Partagez| .

[TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Qodu Iolan
Commandant des Services de Renseignement Républicain
Commandant des Services de Renseignement Républicain
avatar
Messages : 79
Âge réel : 22

Feuille de personnage
Âge: 26
Armes: Chuka bothan (matraque) ; blaster lourd de la République ; blasters paralysants
Alignement: Neutre-Lumineux
MessageSujet: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Sam 9 Nov - 7:32


    J’étais patient, mais là, les SRR faisaient fort. Ca faisait plusieurs jours que je leur avais demandé des renforts, et ils ne m’avaient pas contacté de nouveau. D’après ce que j’avais pu voir sur Ilum, le service fonctionnait toujours assez bien, pourtant, et ne manquait pas trop d’effectifs, ni de moyens. Ils n’avaient eu aucun souci à me fournir des papiers de technicien impérial, pour que je puisse enquêter sans problème. Pourquoi aurait-il du mal à trouver de l’aide ? Ils étaient la République, nom d’un rat womp, pas une succursale fauchée d’un atelier de contrefaçon aqualish. J’espérais au moins que l’aide qu’ils m’enverraient serait vraiment une aide, et pas un boulet, comme la dernière fois que j’avais eu une mission autre part que sur Ryloth. C’était sur Tatooine, et mon coéquipier avait failli y passer : en le sauvant, j’avais failli mourir aussi. Quel crétin, il avait tenté de bidouiller un droïde de combat si vieux qu’il avait dû appartenir à la CSI pendant la guerre des clones. La réactivation n’avait pas plu à ses programmes de combat, qui s’étaient tous activés en même temps : en quelques secondes, nous nous étions retrouvés face à un engin en duracier qui générait un bouclier tout en nous mitraillant. Heureusement, les pistolets paralysants d’aujourd’hui neutralisent facilement ce genre de boucliers d’énergie antique. L’incident avait rameuté les Jawas chez qui nous venions récupérer discrètement des données enfermées dans la mémoire centrale d’un droïde utilitaire que la République ne voulait pas voir tomber entre les mains de n’importe qui. Mon imbécile de compagnon ne savait même pas parler Jawa… Si je n’avais pas été là, il se serait fait griller à coup de fusil à induction, c’est certain.

    Mon holotransmetteur clignota : je l’ouvris pour laisser apparaître la miniature de ma nouvelle supérieure hiérarchique, dont je ne connaissais que le nom de code, « Pilgrim ».



      - Aquilodon, vos renforts arrivent. Point de rendez-vous : marché galactique, sous la statue du Chancelier Cressa, demain, dix heures et quatre minutes. Soyez à l’heure. Code habituel. Le nom du soldat est Œil de Faucon.

      - Bien reçu.

      - Parfait ! Pilgrim, terminé.


    Enfin ! J’allais cesser de me morfondre dans cette planque insalubre. Bon, insalubre, c’était peut-être un peu vache. C’était propre, j’avais eau et nourriture (pas de première qualité, certes) mais par la Force, ce n’était pas très éclairé, et qu'est-ce qu'on s'ennuyait ! Heureusement que ce bon vieux R6 me tenait compagnie. J’avais eu le temps de le démonter, de le nettoyer intégralement et de le remonter, de lui programmer un dejarik holographique, de le battre, d’améliorer le dejarik, de le battre de nouveau, puis de lui laisser la victoire pour ne pas le vexer.  J’avais quand même amélioré encore une fois le programme. Mais surtout, avant, j’avais réussi, et plusieurs fois, encore, à m’infiltrer dans la tour du Sénat, après avoir appris que c’était là que les Impériaux traitaient leurs données. J’avais repéré où étaient les terminaux de sécurité, les horaires de la garde, la nature des systèmes de défense du monument, et a fortiori du data-center, les possibilités de piratage informatique à ma disposition potentielle. L’entrée dans le bâtiment était assez simple, pour peu qu’on soit discret et qu’on ait les papiers nécessaires. J’avais même mis un plan au point, mais je préférais avoir un compagnon organique pour le mettre à exécution.


      - Tu ne sais pas la chance que tu as de ne jamais t’ennuyer, R6.

      - Dwiiip ! Dwididi !

      - Non, non, pitié, pas de pazaak, tu sais bien que j’ai horreur de ça.

      - Wiip ?

      - Demain matin, oui. Tu te sens prêt ?

      - Dwi !

      - Superbe. Tes blasters paralysants et tes rétrofusées fonctionnent comme il faut ?


    Il activa ses rétrofusées et s’éleva légèrement au-dessus du sol. Ses blasters surgirent de son châssis et envoyèrent des ondes paralysantes dans le mur.


      - Parfait ! Tu devrais recharger tes batteries, tu vas en avoir besoin. Moi, je vais dormir.

      - Dwooooooo.

      - Ne fais pas la mauvaise tête, R6. Nous sommes des agents de la République en mission, et pas en terrain connu, comme sur Ryloth. Si tu fais ton sale caractère, je serai obligé de te laisser là.

      - Dwididwipwipwip !

      - Non, je ne plaisante pas. Il faut du sérieux. C’est dangereux, là-haut. On n’est pas chez nous.

      - Dwidwidwi.

      - Je ne te prends pas pour un imbécile, c’est toi qui réagis comme un enfant ! Allez, je vais dormir, va te recharger ! Bonne nuit R6 !

      - Dwwwwwwip !



    Le marché galactique était bondé. Etonnamment, c’était aussi l’un des lieux les moins surveillés de ce secteur de Coruscant. Par conséquent, une faune venue de toute la galaxie s’y agglutinait, volait dans les poches des autres, discutait, refaisait le monde, déambulait, ou même vendait et achetait des marchandises plus ou moins légales. Je vis un Sullustéen s’approcher de moi, l’air de ne pas vouloir être repéré. Mes renforts ! Ça devait être lui ! Un fois près de moi, il me parla au lekku, en un Basic médiocre :


      - Mate-moi ces pornos rodiens, frère. Il y a de vrais bombes, là-dedans ! Je te fais la collec’ à 10 crédits !


    L’air écœuré, je le repoussai et lui lançai un regard menaçant. Visiblement intimidé, il fut aspiré de nouveau dans le peuple mouvant. Mon holotransmetteur, qui m’indiquait aussi l’heure, bipa. A ce moment précis, je vis émerger de la foule un homme ayant visiblement peu l’habitude d’une telle densité de population. De ma taille, c’était un humain à l’air athlétique, plutôt beau garçon, selon leurs critères, je crois. Il était entièrement vêtu de bleu, et portait un manteau assez ample, accroché par une broche. Je pus voir le relief d’un blaster sous le tissu. Je soupirai intérieurement : si c’était bien mon renfort, il faudrait que je lui apprenne à s’habiller de façon plus discrète. Son regard croisa le mien : il me sourit et m’adressa un signe de tête. Quel crétin. Ce type n’était certainement pas des SRR. S’approchant de moi, il me lança :


      - Vous êtes de Ryloth ? Une bien belle planète !


    Les codes de la République étaient d’une stupidité navrante, décidément.


      - Oh, vous savez, la galaxie est vaste, je suis d’un peu partout.

      - Ravi de vous rencontrer. Vous ne trouvez pas que ces codes sont stupides ?


    Réflexion futile et déplacée. Ça commençait bien. Je supportais mal les gens qui ne pouvaient pas garder leurs pensées pour eux, surtout en mission, où tout ce que nous disions pouvait être observé et nous faisait perdre du temps. Délibérément, je ne répondis pas à la question.


      - Content que vous soyez là. Ne restons pas ici, vos vêtements bleus sont voyants.


    Alors que j’emmenais l’homme à la planque, je sentis que nous étions suivis. Je ne sentais plus la Force, mais l’intuition, ça, j’en avais encore plus que ma part ! Je jurai intérieurement. C'est ce guignol en bleu qui ne pouvait pas être discret. Je nous conduisis dans une ruelle tortueuse, dans l’espoir que celui qui nous filait nous suive. Ce qu’il fit. J’allais bondir sur lui pour l’immobiliser, mais je le reconnus au dernier instant. Que diable foutait-il là ?! C'était Dante, un vieil ami Jedi. Dans mon enfance, nous avions été camarades sur Naboo : il n'avait que deux années standards de plus que moi. Après mon départ de l'Ordre, nous avions gardé un contact assez vague, mais amical, et nous nous étions revu plusieurs fois. Il me sourit quand il vit que je l'avais reconnu.


      - Tu viens de Ryloth ? dit-il. Une bien belle planète !

      - Oh, tu sais, la galaxie est vaste, je suis d’un peu partout.

      - Grâce à la Force, je vous ai trouvé, tous les deux. Continuons, nous parlerons en sûreté.


    Je repris la tête du petit groupe. Nous arrivâmes bientôt devant un mur. J’appelai R6 avec mon holotransmetteur. Le droïde apparut en hologramme bleu.


      - Dwiip ?

      - C’est moi R6, ouvre.

      - Dwi !


    Le mur parut comme à travers une brume de chaleur, puis une porte apparut, qui s’ouvrit. Nous entrâmes tous trois, puis la porte de duracier se referma derrière nous. J’invitais mes renforts à s’asseoir.


      - Bien, nous voilà à l’abri ! Camarades, je vous présente R6. R6, voici un ami, Dante, maître Jedi -- je ne crois pas que vous vous soyez déjà vus -- et voici… un envoyé de la République. Son nom de code est Œil de Faucon, si je me souviens bien. Dante, tu as dû être contacté par la République, étant donné que tu connaissais le code. Heureux hasard. Quand je suis en mission, appelle-moi Aquilodon, et non par mon nom.


    Après les présentations, stériles mais nécessaires, je les briefai rapidement sur la mission qui était la nôtre, désormais.


      - Je n’ai aucune idée de pourquoi la République vous a appelé, vous deux précisément, mais vous pourrez sans doute me l’expliquer. Toujours est-il que nous allons devoir travailler ensemble. Œil de Faucon, j'aimerais connaître vos talents particuliers. Voici mon plan, pour l’instant : nous allons devoir entrer dans la tour du Sénat, accéder à l’ordinateur central du data center que les impériaux ont installés là et récupérer des données cruciales pour la République. Nous pouvons récupérer toutes celles que nous voulons, mais ce que veulent avant toutes les autres mes supérieurs, ce sont des informations concernant la menace étrange et probablement intergalactique dont nous avons eu de nombreux rapports. L’entrée dans le monument ne pose pas de problème : j’imagine qu’on vous a donné vos papiers, Œil de Faucon. Quant à toi, Dante, si tu n'as pas de papiers, je pense que ça ne pose pas de problème : les gardes de l'entrée ne sont pas des soldats d’élite, et tu devrais pouvoir les influencer sans souci. Nous devons ensuite accéder à une console de sécurité : j’ai pour cela des papiers de mécaniciens qui ont parfaitement fonctionné lors de mes missions de reconnaissance. A partir de cette console, je téléchargerai les programmes de défense du bâtiment et couperai les alarmes. Nous pourrons dès lors filer jusqu’à l’étage de l’ordinateur, et neutraliser pour de bon la sécurité. A ce moment, nous nous séparerons, afin de récupérer les données le plus rapidement possible : je resterai à la console de sécurité pendant que R6 ira récupérer ce qu’il faut, mais il fallait quelqu’un pour assurer nos arrières, d’où ma demande de renforts. Une fois les infos récupérées, il faudra réactiver promptement les systèmes défensifs avant qu’ils ne se rendent compte que quelque chose cloche, et partir ni vus, ni connus. Dans l’idéal, ils ne doivent pas savoir que nous sommes passés par là. Nous devons éviter d’interagir avec quiconque. Avez-vous des suggestions ?


    J’avais l’air de les avoir un peu brusqués à déballer tout mon plan. La démarche n’était pas compliqué, pourtant. Je sentais que cette mission ne se passerait pas sans aucun accroc. Par la Force, mais pourquoi m'avait-on envoyé deux personnes, et aucun agent des SRR ? J'aimais bien Dante, mais un Jedi n'était peut-être pas habitué à ce genre de missions secrètes.


Dernière édition par Qodu Iolan le Mar 1 Avr - 9:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 32

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Jeu 14 Nov - 4:25

Depuis plusieurs mois des vaisseaux étrangers faisaient leur apparition aux abords de la Bordure Extérieure. Les unes après les autres, les planètes sur leur passage disparaissaient. La poignée de survivants qui avaient finalement réussis à s'enfuir parlait de choses étranges qui arrivaient. Sans même donner de détails, la plupart finissaient par mourir de démence. L'Ordre Jedi avait elle aussi envoyé plusieurs de ses Chevaliers sur place. Mais aucun n'avait donné le moindre signe de vie depuis ce jour. Néanmoins, une information capitale filtra du sein même de l'Empire. Des scientifiques Impériaux semblaient avoir découvert d'où pouvaient provenir ces bâtiments. Ou tout du moins, était-ce ce qu'ils voulaient faire croire.

Quoiqu'il en soit. La République demanda une nouvelle fois l'aide des membres de l'Ordre Jedi. D'une certaine manière s'en était devenu presque habituel pour les Jedi que d'aider la République. Pour certains, il s'agissait d'une habituelle mission de routine, pour d'autre une manière de s'approcher d'un ami qui faisait parti de la République. Pour Dante, il s'agissait d'un peu des deux. Lors de sa réunion avec les Grands Maîtres Jedi, il avait apprit qu'un ancien Novice reconverti en membre des Services de Renseignements y avait été envoyé sur Coruscant afin de porter l'image de la République.

Qodu Iolan… Un des Novices qui s'étaient entraîné avec eux durant un temps. Rapidement perdu de vu, et presque aussi rapidement retrouvé dans les rangs de la République Rebelle. Toutefois, une fois n'est pas coutume. Il n'allait pas là bas en tant que "protecteur", mais bel et bien comme Maître Jedi. Peu étaient ceux qui savaient ce que tramait l'Empire dans les murs ce la citée de Coruscant. Et encore moins là où ils devaient se rendre. Malgré tout, Dante avait été mit au courant qu'ils seraient trois. Deux Républicains, mais un seul Jedi. Si un groupement Sith venait à faire son apparition durant la mission… Il ne pourrait compter que sur son armement. En aucun cas il ne laisserait les deux Républicains en proie à ces derniers.

Désormais, Dante se tenait dans la salle de méditation du White Queen. Aucun bruit, ni aucune gêne d'aucune sorte ne parvenait à lui. Flottant légèrement dans les airs, il se laissait porter par la Force. Son sabre laser posé juste devant lui, le Maître Jedi resta plusieurs minutes ainsi. Ouvrant les yeux, l'homme se posa sur le sol et se leva. Son sabre laser de nouveau attaché à sa ceinture, il se leva et passa la porte qui glissa sur son axe et disparue dans les murs du vaisseau. Juste devant lui se tenait le visage calme et puissant de Shark. Se passant de paroles, l'un et l'autre marchèrent jusqu'à la soute du vaisseau. Ici, l'attendait le vaisseau personnel du Maître Jedi.

La soute n'était en rien différente du reste du vaisseau. Seule une lumière diffuse émergeait du plafond et éclairait les pétales scintillantes de Bohuko. Saluant son compagnon Togorien, Dante monta dans le Chasseur et quitta le White Queen en silence. En quelques minutes, il avait pénétré l'atmosphère de Coruscant et s'approchait lentement du spatio-port. Enfin posé sur la terre ferme. Il se rappela les ordres de ses supérieurs, ainsi que sa propre réponse.


- Vous retrouverez un des agents de la République sur Coruscant. Non loin du Sénat Galactique. La phrase qui vous permettra de vous reconnaître sera Tu viens de Ryloth ? Une bien belle planète ! Il à son tour, il vous répondra Oh, tu sais, la galaxie est vaste, je suis d’un peu partout. Ainsi, vous saurez que vous faites parti du même groupe.
- Quel est l'intérêt d'une telle phrase ? Nous saurions nous reconnaître sans ça…

Dante avait finit sa phrase par un soupir de lassitude. Sans être réprimé une nouvelle fois, il quitta la pièce et avait directement prit la direction du White Queen. Ici, sur Coruscant, il devait répéter cette phrase stupide avant de prendre directement contact avec Qodu. Chose que le Maître Jedi fit assez rapidement. Sans laisser transparaître ses sentiments, il scruta légèrement le visage du second homme qui se tenait tout à côté du Républicain. Ce dernier arborait une multitude de couches de vêtements étant tous de la même teinte : bleu azuré. Rien de très "passe-partout" en somme. Néanmoins, de cette manière il était tellement visible qu'il en devenait presque ignoré. Ceux ne désirant pas être vu, et encore moins reconnu, passaient le plus clair de leur temps à se cacher des yeux d'autrui. De cette manière, il attirait tellement le regard sur lui, qu'il en devenait presque invisible. L'idée n'était pas mauvaise. Mais fallait-il encore que sa manière de se déplacer soit un tant soit peu moins nonchalante.

Quelques minutes plus tard, le trio s'approcha d'un mur parfaitement semblable à tous ceux qui les entouraient. Qodu fit apparaître un hologramme reprenant les traits d'un droïde assez "inhabituel". La porte passée, les trois hommes se retrouvèrent dans une pièce assez sobre. Invités à s'asseoir, Dante s'exécuta et vit que son ancien ami ne désirait pas manquer de temps. Il entra directement dans le vif du sujet et leur déploya son plan.


- Bien, nous voilà à l’abri ! Camarades, je vous présente R6. R6, voici un ami, Dante, maître Jedi -- je ne crois pas que vous vous soyez déjà vus -- et voici… un envoyé de la République. Son nom de code est Œil de Faucon, si je me souviens bien. Dante, tu as dû être contacté par la République, étant donné que tu connaissais le code. Heureux hasard. Quand je suis en mission, appelle-moi Aquilodon, et non par mon nom.

Dante opina du chef. Il était dans les habitudes des membres de la République d'utiliser des noms de code. Aussi, lui-même ne pouvait pas être appelé par son propre nom. Le Maître Jedi n'oubliait pas non plus qu'il était en territoire Impérial, et qu'en tant que tel, ceux de son Ordre n'étaient pas les bienvenus… Ainsi donc, il devait utiliser le surnom qu'on lui avait donné un jour… Même si cela ne l'enchantait guère… Il en allait de la réussite de leur mission à tous les trois.

- Je n’ai aucune idée de pourquoi la République vous a appelé, vous deux précisément, mais vous pourrez sans doute me l’expliquer. Toujours est-il que nous allons devoir travailler ensemble. Œil de Faucon, j'aimerais connaître vos talents particuliers. Voici mon plan, pour l’instant : nous allons devoir entrer dans la tour du Sénat, accéder à l’ordinateur central du data center que les impériaux ont installés là et récupérer des données cruciales pour la République. Nous pouvons récupérer toutes celles que nous voulons, mais ce que veulent avant toutes les autres mes supérieurs, ce sont des informations concernant la menace étrange et probablement intergalactique dont nous avons eu de nombreux rapports. L’entrée dans le monument ne pose pas de problème : j’imagine qu’on vous a donné vos papiers, Œil de Faucon. Quant à toi, Dante, si tu n'as pas de papiers, je pense que ça ne pose pas de problème : les gardes de l'entrée ne sont pas des soldats d’élite, et tu devrais pouvoir les influencer sans souci. Nous devons ensuite accéder à une console de sécurité : j’ai pour cela des papiers de mécaniciens qui ont parfaitement fonctionné lors de mes missions de reconnaissance. A partir de cette console, je téléchargerai les programmes de défense du bâtiment et couperai les alarmes. Nous pourrons dès lors filer jusqu’à l’étage de l’ordinateur, et neutraliser pour de bon la sécurité. A ce moment, nous nous séparerons, afin de récupérer les données le plus rapidement possible : je resterai à la console de sécurité pendant que R6 ira récupérer ce qu’il faut, mais il fallait quelqu’un pour assurer nos arrières, d’où ma demande de renforts. Une fois les infos récupérées, il faudra réactiver promptement les systèmes défensifs avant qu’ils ne se rendent compte que quelque chose cloche, et partir ni vus, ni connus. Dans l’idéal, ils ne doivent pas savoir que nous sommes passés par là. Nous devons éviter d’interagir avec quiconque. Avez-vous des suggestions ?

