans le vaisseau, restant autant à son niveau que possible, très légèrement en retrait comme je reste respectueuse et que je suis consciente de son statut. Jetant un dernier regard au hangar, je pense au "Masamune" et au "Vent de l'Aube" qui m'attendent quelque part en son sein... mais ce ne sera pas aujourd'hui qu'ils voleront. Ils attendront encore un peu, ma prochaine visite à Danaé ou ma prochaine mission, tout aussi probablement... en route, on a du pain sur la planche quand même, et un assez long trajet jusqu'à Fondor.

Je la laisse s'entretenir avec le pilote, restant légèrement en retrait, observant d'un oeil vif et perçant nos alentours. Et bien, ça a l'air exigu ici ! Je me demande bien où ils vont réussir à nous caser le temps du voyage... je n'avais pas cette impression d’exiguïté de l'extérieur. Heureusement que je ne suis pas une claustrophobe prononcée, il n'y a que les boyaux vraiment étroits qui me rendent un peu mal à l'aise. Comme ceux de Bannistar Station par exemple. Autant que je le peux, je sonde discrètement de la Force nos alentours, mais ne sent rien qui ne m'alerte particulièrement. Rien à signaler, tant mieux. Ainsi Maître Cyneel communique-t-elle notre destination au pilote, discute un peu avec lui de détails avant de se retourner dans ma direction et lancer à mon attention :

« Si tu as des questions à me poser, n’hésite pas. Autant profiter du trajet pour te donner les détails de la mission ou pour faire un peu connaissance, si ça ne t’embête pas bien sûr… »

Laissant un léger sourire sur mes lèvres en réponse, j'approuve d'un bref signe de la tête avant de la suivre alors qu'elle quittait le cockpit du vaisseau pour gagner une autre partie de ses entrailles mécaniques. Comment refuser une invitation pareille, quand vous êtes quelqu'un d'aussi curieux d'esprit que je ne le suis ? Difficilement, fort difficilement, vous en conviendrez. Mais je préfère, me connaissant assez, d'attendre que nous soyons assises quelque part. En effet, quand je pose des questions, j'ai la fâcheuse tendance d'en poser beaucoup, parfois assez longues et complexes, pour rassasier en partie mon insatiable curiosité envers la connaissance en général, les missions... et les gens aussi. Au bout d'un moment, nous voilà installées, face à face, dans un petit coin avec des fauteuils, qui avaient l'air plutôt confortables pour des sièges d'un vaisseau de transport. On voyait aussi, non loin de là, une table basique, en somme, effectivement, une pièce usuelle, organisée, mais agréable pour s'installer. Nous autres Jedi, de plus, ne sommes de nature des difficiles. Cette simplicité, sobriété, me convenait tout à fait, c'était mieux que l'orphelinat de toute manière. Il ne pouvait - ou si peu - y avoir pire que le mobilier de là-bas.

Après donc m'être installée en face d'elle, je reste bien droite dans ma posture dorsale, pas encore assez fatiguée ou relaxée pour profiter du confort modeste du fauteuil. En effet, mon esprit est lui bien réveillé et tenté de la précédente offre proposé, en dépit de ma méfiance initiale. Rejetant quelques mèches dans mon dos, derrière mes épaules, je finis par poser mes coudes sur les minces accoudoirs, joignant mes mains - n'ayant rien pour occuper mes doigts malheureusement - et prenant un air réflexif. Qui ne dure pas très longtemps avant que je ne résiste pas à répondre et poser ma première série de question. Un sourire intérieur dans mes pensées, je me demande si elle sait le "cyclone" qu'elle a mis en marche en m'offrant la possibilité de poser des questions, sans rien restreindre. Parvenant à l'observer dans les yeux - après des mois d'entraînements et d'efforts "surhumains" avec Maître Greystone - je finis par lancer d'une voix claire et douce, quoique réservée et encore timide :

- Et bien, puisque vous me le proposez si gentiment, j'en ai quelques unes en effet. Enfin, un certain nombre plutôt, mais... bref ! Je ne sais pas vraiment par où commencer en fait. S'il est vrai que je suis très curieuse d'avoir plus de précisions sur notre mission, par exemple l'identité de celui que nous allons escorter, je dois avouer que vous m'intriguez beaucoup aussi.

Me rendant compte de la manière dont on pourrait mal interpréter mon propos, je sens la gêne menacer de ma gagner devant ma maladresse et je m'interrompt aussitôt, me figeant quelques secondes, avant de clarifier la dernière partie de mon propos avec une expression faciale sincèrement ouverte et chaleureuse, curieuse mais réservée, prudente, alors que mon regard bleuté reste aussi clair, vif, qu'intrigué à son égard, et ma voix aussi posée que ma nervosité grandissante - et rudement refoulée - me le permet :

- Heu, ce... pas de la manière dont vous pourriez le penser ! Je veux dire... j'ai beau avoir vécu au Temple plus de dix ans, je ne vous connais pas très bien en fait. Enfin, en dehors des bruits habituels entre pairs au Temple, bien entendu. Mais je suis curieuse, je suis consciente un peu trop des fois, et j'aime mieux connaître mes interlocuteurs. Sans pour autant vouloir être indiscrète, je comprendrais que cela puisse vous déranger.

Je ne peux pas contenir un léger sourire amusé - plaisanterie interne concernant ma réputation et celle de mon Maître au Temple - alors que je reprends avec un brin d'assurance amusée, osant montrer un tout petit peu de ma personnalité d'ordinaire sagement préservée sous la surface de calme. Mes yeux bleus étincellent de curiosité prudente, mais d'un esprit ouvert et réfléchi qui ne demande qu'à mieux connaître et connaître plus encore de choses :

- Puis... pour tout vous avouer, je ne prête aucune valeur aux rumeurs qui circulent dans le Temple. D'un, je préfère baser mon jugement sur mes propres observations, et n'affirmer quelque chose que si je suis sûre de sa véracité-même. Et puis... à en croire certaines, Maître Greystone serait un dangereux Jedi sur le point de sombrer, dont le passe-temps favori est la chasse aux Siths. Ce qui est aussi ridicule que faux. Alors bon, je peux dire que je ne sais rien de vous, ou si peu. Après, je comprendrais que vous puissiez refuser, chacun a le droit à sa sphère privée. C'est normal.