Resté silencieux durant les explications, Dante fut le premier à prendre la parole. Sa voix monocorde posa les questions dont il désirait les réponses. Principalement des questions d'ordre purement pratique, les autres, plus précises.

- Quand est-il des défenses intérieures ? L'Empire ne laisserait pas des données confidentielles sans protections. De plus, quelles sont la teneur réelle de ces données ? Et surtout, comment les Impériaux ont-ils réussit à les obtenir ? (Dante posa ses coudes sur ses genoux et posa sa tête sur ses mains liées avant de reprendre.) Ne m'appelez pas par mon rang, ni même par mon nom, pour vous, je serais Karasu…

Karasu, l'oiseau noir dont parlait sa mère lorsqu'il était enfant. Cet étrange oiseau inconnu dont les ailes se déployant que la nuit. Dante préférait éviter d'utiliser ce symbole devant ses confrères Jedi. Toutefois, pour cette mission il en était bien différent. Il était le seul membre de l'Ordre présent, ou tout du moins le seul ayant continué à suivre leurs principes. Quand à l'homme qui était tout à côté de lui, son nom de code ne laissait présager qu'une seule chose : un tireur d'élite. Etrange idée qu'avait eu la République pour cette mission d'infiltration que d'envoyer un tel militaire au lieu d'un compagnon de Qodu…
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre Saedlis
Lieutenant des Forces Républicaines
Lieutenant des Forces Républicaines
avatar
Messages : 62
Âge réel : 21

MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Ven 15 Nov - 6:45

Depuis qu'Alexandre et son unité avaient été basés sur Ilum, le lieutenant n'avait rien fait d'autre qu'assister à la débâcle des armées républicaines. Rapidement, les planètes républicaines étaient tombées sous le joug de l'Empire. Le lieutenant n'avait pourtant pas désespéré et s'était concentré sur l'entrainement de son unité. Ce matin pourtant, ce n'est pas ce qu'il fit, il venait d'être convoqué au bureau du commandant Vlaguir, un homme que le lieutenant n'avait fait que croisé mais qu'il ne connaissait pas vraiment. Se baladant dans les couloirs, le lieutenant arriva finalement au bureau où deux soldats se mirent au garde à vous lorsqu'il pénétra à l'intérieur. Propre, agréable à regarder, la pièce était composée d'un grand et vaste bureau, deux belles commodes et une armoire où s'entassaient des piles de papiers. Derrière le grand bureau, un homme, grand, musclé, blond, vêtu d'un belle uniforme, assis sur son siège se tourna vers le nouveau-venu qui n'était autre qu'Alexandre qui se mit au garde à vous à son tour. Le commandant invita le lieutenant à s'assoir qui ne repoussa pas le siège et s'assit confortablement. Ensuite le commandant sortit de multiples papiers, rien de très gros, qu'il déposa sur son bureau avant de dévisager le lieutenant qui soutint le regard bleu-glace du commandant. Ce-dernier semblait jaugé Alexandre comme voulant être sûr qu'il était bien celui qu'il avait fait appelé. Cela dura quelques minutes avant que le commandant prenne la parole:

-Lieutenant Saedlis du régiment des Tireurs d'élites républicains. Savez-vous pourquoi vous êtes ici?
-Parce que vous m'avez fait demandé.
-Amusant...Et à part cela, vous ne vous doutez pas de quelque chose?
-Il y a eu un problème avec mon unité ou moi-même.
-Non, si je vous ai fait venir c'est pour un but bien précis, vous partez en mission.

Le lieutenant retint sa surprise de peu, en mission!! Quelle chance!! Fini le train-train habituel, fini les journées monotone d'entraînements ou de repos, place à la mise en pratique!! Le lieutenant demanda tout de même:

-Et c'est où qu'elle va avoir lieu?
-Coruscant.

Le lieutenant faillit tomber de sa chaise et se reprit à temps avant de fixer le commandant d'un oeil interrogateur, il plaisantait là ou quoi?

-Vous voulez rire?!! Je vous rappelle que Coruscant n'est plus sous contrôle Républicain.
-Je sais.
-Et vous croyez que je vais arriver sur place en compagnie de mon unité en déclarant: «Salut à tous, on vient prendre quelques vacances et on prend le contrôle de cette joli planète au passage", non mais sérieusement...
-Justement, vous partez seul et ne me coupez pas la parole!! Votre but sera d'assurer la protection d'un agent des SRR et de l'assister. Son but est de récolter des informations sur la menace fantôme qui a fait son apparition au fin fond de la galaxie. Vous, vus le couvrirez et aurez l'ordre d'assurer sa protection. Vous serez assisté d'un Jedi pour cette mission, et vous ne vous y rendez pas en tant que Républicain mais en tant que simple voyageur. Les papiers que vous voyez ici sont des papiers qui prouve que vous êtes citoyen de l'Empire, et que le vaisseau avec lequel vous partirez est bien un impérial. Vous partez avec votre vaisseau civil, et sans votre armure blaster ni votre snipper. Des questions?
-Si je comprends bien...C'est une mission d'infiltration. Donc je débarque et repart incognito, c'est ça?
-Oui.
-Bien, alors il me faut des armes, je prends deux blaster, et une ceinture de munitions.
-C'est cela. A présent, vous pouvez disposer, vous préparez, et partir immédiatement.
-Mon commandant.

Le lieutenant porta la main à son front et fila hors de la pièce sans oublier de récupérer ses nouveaux "passeports". Alexandre fila dans ses appartements, se changea et mit une armure légère avant d'enfiler plusieurs vêtements d'une même couleur: bleu. Ainsi habillé, il serait tellement visible que les impériaux lui foutrait la paix, car, on cherchait des gens qui se cachait, alors pourquoi ne pas changer un peu les règles à son avantage. Le lieutenant se saisit de ses deux blasters, un à ses côtés, l'autre dans son dos, saisissable facilement si problème il y avait. Il cacha la ceinture sous ses vêtements et sortit fin prêt en accrochant son manteau par une broche. Il se dirigea vers le Hangar où étaient stockés les vaisseaux de l'armée et les vaisseaux personnels. Alexandre se dirigea vers le sien...Le Ares. Les mécaniciens venaient de terminer la vérification du X-Wing qui n'adoptait aucune couleur de la République. Le commandant l'attendait et il lui transmit les codes pour retrouver son allié, lui donna le lieu de rendez-vous, et le lieutenant monta dans son vaisseau. Il s'assit confortablement avant de demander pourquoi on n'envoyait aucun agent des SRR pour venir aider l'agent déjà sur place.

-Ils sont occupés ailleurs pour beaucoup, et le reste...Mieux valait un tireur comme vous.

Le lieutenant ferma le cockpit, fit signe que tout était OK et fit démarrer son magnifique Ares. Le vaisseau décolla dans un bruit satisfaisant et s'éleva dans le ciel comme un véritable oiseau. Alexandre contempla une dernière fois Ilum avant de mettre le cap sur l'Hyper-espace. Le lieutenant souffla et se détendit aux commandes du Ares qui répondait aux commandes. Enfin une mission, le lieutenant n'était pas mécontent de bouger, sur Ilum, la vie était différent que celle sur corellia que le lieutenant préférait. Alexandre se remémora tout ce qu'il savait sur sa mission avant d'être attiré par un point: Un jedi. Il combattrait aux côtés d'un Jedi. Quel honneur. *Là on va gagner, un Jedi quoi!! On risque presque rien* Mais ce presque embêtait le lieutenant, car cela signifiait qu'il y avait des risques et que lui aussi devrait en prendre pour que la mission soit une réussite.

----

L'atterrissage se fit on ne peut plus facilement sur Coruscant. Le commandant avait donné les codes, le lieu de rendez-vous et l'heure au lieutenant. Alexandre sauta hors de son vaisseau et contempla les bâtiments multiples de Coruscant. La cité ne ressemblait en rien à Corellia, ou même à Ilum. Alexandre se retrouva bientôt dans une immense foule. Mais quel monde!! Le militaire ne se sentait pas à l'aise, un adversaire pouvait surgir à n'importe quel moment et il préférait largement le calme et la tranquillité que ce marché de fous. On ne voyait que de monde. Le lieutenant finit par se perdre, il ne serait jamais à l'heure si sa continuait. L'agent n'était pas un homme, mais un Twi'lek, un être puissant. L'homme ne doutait pas des capacités de l'agent et le croyait capable de se défendre seul, un Twy'lek sans défense, c'est possible? Peu importe, si c'est un membre des SRR, il est tout, sauf sans défense. Le lieutenant finit par apercevoir le lieu de rendez-vous et... Il était déjà là parlant avec quelqu’un d’autre qui s'éclipsa dans la foule. Lorsque leur regards se croisèrent, le lieutenant sut que c'était lui, et il ne put s'empêcher de sourire de satisfaction, enfin il l'avait trouvé!! Alexandre se sentait vraiment mal dans cette foule et il finit par déclarer:


- Vous êtes de Ryloth ? Une bien belle planète !
- Oh, vous savez, la galaxie est vaste, je suis d’un peu partout.

Non mais quel code stupide!!! Vraiment, là on atteignait des sommets niveau idiotie!! Vraiment le lieutenant trouvait ces codes plus que bidons, n'importe qui pouvait venir de ryloth, pour peu qu’on se trompe et que l'on y connaisse rien, un peu comme Alexandre qui, malgré qu'il est l'esprit ouvert, ne connaissait pas tout et ignorait beaucoup de chose. Il ne put s'empêcher de dire:

- Ravi de vous rencontrer. Vous ne trouvez pas que ces codes sont stupides ?
- Content que vous soyez là. Ne restons pas ici, vos vêtements bleus sont voyants.

Le lieutenant suivit son nouveau compagnon, et la personne qu'il devrait protéger, le commandant lui avait dit de ne parler entre eux que par leur nom de code, et de tenir sa langue. Le lieutenant n'avait pas vraiment obéi, mais enfin, c'était dans son caractère, surtout lorsque la chose devenait presque à en crever de rire. Inquiet, son compagnon plaqua le lieutenant contre un mur et ce-dernier se prépara à sortir son Blaster en cas de problème, mais l'homme qui surgit devant eux, pas armé, du moins au premier abord, ne semblait pas leur vouloir de mal. Tout se confirma lorsque le Twi'lek se présenta au Jedi. Alors voilà le fameux jedi, il était pile à l'heure, et il semblait presque tomber du ciel. L'agent ne les laissa pas converser et les entraîna vers un mur. Un hologramme bleu apparut...Nom de... Un droide!! Une porte s'ouvrit après que le mur ait disparu comme par magie. Alexandre s'introduit dans une pièce plutôt confortable, enfin, ce n'était pas le mieux, mais c'était déjà cela. Leur compagnon les présenta au droide et à lui-même:

- Bien, nous voilà à l’abri ! Camarades, je vous présente R6. R6, voici un ami, Dante, maître Jedi -- je ne crois pas que vous vous soyez déjà vus -- et voici… un envoyé de la République. Son nom de code est Œil de Faucon, si je me souviens bien. Dante, tu as dû être contacté par la République, étant donné que tu connaissais le code. Heureux hasard. Quand je suis en mission, appelle-moi Aquilodon, et non par mon nom.

Les présentations faites, le lieutenant regarda le Jedi et le petit droide, qu'il trouvait plutôt sympathique. Le lieutenant t connaissait l'efficacité de ces petits engins très performants qui était de vrais avantages si l'on parlait matière technologique. Le lieutenant était un expert du combat, mais il connaissait quelques notions technologiques, et il eut le profond sentiment qu'elles lui seraient utiles. Aquilodon quand à lui, ne les laissa pas bavarder et se dépêcha de leur exposer la mission... Une mission risquée si Oeil de faucon avait bien compris.

- Je n’ai aucune idée de pourquoi la République vous a appelé, vous deux précisément, mais vous pourrez sans doute me l’expliquer. Toujours est-il que nous allons devoir travailler ensemble. Œil de Faucon, j'aimerais connaître vos talents particuliers. Voici mon plan, pour l’instant : nous allons devoir entrer dans la tour du Sénat, accéder à l’ordinateur central du data center que les impériaux ont installés là et récupérer des données cruciales pour la République. Nous pouvons récupérer toutes celles que nous voulons, mais ce que veulent avant toutes les autres mes supérieurs, ce sont des informations concernant la menace étrange et probablement intergalactique dont nous avons eu de nombreux rapports. L’entrée dans le monument ne pose pas de problème : j’imagine qu’on vous a donné vos papiers, Œil de Faucon. Quant à toi, Dante, si tu n'as pas de papiers, je pense que ça ne pose pas de problème : les gardes de l'entrée ne sont pas des soldats d’élite, et tu devrais pouvoir les influencer sans souci. Nous devons ensuite accéder à une console de sécurité : j’ai pour cela des papiers de mécaniciens qui ont parfaitement fonctionné lors de mes missions de reconnaissance. A partir de cette console, je téléchargerai les programmes de défense du bâtiment et couperai les alarmes. Nous pourrons dès lors filer jusqu’à l’étage de l’ordinateur, et neutraliser pour de bon la sécurité. A ce moment, nous nous séparerons, afin de récupérer les données le plus rapidement possible : je resterai à la console de sécurité pendant que R6 ira récupérer ce qu’il faut, mais il fallait quelqu’un pour assurer nos arrières, d’où ma demande de renforts. Une fois les infos récupérées, il faudra réactiver promptement les systèmes défensifs avant qu’ils ne se rendent compte que quelque chose cloche, et partir ni vus, ni connus. Dans l’idéal, ils ne doivent pas savoir que nous sommes passés par là. Nous devons éviter d’interagir avec quiconque. Avez-vous des suggestions ?

Des suggestions, non pas vraiment, mais là, Alexandre était un peu perdu, l'agent des SRR leur balançait tout comme ça d'un coup. Au moins c'était clair et direct, le lieutenant aimait ce genre de briefing. On savait ce qu'on avait à faire. Il fut juste étonné que les SRR n'aient pas renseigné leur agent sur ces talents et pourquoi on l'envoyait lui. Le Jedi fut le premier à prendre la parole, il était vrai que si l'agent avez observé les lieux et repéré, ce serait plus facile, mais le Jedi voulait quelques informations supplémentaires:

- Quand est-il des défenses intérieures ? L'Empire ne laisserait pas des données confidentielles sans protections. De plus, quelles sont la teneur réelle de ces données ? Et surtout, comment les Impériaux ont-ils réussit à les obtenir ? Ne m'appelez pas par mon rang, ni même par mon nom, pour vous, je serais Karasu.

Le lieutenant hocha la tête signe qu'il avait compris et s'en tiendrait au nom de code, pas question de dévier cette fois-ci. En fait, Œil de faucon avait les mêmes questions que le Jedi, il y en avait d'autres, et le lieutenant n'allait pas rester muet, il passa sa main dans ses cheveux avant de déclarer:

-Je suis étonné que les SRR ne vous aient pas renseigné sur moi et pourquoi c'est moi que l'on envoi. Mais cela n'a pas d'importance. On m'a envoyé ici dans le but de vous aider à réussir, et surtout pour vous faciliter la tâche. Je surveillerais vos arrières. Je suis bon combattant, et tireur d'élite plus particulièrement. Je serais vos yeux et vos oreilles arrière si l'on peut dire ça. Quand à des questions, j'en ai une: Quels genres de troupes sont présents dans cette tour?

Si c'était des soldats légers, ça allait, si c'était des stormTroopers, ou même des Darktroopers, alors, il y avait plus de souci à se faire. Et s’il y avait autre chose, et bien on verrait. Alexandre attendit la réponse aux questions du jedi et à la sienne. Chaque information lui serait utile.
Revenir en haut Aller en bas
Cahir Quinn
Espion de talent / Chimiste
Espion de talent / Chimiste
avatar
Messages : 57
Âge réel : 22

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Divers armes blanches - Fusil E11 - pistolets
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Sam 16 Nov - 2:54

Le contre-espionnage. Une horreur. Du moins telle était ma pensée. Même du temps où je servais l'empire je haïssais profondément ces missions qui étaient d'une longueur immense. Bien souvent il ne se passait rien, quelque soit l'importance de l'objectif et bien entendu lorsque quelque chose arrivait cela retombait sur vos épaules. Car, bien entendu, la tentative ennemi était souvent couronnée de succès. C'était l'une des raisons pour laquelle je détestais le contre-espionnage surtout lorsque c'était pour l'Empire. Mais je m'étais promis quelque chose : de n'être fidèle qu'à moi même et même si je n'osais l'avouer travailler pour le compte de mes anciens dirigeants me mettait du baume au coeur lorsque je menais à bien le travail. Cependant le contre-espionnage allait encore me procurer maintes périodes d'ennui et d'autres de stress intense. Rien qui n'était bon pour le mental. Mais soit l'Empire payait extrêmement bien et il fallait que quelque chose arrive. Ce n'était pas tous les jours qu'on faisait appel à l'Ombre Blanche, surtout lorsqu'on avait des réseaux d'espionnage aussi bien pourvus que ceux du gouvernement impérial.

Il se tramait donc quelque chose et je devais m'en charger. Un mois de travail intense n'avait mené qu'à quelques pistes peu intéressantes et donc certains étaient peu probables. J'avais erré sur Coruscant pendant quelques semaines, usant de mes contacts les plus proches jusqu'à ceux les plus chers dans l'espoir de découvrir quelque chose. Mais s'ils ne savaient rien ils ne voulaient pas en parler. Cependant j'avais réussi à tirer une conclusion de ce qui pouvait se tramer. On m'avait chargé de défendre la tour du Sénat d'une possible intrusion et surtout empêcher tout téléchargement du réseau qui s'y trouvait. J'avais ainsi procéder par élimination : les mandaloriens n'avaient que faire des plans impériaux et les criminels - même s'ils avaient force intérêt à télécharger le réseau - n'auraient jamais réussi à monter un plan sans que je sois au courant. Et en ce qui concernait les Sénateurs, Moffs et autres ils auraient très certainement fait appel à mes services pour cette mission. Il ne restait donc que deux choix : les Jedi et ce qui restait de la République. Or les deux étaient depuis des millénaires étroitement liés - et parfois la frontière entre les deux étaient si floues qu'ils ne semblaient faire qu'un.

Donc désormais j'attendais que les événements aient lieu. Ainsi j'étais passé d'un déguisement assez simple, et légèrement stéréotypé, d'un contrebandier un peu paumé et qui n'avait la langue dans sa poche - il en existait tellement - à celui d'un homme habillé d'une veste en cuir et d'une chemise en dessous. Mon pantalon noir rappelait étrangement celui des forces de police de la ville-planète et mes bottes noir militaires confirmaient cela. Une plaque doré et mon pistolet harnaché sous mon aisselle venait compléter mon déguisement. En ce qui concernait mon visage un nez grimé à l'aide d'une pâte permettait de simuler de nombreuses fractures et mes yeux étaient devenus d'un bleu -gris assez particuliers tandis que mes cheveux étaient blonds ternes. Bien loin du jeune ténébreux en tenue de pilote qui arpentaient voilà deux jours les bas fonds de la ville. Ainsi sous ma couverture d'enquêteur j'avais libre accès à la Tour du Sénat et officiellement j'enquêtais sur le meurtre d'un Sénateur - qui étaient réellement mort par ailleurs. J'avais donc pris contact avec l'officier chargé de la surveillance de la Tour et lui avait confié la note de mon recruteur. J'étais désormais son supérieur hiérarchique, temporairement bien évidemment. Désormais j'attendais calmement dans son bureau.

"Turner ?
- Oui monsieur ?
- L'Ombre, appelle moi l'Ombre. Ou pas du tout sinon. Et surtout tutoie moi.
- Oui monsieur."

Je lâchai un profond soupir en regardant le jeune lieutenant, tout juste sorti d'une des Académies impériales. S'il savait ce qui se tramaient réellement. Peut être son assassinat était il déjà prévu et que... Non ! Je ne devais pas être si pessimiste et accomplir ce pourquoi l'on m'avait engagé.

"Donc... Je prends les choses en charge dès maintenant. Le système que je vais mettre en place ne sera désactivé qu'à la fin de mon contrat avec tes supérieures donc préviens tes hommes qu'ils risquent d'attendre un moment. Dans une heure exactement je veux que tout le personnel civil soit évacué des six derniers étages. Je veux six stormtroopers placés à l'entré de la salle du réseau.
- Bien.
- Plus personne n'entre ni ne sort du service informatique. Que les soldats se mettent en position."

Je regardais les quatre autres officiers qui servaient auprès du Lieutenant Turner.

"Messieurs nous allons avoir affaire à des professionnels. Attendez vous à des fausses identités. Que chacun de vos hommes confirment la véritable identité de ses camarades. Et vérifiez également leurs identités. Vous pensez que c'est de la paranoïa ? Non ce n'est que le véritable monde...
- Monsieur nous sommes formé à toute action contre la Tour.
- Vous êtes entraîné à faire feu sur tout ce qui touche de manière violente à ce lieu. Vous ne savez strictement rien du monde de l'espionnage. N'importe qui peut être votre ennemi tout comme votre allié. Faites ce que je vous dis et tout ira bien. Lieutenant Dacon préparez un petit groupe de vos meilleurs. Cinq ou six hommes pas plus. Qu'ils se préparent à intervenir si je leur en donne l'ordre et seulement si JE le fais.
- Compris monsieur.
- Turner mettez en réserve deux intercepteurs TIE. Demandez les meilleurs pilotes possibles et qu'ils soient prêt à décoller à n'importe quelle heure. Mettez en position six de vos meilleurs tireurs d'élite en position sur les bâtiments environnants. Miller vous êtes bien chargé des sous-sols de la Tour ?
- Affirmatif. Que voulez vous que je fasse ?
- Piégez les. Sensibilité maximum, seul les insectes et les rats pourront passer. Est ce bien clair ? PERSONNE dans les souterrains avant la fin d'une possible crise.
- Reçu.
- Monsieur ?
- Oui Dacon.
- Que faisons nous s'ils se passent rien ?
- Rien. Mais vous aurez une belle leçon en ce qui concerne l'espionnage. A vos postes. Communications sur ligne codée uniquement."

Je me levai et vidai mon verre d'eau d'une traite. Bon il était vrai qu'il y'avait aussi de bons côtés à l'idée de faire du contre-espionnage. Rien de tel qu'avoir de jeunes lieutenants sous ses ordres et leur rabattre leur clapet dès que cela était possible. Je commençai même à apprécier le jeune Turner. Je soupirai à nouveau et pris la direction du 4ème étage. Là je me glissai dans la grille d'aération et la laissa légèrement ouverte pour avoir une vue directe sur l'ordinateur. L'attente risquait d'être longue... Très longue...
Revenir en haut Aller en bas
Qodu Iolan
Commandant des Services de Renseignement Républicain
Commandant des Services de Renseignement Républicain
avatar
Messages : 79
Âge réel : 22

Feuille de personnage
Âge: 26
Armes: Chuka bothan (matraque) ; blaster lourd de la République ; blasters paralysants
Alignement: Neutre-Lumineux
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Lun 18 Nov - 8:41


    Un soldat. Autrement dit, mes supérieurs n’avaient pas confiance en moi. J’étais absolument ravi. Bon, après tout, la mission s’annonçait ardue, et la hiérarchie avait changé. Il était logique qu’ils mettent à jour nos dossiers en vérifiant ce qu’il y avait dedans. Une vérification sur le terrain, il n’y avait rien de mieux. En fait, ils devaient tenir à ma vie. Bon. Dante me posa ses questions.

      - Qu’en est-il des défenses intérieures ? L'Empire ne laisserait pas des données confidentielles sans protections. De plus, quelles sont la teneur réelle de ces données ? Et surtout, comment les Impériaux ont-ils réussit à les obtenir ? Ne m'appelez pas par mon rang, ni même par mon nom, pour vous, je serais Karasu.


    Il posait de bonnes questions, l’animal. Un Jedi n’était pas un agent secret, mais par la Force, ce n’était pas n’importe qui. Avoir mon vieil ami à mes côtés me rassérénait.


      - Je me doute que l’empire soupçonne que nous allons tenter quelque chose. Ils ont dû engager quelqu’un pour nous empêcher de progresser dans la tour. J’ai peur qu’ils ne m’aient laissé passer que pour me faire sentir en sécurité, et qu’ils ne préparent une souricière pour nous. On m’a déjà fait des coups bas dans ce genre, par le passé.


    A mes débuts, j’étais tombé dans un piège grossier : j’avais foncé tête baissée, me pensant tout-puissant. Mon maître était intervenu à temps pour me tirer des pattes d’une bande de chasseurs de prime Duros dont j’avais précédemment mis hors d’état de nuire plusieurs membres. Ces sournois m’avaient laissé accéder sans souci aux cages de force dans lesquelles ils retenaient la proie que je devais libérer. Je l’avais faite sortir. Ils étaient arrivés, l’avait abattue sans hésiter, et m’avaient attaqué. Maître Barhr avait surgi d’on ne savait où et les avait jeté les uns contre les autres grâce à la Force. En plus de m’avoir secouru, il avait finalement sauvé celui que nous recherchions vraiment. Celui dont j’avais désactivé la cage de force était un sosie.

    Je revins à notre affaire actuelle.


      - Je ne sais pas ce que contiennent ces données, je sais juste qu’elles concernent un sujet qui inquiète la République en plus haut lieu : une menace non-identifiée qui progresse aux confins de la galaxie. L’Empire étant malheureusement mieux placé que nous pour obtenir des informations, puisqu’il contrôle pas loin de l’intégralité des systèmes majeurs, on m’a envoyé ici pour récupérer tout ce qu’il sait.


    En parlant, je vérifiai que les batteries de mon blaster paralysant étaient pleines. Œil de Faucon me présenta ensuite ses qualités et posa la seule question qu’il avait. N’avait-il pas compris que nous devions être discrets, et qu’il ne devait pas y avoir de confrontation ? Je me retins de lui répondre froidement. Après tout, ce n’était pas sa faute s’il avait été assigné à une mission pour laquelle il n’était pas formé. Il suivait les ordres, voilà tout. Ça en restait néanmoins plutôt consternant.

      - Ecoutez, Œil de Faucon, il est possible qu’on surveille les fréquences correspondantes à mon holotransmetteur. Il ne faut pas que des informations importantes, comme les compétences des agents spéciaux de la République que nous sommes, puissent être connues de l’ennemi. C’est pourquoi on ne m’a communiqué ni votre vrai nom, ni vos talents. Quant aux forces en présence, il y a plusieurs stormtroopers, évidemment. C’est l’un des bâtiments les plus importants de la planète, ne l’oublions pas. Mais si tout se déroule comme prévu, nous ne devrions pas avoir affaire à eux, et ils ne sont pas là en grand nombre : la plupart des soldats sont des jeunes en première affectation, sans aucune expérience, à ce que j’ai pu conjecturer. Rien qui puisse poser problème à un soldat d’élite comme vous et à Karasu en cas de pépin. Je pense aussi qu’ils surveillent les issues depuis les bâtiments proches.


    Je craignais véritablement que mon plan ne fonctionne pas. J’étais presque certain d’avoir été repéré lors de mes missions de reconnaissance, même si je n’avais pas une entière certitude. En tout cas, j’avais la forte impression que les Impériaux se doutaient que la République tenterait quelque chose. Il y avait dans leur sécurité trop de relâchement, trop de négligence par rapport à leurs habitudes auxquelles je m’étais déjà confronté. Mais bon, on m’avait souvent dit que j’étais trop méfiant. Mieux valait être trop méfiant et réussir que ne l’être pas assez et mourir. Mes batteries de blaster étaient pleines, R6 paraissait parfaitement en forme, Dante et le soldat étaient là, ne semblaient pas avoir d’idées supplémentaires, et il ne fallait pas faire traîner la mission. Je dissimulai mon blaster dans son holster, parfaitement caché dans mon vêtement : je savais comment cacher n’importe quelle arme de poing de manière extrêmement efficace. Ah, oui, d’ailleurs, il fallait que j’aide mon associé républicain à ce sujet.


      - Camarades, je ne vois pas de raison de nous attarder ici plus longtemps. Nous devrions y aller, après avoir résolu de menus problèmes. Œil de Faucon, changez de vêtements. Vous êtes trop voyant. La technique de la discrétion par le criard peut fonctionner dans une foule, mais pas quand vous passez par un cordon de sécurité. Prenez un de mes costumes, je crois que nous faisons la même taille. Vous pourrez cacher deux blasters à l’intérieur, sans qu’on puisse les détecter, même avec une fouille au corps : le molleton est parfaitement crédible. Ensuite, nous partons.


    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Nous étions enfin devant la tour du Sénat, chacun habillé comme il le fallait, avec les papiers adéquats. Œil de Faucon était habillé en homme du peuple : ses papiers étaient ceux d’un petit enseigne d’un Moff de la Bordure Médiane, que l’un de mes collègues avait capturé et tué lors d’une mission préalable. Karasu n’avait pas de papiers, mais il devait se faire passer pour un dignitaire, ce qu’il n’aurait aucun mal à faire grâce à la Force. Nous étions prêts, je crois. Je regardai les alentours, pour vérifier la présence de tireurs embusqués, ou du moins d’observateurs. J’en vis deux. Non, trois. Quatre. Je me retournai vers mes compagnons, leur indiquai les hommes qui surveillaient la porte à distance, pour voir s’ils avaient des objections avant de passer à l’acte.
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 32

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Ven 22 Nov - 10:18

Chacun à leur tour les deux hommes posèrent leurs questions. Et comme l'avait prévu Dante, ces dernières portaient majoritairement sur la possible présence de tireurs embusqués, voir même plus grave, de Sith. Toutefois, la présence d'un tireur d'élite étonnait assez le Maître Jedi. Pourquoi envoyer un tel soldat lors d'une mission d'infiltration ? Il avait beau retourner l'idée dans tous les sens, il ne trouvait aucun réponse adéquate. A moins bien entendu qu'il ne soit pas qu'un simple tireur d'élite, et que, par défaut, il sache un minimum se servir d'une vibrolame… Malgré tout, à trois ils risqueraient de se faire rapidement repérer par les troupes Impériales à l'intérieur même du bâtiment…

- Je me doute que l’empire soupçonne que nous allons tenter quelque chose. Ils ont dû engager quelqu’un pour nous empêcher de progresser dans la tour. J’ai peur qu’ils ne m’aient laissé passer que pour me faire sentir en sécurité, et qu’ils ne préparent une souricière pour nous. On m’a déjà fait des coups bas dans ce genre, par le passé.

Effectivement, connaissant l'Empire et ses sbires… Ce genre de chose n'était pas impossible, voir même des plus crédibles. Par le passé Dante avait déjà eu affaire à bon nombre d'Impériaux. Mais jamais encore sous cette optique. La plupart du temps, ces derniers préféraient éviter un combat perdu d'avance contre un Jedi… Néanmoins, les craintes de Qodu étaient bel et bien réelles. Et quoi qu'il en soit, il n'avait pas été jusqu'au bout de sa formation de Jedi. Et ses ressentiments risqueraient de le pousser à faire des erreurs de débutant.

- Je ne sais pas ce que contiennent ces données, je sais juste qu’elles concernent un sujet qui inquiète la République en plus haut lieu : une menace non-identifiée qui progresse aux confins de la galaxie. L’Empire étant malheureusement mieux placé que nous pour obtenir des informations, puisqu’il contrôle pas loin de l’intégralité des systèmes majeurs, on m’a envoyé ici pour récupérer tout ce qu’il sait.

Alors partout où il irait, cette étrange menace planerait sur les planètes. Personne ne savait qui ils étaient, ni même s'ils étaient quelque chose. La poignée d'êtres vivants qui avaient réussi à revenir de la Bordure Extérieur, y avait tous laissé une partie de leur bon sens. Quand à ceux qui semblaient l'avoir gardé entièrement… Ils avaient fini par disparaître. L'Ordre Jedi s'était penché lui aussi sur cette menace inconnue. A tel point que plusieurs Chevaliers avaient été envoyés en reconnaissance. Mais aucun encore n'en était revenu. Et peu étaient ceux qui espéraient encore les revoir.

Si l'Empire possédait des informations capitales sur ces vaisseaux, alors ils ne devaient pas être les seuls dans ce cas là. Si les Sith parvenaient à récupérer à leur tour ces dernières, alors même les Grands Maître Jedi risquaient leur vie. Au retour de cette mission, Dante devrait faire son rapport. Et si informations importantes il y a, alors le Conseil Jedi serait mit au courant le plus rapidement possible. L'Empire possédait peut-être la majeur partie de la Galaxie, mais il n'en restait pas moins que la Justice se devait d'être mise en place.


- Ecoutez, Œil de Faucon, il est possible qu’on surveille les fréquences correspondantes à mon holotransmetteur. Il ne faut pas que des informations importantes, comme les compétences des agents spéciaux de la République que nous sommes, puissent être connues de l’ennemi. C’est pourquoi on ne m’a communiqué ni votre vrai nom, ni vos talents. Quant aux forces en présence, il y a plusieurs stormtroopers, évidemment. C’est l’un des bâtiments les plus importants de la planète, ne l’oublions pas. Mais si tout se déroule comme prévu, nous ne devrions pas avoir affaire à eux, et ils ne sont pas là en grand nombre : la plupart des soldats sont des jeunes en première affectation, sans aucune expérience, à ce que j’ai pu conjecturer. Rien qui puisse poser problème à un soldat d’élite comme vous et à Karasu en cas de pépin. Je pense aussi qu’ils surveillent les issues depuis les bâtiments proches.

Issues simplement surveillées et une poignée de stromtroopers ? Un bâtiment de cette envergure se devait pourtant d'être nettement plus protégée… Les dignitaires y passant se devaient eux aussi d'avoir à leurs côté quelques gardes du corps. Des mercenaires très certainement. Voir quelques chasseurs de primes… Rien de vraiment inquiétant. Malgré tout, Dante ressentait une étrange sensation dans la Force. Comme une fluctuation étrange, une gêne qui lui signifiait de garder tout sa méfiance.

Sans rien laisser paraître, le Maître Jedi quitta sa position et détacha un fin fil noir et se mit à s'attacher les cheveux à l'arrière de sa tête. Les cheveux habituellement lâchés se trouvaient désormais restreints dans leurs mouvements. De plus, de cette manière Dante passerait plus facilement inaperçu. S'ils devaient entrer dans le Sénat, autant le faire le plus discrètement possible… Idée que Qodu semblait avoir aussi.


- Camarades, je ne vois pas de raison de nous attarder ici plus longtemps. Nous devrions y aller, après avoir résolu de menus problèmes. Œil de Faucon, changez de vêtements. Vous êtes trop voyant. La technique de la discrétion par le criard peut fonctionner dans une foule, mais pas quand vous passez par un cordon de sécurité. Prenez un de mes costumes, je crois que nous faisons la même taille. Vous pourrez cacher deux blasters à l’intérieur, sans qu’on puisse les détecter, même avec une fouille au corps : le molleton est parfaitement crédible. Ensuite, nous partons.

Tout en se levant, Dante vérifia la position de son sabre laser. Avec sa veste, il devenait invisible. Quand à sa prothèse, elle possédait assez de modifications pour lui être utile afin de se défendre à distance. Aussi, les papiers que Qodu donna à Œil de Faucon permirent à Dante de rapidement comprendre comme il comptait les faire entrer tous trois. Chacun se devait de représenter une présence importante. Aussi, d'être le porte-parole auprès du Sénat d'un groupement allié à l'Empire. Et pour cela, Dante avait déjà son idée…

۞۞۞۞

Rapidement arrivés à l'extérieur, la porte se referma derrière eux. Cette dernière ne laissa place qu'à un simple mur de duracier que personne n'aurait pu soupçonner être autre chose. Le trio marcha jusqu'à la place qui faisait face à la Tour du Sénat. Dante se mit à observer aussi attentivement que discrètement tous ceux qui passaient à leur proximité. Bon nombre n'étaient rien d'autre que des marchands, voir quelques voleurs à la main agile, mais aucun semblait n'être capable de représenter un danger immédiat. Pourtant la fluctuation dans la Force était toujours présente. Quelque chose se terrait dans les ombres. Et depuis qu'ils étaient sortis, cette présence se faisait nettement plus intense que précédemment.

Qodu repéra aisément quelques tireurs embusqués qu'il leur indiqua d'un geste simple, comme s'il faisait découvrir la place à des connaissances de passage. Néanmoins, il en avait oublié deux autres. Ces derniers s'étaient mêlés à la foule et leurs blaster passaient presque inaperçu s'ils n'avaient pas été aussi imposants. La première étape venait d'être franchie au moment où Dante passa la porte d'entrée de la Tour du Sénat. Les détecteurs furent facilement détournés grâce à la Force. Et au moment où un garde s'approcha d'eux, Dante exécuta un discret mouvement de la main et agit sur son esprit.


- Je représente la Maison Mecetti. J'ai rendez-vous avec le Sénateur afin de m'entretenir avec lui d'une affaire de la plus grande importance.
- Vous êtes de la Maison Mecetti, et vous avez rendez-vous avec le Sénateur. Vous pouvez passer.

La seconde étape venait d'être passée sans difficultés. Trop facilement même. De plus, un autre garde se tenait non loin de là, et semblait vouloir garder un œil sur les deux autres hommes. Dante s'arrêta devant un hologramme représentant un plan de la Tour et fit mine de demander au second garde de lui indiquer l'endroit qu'il cherchait. Ou tout du moins, celui que la représentant de la Maison Mecetti recherchait. Ainsi, Qodu et Œil de Faucon pourraient passer le premier garde sans être inquiétés. Maintenant, il leur fallait réussi à pénétrer dans le cœur même de la Tour.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre Saedlis
Lieutenant des Forces Républicaines
Lieutenant des Forces Républicaines
avatar
Messages : 62
Âge réel : 21

MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Lun 25 Nov - 6:59

Alexandre avait écouté les réponses avec la plus grande attention, là, il n'y avait pas le droit à l'erreur. Si le lieutenant avait était envoyé lui, il l'ignorait un peu aussi...On lui avait donné un ordre, et il avait obéi comme tout bon soldat. Sa capacité à se défaire des pires bourbiers et à manier différentes armes lui permettaient de pouvoir se débrouiller correctement même en terrain ennemi, sur le coup, il espérait vraiment que ses talents là lui serait utiles. Rien qu'à penser à un affrontement, le sang du lieutenant s'échauffait, mais il n'avait pas envie d'y laisser sa peau, il préférait rentrer sur Ilum avec une mission ayant était un succès qu'une mission...Œil de faucon n'osa même plus y penser. Malgré qu'il ait les bons papiers, que l'espion ait fait un joli travail, et qu'un jedi les assiste, Alexandre sentait que ce ne pouvait pas être aussi simple, et il savait que là où il y avait des espions, il y avait des contre-espions. C'était quelque chose de facile à deviner, et le lieutenant connaissait assez les impériaux pour les savoir capable d'un coup-bas. C'était bien ce que disait l'espion, et il n'apprenait sans doute rien au jedi, mais le lieutenant garda ses pensées pour lui.