A vrai dire, je ne connais pas encore son passe-temps favori, je sais qu'il en a plusieurs en tout cas - quand il n'est pas débordé par ses missions pour le Conseil - mais je suis certaine de deux choses : la "chasse aux Siths" ne fait pas partie de ces derniers, et de deux je sais qu'il n'est pas sur le point de sombrer. Ceux qui veulent me contredire n'ont qu'à faire l'effort de percevoir et observer sa présence dans la Force, sa personnalité et ses habitudes avant de croire et/ou de raconter de telles sornettes dans son dos. Par exemple, je sais qu'il aime bien faire du chocolat chaud en retour de missions - d'ailleurs je me suis fait un petit défi amical et personnel d'essayer de l'égaler et/ou de le dépasser dans la maîtrise de la concoction de cette boisson - et qu'il sait bien les faire. Et puis, cela ne me regarde pas forcément, j'estime lui faire assez confiance pour m'en préoccuper. Surprise de ma propre et soudaine expressivité verbale, je me reprends aussi et essaye d'en rire moi-même pour cacher ma gêne, avec un léger rire nerveux contenu entre mes lèvres serrées et un très léger voile rosé de gêne :

- Après, vous pouvez aussi me le dire quand je parle trop ou que je pose trop de questions, je ne veux pas vous déranger et je me tairais. Ou vous pouvez aussi, si vous avez des questions à mon propos, me les demander. Bien que je doute d'avoir grand chose d'intéressant à dire à mon sujet, j'y répondrais volontiers.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mission de routine, what else ? (pv Elah Cyneel) [Flashback] Lun 8 Juil - 5:08



    En attendant que le vaisseau qui allait transporter les deux Jedis arrive, Elah en avait déjà profitée pour expliquer brièvement en quoi allait consister leur mission d’aujourd’hui, restant vague une première fois puisqu’elle sait que le voyage prendra un peu de temps et en laissera donc énormément pour entrer davantage dans les détails. La jeune femme attendit patiemment, les mains posées sur les hanches, que le vaisseau se pose afin de pouvoir embarquer en compagnie de son équipière. En montant à bord du vaisseau, la Jedi prit quelques instants pour observer l’intérieur, reconnaissant bien le style sobre mais classe et lumineux de ces engins qui ont même un petit quelque chose d’assez apaisant. Après ce rapide coup d’œil, la jeune femme adressa un signe de tête à la Padawan avant de se diriger vers le cockpit afin de voir l’équipage et leur indiquer leur destination.

    « Bonjour Maître Jedi, je suis la capitaine Shapris et je tiens à dire, au nom de tout l’équipage, que c’est un honneur d’aider l’Ordre Jedi dans sa tâche. »

    Le capitaine du vaisseau, une femme assez jeune et de corpulence moyenne, assez jolie en sois, possédant une cicatrice vers le bas de la joue gauche, présenta ainsi ses hommages à la Jedi qui s’inclina en guise de signe de respect devant elle avant de répondre à son tour.

    « Merci Capitaine, l’Ordre tout entier vous en est reconnaissant. Est-ce que les préparatifs que j’ai demandé ont été fais ? »

    « Oui Maître Jedi. Nous avons avec nous une vingtaine d’hommes armées afin de garantir la sécurité de votre passager ainsi que la vôtre tout au long du voyage. »

    « Je n’en demandais pas autant mais merci beaucoup, je veillerai personnellement à ce que vos actes exemplaires et vos démarches soient signalés à vos supérieurs. Maintenant allons’y, nous mettons le cap sur Fondor, Capitaine. »

    Dit Elah en s’inclinant avant de tourner les talons et de s’éloigner, laissant la capitaine se mettre une dernière fois au garde à vous avant de s’adresser à son équipage. La Jedi alla ensuite s’asseoir dans ce qu’on pourrait qualifier de petit salon pour passagers en nombre réduits, prenant place dans un grand canapé moelleux blanc. Elah se tenait de façon décontractée, les jambes croisées et un bras posé sur le rebord du fauteuil afin de se mettre à l’aise. Là où certains Maîtres auraient pu vouloir profiter du temps de voyage pour s’isoler afin de méditer sur les événements à venir ou autre chose, la jeune femme préféra quant à elle mettre ce temps à profit pour faire un peu plus connaissance avec son équipière qui, d’une certaine façon, lui faisait un peu penser à elle lorsqu’elle n’était encore qu’un Padawan de l’Ordre.

    La Jedi, confortablement installée et faisant preuve d’une attitude on ne peut plus décontractée attendit donc que son équipière du jour profite du droit qu’elle obtenait, celui de lui poser les questions qui pourraient lui tarauder l’esprit, au sujet de la mission ou sur un autre sujet, en somme. C’était d’ailleurs le cas, Lenia lui demandant l’identité de la personne qu’elles récupéreraient au chantier naval une fois l’inspection terminée. Cela fit sourire Elah, non pas parce que la question était simple, mais parce que c’est aussi la première chose qu’elle aurait demandée à la place de la Padawan. Avant de répondre, la Jedi sortit un petit holo-projecteur, ovale et plat, d’une petite poche située sous la ceinture de son corset et le posa sur la table entre elle et son équipière.

    «  Il s’agit du professeur Gadon Tosh. D’après les informations données il s’agit d’un scientifique de la République qui travail sur différents projets importants dont je n’en connais pas les détails. Il semble pourtant que ça soit important pour que la République ne souhaite pas prendre le risque de le voir se balader seul trop souvent et à donc fait appel à nous. »

    Expliqua-t-elle pendant qu’une holo-représentation du scientifique tournait lentement sous les yeux des deux femmes, représentant un Mon Calamari de faible carrure, témoignant bien du fait qu’il passe plus de temps à faire ses recherches qu’endurcir son corps. Ô personne le blâmera pour cela, il est bien plus utile comme ça que si la moitié de son temps de travail était retiré au profit d’entrainement physique. La secousse de l’entrée du vaisseau dans le couloir d’hyperespace vers leur destination se fit sentir et tira Elah de ses pensées, réfléchissant aux raisons faisant que cet homme avait besoin d’une escorte Jedi, reposant ainsi ses yeux sur la Padawan qui était occupée d’essayer de rattraper ce qu’elle avait dit un peu plus tôt, ne manquant pas de faire à nouveau rire la Maître Jedi.

    « Ne t’en fais pas, je me ferai un plaisir de répondre aux questions que tu pourrais te poser. Tu n’as pas à te sentir gênée, ce n’est surement pas moi qui te ferai des reproches sur ta curiosité ou envie de savoir. »

    Dit la Jedi en étouffant un petit rire amusée, ayant presque l’impression de se voir et de discuter avec elle étant plus jeune. Étant donnée qu’elle venait tout juste de lui dire de ne pas se sentir restreinte ou quoi dans ses questions, Elah ne releva pas les nouvelles paroles sur le fait qu’elle ne prête pas attention au rumeur, éteignant l’holo-projecteur pour le ranger là où elle l’avait pris avant de se remettre dans le fond du canapé, croisant les jambes avant de poser sa tête sur son poing fermé servant d’appuis.