- Je ne sais pas ce que contiennent ces données, je sais juste qu’elles concernent un sujet qui inquiète la République en plus haut lieu : une menace non-identifiée qui progresse aux confins de la galaxie. L’Empire étant malheureusement mieux placé que nous pour obtenir des informations, puisqu’il ne contrôle pas loin de l’intégralité des systèmes majeurs, on m’a envoyé ici pour récupérer tout ce qu’il sait.

Super, une mission dont le but était claire mais dont le contenu était peu clair quant à lui. Et si les trois compagnons et le droïde entraient dans le bâtiment et tout ça pour...Rien. Alexandre se doutait que les informations devaient être cruciales et il espérait qu'il ne risquerait pas sa vie pour rien. L'espion devait récupérer les informations, Alexandre devait le protéger et l'aider si besoin, quant au Jedi... S’il y avait un jedi, qui sait si il n'y avait pas ces maudits Sith à l'intérieur. Il ne valait mieux pas, car Alexandre bien qu'il sache se battre, ne serait pas de taille face à un Sith confirmé, et le Jedi ne les retiendrait peut-être pas tous si ils se révélaient trop nombreux. Le lieutenant réfléchit un instant sur la vision qu'il avait déjà de Coruscant. Planète bruyante, on pouvait aisément s'y cacher, mais dans le séant galactique, ce n’était pas la même. Il y aurait moins de monde, et le personnel était sans doute contrôlé, en fait, passer serait tout de même difficile, même avec de bons papiers.

Alexandre regrettait de ne pas avoir pris un fusil blaster et son armure, bien que ce soit nécessaire pour ne pas être repéré, mais avec ces deux manques, il se sentait plus vulnérable. Pour l'instant, il faudrait faire avec. Alexandre reporta son attention sur le petit droïde, et un autre problème vint à ses yeux. Le Droïde assurait une partie de la réussite de la mission, donc, il devait être protégé à tout prix lui aussi. Pourtant, Oeil de faucon savait une chose, le droïde n'était sans aucun doute pas sans défense. En fait, il serait peut-être plus une arme qu'un objet de plus à protéger. Malgré que l'infiltration puisse réussir, le lieutenant savait qu’on n’entrait pas et encore moins que l'on ne sortait pas comme dans un marché galactique. Finalement, Quodu aborda le thème des défenses et des troupes présentes, là, Alexandre s'y connaissait un peu mieux. Il écouta attentivement afin de pouvoir analyser le maximum d'informations.

- Ecoutez, Œil de Faucon, il est possible qu’on surveille les fréquences correspondantes à mon holotransmetteur. Il ne faut pas que des informations importantes, comme les compétences des agents spéciaux de la République que nous sommes, puissent être connues de l’ennemi. C’est pourquoi on ne m’a communiqué ni votre vrai nom, ni vos talents. Quant aux forces en présence, il y a plusieurs stormtroopers, évidemment. C’est l’un des bâtiments les plus importants de la planète, ne l’oublions pas. Mais si tout se déroule comme prévu, nous ne devrions pas avoir affaire à eux, et ils ne sont pas là en grand nombre : la plupart des soldats sont des jeunes en première affectation, sans aucune expérience, à ce que j’ai pu conjecturer. Rien qui puisse poser problème à un soldat d’élite comme vous et à Karasu en cas de pépin. Je pense aussi qu’ils surveillent les issues depuis les bâtiments proches.

Le lieutenant se doutait bien qu’il y aurait des Stormtroopers, mais il aurait aimé que ce soit détaillé, mais le fait que ce soit des jeunes en première affectation lui fit trouver un point faible, quoiqu’ils fassent, leurs adversaires n’auraient pas l’expérience pour le mener parfaitement et commettraient donc des impairs. L’empire n’était pas invulnérable, c’était bon à savoir, et ils avaient dut placer des jeunes pour leur force et leur endurance, au détriment de l’expérience. L’espion ne croyait pas si bien dire en déclarant que ce ne serait pas un véritable problème, surtout pour le jedi, quand à œil de faucon, il s’arrangerait pour les détruire tous si problème il y avait. Le lieutenant nota le conseil de son compagnon, donc, leur communication se résumerait au strict minimum et à l’essentiel. Karasu serait un allié de poids pour cette mission, le tireur avait entendu ce qu’était capable de faire les jedi grâce à la force, longtemps il les avait cru exagéré pour certain, mais il ne doutait pas d’un certain pouvoir.

- Camarades, je ne vois pas de raison de nous attarder ici plus longtemps. Nous devrions y aller, après avoir résolu de menus problèmes. Œil de Faucon, changez de vêtements. Vous êtes trop voyant. La technique de la discrétion par le criard peut fonctionner dans une foule, mais pas quand vous passez par un cordon de sécurité. Prenez un de mes costumes, je crois que nous faisons la même taille. Vous pourrez cacher deux blasters à l’intérieur, sans qu’on puisse les détecter, même avec une fouille au corps : le molleton est parfaitement crédible. Ensuite, nous partons.


Le Twi’Lek lui conseilla de changer d’accoutrement et le lieutenant ne s’y opposa pas. Rapidement, il se changea et endossa les nouveaux vêtements qui le feraient ressembler à n’importe qui. Il fut heureux de pouvoir ranger ses blasters avec encore plus de discrétion tout comme sa ceinture pleine de munitions. Tout cela n’était pas idiot que de changer de vêtements car le lieutenant l’avouer, il était un peu voyant. Œil de faucon n’était pas fou au point de venir sans une seule armure, et il avait pris une armure légère et souple qui lui permettrait de bouger facilement tout en pouvant lui sauver la vie. Un avantage qu’il tirait à profit. Enfin, lorsque le lieutenant fut prêt, ils sortirent et la porte reprit l’aspect d’un mur infranchissable, chose qui étonna une fois de plus le lieutenant. Mais il devait avouer que c’était un bon système de camouflage et que cela devait être plus qu’utile.

----

Une fois arrivés devant la tour, les trois compagnons se dirigèrent vers cette-dernière. Le lieutenant repéra rapidement plusieurs tireurs embusqués sur les toits où dans les bâtiments voisin, Quodu aussi et il en négligea deux présents dans la foule que Œil de faucon avait repérés, non pas grâce à leur accoutrement, mais grâce à leurs énormes blaster. On n’arrêtait pas le progrès... Deux gardes étaient posés à l'entrée, et lorsque l'un deux se dirigea vers eux, Karasu se fit une joie de converser avec lui, il était plutôt bavard. Et bon menteur. Il se fit passer pour un haut-dignitaire et Alexandre se demanda comment le garde pouvait le croire, mais quand ce-dernier répéta la phrase, le lieutenant fut sur des pouvoirs de ce Jedi là. Impressionnant et utile, redoutable, si on continuait ainsi, on allait pouvoir parcourir un long chemin. Les deux soldats qui les avaient suivis, commençaient à les lâcher comme rassuré que le garde se soit interposé et fier d'avoir accompli leur mission. Un deuxième garde s'avança vers eux. Ça ne finissait pas, mais le Jedi fut rapide et fit mine de lui demander son chemin. Œil de faucon et Aquilodon continuèrent sur leur lancée et s'introduisirent dans le bâtiment. Karasu sur leurs pas. L'intérieur ne fit pas la joie du lieutenant. Des stormtroopers un peu partout et plus de monde que ce que l'on pouvait penser. Le lieutenant fit signe à l'espion de passer, il connaissait le chemin, pas le lieutenant.
Revenir en haut Aller en bas
Qodu Iolan
Commandant des Services de Renseignement Républicain
Commandant des Services de Renseignement Républicain
avatar
Messages : 79
Âge réel : 22

Feuille de personnage
Âge: 26
Armes: Chuka bothan (matraque) ; blaster lourd de la République ; blasters paralysants
Alignement: Neutre-Lumineux
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Mar 26 Nov - 11:51


    L’entrée, comme je l’avais supposé, n’avait posé aucun problème. Les papiers avaient fonctionné sur le garde le moins méfiant, et Dante était rentré grâce à la Force. Je fis signe à mes compagnons de faire semblant de discuter politique et de me suivre quelques mètres derrière. Quant à moi, je marchais tranquillement, comme le mécanicien peu pressé de faire son travail que j’étais censé être. Ce vieux R6, à côté de moi, cliquetait comme s’il était un de ces astromécanos un peu stupides qu’on fabriquait à la chaîne.


      - Brank ! Bziiii !


    Il imitait vraiment bien les pépiements grossiers de ses congénères - si tant est qu’on puisse utiliser ce mot. Décidément, il avait développé à mon contact des bases en matière de camouflage crédible. J’avais de plus changé son immatriculation apparente de R6-H1 à B5-G2 juste avant de partir de la planque.
    Nous fîmes tous semblants de ne pas remarquer la patrouille de quatre soldats qui passa près de nous. L’endroit en grouillait. Vraisemblablement, il y avait eu du changement dans les gradés supérieurs, et l’empire ne s’attendait vraiment à un piratage que depuis peu. Je jurais intérieurement, pource que les renforts étaient arrivés tard ; extérieurement, je m’adressai à R6-H1 :



      - B5-G2, tu établiras un diagnostic des composants à remplacer dès que nous atteindrons le poste à restaurer.


      - Brank !

      - Bien, commence à faire chauffer tes systèmes, tu es lent au démarrage.

      - Brank !

    Nous parvînmes à un angle important entre deux couloirs. Celui dans lequel nous étions était (étonnamment) vide, et celui dans lequel nous arrivions donnait sur la salle, gardée, de la première console de sécurité qu’il nous fallait atteindre. J’ordonnai à R6 d’avancer et de prendre une photographie de ce qu’il voyait pour me l’envoyer directement sur mon comlink (nous en avions un tous les quatre, qui pouvait servir de caméra reliée à tous les autres : celui de R6 était intégré par mes soins). Nous obtînmes rapidement un visuel : deux gardes, pas de stormtrooper, facile. Je chuchotai à Dante et au soldat :


      - Je vais y aller avec le droïde. Ils me laisseront passer, même s’ils savent qui je suis. Karasu, je compte sur toi pour passer juste derrière nous et les persuader d’oublier tout ça, et surtout de ne prévenir personne. C’est une précaution utile à prendre. Œil de Faucon, laissez votre comlink en mode caméra et faites le guet. Si quelque chose d’anormal survient, je le saurai ainsi en même temps que vous. C’est parti.

    Je pénétrai donc dans le couloir. Les gardes s’étaient approchés de R6, intrigués par ce droïde solitaire, notant son matricule. Lorsque je fis mon apparition, ils parurent surpris et méfiants. Pour les rassurer, j’affectai mon rôle de mécanicien.


      - Messieurs, pas d’inquiétude, c’est mon droïde astromécano. Nous sommes chargés d’assurer la maintenance du terminal de sécurité et de vérifier son état de marche.


      - Vos papiers, Twi’lek.

      - Les voici.

    Je leur tendis sans trop en faire, avec l’air ennuyé d’un simple technicien qui coopère aux contraignantes opérations de contrôle. Les deux jetèrent un coup d’œil aux papiers, puis échangèrent un regard. Ils avaient reçu des consignes de contre-espionnage. Ce coup d’œil renforça ma méfiance. Ils me rendirent mes papiers avec un naturel mal feint, et un hochement de tête. C’était certain, ils allaient prévenir leurs supérieurs pour vérifier si j’étais un technicien régulier. Normalement, j’avais fait le nécessaire pour être inscrit en tant que tel dans les dossiers du recensement de personnel les moins protégés, mais si les informations remontaient plus haut, la supercherie serait éventée. Après les avoir remerciés, je rentrai dans la salle du terminal de sécurité. Une caméra sans angle mort la surveillait. J’accédai rapidement à la console en crackant facilement les codes, et la désactivai pour cause de maintenance. Ceci fait, je me mis au travail, espérant que Dante, dehors, en faisant autant.

    Je suivis la procédure régulière impériale de maintenance en déconnectant le terminal du reste du réseau de sécurité, comme si j'effectuai des réparations matérielles : ainsi, j’agirais sans qu’on puisse me surveiller. J’accédai vite à la liste des programmes de sûreté du bâtiment et en téléchargeai l’intégralité sur mon bloc de données miniaturisé. Cela prit un bon moment. Je reconnectai ensuite la console au reste du système de sécurité, et entrai un programme que j’avais préalablement composé permettant de diffuser de fausses informations sur les autres terminaux (le subterfuge ne résisterait pas à un examen détaillé, mais au moins les consoles n’indiqueraient pas automatiquement les anomalies que j’insèrerais dans le système). Je consultai ensuite les transmissions des caméras de surveillance, et notamment celle des étages supérieurs, où nous nous rendions. C’est là que je compris à quel point les Impériaux s’attendait à une action comme la nôtre : les étages étaient vides, à l’exception des patrouilles, nombreuses. Devant le data center que nous visions, six Stormtroopers montaient la garde. Les civils avaient dus être évacués des étages, ce qui ne faciliterait pas notre avancée. Il fallait que je quitte la salle le plus vite possible pour prévenir les autres, et pour que nous avancions rapidement jusqu’à la prochaine étape. Avant de partir, je coupai les alarmes du bâtiment, puis réactivai la caméra de la salle du terminal et me préparai à sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 32

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Dim 1 Déc - 10:01

Leur plan semblait avoir fonctionné à la perfection. Tout du moins en ce qui concernait l'entrée en elle-même. Toutefois, le peu de garde à l'intérieur même du Sénat posait quelques soucis à Dante. Les gardes à l'extérieur n'avaient pas réellement posés de problèmes, ils semblaient plus être présent en tant que "figurants" que pour les raisons qu'ils avançaient… Protéger le Sénat au péril de leur vie ne devait pas être leur principale mission tandis qu'ils les laissaient entrer sans même avoir réellement vérifié leurs papiers. Toutefois, le garde qui discutait avec Dante continuait de lui donner les informations qu'il désirait sans même porter attention aux deux hommes qui passèrent non loin de lui.

Tandis que Qodu lui faisait un geste discret, Dante acquiesça du regard et fini par prendre congé du garde qui se retrouva la bouche ouverte devant l'hologramme. Apparemment, il ne discutait que très rarement avec des représentants ou même des politiciens. Et il semblait qu'un des leurs, représentant d'une des plus grandes Maisons du Secteur Tapani qui plus est, vienne à lui adresser la parole lui avait fait plaisir. Malgré tout, Dante resta de marbre. Faire plaisir à un garde ne le dérangeait pas, mais ils avaient une mission à remplir. Et au vu de ce qui se présentait à eux… Cette dernière ne serait très certainement pas de tout repos.

Qodu en tête, suivit de près par Œil de Faucon, pénétrèrent dans un élévateur qui menait aux étages supérieur. Afin de ne pas attirer la curiosité des gardes qui faisaient leur ronde, Dante décida d'attendre le retour de ce dernier. Ainsi, en quelques secondes à peine, il s'était retrouvé entouré par trois politiciens qui sentaient aussi mauvais qu'ils étaient Impériaux. Le premier avait une panse immense, et des cheveux gras lui retombant sur les épaules. Le second tout aussi gras, semblait être atteint d'une calvitie galopante. Quand au dernier, bien plus jeune, gardait les yeux baissées sur le sol et semblait être totalement dépassé par les paroles de ses comparses. Tandis qu'ils parlaient, le chauve se mit soudainement à s'adresser à Dante d'une voix hautaine et presque insultante.


- Je ne vous ai encore jamais vu ici. Qui êtes-vous ? Vous savez que ces élévateurs sont réservés aux Hauts Fonctionnaires ?
- Mon nom vous importe peu. Toutefois, je suis ici en tant que porte-parole de la Maison Mecetti…

A l'entente du nom de cette Maison connu pour ses manières assez peu orthodoxes, le Politicien fut parcouru de spasmes et de tremblements. Il fallait croire que ce dernier n'avait que le ventre de volumineux. Son courage quand à lui devait se trouver bien plus bas dans ses chaussures… Un œil amusé vint à se déposer sur le visage impassible de Dante. Le plus jeune des hommes retint même un sourire lorsque ses confrères quittèrent l'élévateur. Ainsi, cette petite mascarade lui aurait permit d'en apprendre un peu plus sur le réel tenant de ces politiciens. La plupart n'était finalement rien d'autre que des lâches préférant envoyer leurs troupes au massacre… De la pure ingéniosité Impériale en soit…

Quittant à son tour l'élévateur, le Maître Jedi retrouva Qodu et Œil de Faucon au détour d'un couloir. Aussi étrange que cela pouvait paraître, le bâtiment semblait avoir été entièrement abandonné. Ou tout du moins, cet étage. Au moment où Dante arrivait, le droïde de Qodu commençait à se déplacer. Empruntant le couloir perpendiculaire à celui où ils se trouvaient, le robot disparu de leur vue quelques instants. Un bruit indiqua que le comlink que lui avait donné Qodu s'était mit en fonctionnement. D'un geste simple, Dante ouvrit sa prothèse et regarda les images qui apparurent à ses yeux.


- Je vais y aller avec le droïde. Ils me laisseront passer, même s’ils savent qui je suis. Karasu, je compte sur toi pour passer juste derrière nous et les persuader d’oublier tout ça, et surtout de ne prévenir personne. C’est une précaution utile à prendre. Œil de Faucon, laissez votre comlink en mode caméra et faites le guet. Si quelque chose d’anormal survient, je le saurai ainsi en même temps que vous. C’est parti.

La Maître Jedi laissa quelques minutes à Qodu avant d'emprunter à son tour le même chemin. Lentement, il se mit à sonder les environs à l'aide de la Force. Tout en utilisant la Vision offerte par cette dernière, Dante regarda autour d'eux. Aucun autre garde ne semblait s'être mit en tête de les approcher d'une manière ou d'une autre. Tout se passait très bien. Trop bien même. Toutefois, sans laisser apparaître le moindre de ses sentiments, Dante s'approcha des deux gardes qui l'arrêtèrent en braquant leurs blaster devant eux.

- Qui êtes-vous ? Cette section est interdite aux civils !
- Je ne suis pas un civil, et vous n'avez vu personne entrer et sortir d'ici depuis hier.

En cœur les deux gardes répétèrent la phrase que Dante venait de prononcer. Ainsi, la présence de Qodu, ou même la sienne serait rapidement oubliée. De plus, de cette manière, ni l'un ni l'autre n'aurait dans l'idée de prévenir quiconque de leur passage. Regardant autour de lui, le Maître Jedi ne senti plus aucun mouvements. Qodu semblait avoir fini. Tandis que Dante avait rapidement remonté le couloir, il s'adressa à Œil de Faucon par télépathie. Leurs comlink auraient très bien pu être repérés, et leurs discussions écoutées.

*Œil de Faucon, qu'en est-il de vôtre côté ? Ici, les gardes ne poseront plus de questions avant plusieurs heures… Pensez seulement à vôtre réponse, je l'entendrais.*

A peine était-il arrivé au croisement qu'un trouble dans la Force se mit à l'assaillir. Ils n'étaient plus aussi seuls que ce qu'ils le pensaient… Les étages supérieurs semblaient être parcourus de patrouilles aussi importantes qu'habiles. Voilà, où l'Empire voulait en venir… Les laisser entrer. Puis les enfermer dans une souricière. Mais les Impériaux n'avaient certainement pas prit en compte une chose… Il ne s'agissait pas d'un simple groupe de soldats Républicains. Que ce soit l'un ou l'autre, aucun des trois ne connaissait réellement les deux autres. Et c'est ce qui faisait leur force… Leurs capacités propres n'avaient jamais été dévoilées.