    « Chacun à sa vision de ce qu’est ou devrait être un Jedi, Padawan, mais il appartient à chacun d’entre nous de montrer qu’on peut en être un sans répondre à l’archétype que tout le monde se fait d’un Jedi. »

    Une philosophie tenant tête à Elah, cette jeune femme n’étant d’une part pas une Jedi conventionnelle, loin de là même mais n’apprécie en plus pas des masses l’idée reçue du Jedi constamment sérieux et presque froid dans son attitude, stéréotype qui semble faire passer tous les autres pour des bizarreries et faire oublier que même les Jedis sont de base des personnes comme tout le monde, avec leur propre caractère et personnalité…

    « Depuis quand es-tu au temple et as-tu débuté ta formation, Padawan ? Je ne me souviens pas t’avoir vue depuis mon retour. »

    Une question un peu bateau mais la première qui vint à l’esprit et qu’elle posa en attendant de l’écouter lui demander ce qui pourrait lui brûler les lèvres en ce moment, ayant cru comprendre que Lenia avait certaines choses à vouloir savoir sur elle, Elah n’étant pas du genre à cacher grand-chose et ça ne lui coûtera rien de répondre ou de lui dire simplement que certaines choses ne peuvent être abordées avec elle, tout simplement, du moins à l’heure actuelle.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mission de routine, what else ? (pv Elah Cyneel) [Flashback] Mar 9 Juil - 2:58


Alors que je suis restée quelque peu en arrière, après le signe de tête du Maître Jedi que j'accompagne, j'écoute d'une oreille fine et attentive les brides de conversation que j'entends émaner depuis le cockpit du vaisseau qui allait nous mener vers notre destination, Fondor. J'en profite, méfiante et prudente, pour inspecter autant que je le puisse à mon niveau, et sans me faire remarquer cela va de soit, sur le plan de la Force notre sécurité, sondant discrètement nos alentours et notre entourage...

« Bonjour Maître Jedi, je suis la capitaine Shapris et je tiens à dire, au nom de tout l’équipage, que c’est un honneur d’aider l’Ordre Jedi dans sa tâche. »

De là où je peux le voir, c'est une jeune femme humaine qui semble présider ce vaisseau, encore assez jeune d'ailleurs... peut-être une décennie de plus que moi, tout au plus, de ce que je peux voir, ou alors elle ne fait vraiment pas son âge et accuse très bien le poids des ans. Son apparence ne la distingue guère de la moyenne des êtres humains de sexe féminin, mais elle reste plutôt jolie, et je remarque cette cicatrice qui barre un pan de son visage. Signe qu'elle a du en connaître des choses et des expériences... je ne sens rien de mauvais émaner d'elle, mais je resterais sur mes gardes malgré tout, j'ai appris de ma mésaventure avec Danaé et ce maudit copilote traître infiltré...

« Merci Capitaine, l’Ordre tout entier vous en est reconnaissant. Est-ce que les préparatifs que j’ai demandé ont été fais ? »

« Oui Maître Jedi. Nous avons avec nous une vingtaine d’hommes armées afin de garantir la sécurité de votre passager ainsi que la vôtre tout au long du voyage. »

C'est bien vrai que c'est grâce à la générosité et la loyauté de pareils chefs d'équipage, et équipages en général, que l'Ordre peut être aussi actif et se rendre utile aux quatre coins de la galaxie, quand ses membres ne peuvent pour une raison ou une autre emprunter leurs propres appareils de transport. Je les admire, en soit, mais comment dire... je reste très vigilante sur les possibilités de trahison, désormais, c'est une habitude dont j'ai bien du mal à me défaire... tiens ? Des préparatifs ? Comment cela, Force, une vingtaine d'individus armés en plus de deux Jedi ! Diantre... ça devait être sacrément sérieux comme mission ! Déjà, faire appel aux Jedi est montre d'une mission sérieuse, mais si en plus on complémente cela avec des renforts armés... je me demande bien dans quel genre précis de mission nous nous avons été affectées pour demander de tels...

« Je n’en demandais pas autant mais merci beaucoup, je veillerai personnellement à ce que vos actes exemplaires et vos démarches soient signalés à vos supérieurs. Maintenant allons-y, nous mettons le cap sur Fondor, Capitaine. »

Pour être honnête je ne suis pas encore très habituée à l'idée que des gens puissent s'incliner avec respect devant moi. Pourtant je sais que je suis Jedi moi-même, bien qu'Apprentie encore, mais je ne sais pas... j'ai du mal à m'y faire quand les gens le font devant moi. Bien que je suis en retrait, je m'incline aussi légèrement devant l'équipage en apparence si méritoire, sans un mot et gardant une façade calme et tranquille sur mon visage, bien que mes yeux bleutés restent très intrigués encore. Mais je finis par suivre mon équipière de Maître Jedi captivant autant ma curiosité qu'un tantinet de mon respect.

«  Il s’agit du professeur Gadon Tosh. D’après les informations données il s’agit d’un scientifique de la République qui travaille sur différents projets importants dont je n’en connais pas les détails. Il semble pourtant que ça soit important pour que la République ne souhaite pas prendre le risque de le voir se balader seul trop souvent et à donc faire appel à nous. »

Gadon Tosh... son nom ne me dit rien, étrange... pourtant je suis autant que je le puisse les grandes informations concernant la République, histoire de me tenir un minimum au courant de ce qu'il se passe. Intriguée, mes sourcils se froncent légèrement alors que je me concentre sur l'holoprojection qui nous retransmet ses traits. Mm. Ça pourrait expliquer en effet pourquoi l'on requiert notre présence... des  projets confidentiels, secrets pourraient être convoités par l'ennemi, en effet, et sans doute ses travaux devaient être précieux pour nos alliés républicains. Ce qui veut dire aussi qu'il y a de fortes chances, si des espions de nos ennemis venaient à l'apprendre ou des gens aux mauvaises intentions, que nous subissions une attaque au cours de notre trajet. Ou du moins qu'il y ait de forts risques à prévenir...

Un Mon-Calamarien. Habitant originaire de la planète Mon-Calamari, planète surtout aquatique, avancée dans les chantiers spatiaux aussi si ma mémoire ne me fait pas encore défaut, êtres amphibiens qui ont toujours besoin d'être humidifiés de temps à autre pour rester en bonne santé. Quelques uns de l'Ordre Jedi sont aussi membres de cette espèce, et en dehors d'un fichu contrebandier, je n'ai pas un mauvais souvenir d'eux. Bien au contraire, et puis je m'en fiche en soit des races, même si l'espèce humaine est la pus répandue, je sais que certaines sont nettement plus sages, plus puissantes et anciennes que nous autres pauvres humains. Cela nous rappelle à notre humilité... une soudaine secousse m'arrache à mes pensées, alors que je saisis la chance qu'elle me donne pour tenter de satisfaire ma propre curiosité, avec bien entendu quelques maladresses que j'essaye bien maladroitement de rattraper, très gênée, et d'expliciter mon propos. Force, pourquoi est-ce que je m'emmêle toujours les pinceaux ?!

« Ne t’en fais pas, je me ferai un plaisir de répondre aux questions que tu pourrais te poser. Tu n’as pas à te sentir gênée, ce n’est surement pas moi qui te ferai des reproches sur ta curiosité ou envie de savoir. »

Son rire, s'il me donne l'impression au tout début de m'enfoncer dans ma gêne, me rassure juste après ses paroles, comme je me détends un peu, redresse ma tête pour plonger mon regard de l'océan dans le sien, un léger et réservé, timide, sourire aux lèvres de reconnaissance. Sa réaction, comme Maître Greystone avant elle, attise ma curiosité et mon intérêt, devant une Jedi aussi atypique et pourtant bien représentante des membres de notre Ordre Jedi. Sa dernière phrase attise plus encore ma curiosité, tandis qu'une petite lueur vive, pétillante et intriguée vient remplir mes prunelles azurées. Que je suis contente de remarquer qu'il y a des personnes aussi compréhensives - et atypiques en leur sens propre - que mon propre Maître, ou le Grand Maître Yunstar d'une certaine manière, cela me rassure quelque peu, force m'est de l'admettre et de m'apaiser.

Histoire de reprendre la main sur ma gêne, je me réfugie dans l'observation attentive mais discrète de l'attitude de ma coéquipière et surtout supérieure hiérarchique puisque Maître Jedi. Son attitude affiche une humeur détendue et relâchée, avec ses jambes croisées et la posture qu'elle semble adopter dans le fauteuil qu'elle occupe, faisant face au mien. Autre marque attestant de ce fait sont ces petits éclats de rire face à ma maladresse, indiquant sans doute une ouverture d'esprit certaine que je suis très loin de ne pas apprécier. Ses yeux d'argent purs restent malgré tout vigilants, alors qu'elle finit par poser sa tête sur un poing serré servant d'appui-tête improvisé :

« Chacun a sa vision de ce qu’est ou devrait être un Jedi, Padawan, mais il appartient à chacun d’entre nous de montrer qu’on peut en être un sans répondre à l’archétype que tout le monde se fait d’un Jedi. »

Un brin de sages paroles que je prends en considération, en silence, me relaxant un tout petit peu dans mon propre fauteuil - avant mon dos était droit comme une perche, et décalé de plusieurs centimètres du dossier du siège, signe de tension, de nervosité naturelle et d'un brin de méfiance - tout en croisant les bras sur ma tunique, mes yeux aux couleurs de l'onde sombre et nocturne, mystérieuse, des eaux sauvages qui séparent, d'elles-seules, plusieurs continents et contrées au sein d'une même planète, prenant un air songeur et réflexif qui m'est propre. En tout cas, je suis loin de partager la vision du Chevalier Dil's en ce domaine, je n'y correspondrais pas plus que mon propre Maître, ou l'ancienne et première apprentie de ce dernier m'étant devenue une amie, Johanna Direwolf. Je me suis toujours efforcée, au cours de mon Initiation, de brider trop fortement mes émotions et de plier autant que je le pouvais à cet archétype Jedi... sans franc succès, soyons honnête. Ma curiosité et ma sensibilité émotionnelle naturelles se mettaient toujours en travers de ma route, outre ma relative fragilité physiologique, osseuse comme musculaire. J'ai finis par réaliser, au cours de mon Apprentissage, qu'il fallait aussi que je me réalise aussi telle que j'étais, sans me limiter à un seul modèle, que je m'accepte telle que j'étais et devenir un Jedi qui, certes, ferait honneur au Code Jedi et à mon instruction, mais qui ne démentirait pas ma nature propre d'être, de penser... qui je suis.

« Depuis quand es-tu au temple et as-tu débuté ta formation, Padawan ? Je ne me souviens pas t’avoir vue depuis mon retour. »

La question soudaine me tire de mon fil de réflexions logiques et/ou abstraites sur le sujet, et je reporte très vite mon regard et mon attention sur le Maître Jedi que j'accompagne pour cette mission, qui vient de me soumettre cette interrogation. MM... je suis un peu gênée, ne sachant trop que dire d'intéressant de moins, mais je vais y répondre de mon mieux et de manière totalement honnête. Je considère quelques secondes mes propos, avant de répondre avec un léger sourire discret sur mes lèvres, ma voix toujours posée et masquant à peine ma modestie naturelle derrière mon calme apparent :

- Et bien... je suis au Temple depuis dix... non, onze ans maintenant. Un groupe de Jedi dont Maître Yunstar est me chercher à l'orphelinat de Dantooine. Je suis restée une Initiée jusqu'à l'année dernière, jusqu'à ce que Maître Greystone me prenne comme Padawan. Je ne suis donc une apprentie que depuis peu encore.

Je marque une légère pause après ce très synthétique et bref résumé de mon existence discrète au Praexum Jedi, réfléchissant quelques secondes. Je me rappelle bien maintenant de mon existence d'avant le Temple Jedi, en bon comme en moins bon, bien qu'il me reste encore des souvenirs à reconquérir de ma longue amnésie. J'en dis souvent beaucoup avec le moins de mots possibles, humble et discrète, réservée de nature quand on parle de moi, ou je parle de moi. Je me souviens maintenant... une ombre glisse dans mon regard quelques secondes, alors que je me rappelle douloureusement le triste événement qui a conduit à ce que je tombe orpheline, le meurtre violent de mes parents lors d'émeutes populaires... et la responsabilité encore assez méconnue de mon frère aîné dans ce drame. J'ai tout vu, mais j'ai encore du mal à recouvrer certains détails, il faudra que je revienne et me confronte à Dantooine, un jour... proche sans doute. Histoire ne pas laisser un trop long silence obscurcir l'ambiance, je laisse un sourire modeste poindre sur mes lèvres et un léger rire m'échapper alors que je commente d'une voix et air calmes :

- Je ne suis pas surprise que vous ne m'ayez guère vue, je suis de nature plutôt discrète et je n'étais pas la plus douée des Novices, donc je n'ai guère fait parler de moi. J'étais un peu un cas désespéré selon certains dont on n'arriverait rien à faire. Je suis très reconnaissante envers Maître Greystone de m'avoir laissé une chance. Et je compte bien ne pas la gâcher et le rendre fier ! C'est en partie grâce à son aide et sa patience que j'en suis là où j'en suis...

Il m'a beaucoup aidée sur nombre de points, comme la prise de confiance en moi en me poussant à dépasser les limites excessives que je me suis donnée, et me prouver que j'étais plus capable que je ne pensais. Il a pris le temps qu'il fallait, avec patience, fermeté et douceur, pour que j'accepte de dépasser ma méfiance et de lui faire confiance. Et de là, progressivement, accepter de faire un peu confiance en autrui, au sein de l'Ordre. Ce qui m'a aussi rendue plus réceptive et motivée aux enseignements des instructeurs du Praexum Jedi. Il a toujours été là quand j'en avais besoin, ne m'a pas bridée pour ma curiosité et ma liberté, m'a juste guidée, conseillée et rappelée à l'ordre quand c'était nécessaire... sans me hurler dessus. Pas besoin de cela avec moi, sinon je me braque et je recule plus encore dans ma confiance déjà très difficile à gagner. J'accepte de faire des efforts moi aussi, et mon Maître est plutôt compréhensif, ce qui aide beaucoup à me mettre à l'aise en sa présence. C'est aussi avec son soutien que j'ai réussi à m'en tirer en vie lors de certaines missions, comme celle de Arorua et du Silan, et que j'ai recouvré - et surtout accepté sans perdre ma raison - les ombres de mon passé. En dehors de Maître Yunstar, dans une moindre mesure pour la première, il est la première personne à qui je commence à faire confiance, et que j'accepte de laisser mieux me connaître, ma véritable personnalité...