S'adossant à un mur, Dante croisa les bras et attendit le retour de Qodu en réfléchissant à la suite des évènements. Enfin, ces informations valaient-elles vraiment le déploiement de toutes ces troupes ? Ou alors l'Empire cachait bien d'autres choses dans ces murs…
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre Saedlis
Lieutenant des Forces Républicaines
Lieutenant des Forces Républicaines
avatar
Messages : 62
Âge réel : 21

MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Jeu 5 Déc - 5:44

Suivant de près l'espion, le lieutenant ne le lâchait pas d'une semelle, il le suivait comme son ombre. Œil de faucon fit tout de même attention à laisser un espace entre eux. Ainsi, il aurait vu sur la globalité du "paysage" sauf pour ce qui trouvait derrière la silhouette du Twi'lek. Il nota une chose qui lui déplaisait fortement, c'était des stormtroopers présent un peu partout, par des patrouilles, ou discutant dans des coins. Alexandre s'imagina comment les trois hommes et le droïde devrait se battre si il devait sortir en étant repéré...Une grenade thermique dans l'angle sur sa droite anéantirait plusieurs stormtroopers, le jedi se chargerait du groupe derrière lui à sa gauche, et le lieutenant du groupe derrière à sa droite. Bien que cela paraisse peut-être assez simple, c'était trop compliqué, on ne pouvait prévoir la réaction des impériaux, la preuve: L'espion leur avait dit qu'ils devraient rentrer sans souci et sortir sans trop de problème, bien là, pour Alexandre, ce n’était pas la meilleur des sorties à emprunter. Tout en pensant, le lieutenant observer cet endroit occupé un temps par la République. Coruscant n'appartenait pas à l'empire, et si la République avait mieux gérer son armée, tout cela ne serait peut-être pas arrivé. Il ne servait à rien de tergiverser sur le passé, le mieux était d'agir. Bientôt, les deux républicains furent dans le couloir menant à la première console. Le droïde se porta en avant avec de drôle de bruit, le Twi'lek donna les ordres, et le lieutenant écouta:

- Je vais y aller avec le droïde. Ils me laisseront passer, même s’ils savent qui je suis. Karasu, je compte sur toi pour passer juste derrière nous et les persuader d’oublier tout ça, et surtout de ne prévenir personne. C’est une précaution utile à prendre. Œil de Faucon, laissez votre comlink en mode caméra et faites le guet. Si quelque chose d’anormal survient, je le saurai ainsi en même temps que vous. C’est parti.

Le lieutenant fit signe qu'il avait compris et resta à son poste, Karasu attendant que l'espions soit passé pour suivre et effacé la mémoire des gardes. Vraiment, la force avait des pouvoirs, ou plutôt, donnait des pouvoirs impressionnant. Alexandre resta les bras croisés et laissa son comlink en mode caméra à la demande du Twi'lek, il se souvint pourtant qu'il devait assurer la protection de l'être vert et que s'il lui arrivait malheur, Œil de faucon serait responsable, et pourtant, comment protéger quelqu’un quand vous n'étiez pas en vue de lui? Le lieutenant finit par se dire qu'on lui demandait d'obéir aux ordres, ici, à l'espion, donc, il ne se reprocherait rien, et puis, si souci il y avait, Aquilodon savait se défendre et son petit droïde aussi. Il espérait simplement que tout se passait pour le mieux de leurs côtés. Alors qu'il réfléchissait, deux stormtroopers firent leur apparition au bout du couloir. Sa première réaction fut de placer les mains sur ses blasters, mais il ne devrait s'en servir qu'en cas d'urgence, et il ne devait pas faire découvrir ses amis. "Et merde!" Juste aujourd'hui, et seulement quand le jedi n'était pas là pour effacer la mémoire de ces deux idiots en armure, c'était pour lui ce genre de problème. Les gardes vinrent vers lui et l'apostrophèrent:

-Les civils n'ont aucune autorisation pour rentrer ici!! Ce secteur ne vous ait pas réservé. Qui êtes-vous?
-Je ne suis pas un civil, mais un technicien. Je suis ici car un problème a été détecté sur la console, or, mon supérieur à dû se rendre dans un autre secteur du à un problème plus grave, j'ai ordre de l'attendre.

Les deux stormtroopers se regardèrent, le lieutenant avait inventé peut-être une excuse pas terrible, mais c'était la seule qui lui venait à l'esprit. Finalement, ils reprirent:

-Suivez-nous. Nous allons vérifier tout ça.

Alexandre ne s'offusqua pas, ne broncha pas, mais répondit avec un calme qui l'impression lui-même:

-Je veux bien, mais sachez que vous retardez une réparation de la plus haute importance et qui doit être effectué au plus vite, même l'empereur s'en inquiète, et je pense que vos supérieurs ne seront pas des plus heureux lorsqu'ils apprendront que vous êtes intervenus sur une mission officielle, mais venez, allons-y!!

Le lieutenant partit d'un pas décidé, comme pour les précéder, mais les stormtroopers l'arrêtèrent, ils semblaient gênés, ce que leur avait dit œil de faucon semblait leur monter au cerveau, ils se regardèrent et déclarèrent:

-Bon très bien, mais...Heu, promettez-nous de ne rien dire à l'empereur.
-C'est d'accord, je vous excuse pour cette fois, mais pas un mot de tout ceci à personne, sinon, vous entendrez parler de moi et vous finirez votre vie en pauvre sous-payés.

La phrase les fit se raidir, et ils partirent au plus vite avec moins d'assurance, le pire venait d'être évité, mais Alexandre espérait que les soldats ne diraient rien. Ou pas pour l'instant. Si le Twi'lek avait tout vu, il ne l'appela pas ou ne lui donna aucun signe de vie, pourtant, une voix à l'intérieur de son crâne l'interrompit dans ses réflexions, il la connaissait.
*Œil de Faucon, qu'en est-il de votre côté ? Ici, les gardes ne poseront plus de questions avant plusieurs heures… Pensez seulement à votre réponse, je l'entendrais.* Le lieutenant ne se fit pas prier et donna toutes les informations possibles. * Deux gardes m'ont questionnés, mais je n'ai pas la force moi, je les ai renvoyés avec une bonne excuse, ils risquent toutefois de parler un peu, et j'ai comme l'impression que l'on nous attendait. Et vous, où en est Aquilodon? Je ne voudrais pas vous affoler, mais il va falloir se dépêcher. Autre chose: Si vous pouviez me transmettre les ordres, ce serait le bienvenue, sa nous évitera d'être repérés facilement, merci d'avance Karasu.*Le lieutenant avait accompli ce qui avait était demandé, il espérait que l'espion et le jedi s'en sorte aussi bien pour ne pas dire mieux. Dans une demi-heure maximum, les soldats n'aurait sans doute pas encore parlé, et le temps que l'information remonte, que l'on se renseigne, bref, cela prendrait assez de temps et laisserez du temps aux trois compéres de mener leur mission à bien. Œil de faucon attendit donc des instructions où une nouvelle épreuve, et il le jurait, si il devait se servir de ses blasters, il le ferait avec joie et lâcherait sa colère et sa peur.
Revenir en haut Aller en bas
Cahir Quinn
Espion de talent / Chimiste
Espion de talent / Chimiste
avatar
Messages : 57
Âge réel : 22

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Divers armes blanches - Fusil E11 - pistolets
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Dim 12 Jan - 3:08

L'attente était longue, vraiment longue dans ces conduits. En plus d'être très inconfortables - de part leur formes carrés qui m'empêchaient de m'allonger de manière confortable bien que cela me permit de ne pas m'endormir et de rester alerte - ils étaient d'une rare étroitesse et je m'y sentais point à l'aise. Cependant il fallait bien faire avec et je restai ainsi mon arme au poing prêt à intercepter l'ennemi. Au bout d'à peu près une heure j'entendis un homme pénétrer dans les archives mais reconnut sans difficulté le lieutenant Turner. Bien il avait respecté mes ordres et était directement venu me confirmer les ordres. Je sortis de ma cachette et rangeai mon arme à ma ceinture puis lui fis de s'approcher ce qu'il fit en me tendant un datapad. J'y jetai un rapide coup d'oeil et pu voir les différentes caméras du secteur qui couvrait les trois étages mis sous la loi martiale mais surtout un carré noir preuve d'un dysfonctionnement.

"Que se passe t'il ici ?
- Aucune idée, un expert est entré dans la salle du terminale et quelques minutes après elle s'est coupée.
- Vos techniciens appartiennent ils à l'armée impériale ou est ce des civils ?
- Toujours des civils, la conquête de Coruscant est encore relativement récente nous n'avons donc pas pu faire venir un contingent d'officier.
- Et cet homme qu'en dites vous ?
- C'est un Twi'leck qui travaille ici depuis la conquête. Aujourd'hui il est arrivé à la même heure de d'habitude en même temps qu'un porte parole des Mecetti et de son garde du corps et..."

Je lui fis de se taire et fronçai les sourcils. Ils étaient arrivés... Bien la République avait donc décidé d'envoyer un trio d'hommes, sûrement épaulé de renforts pour pouvoir être extrait de la Tour lorsque leur mission serait un succès, ou un échec et je comptais bien à ce que cela arrive. "Ne t'attends pas à ce que les événements arrivent comme tu veux, mais veuilles que les événements arrivent comme ils arrivent..." m'avait dit un jour un homme sous l'emprise de quelques stupéfiants. Il avait par ailleurs ajouté "et tu seras heureux." Sauf que mon désir immédiat était de mettre en échec l'ennemi et cet échec pourrait bien être un véritable bonheur. Alors oui j'allais changer l'actuel cours des choses. Souriant d'un air mauvais, cela faisait parti de mon rôle, je fis signe au lieutenant Turner de me suivre.

"Euh monsieur ?
- Oui Turner ?
- Je voulais également dire que nous avons trouvé deux gardes comme... étourdis lors d'une patrouille, ils ne se souviennent de rien et..."

Je m'arrêtai net. Des Jedi ici ? Très certainement l'espion qui se faisait passer pour un agent des Mecetti. Bien ils avaient trois erreurs désormais. Et la première était d'oublier où ils se trouvaient, la seconde de s'être fait découvert aussi rapidement. Et la troisième... de m'avoir comme adversaire.

"Bien Turner vous avez été entraîner à maîtriser vos émotions n'est ce pas ? Alors restez calme, un Jedi a infiltré la Tour avec deux hommes. Faites intercepter, discrètement, le technicien par huit de nos hommes et envoyez quelqu'un surveiller le garde du corps. Un ou deux agents de la sécurité devraient suffire. Ensuite quittez la Tour et contactez la garnison, qu'ils nous envoient donc une escouade de Stormcommando d'urgence et un ou deux Sith."

J'avais bien évidemment dit ça d'une voix calme et contrôlée tout en gardant mes sentiments loin de moi. Ainsi lorsque les renforts arriveraient même le Jedi ne le sentirait au dernier moment. J'avais déjà remarqué cela de la part de ces formidables adversaires qui faisaient aussi bien d'excellents espions que combattant. Mais il était parfois aisé de les vaincre par leur propre force, dans tous les sens du terme. Bien désormais j'allais tenir occuper le Jedi et l'éloignait de ses alliés et rien de tel que ma couverture pour cela. Laissant le lieutenant exécuter une nouvelle fois mes ordres je pris l'ascenseur et le quitta à l'étage où se trouvait l'ennemi. Prenant un air assez décontracté et souriant - bien qu'avec une légère toucher d'amertume - je me dirigeai vers le soi-disant politicien et le saluai.

"Bonjour monsieur, Inspecteur des Forces de Sécurité Coruscantii Alfred Manrit. Pourrais vous poser quelques questions concernant le meurtre du Sénateur Gilad Rudi ? Ne vous inquiétez pas cela est purement à titre informatif et pour étoffer notre dossier."
Revenir en haut Aller en bas
Qodu Iolan
Commandant des Services de Renseignement Républicain
Commandant des Services de Renseignement Républicain
avatar
Messages : 79
Âge réel : 22

Feuille de personnage
Âge: 26
Armes: Chuka bothan (matraque) ; blaster lourd de la République ; blasters paralysants
Alignement: Neutre-Lumineux
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Sam 18 Jan - 11:08

    Juste avant de franchir la porte, je sentis une légère perturbation dans l’air, comme si quelqu’un se servait de la Force. Dante avait surement un problème ! D’un geste, je fis comprendre à R6 qu’il était temps de tenir prêts ses blasters paralysants. Sur les caméras de sécurité, j’avais vu des troopers être envoyés vers notre étage, ce qui ne présageait rien de bon. Dans le comlink, je chuchotais des instructions à Œil de Faucon.


      - Œil de Faucon, nous allons avoir des problèmes. Une huitaine de soldats, je crois. Cachez-vous ou rejoignez-moi, mais ne restez pas où vous êtes. Je me dirige vers Karasu, il a probablement un souci. En tout cas, nous ne devons pas traîner.


    J’essayais de contacter Dante par des moyens moins conventionnels. S’il avait été en plein affrontement, il m’aurait envoyé une vague plus forte. Il devait plutôt être en train d’être doucement démasqué. A l’évidence, l’ennemi se doutait fortement de notre présence ici. J’allais devoir établir un plan de secours d’urgence. Alors que mon cerveau fonctionnait à fond, je pensais très distinctement une phrase à destination du maître Jedi. J’espérais qu’il l’entendrait.


      *Dante, quel est le problème ? Je te rejoins discrètement.*

    Sans un bruit, je me tins prêt à saisir l’un de mes blasters paralysants, et je sortis, R6 à ma suite. Les deux gardes à l’entrée de la salle du terminal ne semblèrent pas me remarquer : Dante avait bien fait le travail. Adoptant une démarche parfaitement silencieuse, je me dirigeai doucement vers le couloir où le maître Jedi faisait le guet. Ne voulant pas prendre le risque de jeter un coup d’œil, j’envoyai R6 en reconnaissance, avec ordre de paralyser tout le monde si Dante était engagé dans un combat difficile. J’en doutais néanmoins, puisque je n’entendais que des voix. R6 m’envoya un visuel en passant dans le couloir comme un banal droïde d’entretien (il en avait l’allure) : mon ami parlait avec un homme assez jeune, dos à l'endroit par lequel j'arriverai, des forces de sécurité de Coruscant. Que diable foutait-il là, celui-ci ? Hormis des patrouilles, rares, le niveau était vide il y avait à peine cinq minutes. De toute évidence, c’était un contre-espion, et il savait déjà que nous n’avions rien à faire là.

    Devais-je le neutraliser avant qu’il ne nous perce à jour ? S’il savait résister aux manipulations mentales de Jedi, nous ne pourrions pas effacer sa mémoire immédiate. Le pistolet paralysant ne faisant qu’empêcher ses victimes de bouger. Avec un tir chargé, il pouvait éventuellement les rendre inconscientes, mais il se souviendrait de tout à son réveil. Non, je devais trouver autre chose, et je ne pouvais pas le tuer, car nous ne devions pas laisser de trace. Eh merde ! Il fallait faire vite, ou l’on se retrouverait bientôt face à une petite dizaine de stromtroopers ! Je me préparai à dégainer et à prendre notre ennemi par surprise pour le paralyser facilement. J’avertis quand même Dante de mon projet.


      *Je vais intervenir et neutraliser celui-ci. Si on perd plus de temps, on se retrouvera face à un groupe conséquent de troopers, et je ne veux pas qu’il y ait de morts. Une contre-indication ?*


Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 32

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Mar 21 Jan - 23:57

Le message télépathique que Dante avait envoyé à celu iqui se faisait appelé Œil de Faucon lui revint sous la forme d'une réponse de ce dernier. resté adossé au mur, Dante écouta ce qu'il avait à lui dire sans bouger. Si quelqu'un passait et le voyait parler seul… Leur couverture à tous les trois aurait été irrémédiablement devenue inutile…

* Deux gardes m'ont questionnés, mais je n'ai pas la force moi, je les ai renvoyés avec une bonne excuse, ils risquent toutefois de parler un peu, et j'ai comme l'impression que l'on nous attendait. Et vous, où en est Aquilodon? Je ne voudrais pas vous affoler, mais il va falloir se dépêcher. Autre chose: Si vous pouviez me transmettre les ordres, ce serait le bienvenue, sa nous évitera d'être repérés facilement, merci d'avance Karasu.*
*Très bien. L'Empire semble connaître presque tout de nous... Presque. Quand aux ordres, dans l'immédiat ne bougez pas. Aquilodon vous fera part de la suite des choses dès que possible.*

Puis le silence qui régna de nouveau en maître à cet étage, le bruit que firent les portes de l'ascenseur tirèrent Dante se ses réflexions. Quelqu'un avait donc prit la peine de venir. Tout s'avançant du mur, le Jedi resta silencieux. D'un geste habitué il darda son regard vers un plan de l'immeuble et fit semblant de le regarder. Ce subterfuge ne servirait peut-être à rien, toutefois, si le nouvel arrivant venait à poser des questions relativement personnelles, il pourrait utiliser la Force. L'homme qui s'approcha de lui avait tout de l'Impérial moyen. Le visage sévère derrière des traits fin. Un coupe de cheveux assez bien entretenue, presque trop d'ailleurs au goût de Dante. Finalement, ce qui releva son intérêt fut les paroles qu'il mit en avant…

"Bonjour monsieur, Inspecteur des Forces de Sécurité Coruscantii Alfred Manrit. Pourrais vous poser quelques questions concernant le meurtre du Sénateur Gilad Rudi ? Ne vous inquiétez pas cela est purement à titre informatif et pour étoffer notre dossier."

D'un mouvement discret de la main qui passa inaperçu, Dante se tourna vers l'homme qui venait de se présenter sous le rang d'Inspecteur et envoya une légère vague de Force vers Qodu. Ce dernier était assez sensible à la Force pour la ressentir. A la fois, cette dernière ne serait passée que pour une simple brise provenant d'un courant d'air dans le bâtiment. Rien ne pouvant être prit pour un signe quelconque.

- Bonjour… Mon nom est Halleck, je représente la Maison Mecetti auprès de l'Empereur. En ce qui concerne le meurtre du Sénateur, je n'ai que très peu d'informations à ce sujet. (Dante se frotta le menton, se faisant passer pour quelqu'un de relativement pensif.) Il serait peut-être préférable de vous renseigner auprès de mon supérieur. Le Sénateur Khushrenada est le plus disposé à vous répondre.

Parler autant n'avait jamais coûté si cher à Dante qui ne parlait habituellement que très peu. Toutefois, son statut officiel de Représentant Mecetti faisait de lui un diplomate autant qu'une personne parlant avec sagesse. Puis, en souriant gracieusement à l'homme en face de lui, se souvint d'un conseil que le Maître Syl'Torkan répétait souvent. "Lorsque le temps suspend son vol, alors ne l'en empêche pas… Profites plutôt de lui pour savoir ce qui se trame au loin." Utilisant la Force une nouvelle fois, Dante vit le passage du droïde de Qodu avant même qu'il n'arrive. Son ami avait donc ressenti la vague de Force et l'avait envoyé afin qu'il lui rapporte des informations, ainsi que tout ce qu'il voyait.

Lentement, Dante se déplaça de manière à apercevoir Qodu ou le droïde au moment où ils arriveraient l'un et l'autre. Désormais le Maître Jedi faisait entièrement face à l'homme. Leurs regards se pointaient l'un dans l'autre. Celui de Dante se faisait de plus en plus inquisiteur, comme tous ceux de la Maison Mecetti, il avait prit jusqu'à leur manière de parler et de réagir. Des êtres dont les pouvoirs étaient, certes moindres dans cette partie de la Galaxie, mais n'en doutait pas moins de leur propre force. Au moment où il allait s'occuper de l'homme, une pensée lui parvint, un message de Qodu pour être plus exact.