Mais je ne suis pas très à l'aise sur ce sujet. Selon moi, il n'y a guère de choses intéressantes à remarquer à mon sujet, en dehors peut-être de ma curiosité maladive et d'une certaine érudition respectable pour quelqu'un de mon âge. Je me suis aussi peut-être fait assez connaître pour être une "habituée" malgré elle de l'aile des guérisseurs, et d'avoir réalisé des missions plus complexes qu'à prime abord. Gardant un sourire posé et mes pensées pour moi jusqu'à sa prochaine possible question, je réfléchis un peu avant d'oser demander avec curiosité :


- Vous n'êtes pas obligée de me répondre, mais je me demandais pourquoi certains avis vous concernant sont assez... contrastés. Pourtant, telle que je vous vois présentement, vous m'avez l'air de quelqu'un de bien, sincèrement. Mais vous m'êtes aussi très mystérieuse, car je ne vous ai réciproquement pas vue beaucoup au Temple Jedi... et j'y ai stationné assez longtemps, si j'ose dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mission de routine, what else ? (pv Elah Cyneel) [Flashback] Lun 12 Aoû - 16:03



    Pour le moment le voyage était calme et serein, l’ambiance à bord de la corvette était paisible pour sa part, tout comme Elah. Cette dernière n’était nullement inquiète au sujet du bon déroulement de leurs missions sur Fondor, bien que détendue ne veut pas dire inconsciente, choses à ne pas confondre attention. On lui disait souvent, durant sa formation, d’être plus concentrée et de faire attention alors qu’en général elle était sur ses gardes mais ne le montrait pas de façon forcément flagrante pour autant, nuance. La Maître Jedi laissa l’hologramme du scientifique tourner encore un moment avant de le ramener dans sa main avec la Force et le ranger puisqu’elle n’en avait plus besoin pour le moment et, preuve qu’elle est sur ses gardes et prudente malgré tout, si des ennuis devaient se présenter elle préfère avoir ça sur elle plutôt que voir les informations tomber entre de mauvaises mains. La jeune femme écouta la réponse de la Padawan à sa question survenue suite à ses paroles précédentes sans rien dire.

    Si elle était la Padawan de Maître Greystone alors l’intuition d’Elah sur le fait que cette jeunette dispose d’un gros potentiel n’est pas fausse et rend ainsi son choix porter sur elle pour faire équipe dans cette mission plus intéressant encore que pour la simple raison de voir de nouvelles têtes. Le visage de la Jedi sembla curieusement s’assombrir quand elle entendit la suite de ce que lui dit Lenia sur les possibles raisons qui expliqueraient qu’elle ne la connaisse pas ou ne l’ait pas remarquée auparavant. Tout en la laissant finir, la jeune femme se redressa quelques instants dans son siège pour se trouver penchée vers l’apprentie assise en face d’elle.

    « Ne te dévalorise pas à cause de ce que peuvent dire les autres ou parce que tu ne te fais pas remarquer, comme tu dis. Les grands potentiels se trouvent aussi dans la discrétion et valent parfois davantage la peine d’être cultivés. Retiens bien ceci. »

    Il faut avouer qu’il est rare de voir Elah parler de façon sérieuse et plus simplement de parler de ce genre de sujet. En faite, depuis son retour au temple elle se montre fort discrète et part très régulièrement en mission, surtout quand il s’agit de mondes qu’elle a elle-même perturbée durant sa période sombre, voulant arranger les choses et éviter de passer trop de temps au temple pour le moment. C’est une femme d’action qui ne tient pas en place, ce n’est ni nouveau ni un secret pour personne… Malgré tout on ne la voit pas souvent sans un léger sourire et un air détendue.

    Lentement, la Jedi se laissa retomber vers l’arrière pour se replacer doucement comme avant, ayant d’ailleurs entre-temps repris son air amicale et moins sérieuse qu’il y a quelques secondes à peine. Sa main lui servit à nouveau d’appui-tête et ses jambes se recroisèrent, le regard quelques secondes attiré par des membres de l’équipage qui vaquaient à leurs occupations durant le trajet hyperespace vers Fondor avant de se reposer sur la Padawan. Cette dernière lui posa une question assez délicate en elle-même et même si ce n’est pas la chose qui serait la plus valorisée ça ne dérangeait pas Elah d’y répondre.

    « Certains avis sur moi ? Comme lesquels par exemple ? »

    A sa question, Elah gloussa de sa voix mielleuse comme pour taquiner un petit peu Lenia au passage, l’occasion étant bien trop belle pour la laisser passer. En sois elle ne lui avait rien appris sur le sujet, bien consciente que certains bruits de couloirs ne devaient pas être des plus amicales envers elle.

    « C’est normal. J’ai longtemps été absente de l’Ordre Jedi et je suis aussi une femme d’action. Les réunions m’ennuient rapidement, j’ai besoin de bouger et agir sur le terrain pour vraiment arranger les choses plutôt qu’en débattre durant des heures sans rien faire d’autres… L’Ordre à ses Érudits mais également ses Guerriers… »

    La Jedi pourrait répondre autre chose mais ça n’est pas comme ça qu’elle fonctionne, surtout qu’elle n’est pas avec sa Padawan mais avec une équipière, ce qui change aussi la donne. Si Lenia était sa propre apprentie, elle réfléchirait sans doute mieux à la façon de lui expliquer tout ceci afin de ne pas risquer de l’influencer dans son avenir mais là rien n’indique que son interlocutrice soit du genre à ne pas savoir réfléchir et méditer sur ce qu’on lui dit. Et puis pas besoin non plus de prendre des gants pour dire à une Padawan une chose qui est pourtant normale. Les Jedis ne sont pas des soldats et beaucoup disposent d’un grand savoir mais l’Ordre à du se battre à de nombreuses reprises et même un Hutt devant un buffet gratuit saurait tout de suite que ce ne sont pas juste les savants qui y seraient arrivés. Il a bien fallut que certains choisissent de se tourner davantage vers la voie martiale pour protéger l’Ordre ainsi que la République et les innocents qui ne peuvent le faire eux-mêmes.

    « Tu auras compris que je me situe dans la seconde catégorie et ne m’en cache pas. Mais il y a une autre raison à ma longue absence. Je t’en parlerai peut-être plus tard, mais pour l’instant sache que j’ai volontairement choisit de dire que j’étais absente de l’Ordre et non pas du temple. »

    Sa voix appuyait autant que possible sur ces deux termes afin de s’assurer que Lenia comprenne bien le message qu’elle essaye de lui transmettre en choisissant précautionneusement ses mots lors de sa réponse.

    « Pour que tu en saches un minimum quand même… Disons que j’ai explorée la noirceur la plus profonde de mon être jusqu’il y a peu. »

    Pour l’heure, Elah ne se voit pas lui parler de son passé et lui dire qu’elle est actuellement dans un vaisseau avec une ancienne Seigneur Noire des Siths. Même si en soit elle en a peut-être déjà à la fois trop dit et pas assez, surtout pour une personne curieuse de nature comme elle a cru comprendre être le cas de Lenia. Si elles s’entendent bien durant cette mission, qui sait… Peut-être qu’elle lui en dira davantage durant le voyage de retour.

    « Maître Jedi, nous arrivons aux abords de Fondor. »

    Ah, on vint les prévenir qu’elles arrivaient à destination. Le voyage aura été plus rapide que prévu avec cette discussion fortement agréable et décompressante. La Maître Jedi adressa un signe de tête à la personne avant de la voir s’éloigner, restant toujours assise sans bouger réellement même si elle pu sentir les turbulences dus à la sortie du vaisseau du tunnel hyperespace.

    « Bien. Il va être temps de se mettre au boulot. J’espère qu’on pourra reprendre cette discussion lors du voyage de retour ! ♥ »

    Lui dit-elle avec un petit clin d’œil complice comme elle lui avait adressée lors de leurs premiers échanges vocaux avant de se mettre en route, comme un petit air de déjà vu sur le coup mais pas désagréable. En tout cas pour Elah. Ca l’est peut-être si jamais Lenia n’aime pas qu’on lui adresse ce genre de petite attention, allez savoir…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mission de routine, what else ? (pv Elah Cyneel) [Flashback] Mar 13 Aoû - 4:39


Je suis consciente que, parfois, ma curiosité peut se révéler être tout autant une épée à double-tranchant que ne l'a été,  encore peu de temps auparavant, mon amnésie sur mon passé. Je sais bien que ce ne sera pas un aspect de ma personnalité qui sera très valorisé dans mon portrait et ma réputation, j'essaye de la contenir comme je le peux pour rester respectueuse de la vie privée des autres, mais... parfois, j'ai du mal à lutter contre le naturel qui revient au galop, maintenant que j'accepte de desserrer un peu la bride excessive que j'y avais jusque lors apposée. Il faut que j'équilibre encore entre ce naturel naissant, renouvelé après la récupération de mes souvenirs... cette personnalité émergente, qui doit cohabiter, puis à la longue fusionner avec mon "ancien" caractère de l'amnésique de dix ans de long. Autant je ne peux plus renier ces aspects de mon psyché, que je ne peux nier non plus celui formé par les onze ans de vie et de formation au Temple Jedi de Naboo.

Il est vrai, je suis quelqu'un qui a une réelle soif de connaissances en tout genre, mais aussi une personne qui aime en savoir un peu plus sur ses coéquipiers, pour fixer plus véridiquement l'image qu'elle peut en avoir sur eux. Certains penseront - et pensent à tort ! - que je fais ma curieuse de service, mais je suis tout aussi peu partisane des commérages de toute sorte que faire la "concierge" si j'ose dire ! J'aime juste en savoir assez sur mes coéquipiers, tant pour mieux les connaître, mieux les cerner, et delà mieux m'adapter à eux en missions. Histoire aussi de mettre les choses au clair dès le départ, pour éviter des maladresses dont on peut se passer, et savoir comment me comporter à leur égard... ou aussi démentir certaines rumeurs vis-à-vis de certains individus... ou les confirmer, hélas, quelques rares fois. Lier le pratique à "l'agréable", si j'ose dire...

Je ne suis pas non plus quelqu'un exempt de tout défaut, n'étant pas plus une existence "parfaite" qu'une membre "type" de l'Ordre Jedi. Non, je suis quelqu'un d'assez "atypique" comparé au stéréotype que l'on se fait souvent sur les Jedi, et si j'essaye tant bien que mal de m'en approcher autant que je le puisse, je dois aussi oeuvrer et étudier en adéquation avec ma personnalité, quelle qu'elle soit et sera, tout en restant fidèle et loyale au Code et valeurs de l'Ordre. Ce n'est pas en désaccord, et je me suis rendue compte que c'était tout à fait possible, cela a été une de mes "récentes" plus grandes réalisations. Mais je suis aussi... parfois d'une légère maladresse dont je ne peux totalement me défaire, et d'une mésestime de moi-même assez pathologique, bien que j'essaye de la maîtriser et d'y remédier avec le temps, mais ce n'est pas très facile de dépasser les "restes" de ma très longue - trop longue selon la normale - phase d'Initiation au Temple Jedi, n'ayant été choisie comme Apprentie qu'un an auparavant, comme je le disais. Et encore, là, maintenant, je commence à accepter de concéder que je puisse être utile, que je puisse avoir des points forts sûrs et des qualités dont je puisse faire bénéficier mes alliés et amis... mais quant à mon importance et mon estime générale de moi-même, en pensée, il y a encore du travail strictement personnel et de longue haleine à fournir de ma part...

« Ne te dévalorise pas à cause de ce que peuvent dire les autres ou parce que tu ne te fais pas remarquer, comme tu dis. Les grands potentiels se trouvent aussi dans la discrétion et valent parfois davantage la peine d’être cultivés. Retiens bien ceci. »

Tout en disant ces mots, la Maître Jedi s'est redressée sur son siège, une voix sérieuse - qui me surprend de l'intérieur, mais aussi attise mon attention pleine et entière - s'échappant de ses lèvres, alors qu'elle se penche vers moi, avant de se laisser retomber en arrière et reprendre sa précédente position une fois qu'elle eut terminé son intervention. Pour ma part, je reste en apparence calme et tranquille, peut-être un peu réflexive quant aux propos qu'elle vient de me dire. Je baisse mon regard au sol quelques secondes, consciente de la difficulté de la tâche pour moi de ne pas me laisser influencer par ces anciens jugements qui m'ont poursuivie pendant dix bonnes années... même si Maître Greystone travaille avec moi à résoudre ce problème, avec ma curiosité et mes émotions parfois jaillissantes si mes barrières de calme sont dépassées, c'est sans doute l'un des points les plus délicats et longs à résoudre qui se posent face à nous. Mais avec du temps, je suis certaine que j'arriverais à y remédier... en partie. Je l'espère du moins, et je ferais tout mon possible en ce sens... pas comme présentement bien que j'ai répondu avec franchise. Néanmoins, j'approuve en silence de la tête, tant en excuses silencieuses que comme signe que j'ai bien entendu et retenu.