*Dante, quel est le problème ? Je te rejoins discrètement.*
*Observe et attends.*

Concis, le message l'était au plus haut point. Dante savait comment réagir à ce genre de personnages. Son visage laissait transparaître aussi simplement que la lumière en plein jour, une intelligence hors normes. Ainsi donc, cet homme résisterait très facilement au contrôle que Dante aurait pu avoir sur lui et sa volonté. A la différence des deux gardes, ce dernier semblait avoir obtenu une formation faisant de lui un être résistant assez bien à ce genre d'assauts. Malgré tout, savoir résister au mental était une chose importante, mais comment allait-il réagir à une pareille réaction du Jedi ? Le mensonge se lisait sur les visages, à leurs mouvements, et lorsqu'il fut accepté en tant que Maître Jedi ce fut par celle qui connaissait les plus petites réactions physique du mensonge… Et d'une certaine manière, Dante avait fini par s'y intéresser à son tour…

- Mais j'aurais à mon tour une question à vous poser. (R2 finit par passer non loin d'eux, comme l'avait vu Dante. Sans y faire réellement attention, il posa sa question.) Savez-vous comment rejoindre cette section du bâtiment ?

La prothèse du Jedi indiqua un endroit au hasard, tandis que sa main droite se posa sur l'épaule de l'homme. Un éclair de Force sorti de ses doigts et traversa l'homme. la puissance n'était que très faible, mais juste assez pour le sonner. Ainsi fait, l'homme s'écroulait sur le sol et les laisseraient passer sans soucis…

*Je vais intervenir et neutraliser celui-ci. Si on perd plus de temps, on se retrouvera face à un groupe conséquent de troopers, et je ne veux pas qu’il y ait de morts. Une contre-indication ?*
*Il nous faut quitter cet étage avant que les troupes ne retrouvent sont corps.*
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre Saedlis
Lieutenant des Forces Républicaines
Lieutenant des Forces Républicaines
avatar
Messages : 62
Âge réel : 21

MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Mer 29 Jan - 6:54

Œil de faucon n'avait rencontré aucun problème depuis l'interrogatoire des deux troopers. Toujours à son poste, le lieutenant avait répondu au jedi, et il attendait une réponse. Il espérait que ce-dernier n'avait rencontré aucun souci, ce qui ne serait pas plus mal. En fait, le Républicain ne se faisait pas de plus de souci que ça pour le jedi, en revanche, il n'avait eu aucune nouvelle de l'espion. Le Twy'Lek était resté silencieux depuis le début des opérations, mais ça ne voulait pas dire pour autant qu'il avait eu un souci. Et puis, son droïde était une véritable arme à lui tout seul. Soudain, le lieutenant entendit des pas, il se mit contre le mur espérant ne pas être vu, et il observa attentivement. Une dizaine de troopers trottaient vers l'étage supérieur. Soudain, tout sembla s'animer, une activité étrange fit son apparition. Le lieutenant resta calme et entendit alors une voix dans sa tête, le jedi lui parla:*Très bien. L'Empire semble connaître presque tout de nous... Presque. Quand aux ordres, dans l'immédiat ne bougez pas. Aquilodon vous fera part de la suite des choses dès que possible.* Le lieutenant souffla, rassuré et vérifia si il pouvait saisir ses armes aisément. C'était le cas.

Le lieutenant ne manqua pas de noter que les troopers semblaient bloquer de nombreux passages. Ils savaient que des personnes suspects avaient pénétrés dans le bâtiment. Le soldat comprit alors que le problème ne venait pas de la petite équipe. On les avait tout simplement repérés. Et le piège se refermait inexorablement sur les trois compères et le petit droïde. Fort heureusement, le lieutenant avait emmené sa ceinture et de nombreux gadgets, des grenades, et d'autres objets pratique. Cela pourrait leur sauver la vie, qui sait. Œil de faucon réfléchissait sur plusieurs point et essaya de se visualiser le bâtiment, ses points forts...Et ses point faibles. Mais malgré tout, il abandonna, il ne connaissait pas assez ce bâtiment et tout simplement cette planète. On était bien, il n'y avait rien à dire. Soudain, c'est son comlink qui s'alluma, Aquilodon!! Pas trot tôt.

-Œil de Faucon, nous allons avoir des problèmes. Une huitaine de soldats, je crois. Cachez-vous ou rejoignez-moi, mais ne restez pas où vous êtes. Je me dirige vers Karasu, il a probablement un souci. En tout cas, nous ne devons pas traîner.

Là, par contre, les nouvelles n'étaient pas des meilleures. Le lieutenant vérifia le couloir. Personne ne semblait vraiment vouloir venir l'embêter. Ce n'était pas une mauvaise chose. Alors qu'il marchait pour rejoindre l'espion, une troupe de soldats impériaux fit son apparition, le lieutenant n'eut que le temps de s'esquiver afin de ne pas être vu. Il remonta le couloir dans lequel il se trouvait maintenant et entendit des bruits, non, un martellement, on courait dans sa direction. Le lieutenant se tint près à se battre, si il devait mourir, soit. Mais pas sans combattre. Il chercha alors un recoin d'où il puisse se couvrir mais seul le couloir et un passage d'aération. Le sang du lieutenant ne fit qu'un tour. Il sauta, arracha la grille d'aération, qu'il tint fermement, et il sauta. S'aidant de ses bras et poussant fort, il parvint à rentrer et remit en place la grille. Les soldat s'arrêtèrent dans le couloir comme si ils étaient persuadés que là aurait du se tenir un être vivant sur deux pattes, mais à la place, rien qu'un couloir vide. Le lieutenant sourit. Un sourire qui s'effaça rapidement.

Si il y avait ici une bonne quinzaine d'impériaux, plus huit qui le suivait, et une autre dizaine qui bloquait l'accès de son trajet de départ, ça faisait un bon paquet d'hommes à ses trousse. Œil de faucon se glissa dans le conduit et rampa ainsi pendant quelques mètre juste après un virage. Il sortit une petite lampe qu'il alluma et contacta grâce au comlink de Aquilodon, l'espion lui-même en espérant qu'il ait trouvé le jedi. Il regarda que personne ne l'avait suivi, et observa les environs, rien que de la poussière et l'obscurité dans ce trou à rat.

-Aquilodon, j'ai eu un problème, je suis maintenant dans les conduits d'aération. Je vais suivre le conduit et voir où il débouche. Autre chose, vous risquez d'avoir mes problèmes, c'est à dire une bonne trentaine d'impériaux aux fesses pour ne pas dire plus. Si vous avez des instructions à me donner en plus, c'est le moment. Terminé.

Le militaire n'attendit pas de réponse et remonta le conduit sans trop de difficulté. Progressant grâce au faisceau lumineux de sa lampe. Le lieutenant repensait à la tête des soldats lorsqu'il n'avait rien trouvé là où il se tenait quelques instants plus tôt. * Il est pas né le jour où vous m'attraperez et que vous me ferez la peau, moi en revanche...* fière de son action, le soldat continua son chemin, se hissant dans le conduit qui n'était pas des plus gros, avec la force des bras et poussant sur les jambes. C'est dans ces moments là que l'on voyait combien l'entrainement pouvait être utile, surtout quand vous n'aviez pas la force pour vous aider. Avec un Jedi, les choses se facilitait, sans un Jedi, ben c'était un poil plus compliqué. Pourtant, le soldat n'abandonnerait pas, en revanche il craignait pour l'espion, si ce-dernier perdait les informations où ne les retirer pas, le lieutenant allait se voir passer un savon. Sachant qu'il risquait de répliquer, enfin bref, tout devenait compliqué. Œil de faucon s'arrêta alors attendant une réponse ou une information de ses alliés.
Revenir en haut Aller en bas
Cahir Quinn
Espion de talent / Chimiste
Espion de talent / Chimiste
avatar
Messages : 57
Âge réel : 22

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Divers armes blanches - Fusil E11 - pistolets
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Mer 29 Jan - 23:17

L'homme qui me faisait face était quelque peu étrange dans son comportement. Généralement un ambassadeur de la maison Mecetti m'aurait renvoyé avec toute la froideur et la colère dont était capable les politiciens qui la composait et cette manière de se montrer coopératif, et à la fois distant ne me disait rien qui vaille surtout lorsqu'on m'éconduisait vers un Sénateur, qui plus est était son chef. Cet homme n'avait pas participer à la vie politique du Sénat depuis bien des années et n'était pas habitué à se situer à une place de subalterne, ce qui correspondait tout à fait au profil type d'un Jedi en particulier d'un Maître Jedi. Mon dur entrainement au sein des Stormcommando puis au sein du Bureau de la Sécurité Impériale avait fait en sorte de me voir résister à toutes sortes de manipulations mentales et à lire dans les gestes de mes interlocuteurs. Et d'après ce que j'avais pu voir l'homme qui me faisait était loin d'être celui qui voulait être.

Lorsque que ce dernier se déplaça légèrement je le suivais, bloquant au mieux sa vision, puis à nouveau je me décalai, ayant dès lors une vision de ce qui se passait derrière moi en regardant les reflets sur une porte. Certes ce n'était pas très précis mais si l'on cherchait à m'attaquer par derrière j'étais prêt à répliquer en plongeant sur le côté, comptant sur le fait que le Jedi serait déstabiliser par un tir allié venant face à lui. Souriant je lui répondis que je comprenais qu'il ne soit guère au courant du meurtre d'un de ses confrères et reculai d'un pas prêt à partir et à contacter le Lieutenant Turner. Cependant il en fut autrement et je surpris un mouvement du coin de l'oeil mais également celui de la main du Jedi qui se glissait vers mon épaule. Il existe de part la Galaxie différents moyens de résister un choc nerveux et l'un d'entre eux et de simplement accompagner le mouvement et de ne surtout pas contracter ses muscles. Enfin lorsque vos nerfs se tendront dans un élan vous risqueriez de vous réveiller bien plus tard que le voudrait votre corps mais également perclus de crampes. Lorsque les légers éclairs frappèrent mon épaule et remontèrent jusqu'à mon système nerveux je m'écroulai, le corps flasque et ma tête vint frapper violemment le sol.

Sonné je me retrouvais incapable de bouger et je ne pus qu'observer l'échange entre le soi disant mécanicien et le Jedi qui bien s'en allèrent. Il me fallut plusieurs minutes, une dizaine tout au plus, pour me remettre de mes émotions et lorsque je pris pleinement conscience que j'existai j'eus un soudain mal de tête et me pliai en deux pour vomir. Le Jedi n'était pas allé de main morte et j'étais fort mal à l'aise. Mais au moins je n'étais pas mort, c'était un risque à prendre avec les Jedi car certains n'hésitaient pas à recourir au meurtre et je savais quels étaient les autres membres de leur équipe. Trois hommes... Voilà qui était étrange mais un Jedi pouvait bien être considéré comme étant égal à deux hommes. Je me rendis compte que mon comlink vibrait de manière rageuse et l'enclenchait.

"Lieutenant Turner ici Manrit je vous écoute...
- Monsieur nous avons tenté d'intercepter le troisième homme mais il a disparu...
- Imbéciles ! Il a du s'enfuir par les bouches d'aération ! Demandez la fermeture du secteur, bouclez toutes les portes. Aucune mouche ne doit pouvoir passer vos troupes est ce bien clair ?"

Je me relevai et attrapai mon pistolet blaster, rattrapant une troupe de soldats impériaux, bien mieux entraînés que les soldats. L'heure du contre-espionnage était terminée désormais il fallait chasser l'ennemi. Cependant j'avais une autre mission à faire, abandonnant les soldats qui se mirent à la poursuite des fugitifs je retournai discrètement à la salle des archives et me connectai au serveur à l'aide d'un logiciel du BSI qui ne laisserait aucune trace. Dès lors je transmis les fichiers à la flotte Impériale et les remplaçai par d'anciens mouvements de flottes qui étaient pourtant proches des actuels. Mais lorsqu'une flotte de la République se tromperait de quelques Parsecs la colère du Commandement s'abattrait sur les espions. Dire qu'un jour ou l'autre je travaillerais peut être à leurs côtés... Soupirant je repris place dans ma cachette initiale et attendit...
Revenir en haut Aller en bas
Qodu Iolan
Commandant des Services de Renseignement Républicain
Commandant des Services de Renseignement Républicain
avatar
Messages : 79
Âge réel : 22

Feuille de personnage
Âge: 26
Armes: Chuka bothan (matraque) ; blaster lourd de la République ; blasters paralysants
Alignement: Neutre-Lumineux
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Jeu 30 Jan - 12:56

    Dante se débarrassa finalement seul du gêneur. Nous n’avions pas le temps de nous occuper de cacher son corps inconscient, car les troopers arriveraient d’une minute à l’autre. D’un regard, mon ami Jedi et moi nous mîmes à courir. Sur le terminal, j’avais téléchargé un plan du secteur, si bien que nous pûmes vite arriver en bas des marches qui montaient à l’étage supérieur. Pour ne pas m’essouffler, je pensai à ce que je voulais dire à Dante.


      *Le centre de données est à trois étages au-dessus. Comme pas mal de Stormtroopers sont à l’étage du dessous, on devrait avoir un peu d’avance. Au deuxième étage au-dessus, je devrai accéder de nouveau à un terminal. Les Impériaux s’en rendront compte très rapidement, et je vois mal comment je pourrai échapper à une capture, mais les données seront récupérées. R6 ira récupérer les données dans sa mémoire interne, qui est codée de manière inhabituelle : les Impériaux ne sauront pas y pénétrer. Tu l’accompagneras, pendant que je vous ouvrirai la voie depuis le terminal du deuxième et que je troublerai les troopers grâce aux différentes alarmes.*

    Il n’y avait pas grand monde à l’étage supérieur. R6 et moi paralysâmes deux gardes qui tentèrent de crier pour alerter leurs collègues. L’effet de surprise était fichu, de toute façon. Il s’agissait de faire vite et non plus de faire discrètement. Je me demandai soudain où était Œil-de-Faucon. Il pourrait venir me tirer de la situation fâcheuse dans laquelle je me serais mis une fois au terminal. Rapidement, nous arrivâmes à l’escalier menant au troisième étage, pas surveillé non plus.


      *Séparons-nous, ou nous n’aurons aucune chance d’accéder à notre but. File à l’étage du centre de données et protège R6 le temps qu’il télécharge ce dont nous avons besoin. Plus s’il le peut. Que la Force soit avec toi, Dante.*

    Mes deux amis partirent devant, puis je leur emboîtai le pas, à distance. Le terminal que je devais atteindre n’était plus très loin, mais il était gardé par au moins deux gardes, surement aux aguets, à présent. J’allais devoir leur tendre un piège pour m’en débarrasser, et je devais le faire vite, pour avoir le temps de dégager au maximum le chemin avant que les stormtroopers qui nous suivaient ne puissent me coincer. Pendant que j’étais encore hors de portée de voix de tout Impérial, je m’adressai à Œil-de-Faucon via mon comlink.


      - Œil-de-Faucon, je ne sais pas où vous en êtes. Karasu et le droïde montent jusqu’à la cible. Je vais au terminal que je vous indique sur l’holoplan que je nous ai téléchargé, deux étages au-dessus de celui où nous vous avons laissé. Je vais me retrouver dans le pétrin, attendez que j’y sois pour prendre les Impériaux par surprise avec vos grenades. A vous.

    Sans attendre qu’il réponde mais mettant mon oreillette, je me remis à avancer. Rapidement, au détour d’un couloir, je faillis tomber nez-à-nez avec une patrouille de quatre soldats sur le qui-vive. Par chance, il ne me remarquèrent pas, mais je dus attendre une bonne minute pour pouvoir passer sans être vu ni entendu.
    Enfin j’atteignis le couloir visé. Je jetai un coup d’œil furtif, prenant le risque d’être aperçu. Par chance, les deux gardes étaient moins vigilants que je le craignais. Le blaster paralysant à la main, je surgissais de l’angle du couloir et neutralisai vivement l’un des deux hommes. Le deuxième, saisi par la surprise, ne tira qu’après que j’eus disparu de nouveau à l’angle. Il me manqua, et j’exécutai une manœuvre à laquelle il ne s’attendait pas, bondissant en roulant dans le couloir. Mon tir l’atteignit en pleine tête, l’étourdissant en plus de le paralyser.

    Leur compte était bon. Je courus jusqu’à la porte qu’ils gardaient, et l’ouvris grâce à leur passe. La caméra de rigueur était juste au-dessus de la porte ; je dégainai mon blaster, mortel celui-ci, et détruisis l’engin de surveillance, puis tirai les corps à l’intérieur de la salle du terminal. Ainsi, je pourrais éventuellement m’en servir comme otages.
    J’accédai rapidement à la console. Il fallait que je désactive un maximum de caméra à distance, afin de brouiller les pistes. J’en éteignis une vingtaine en une dizaine de secondes, à différents étages. Avec ceci, ils auraient du mal à me trouver tout de suite. Je regardai ensuite où se trouvait Dante. Je le vis passer, image fugace, sur l’une des caméras. Il avait réussi à atteindre l’étage supérieur. La salle du centre de données était gardée par un groupe de stormtroopers : le Maître Jedi devrait se servir de la Force plutôt activement pour pouvoir les dépasser. Je repris mon bloc de données miniature, et le branchai à la console, qui émit un bip caractéristique avant de se mettre à ronronner. Merveilleux, tout fonctionnait. Je commençai à désactiver les défenses du centre de données, et j’activai l’alarme incendie de la Tour du Sénat. Stridente, fatigante, elle retentit bruyamment dans l’intégralité de cette partie du bâtiment. Les stormtroopers se douteraient bien qu’il n’y avait pas d’incendie, mais la superposition des alarmes les rendraient fous. Je déclenchai ensuite l’alarme d’intrusion, puis vérifiai les couloirs proches de mon terminal pour voir si on ne me cherchait pas. Pour le moment, personne. En temps utile, je verrouillerais les portes magnétiquement, de sorte que seul un laser puissant puisse l’ouvrir.

    Sur les écrans des caméras, le bâtiment entra en effervescence. Des soldats couraient dans tous les sens, quittant parfois leur poste (une aubaine, car on remarquerait peut-être moins vite que les deux lurons que j’avais estourbis n’étaient plus là). A l’évidence, ils fouillaient les salles dont j’avais éteint la surveillance, je devais donc m’attendre à avoir rapidement de la visite. J’enclenchai l’alarme en cas de bombardement, puis l’alerte à la bombe, à la contamination chimique et à l’émeute citadine, déchaînant sur la tour les bruits de l’enfer, qui ne manquaient pas d’affoler ses résidents. La demi-douzaine de sonneries hurlaient comme des mynocks égorgés, mais beaucoup, beaucoup plus fort. Fort heureusement, mes oreillettes m’en protégeaient un peu.
    Je jetai un coup d’œil aux écrans, une fois encore. Dante n’y était pas, pas plus que R6 ou Œil-de-Faucon. Foutreforce ! Que faisaient-ils ?


      *Dante, où en êtes-vous, avec R6 ?*

    Je sortais mon comlink pour joindre le soldat républicain, lorsque je vis qu’une troupe de quatre soldats, pas des stormtroopers, s’approchaient de ma position, avec l’intention manifeste de pénétrer dans la salle. J’activais le verrouillage d’urgence de ma cellule de sécurité. Voilà qui leur prendrait un bout de temps pour rentrer, et laisserait de la marge d’intervention à mon collègue de la République, que je pus joindre.