Comme je n'aime pas beaucoup parler de moi - enfin, que je ne sais plutôt pas trop quoi dire de bien intéressant - je reporte la discussion sur elle-même, essayant de satisfaire ma curiosité, tout en redoutant un peu de me montrer indiscrète, c'est pourquoi je lui laisse ouvertement le choix, explicite, de répondre ou ne pas répondre à ma question. Je ne lui en voudrais vraiment pas du tout si elle refuse, je pourrais comprendre et je respecterais sans peine son choix, tout en promettant implicitement de garder un esprit ouvert, et capable de méditer et de réfléchir sur ce qu'elle me dirait ou répondrait. Un instant, je crains d'avoir été un peu trop loin dans ma quête de savoir, et je m'apprête à faire "marche-arrière" et m'excuser alors que j'entends me renvoyer une autre question comme réponse :

« Certains avis sur moi ? Comme lesquels par exemple ? »

Assez gênée, consciente de l'indiscrétion possible de ma précédente question, je rosis très légèrement des joues en dépit du calme que continue d'arborer mon visage, et détourne quelques secondes légèrement mon regard que je sais nettement "trop" expressif pour mon propre bien. Je commence alors à réfléchir à ce que diable je vais pouvoir répondre, en équilibrant entre le devoir de franchise qui est un de mes principes, et tenter de garder du tact et de la délicatesse. Je n'ai pas envie de la fâcher, même dans un souci d'honnêteté ! Mais je suis aussi assez attentive, en dépit de ma légère gêne de crainte de l'avoir importunée involontairement, à sa voix alors mielleuse... mais aussi pourvue du timbre propre au registre de la taquinerie. C'est alors qu'elle reprend, tout en ayant réussi à m'arracher une esquisse de sourire aussi amusé que désolé de ma curiosité, son propos :

« C’est normal. J’ai longtemps été absente de l’Ordre Jedi et je suis aussi une femme d’action. Les réunions m’ennuient rapidement, j’ai besoin de bouger et agir sur le terrain pour vraiment arranger les choses plutôt qu’en débattre durant des heures sans rien faire d’autres… L’Ordre a ses Érudits mais également ses Guerriers… »

Légèrement rassurée en l'entendant me donner même quelques éléments de réponse, je la remercie du regard autant que je ne m'excuse encore de ma curiosité naturelle, l'écoutant avec grande attention comme d'ordinaire, pour bien retenir et garder en mémoire ce qu'elle me dirait. Absente de l'Ordre Jedi ? En soit, cela ne me dérange pas tant que cela, disons que cela m"intrigue un tout petit peu, et si je n'avais pas peur cette fois de me montrer importune en demandant une précision, je l'aurais sans doute fait. Mais j'ai quand même du tact, et de là la délicatesse respectueuse de ne pas le faire. J'approuve d'un léger signe de tête, un délicat sourire amusé présent sur mes lèvres à l'évocation de l'ennui donné par certaines réunions et le désir d'agir concrètement, de bouger sur le terrain même pour arranger les choses. Cela me rappelle étrangement quelqu'un que je commence à plutôt bien connaître... et qui se trouve être mon Maître. Une femme d'action... c'est vrai qu'elle en a l'air dans son attitude, et ce n'est pas du tout dérangeant, bien au contraire, j'apprécie bien.

A vrai dire, je ne sais pas toujours exactement vers quel type de Jedi je me dirigerais. Je sais que je ne serais certainement pas purement "érudite", enfin plus maintenant. Si j'étais encore telle que j'étais au sortir de l'Initiation, je vous l'aurais confirmé autant que je vous aurais dis être plus partisane à l'écouter de la Force tournée vers l'Avenir et le Passé, et leurs conséquences. Maintenant... après toutes ces missions et ces tracas parfois, les limites sont plus brouillées, et j'hésite. Je me vois très mal rester trop longtemps au Temple Jedi - quand j'y suis stationnée trop longtemps, même avec le plaisir et délice d'avoir les Archives toutes proches, je finis par m'ennuyer et me demander quand sera ma prochaine mission ou quand revient Maître Greystone. Mais cela dit, j'aime aussi par moment revenir au Praexum, étudier un petit peu, partager et échanger avec mes camarades, établir une stratégie en réfléchissant de la manière la plus avisée... seulement, pas trop longtemps. Il faut savoir raison et modération garder, comme tout en fait ! Donc je sais pas encore...

Cela dit, j'ai remarqué un changement dans ma personnalité et mes perspectives d'avenir. Quand j'ai été mise face à la réalité concrète des choses dans la galaxie, ses beautés mais aussi ses horreurs, cela a changé ma manière de voir les choses, petit à petit, au cours déjà de cette seule année d'Apprentissage. Déjà, sans doute, un trait que j'ai pu en partie "récupérer" / "renforcer" en étant sous la tutelle de Maître Greystone. Mais aussi, quand j'ai recouvré ma mémoire pleine et entière concernant mon passé, quand j'ai refait face aux ombres et à la violence pure des guerres civiles de Dantooine, qui ont ravagé ma planète et détruit ma famille, de fond et combles. Je me suis jurée de tout faire, du moins tout ce qu'il me sera possible et dans mes possibilités de faire, comme Jedi qui se respecte, pour que cela ne se reproduise jamais, quitte à agir sur le terrain pour pacifier et protéger ces contrées, afin de défendre les valeurs partisanes de la paix, de la sécurité... même si je sais que l'univers ne sera jamais parfait. J'en suis consciente... mais quand même. Avec un léger et respectueux sourire, je commente brièvement d'une voix posée et sereine :

- Je pense pouvoir comprendre l'envie d'agir directement sur le terrain. Je respecte la réflexion reposant sur des débats... tant que l'on débouche sur quelque chose ! Je ne sais pas encore si je serais une "érudite" ou une "guerrière" à l'avenir. J'aime beaucoup la connaissance en général, mais je ne veux pas qu'elle soit en vain. Mais qu'elle puisse m'aider, et aider autrui, en allant sur le terrain même. Me servir de la connaissance pour agir, et protéger autant que je le pourrais des innocents. Je ne sais pas si je suis très claire cela dit... je réfléchis encore dessus actuellement.

C'est un pressentiment qui me tenaille depuis un petit moment, alors que je m'interroge de plus en plus sur ce point. C'est vrai, quel type de Jedi je voudrais être ? Maintenant que je sais que je peux continuer ma formation, et qu'à un moment plus ou moins proches, je serais confrontée aux Epreuves, et que si je réussis... j'appréhenderais un tout nouveau niveau et regard sur les choses et dans l'Ordre. Je sais que mon amour de la connaissance ne me délaissera jamais, mais pas plus celui de connaître d'autres cultures, d'autres mondes en direct, et d'agir au coeur des tensions et problèmes, afin de tout faire pour apaiser ou remédier aux conflits. Réfléchir... mais aussi agir. Rester équilibrée entre ces deux notions... bah, je finirais par trouver où est-ce que je serais utile, où je pourrais aider un tant soit peu. Et faire tout mon possible pour éviter que des tragédies, telles que les guerres civiles de Dantooine, ou pires encore, ne se reproduisent.