      - Œil-de-Faucon, ici Aquilodon. Je me suis enfermé dans le module de sécurité précédemment communiqué ; quatre soldats peu expérimentés vont bientôt donner l’alerte et tenter d’y rentrer, même s’ils n’ont pas le matériel adéquat. Je couvre la progression de Karasu. Où en êtes-vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 32

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Sam 1 Fév - 10:13

Comme Dante l'avait prévu, l'éclair de Force fit l'effet escompté. Le corps de l'homme se retrouva face contre terre. Le Maître Jedi détestait plus que tout avoir à utiliser la Force contre un être vivant ne l'utilisant pas. Et d'une manière générale, contre tout être vivant n'ayant pas de liens direct avec les Sith. Et encore. Chaque être vivant pouvait posséder un sens de l'honneur dont Dante respectait les principes. Même le pire des Sith se devait d'avoir des principes… Ou tout du moins un semblant de ces derniers… Quoiqu'il en soit, le corps de l'homme se retrouva face contre terre. Derrière Dante, des bruits de pas le firent se retourner rapidement. Sa main se porta instinctivement sur le manche de son sabre laser. Habituellement, Dante ne le dégainait qu'en tout dernier recours. Toutefois, actuellement l'Empire semblait posséder des informations sur le trio. Et quiconque connaissait leur présence, aurait tout autant sut qu'un des leurs pouvait être un Jedi. Et le meilleur moyen de combattre un Jedi… N'était autre que d'envoyer un groupe de Sith à sa suite…

Le visage calme et à la fois grave de Qodu lui apparu tandis qu'il s'approchait de lui. Les yeux du Twi'lek se posèrent sur Dante et sans dire un mot, les deux hommes se mirent à courir. Leur présence avait très certainement été éventée. Et même si des troopers arrivaient de part et d'autres… Il leur fallait réussir leur mission. Œil-de-faucon devait savoir se débrouiller seul. Il avait été formé pour ça par ailleurs. Néanmoins, il fallait qu'il prenne rapidement contact avec eux. Ne serait-ce pour leur donner sa position… La Poursuite de Force se mit à rechercher le moindre mouvement du Républicain. En une poignée de secondes, le Maître Jedi sut où se trouvait actuellement Œil-de-faucon. Ce dernier avait dut très certainement fuir, car de ce que la Force lui en rapportait, il se trouvait dans le système d'aération du bâtiment.


*Le centre de données est à trois étages au-dessus. Comme pas mal de Stormtroopers sont à l’étage du dessous, on devrait avoir un peu d’avance. Au deuxième étage au-dessus, je devrai accéder de nouveau à un terminal. Les Impériaux s’en rendront compte très rapidement, et je vois mal comment je pourrai échapper à une capture, mais les données seront récupérées. R6 ira récupérer les données dans sa mémoire interne, qui est codée de manière inhabituelle : les Impériaux ne sauront pas y pénétrer. Tu l’accompagneras, pendant que je vous ouvrirai la voie depuis le terminal du deuxième et que je troublerai les troopers grâce aux différentes alarmes.*

Opinant du chef, Dante vit la vitesse et la précision que mirent R6 et Qodu à réduire au silence deux gardes postés non loin des escaliers qui menaient à l'étage qu'ils venaient de quitter. Les Impériaux paraissaient étrangement mal armés pour dire qu'ils étaient au courant de leur présence. Ou alors… Ils allaient droit dans un guet-apens. Peu importait dans l'immédiat les raisons qui les poussaient à les renvoyer vers le haut du bâtiment. Pour Dante, sortir d'ici ne poserait qu'assez peu de problèmes… Néanmoins, pour ses confrères actuels, l'histoire était bien différente.

*Séparons-nous, ou nous n’aurons aucune chance d’accéder à notre but. File à l’étage du centre de données et protège R6 le temps qu’il télécharge ce dont nous avons besoin. Plus s’il le peut. Que la Force soit avec toi, Dante.*
*Que la Force t'accompagne jusqu'au bout Qodu…*

De comme un accord, Dante passa devant le droïde. Grâce à la vitesse de Force, la distance qui le séparait du terminal visé se réduisit rapidement. Quelques secondes plus tard, un "bip" le fit se retourner, R6. Appuyé contre un mur, le Maître Jedi passa la tête dans l'angle qui faisait le pendant avec le couloir qui menait au dit terminal. Le troisième étage n'était guère visité. Mis à part un groupe composé d'une demi-douzaines d'hommes, il était vide.

Observant R6, Dante lui fit comprendre qu'il était temps que l'un et l'autre passent à l'action. Dégainant son sabre laser, Dante se dévoila aux yeux des Impériaux. Les plus proches utilisèrent leurs blasters rapidement. La lame argenté du sabre retourna les tirs contre eux, et les blessèrent assez pour leur éviter de continuer à tirer. De son côté, le droïde ne faisait pas dans la dentelle. Sa cadence de tir variait tandis qu'il changeait de cibles à chaque fois qu'il en touchait une. Un des hommes tenta de s'approcher d'une alarme murale. En une fraction de seconde, la Force eu raison de sa volonté. Il se retrouva assit sur le sol froid du bâtiment, l'air hagard et perdu. Vérifiant les alentours, Dante s'engouffra dans la salle tout en éteignant son sabre laser.

Une sirène assourdissante se mit à hurler dans les enceintes fichées dans les murs. Qodu semblait avoir réussit à atteindre son objectif. Les yeux du Maître Jedi parcoururent les murs à la recherche d'une caméra. Chose qu'il trouva assez rapidement. Juchée juste au dessus de la porte, elle avait été déconnecté manuellement. Ses câbles avaient étés coupés à l'aide d'une arme peu conventionnelle. Les traces que Dante observa sur ces derniers ne provenaient pas d'une lame de duracier, ni-même d'une vibrolame… Seul un sabre laser aurait put faire une telle coupe. Un Sith se trouvait donc non loin d'eux…

Les murs étaient recouverts d'écrans de contrôles, et des câbles noirs pendaient entre eux, les liants et leur faisait passer les informations. R6 semblait connaître les ordres de Qodu. Le droïde s'approcha de la console principale, et un bras mécanique sortit de son plastron avant de se brancher sur l'ordinateur. C'est à ce moment précis, alors que le Maître Jedi se préparait à contacter Qodu, que ce dernier le fit en premier.


*Dante, où en êtes-vous, avec R6 ?*
*Nous sommes en place avec R6. Toutefois, il y a un nouveau problème. La caméra a été coupée par un sabre laser…*

Dante laissa planer le silence. Son ami n'était pas stupide, et il aurait rapidement tiré les conclusions de cette simple phrase. Tout en utilisant les Sens de la Force, le Maître Jedi observa les alentours. La présence était encore là, non loin de lui. Pourtant, elle sembla presque vouloir se dissiper dans la Force. Le sabre laser en main, Dante attendait la suite des évènements. Des Impériaux, et maintenant des Sith. Il leur fallait faire vite. Combattre ce genre d'adversaire n'était pas dans les cordes d'Œil-de-faucon, et en ce qui concernait Qodu, il avait certes reçu une formation de Jedi… Mais désormais il était un Républicain. Et la Force qui émanait de lui était si faible, qu'il ne pourrait pas résister très longtemps aux attaques d'un Sith chevronné.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre Saedlis
Lieutenant des Forces Républicaines
Lieutenant des Forces Républicaines
avatar
Messages : 62
Âge réel : 21

MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Lun 3 Fév - 7:04

Le lieutenant se tenait depuis quelques minutes déjà dans ces satanés conduits d'aération...Enfin, satané, pas tant que ça, il lui avait sauvé la vie. Le problème risquait d'être d'en sortir. Le lieutenant avança encore jusqu'à recevoir un appel de Aquilodon. L'espion se rendait au terminal, c'était une bonne nouvelle, en revanche, il voulait que le militaire attende qu'il y soit en sécurité pour neutraliser les soldats. Un bon plan. Œil de faucon reçut le plan très vite et put se repérer. Il prit une intersection à droite et continua. Le conduit commença à grimper et Alexandre dut se servir de toute la force de ses bras pour se hisser jusqu'à un replat. On était certes pas au plus mauvais moment, mais si il fallait sortir de la même manière, le lieutenant en vint à se demander comment on ferait rentrer le droïde dans le conduit. Enfin, un problème auquel on avait pas paré, c'était le fait que les impériaux soient aidés d'ennemis plus redoutables, et là-dessus, le lieutenant n'émit aucune de ses pensées. Continuant tranquillement en évitant de se faire mal, le lieutenant jeta un nouveau coup d'œil au plan. Aucune sortie de la bouche d'aération dans le couloir prévu, ou du moins le couloir que voulait atteindre le lieutenant. Aussi, il se rabattit sur le couloir le plus proche, ensuite, il lui faudrait prendre à sa droite en espérant que rien ne vienne lui faire de mauvaise surprise. Soudain, alors qu'il n'allait pas tarder à arriver, une sonnerie stridente, lassante, suivi d'une deuxième, et une troisième jusqu'à en atteindre environ six. Le lieutenant comprit que le Twi'lek déstabilisait l'ennemi. Très bonne stratégie. Le lieutenant sortit des oreillettes d'une poche et il continua jusqu'à son but où...Personne ne l'attendait. Très bonne nouvelle.

Le républicain fit sauter la grille, et sauta dans le couloir où il atterrit avec souplesse. La discrétion étant brisé, il sortit ses blasters et longea le couloir rapidement. Il ralentit vers le virage en angle droit et regarda ce qui se passait au bout d'u couloir. Au même moment, le comlink laissa entendre la voix de l'espion. Surprit, le lieutenant se plaqua contre un mur, et, ses deux blasters à la main, ne relâchant pas sa vigilance, le soldat écouta. Aquilodon lui faisait un rapport détaillé de la situation de ce qui se passait devant le terminal.

- Œil-de-Faucon, ici Aquilodon. Je me suis enfermé dans le module de sécurité précédemment communiqué ; quatre soldats peu expérimentés vont bientôt donner l’alerte et tenter d’y rentrer, même s’ils n’ont pas le matériel adéquat. Je couvre la progression de Karasu. Où en êtes-vous ?

Le soldat ne répondit pas de peur d'être repéré et entendit des pas de course. L'alerte allait être donnée, et au moment où le soldat passait, le républicain le prit pas le col et l'entraîna avec lui. Il le tua en précisant qu'il se chargeait de faire passer l'information. Le républicain surgit dans le dos des assaillants de la porte qui étudiait un moyen d'entrer et, sur d'eux, ne fixait que la porte et pas leurs arrières. Le lieutenant visa deux des soldats et lâcha plusieurs tirs. Les deux visés s'écroulèrent et le troisième et dernier soldat tenta de lui tirer dessus mais manqua bien de précisons. Œil de faucon fut plus précis et plus rapide et le soldat s'écroula. Le lieutenant rangea ses blasters et prit l'un des fusils impérial, il lui serait utile et lui permettrait d'économiser ses pistolets Blasters. De plus, ils étaient plus puissants. Le soldat se mit en position devant la porte de sorte à ne pas tourner le dos à un éventuelle ennemi.

-Aquilodon, vous pouvez sortir, ennemis éliminé. Désolé de ne pas avoir répondu plus tôt, mais j'étais...Occupé.

La porte ne tarda pas à s'ouvrir mais le lieutenant ne bougea pas, un genou à terre, l'arme prête à faire feu, le lieutenant était prêt à tuer à tout moment. Fini la guerre du silence et du mensonge, place aux armes, place aux bruits de blasters et aux explosions, c'était l'élément d'Alexandre, et il se sentait mieux, il pouvait lâcher sa colère sans craindre de désobéir à ses supérieurs, il pouvait tuer, enfin, se montrer pour de bon sous son vrai visage, peut-être pas des plus agréables certes. Le Twi'lek semblait analyser et réfléchir à la situation, et le lieutenant devait reconnaitre que l'espion ne manquait pas d'intelligence, de stratégie et de force. Un allié plus qu'intéressant.
La république avait de la chance de pouvoir compter sur des agents aussi dévoués et un Jedi tout aussi puissant, mais le visage sombre de Aquilodon fit comprendre à Œil de faucon qu'il y avait, malgré tout, un problème plus grave que les précédents.

-Je vous suis Aquilodon. Un problème?

Revenir en haut Aller en bas
Qodu Iolan
Commandant des Services de Renseignement Républicain
Commandant des Services de Renseignement Républicain
avatar
Messages : 79
Âge réel : 22

Feuille de personnage
Âge: 26
Armes: Chuka bothan (matraque) ; blaster lourd de la République ; blasters paralysants
Alignement: Neutre-Lumineux
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Mar 25 Fév - 7:35

Avertissement HRP:
 

    Mon datapad émit un léger bip. R6 commençait à télécharger les données, qui s’enregistraient également sur mon datapad, connecté à mon compagnon droïde. L’instant suivant, Dante me confirmait qu’ils étaient bien en place, mais qu’il y avait un problème. Un Sith se promenait dans le bâtiment et, vraisemblablement, il tenterait de nous surprendre sinon, il n’aurait pas fait preuve de subtilité et n’aurait pas coupé les caméras. Il voulait que je ne puisse pas le voir et jusque-là, il y était parvenu.

    La peur et la colère m’envahissaient doucement. Un Sith, une ordure de la galaxie. Partir sans l’avoir tué serait une faute morale grave. Je ne pouvais pas le laisser continuer à faire le mal, mais si je l’affrontais, ce serait moi qui serais tué. A la porte de mon module de sécurité, des coups de blaster retentirent, me tirant de mon bouillonnement. D’un rapide coup d’œil aux écrans de contrôle, j’aperçus Œil-de-Faucon qui mettait hors d’état de nuire les gardes venus me cueillir. Il les tuait, mais à cet instant où une sourde colère prenait le pas sur mon entendement, je n’en avais que faire. Moi-même, je pris mon blaster lourd et achevai les deux gardes que j’avais capturés, sans remords. Un Sith. Ces ordures impériales avaient fait appel à un Sith. Vainement, ma raison me hurlait de ne pas succomber à la douleur cuisante du souvenir du meurtre de mon maître. Je voulais que cet agent du mal meure, même si je savais pertinemment que je ne pourrais pas le tuer moi-même. Je n’avais pas les capacités pour venir à bout d’un Sith accompli. Seul Dante le pourrait. Dante le devait !

    Lorsque mon collègue eut fini son œuvre macabre, j’ouvris la porte sécurisée, le blaster à la main. Je ne réactivai pas les caméras éteintes ni n’éteignis les alarmes stridentes : que ces imbéciles continuent à nous chercher là où nous n’étions plus. Le Lieutenant m’adressa la parole.


      - Je vous suis, Aquilodon. Un problème ?

    Il était encore inconscient de ce qui se passait. Nous devions aider Dante à tuer un Sith, ou nous enfuir. Mais je ne pouvais laisser mon ami seul, ni cet assassin en vie. Nous devions le trouver et le massacrer, comme il avait déjà surement massacré des dizaines de gens.


      - Merci d’être venu si vite, Œil-de-Faucon. Il y a un Sith dans le bâtiment. Un véritable défenseur de la galaxie devrait le tuer, mais seul Karasu fait le poids face à un adepte de la Force accompli.

    Mon datapad émit un nouveau bip. Le téléchargement des données que nous voulions était terminé. Il fallait maintenant nous évader de ce bastion. Je l’avais vu sur les écrans, les issues avaient été bouclées, et nous ne pouvions emprunter les conduits d’aération comme Œil-de-Faucon l’avait fait pour me secourir : il devait les surveiller, et nous ne pouvions prendre le risque d’être piégés. Près de l’entrée principale, des tireurs isolés étaient postés sur les toits, comme nous l’avions repéré, et notre signalement devait leur être parvenu, maintenant, ce qui signifiait que nous serions abattus comme des gizkas si nous nous sortions de façon conventionnelle. Je m’accordai un moment de réflexion pour consulter le plan holographique de la Tour que j’affichai sur mon comlink. Nous allions devoir accéder à l’aire d’atterrissage des speeders privés. Elle était à cet étage, mais de l'autre côté de cette partie du bâtiment, et sous très haute surveillance selon toute probabilité. Nous aurions besoin de toute façon de l’aide de Dante, même si mon collègue soldat paraissait manier le blaster comme un virtuose. J’éteignis le plan.


      - Lieutenant, nous avons les informations qu’il nous fallait, et nous devons nous enfuir grâce à un speeder privé. Cependant, pour pouvoir en voler un, il faut accéder à l’aire d’atterrissage, ce qui me paraît infaisable sans le soutien de Karasu et R6, qui seront surement bientôt coincé à l’étage supérieur par les Impériaux et le Sith. Souhaitez-vous aller en découdre, camarade ?

    Habituellement, je n’aimais pas me battre. Mais je devais tuer ce Sith, et tous les Impériaux qui l’avaient voulu comme compagnon. Je ne les laisserai pas m’enlever un autre ami. Plus jamais ! Je préférais les étriper à mains nues plutôt que m’enfuir sans les faire souffrir, et les laisser blesser mon vieil ami.

    Soudain, des bruits de pas retentirent dans un couloir contigu. On venait nous chercher. J’échangeai un rapide regard avec le Lieutenant. Nous devions nous cacher ou nous mettre à courir, mais je penchais plutôt pour la deuxième solution, même si elle nous priverait du plaisir d’abattre ces salopards. Nous nous mîmes donc à galoper, le plus discrètement possible. J’avais définitivement rangé mon blaster paralysant au profit de mon blaster lourd. Il n’était plus temps de neutraliser gentiment.

Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 32

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Lun 3 Mar - 4:13

Le silence radio qui émanait depuis plusieurs minutes du comlink laissait Dante perplexe. Non sans douter du savoir des ses deux compagnons de fortune, il ne pouvait se laisser aller aux doutes et à la peur. Ces sentiments menaient inlassablement au Côté Obscur de la Force. De plus, le Maître Jedi ne perdait pas de vue la présence du Sith non loin. Le téléchargement des informations par le droïde ne durèrent qu'une poignée de secondes. Ce dernier se recula rapidement et émit un léger "bip" significatif. Acquiesçant de la tête, Dante passa la porte lentement. Si les caméras avaient étés supprimées, alors le Sith avait une idée derrière la tête. Lorsqu'ils voulaient attaquer une cible, il était assez rare qu'ils le fassent ainsi. Tout du moins, ce n'était pas le cas pour beaucoup…

Effectivement, la majorité des Sith que Dante avait eu le déplaisir de croiser prenaient pour acquis que leur Force décuplée par une Rage puissante faisait d'eux des guerriers hors-pairs. Erreur qui leur coûtait le plus souvent la vie. Chose que Dante détestait au plus haut point. Il considérait que quiconque méritait sa rédemption. Malheureusement, beaucoup n'en avait que faire et préférait mourir que de se laisser envahir par le Côté Lumineux de la Force. Les rangs des Jedi s'étaient vu réduis lors de la précédente Guerre contre l'Empire. Et de nouveaux bras seraient les bienvenus pour faire revenir l'Ordre dans la Galaxie.

Au détour d'un couloir, un ombre se glissa d'un mur à un autre. Appuyant sur son sabre laser, Dante dévoila sa lame argentée. La lumière de cette dernière dévoila aux yeux du Maître Jedi la présence tant craint. Dans les ombres, dissimulé par sa volonté, l'homme à la bure noire éclaira son visage d'une lumière rouge sang. Ses traits étaient durs, son visage pourpre dévoilait des tatouages faciaux signes de son appartenance à une secte dont Dante avait mit fin il y a peu. Ses yeux lancèrent des éclairs de colère lorsqu'il couru jusqu'à lui. Dans un mouvement aussi rapide que dangereux, le Sith attaqua Dante de toute sa puissance. Les deux hommes, dont les visages n'étaient séparés que par les lames de leurs sabres laser, se fixaient profondément. Exécutant un salto en arrière, le Sith prit la parole.


- Dante Garvan. Maître Jedi. Notre Maître, le grand Archonte de la Secte de Gürndel fut tué par ta lame. Alors tu mourras par la mienne !

Enchaînant les coups et les bottes, le Sith continua un combat qui n'avait rien d'un réel duel. Gardant toujours un œil sur R6 qui restait en retrait, Dante contrait les attaques qui se répétaient. La manière dont l'homme tenait son sabre, il n'était pas encore considéré comme Sith à proprement parlé. Ses traits déformés par la rage lui donnait de plus en plus l'impression d'être une entité possédée. Un Démon. Une dernière passe et Dante, dans un mouvement souple du sabre laser, trancha la main qui tenait l'arme du Sith. Faisant fi de sa douleur, ce dernier dégaina une vibrolame d'une vingtaine de centimètres, et tenta de la planter dans le ventre du Maître Jedi.