« Tu auras compris que je me situe dans la seconde catégorie et ne m’en cache pas. Mais il y a une autre raison à ma longue absence. Je t’en parlerai peut-être plus tard, mais pour l’instant sache que j’ai volontairement choisi de dire que j’étais absente de l’Ordre et non pas du Temple. »

Je sens le sérieux de son propos, et qu'elle essaye de me faire comprendre une nuance, expliquer celle qu'elle a fait en insistant bien sur une distinction. L'observant sans aucune hostilité que ce soit, peut-être juste un peu de surprise et d'intrigue, j'écoute sans rien dire, les traits légèrement tirés dans une attitude profondément réflexive et très attentive. Ah, donc je ne m'étais pas fait une idée tout à l'heure, la nuance était voulue. Bien entendu, la méfiance n'est pas totalement éteinte dans ma conscience, contenue, mais je n'ai pas un esprit assez fermé pour m'arrêter tout de suite à là. Absente de l'Ordre... cela voudrait dire qu'elle a quitté l'Ordre un  jour ? Pendant une certaine durée... puis serait revenue et aurait été acceptée de nouveau dans nos rangs. Une ancienne Jedi déchue, mais revenue vers le Côté Clair... Jedi gris ? Jedi Noir ? Sith ? Je n'en sais rien. Déjà, elle a la franchise de le me dire, ce qui me rassure un peu. Elle ne m'a fait aucun mal - pas encore, me soufflerait mon inconscient paranoïaque et méfiant, resté sur "l'expérience" de Kashyyyk et la question dérangeante du Seigneur Sith que j'y avais rencontré par mégarde, que je repousse aussitôt - et je ne me sens pas du tout menacée, à l'inverse du fameux Sith. Je veux croire en mon intuition, en général assez bonne et bien fondée. C'est pourquoi, tout en restant un zeste plus prudente et attentive, je reste globalement dans la même attitude un petit peu confiante et réservée. J'ai confiance en l'Ordre, et je commence à avoir un tout petit peu confiance en elle. Au pire... et bien on verra. Je refuse de rester bloquée et braquée tant que je ne suis pas certaine de ne pas savoir, et peut-être... oh, et puis je verrais. Ne pas juger un livre par sa couverture, mais aussi ne pas juger trop vite, ce sont deux de mes principes d'honneur après tout.

« Pour que tu en saches un minimum quand même… Disons que j’ai exploré la noirceur la plus profonde de mon être jusqu'à il y a peu. »

Bon, elle reste honnête, ça c'est un gros point en sa faveur. J'aime l'honnêteté. "La noirceur la plus profonde de son être..." je suis un peu - enfin pas qu'un peu en toute franchise - surprise de cette révélation inattendue, mais je reste fidèle à moi-même. Et au lieu de dire toute énormité fâcheuse et impulsive... je m'efforce de garder un esprit ouvert et conciliant, celui d'ordinaire, et surtout de réfléchir posément avant d'agir, de décider, et de répondre. En soit, rester prudente dans tous les sens du terme. Cela veut dire qu'elle a été une Sith, qu'elle a sombré, fut un temps plus ou moins loin, du Côté Obscur. Soit, c'est un fait. Mais elle ne m'a fait aucun mal jusque là, et ne m'a pas donné l'impression d'une mauvaise personne. Mais de quelqu'un de quand même sage, d'assez respectable, pas d'une menace imminente. Et j'ai quand même un feeling assez affiné - que je n'ai parfois pas écouté hélas - pour savoir si un individu est une menace immédiate et/ou à retardement pour moi, j'ai appris de certaines de mes mésaventures de début et milieu d'Apprentissage. Je reste méfiante, certes, dans le fond... mais pas avec un esprit obtus. Je me doute bien que l'on ne m'enverrait pas avec quelqu'un de dangereux en mission, je ne suis pas assez idiote et fermée d'esprit pour ça, crénom de Force !

Je réfléchissais à tout ça et ce que je pourrais répondre, quand l'on nous annonce notre arrivée à Fondor. Tiens, plus rapide que je ne le pensais... et la personne de  Maître Cyneel m'intrigue encore beaucoup, je dois l'avouer. Je vais l'observer avec attention, non pas strictement méfiante et dépourvue de confiance de base... mais assez intriguée et juste prudente comme d'ordinaire avec d'autres membres de l'Ordre Jedi, autres que Maître Greystone, Maître Yunstar et quelques rares amis que je puisse avoir autour de moi. Je ne l'importunerais pas, alors que je prends une attitude calme, posée, et remplie de mon sérieux rigoureux habituel en mission, et de la détermination à me rendre utile autant que possible à ma coéquipière pour réussir optimalement cette mission que je ferais avec elle. Cet élément de révélation m'a étonnée, je dois l'avouer, au sens ancien du terme, mais je réfléchirais dessus après la mission, ou lors de répits, pour l'heure je dois être bien concentrée et attentive à tout et tous. Vigilance Constante, comme qu'il dirait, mon très estimé Maître...

« Bien. Il va être temps de se mettre au boulot. J’espère qu’on pourra reprendre cette discussion lors du voyage de retour ! ♥ »

Je ne peux qu'approuver, alors que j'hoche avec vigueur à l'affirmative ma tête, bien décidée à me montrer aussi sérieuse, consciencieuse et rigoureuse que d'ordinaire en mission. Je tourne mon regard bleuté vif et déterminé vers elle, un sourire aux lèvres faisant montre de ma motivation à être la meilleure coéquipière que je puisse pour cette mission partagée avec elle. Avant que je ne réplique -et peut-être la rassure sur un point - d'une voix sincère, déterminée, mais aussi toujours aussi posée, tranquille et chaleureuse :

- Ce sera avec grand plaisir, Maître Cyneel. Une fois que ce que nous avons à faire ici sera accompli ! J'ai hâte de voir à quoi ressemble concrètement les chantiers de Fondor dont j'ai tant entendu parler !

Enthousiaste, curieuse, je l'admettrais sans mal. Mais je sais aussi rester très sérieuse, déterminée à réussir au maximum la mission qui m'est confiée, et bien décidée à coopérer de mon mieux en "aide" qui se respecte, surtout avec une Maître Jedi aussi... atypique que plutôt sympathique malgré tout. Après seulement, on reprendra la discussion, et je reste assez intriguée pour attendre avec curiosité la suite... après la mission. Trêve de plaisanteries, au boulot maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mission de routine, what else ? (pv Elah Cyneel) [Flashback]

Revenir en haut Aller en bas

Mission de routine, what else ? (pv Elah Cyneel) [Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Fondor [Empire]-