Sans même qu'il n'ait le temps de réagir, R6 tira sur leur assaillant. Les yeux exorbités, il tomba sur le sol. Le tir du blaster du droïde lui avait traversé le crâne de part en part. Dante laissa glisser son regard sur le corps désormais inerte du Sith avant de vérifier la présence de vie. Rien. Se relevant, le Maître Jedi se tourna vers R6 et tourna presque immédiatement les talons. Ils avaient déjà perdu trop de temps. Ils devaient rejoindre Qodu et Œil-de-Faucon, et repartir le plus rapidement possible. Si ce Sith avait réussi à entrer sans se faire voir, alors ils avaient aussi un moyen de quitter ce bâtiment.

Faisant le chemin inverse, ils n'eurent que très peu de soucis avec les troupes qui les croisèrent. Dante se contentait de leur renvoyer les tirs de blaster, tandis que R6, bien moins accommodant, leur offrait les siens en retour. Les pas de Dante résonnèrent tandis qu'ils s'approchaient de la présence des deux Républicains. Dans la Force, les deux hommes étaient aussi clairs que de l'eau de roche. Toutefois, pour eux, l'arrivé de quelqu'un ne pouvait signifier qu'une seule chose : une attaque. Laisser filer une vague de Force jusqu'à eux, le Maître Jedi désirait leur faire comprendre qu'ils ne risquaient rien. A cette distance, il n'était pas aisé de le toucher. De plus, le fait de blesser un allié ne lui plaisait pas plus que d'être ici… Entouré par tous ces Impériaux…
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre Saedlis
Lieutenant des Forces Républicaines
Lieutenant des Forces Républicaines
avatar
Messages : 62
Âge réel : 21

MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Mar 4 Mar - 0:02

Alexandre chargea le fusil blaster qu'il tenait dans ses mains en attendant la réponse du Twi'lek. L'espion avait fait du bon travail, il fallait le reconnaitre. Mettre en marche plusieurs sonneries déstabiliseraient les impériaux. Certains croirait qu'il y avait vraiment un incendie et s'enfuirait, idem pour l'alerte à gaz et d'autres. En clair, la tour ne tarderait pas à être rempli d'un bordel pas possible qui serait profitable aux républicains et au jedi. Il ne fallait surtout pas parler des tireurs que l'on avait mis en position sur les toits. Avec toutes ces sonneries, certains auraient peur de crever sur les toits et partiraient d'aussi sec. Le lieutenant se sentait à l'aise, enfin un peu de combat, enfin un peu d'action, bref, que du bon pour lui, le seul problèmes était qu'ils n'étaient pas encore sortis, et le lieutenant ignorait si le petit droïde avait récupéré ou non les informations dont avait besoin la république. De plus, le lieutenant espérait que l'espion avait un plan de sortie aussi efficace que celui d'entrée, parce qu'il fallait l'avouer...Ils étaient dans les problèmes. A la mine de son compagnon, le lieutenant en avait déduit qu'il y avait un problème, pour eux, c'était sur, mais quel groupe? Le jedi, ou eux-mêmes? ces questions trouvèrent une réponse:

- Merci d’être venu si vite, Œil-de-Faucon. Il y a un Sith dans le bâtiment. Un véritable défenseur de la galaxie devrait le tuer, mais seul Karasu fait le poids face à un adepte de la Force accompli.

Le lieutenant hocha la tête. Bien qu'il n'aurait pas hésité à combattre un sith, il se doutait qu'il ne faisait pas le poids. Effectivement, le jedi était la seule personne de l'équipe qualifié pour accomplir cette mission. Œil de faucon espérait simplement que ce soit le Jedi qui tombe sur le sith, et pas eux, sinon, il ne donnait pas cher de leur peau. Un bip sonore émana alors de l'espion qui regarda le lieutenant et lui déclara:

- Lieutenant, nous avons les informations qu’il nous fallait, et nous devons nous enfuir grâce à un speeder privé. Cependant, pour pouvoir en voler un, il faut accéder à l’aire d’atterrissage, ce qui me paraît infaisable sans le soutien de Karasu et R6, qui seront surement bientôt coincé à l’étage supérieur par les Impériaux et le Sith. Souhaitez-vous aller en découdre, camarade?


C'était une belle invitation à laquelle le républicain répondit par un hochement de tête positif. Soudain, des bruits de pas, et des pas de courses. Œil de faucon observa son compagnon et tous deux, du regard se comprirent, et se mirent à courir, furtivement. Pourtant, le lieutenant savait que les impériaux avaient bloqués plusieurs issus. Il ne fut pas déçu, une intersection plus loin, cinq soldats. L'espion ne tarda pas et tira sur deux soldats tandis que le militaire en abattaient deux autres d'un geste sur. Le dernier eut le temps de lâcher quelques tirs que le lieutenant esquiva sans mal avant de l'anéantir. L'espion prit rapidement la tête pour mener œil de faucon à l'aire d'atterrissage. Soudain, un éclair lumineux attira l'attention du lieutenant. Il se jeta à terre en poussant son compagnon. Dans l'angle du couloir, une troupe apparaissait, plutôt nombreuses. Œil de faucon lâcha plusieurs tirs et se replia avec son compagnon dans un couloir situé sur leurs droite. Bien protégé par l'angle, le lieutenant descendit sans mal plusieurs impériaux. Il rechignait à utiliser une grenade dans cet instant, ils en auraient besoin plus tard. Quand la patrouille eut été anéanti, la course reprit. Le lieutenant était sportif de par la nature, et par un entrainement intensif. Courir n'était pas un problème pour lui. L'espion ne manifestait aucun signe de fatigue lui aussi. C'était une bonne chose que de travailler avec des gens solidement entrainés. C'est à une intersection que le lieutenant arrêta l'espion. Quelque chose venait vers eux. Bientôt, deux silhouettes apparurent.

Le jedi et le Droïde semblaient intact et ne semblaient pas avoir rencontré de problème, le droïde, fier, avait accompli sa mission. Laissant son arme retomber le long de son corps, le Républicain analysa la situation. Personne ne semblait venir, et pas de Sith pour l'instant. C'était plutôt bon signe...Pour le moment. Les informations prises, les trois hommes réunis, la passerelle qui ne devait pas être loin, la mission allait se terminer. néanmoins, Œil de faucon voulait savoir deux trois choses avant de continuer. Il était bien beau que l'on s'en sorte sans trop de dommage, mais laisser le Sith en vie serait une erreur gravissime comme l'avait souligné Qodu. On ne plaisantait pas avec ces êtres remplis de noirceur, ou vous les tuiez, ou ils se chargeait de vous...A leur manière, et Œil de faucon préférait que ce soit le Sith qui soit mort, plutôt que lui.

-Bravo à vous deux, Je suis désolé de ne pas vous laisser reprendre votre souffle, mais le Sith a-t-il été anéanti? Autre chose, cette fois Aquilodon, c'est vous qui devrez répondre, la passerelle...Elle est encore loin? Parce qu'on à au moins une cinquantaine d'impériaux qui sont derrière nous, et bien que je ne doute pas de nos talents à tous, je préférerais éviter un affrontement direct.

Ce n'était pas de la lâcheté, non, mais de la précaution, si ils pouvaient à eux tous seuls anéantir une centaine où même un millier d'impériaux, c'était toujours une affaire délicate. De toute façon, soit on combattait et on prenez le risque de périr ici, soit on filer d'ici en vitesse. Alexandre préférait la deuxième solution.
Revenir en haut Aller en bas
Cahir Quinn
Espion de talent / Chimiste
Espion de talent / Chimiste
avatar
Messages : 57
Âge réel : 22

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Divers armes blanches - Fusil E11 - pistolets
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Sam 8 Mar - 4:13

Perclus de courbatures, encore quelque peu sonné par mon expérience avec la Force et plus précisément les éclairs qu'avait utilisé le Jedi sur moi je restai calmement dans ma cachette, coordonnant via un comlink sécurisé les différentes actions militaires mené par la Sécurité Impériale mais également tout un régiment de Stormtroopers qui avaient été dépêchés tout autour du bâtiment et qui contrôlait tous les étages sauf ceux au dessus que nos ennemis avaient pénétrés et éliminés les quelques gardes restants. Ainsi toute la Tour des archives était entièrement verrouillée et même un droch n'aurait pu passer à travers la grille de sécurité ainsi mise en place. Hormis l'espace aérien... Le Sénat était certes lourdement armé et équipé de canons anti-aériens il n'en était rien en ce qui concernait les archives qui n'étaient pas considérées comme un point nerveux important de la machine politique impériale. Et la Flotte refuserait probablement de détacher un escadron de chasseurs TIE ou même de simples navettes équipées de rayons tracteurs. Si les Républicains avaient préparé un plan d'extraction via la voie aérienne elle risquait d'être malheureusement une réussite.

"Turner !
- Monsieur ?
- Dépêchez immédiatement un escadron vers la plateforme des speeders pour empêcher une hypothétique extraction maintenant !
- Monsieur je suis navré mais aucun de nos hommes n'atteindront atteint la plateforme. Vous êtes l'élément le plus proche pour les arrêter.
- Rien à faire j'y vais en ce cas ! Contactez les forces de sécurité Coruscantii qu'ils préparent un quadrillage avec leurs véhicules d'interception ! Je veux une bonne demi douzaine de barrages d'ici à Westpoint !
- Nous ne sommes pas habilités à..."

Je n'entendis pas la fin de la phrase de l'homme tandis que d'un grand mouvement je bondis de ma cachette et courus aussi vite que je pus. A chaque virage je dérapai et manquai plusieurs fois de m'écraser lamentablement contre un mur mais la sécurité importait peu seule la vitesse. Poussé par l'adrénaline mon corps ne protesta pas et mon souffle resta calme, formaté par des années d'entraînement. En quelques minutes j'atteignis la piste et faillit percuter le Jedi qui me faisait. Je glissai dans un dérapage incontrôlé et tout en faisant feu je me contorsionnai et passai de justesse sous son bras armé, sentant la mortelle chaleur du sabre laser. Je vins percuter une série de caisse et passai par dessus, sauvant ma vie par le même coup tandis que le droid pilonner ma position. Je lui rendis la pareille et un véritable barrage de feu se créa entre nous deux. Plus le petit astromécanicien décrocha et le vis qui fonçai doit vers le speeder que les espions faisaient démarrer tant bien que mal. Grinçant des dents j'entrevis le corps de plusieurs gardes devant une autre entrée de la plateforme et plus particulièrement l'imposant lance-missile qui trônait entre les corps...

Prenant mon courage à deux mains je bondis de ma cachette, évitai quelques tirs ennemis et me jetai en avant, me réceptionnant par un roulé boulé presque parfait et attrapai l'arme lourde. Courant vers l'issue de la plateforme j'activai l'arme et la laissa s'enclencher d'elle même. Le speeder arriva enfin dans ma ligne de mire et bien qu'accélérant pour s'éloigner le plus rapidement possible de la tour il restait une cible facile. Epaulant le lance missile je plaçai mon oeil sur l'écran de visée et attendit que le réticule passe au vert pour presser la détente. La roquette quitta l'arme dans un souffle impressionnant et rattrapa bien vite le véhicule en fuite. Mais contre toute attente elle explosa avant de l'atteindre ne le réduisant pas à l'état de cendre. Satané dispositif de détonation à proximité ! Par chance l'explosion souffla le speeder qui partit en vrille tandis que ses moteurs, criblés de shrapnels, dégageaient une épaisse fumée. Les fuyards disparurent rapidement dans les bas fonds de Coruscant, destinés très certainement à une mort certaine. Et même s'ils survivaient et réussissaient à échapper au barrage de sécurité qui ne tarderaient pas à se mettre en route il fallait se rappeler que les données étaient de toutes évidences fausses... Mission accompli. Du moins je l'espérai.
Revenir en haut Aller en bas
Qodu Iolan
Commandant des Services de Renseignement Républicain
Commandant des Services de Renseignement Républicain
avatar
Messages : 79
Âge réel : 22

Feuille de personnage
Âge: 26
Armes: Chuka bothan (matraque) ; blaster lourd de la République ; blasters paralysants
Alignement: Neutre-Lumineux
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Ven 14 Mar - 2:01

HRP:
 

    Dès que Dante nous eus rejoint et confirmé que le Sith était mort, ma rage disparut, et les regrets m’assaillirent immédiatement. Pourquoi avais-je abattu ces deux gardes que j’avais neutralisé, ces deux hommes qui ne faisaient que leur boulot et qui avaient peut-être femmes et enfants ? Malgré mon dégoût de moi-même, je repoussai ces pensées. J’aurais tout temps de me haïr quand la mission serait terminée, et je ne pouvais pas abandonner maintenant, alors que le plus dur était derrière nous et qu’il s’agissait simplement d’aller vite.

    C’est d’ailleurs pour cette raison que nous courrions tous trois (tous quatre, mais R6 ne courrait pas) vers la passerelle, qui n’était plus très loin, à quelques couloirs. Je m’attendais à ce qu’elle soit déjà bien gardée, et que nous ne puissions passer grâce à l’effet de surprise. Dante me confirma mon impression d’un signe de tête inquiet. Même un Jedi ne pouvait résister longtemps à un tir de barrage envoyé par un peloton sur le pied de guerre. Il pouvait renvoyer les tirs, bien entendu, mais pas en nombre infini. Sinon, les Jedi n’auraient pas péri si massivement durant l’ordre 66. Il fallait donc que nous créions cette surprise en faisant une diversion.


      - R6 et moi allons passer par le couloir adjacent. Je l’ai équipé de petits fumigènes qui devraient dérouter nos adversaires, qui sont peu nombreux mais bien armés, je suppose. Karasu, Œil-de-Faucon, vous chargerez quand ils me prendront pour cible. Surpris, ils ne vous résisteront pas longtemps.

    Sans attendre de réponse, j’exécutai mon plan en passant par le couloir adjacent. Discret, le peloton ne nous repéra pas avant que nous ne passassions à l’action. Ils étaient huit, dont un soldat de choc, équipé d’un lance-roquette. Je fis signe à R6, qui bombarda alors ces gens de fumigènes pour les aveugler, tandis que je paralysai l’homme au bazooka d’un tir de blaster à rayons en pleine tête. J’entendis aussitôt le vrombissement du sabre laser et les tirs de blasters au milieu de la fumée. Lorsqu’elle se dissipa, tous les ennemis étaient à terre, et l’accès à la passerelle en vue. Nous y arrivions.

    Mais soudain, un tir de blaster vint roussir mes lekkus. Par réflexe, je me baissai, juste à temps pour apercevoir un homme, habillé en chef de la sécurité… Par la Force ! Impossible ! C’était l’homme que Dante avait électrisé ! Comment pouvait-il être encore debout ? En tout cas, R6 ripostait déjà à son agression, et ne le manqua que de peu. Œil-de-Faucon voulait s’occuper du nouvel agresseur, manifestement bien trop entraîné pour être simple chef de la sécurité, mais je lui fis signe de m’accompagner sur la passerelle, afin de nous enfuir. Dante suffirait bien assez pour nous couvrir. Nous débouchâmes donc sur l’aire d’atterrissage privée des speeders. Il n’y avait là que des speeders de luxe, plutôt voyants, mais l’intérêt était qu’ils seraient maniables et équipés de systèmes de sécurité dernier cri. Tant mieux, nous n’aurions pas à perdre de temps à choisir. Je me dirigeais vers le premier à portée, couvert par Œil-de-Faucon. Un clin d’œil me permit de savoir comment le démarrer sans les codes habituellement nécessaires. Les speeders avaient une mécanique de vaisseau très simplifié, et les réacteurs de celui que nous avions élu ronronnèrent bientôt. Je confiai les commandes à Dante, qui nous rejoignait, car ma nullité comme pilote n’était plus à faire, tandis que Dante avait la Force avec lui. Œil-de-Faucon monta avec R6 à l’arrière, couvrant notre retraite de son fusil.

    L’homme de la sécurité apparut soudain, et la peur m’envahit. Il avait ramassé le lance-roquette du soldat lourd que j’avais paralysé, et nous faisions, à peine décollés, une cible extrêmement facile. Œil-de-Faucon tenta de l’abattre, mais les secousses du speeder l’empêchèrent de faire mouche. Je vis la roquette jaillir du canon, et Dante fit faire une embardée formidable au speeder. Je dois avouer que je crus ma fin venue, mais il n’en fus rien.

    Le missile explosa à petite distance, derrière nous, soufflant le speeder et criblant nos réacteurs d’éclats. Malgré le contrôle de Dante, nous partîmes en vrille vers les bas-fonds. En tant que copilote, je tentais d’envoyer toute la puissance vers les stabilisateurs arrière, si bien que nous cessâmes de vriller, mais nous continuions de plonger à grande vitesse. Nous allions mourir écrasés dans les tréfonds de Coruscant, ou bien nous serions rattrapés par les brigades de sécurité volante, qui pourraient nous suivre à la trace, avec le nuage noir qui nous suivait. Seul une réparation manuelle pourrait nous sauver la mise, mais tenter ça en plein vol était une folie ! Mince ! nous n’avions plus le temps de réfléchir, il fallait agir ! Le speeder était assez large sur l’arrière, je pourrais réparer sans me suspendre dans le vide. Je hurlai, pour couvrir le bruit assourdissant du moteur qui criait à la mort, à Dante, qui faisait tout son possible pour nous sortir d’ici indemnes.


      - Dante ! Je dois aller manipuler manuellement le réacteur, sans quoi on s’écrasera !

    Comme nous chutions relativement horizontalement, je pus sans souci passer par-dessus la banquette arrière où Œil-de-Faucon et R6 étaient, pour atteindre l’aileron arrière et les réacteurs. En un instant, je vis le problème : un éclat avait transpercé le réacteur droit, et un autre le contrôle du réacteur de secours par le tableau de bord. C’était cela qui nous avait fait partir en vrille. Je devais enclencher manuellement le réacteur de secours pour nous rétablir. Ça n’était pas bien compliqué, mais la situation apportait quelques complications, car je devais faire un effort considérable pour ne pas décoller du speeder sur lequel j’étais allongé, sans quoi la vitesse m’aurait envoyé dans le vide. Je vis une plateforme s’approcher dangereusement vite de nous, en contrebas. Dante avait tout de même réussi à nous orienter de sorte à ce qu’on y atterrisse, pour peu que je réussisse.

    La manipulation fus rapide, et je sentis la puissance du réacteur qui me brûla le bout des doigts. Je hurlai à Dante (j’étais bien trop plein d’adrénaline pour pouvoir lui envoyer une pensée sensée) quelque chose qu’il n’entendit pas distinctement, mais il comprit. La plateforme s’approchait à grande vitesse, beaucoup trop grande. J’essayai de regagner ma place de copilote lorsqu’il dut freiner brusquement.

    Ce fut le plus beau saut périlleux que j’eus l’occasion d’exécuter de ma vie. Mon corps fut éjecté du speeder avec une brutalité formidable. Je ne vis pas ce qu’il advenait de mes compagnons, mais j’atterris pour ma part sur la plateforme, à plusieurs mètres en contrebas. Mes réflexes et m’ont entraînement me sauvèrent. Ma tête ne heurta pas le sol la première. Mes bras et mes jambes, souples, amortirent sans grands dommages la majeure partie du choc, mais je ne pus empêcher mon crâne de se cogner violemment.

    Je perdis connaissance, et la dernière chose que je vis fut la carcasse fumante du speeder, rendu hors d’usage par l’atterrissage d’urgence.
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 32

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Lun 24 Mar - 3:35

HRP:
 

Dans le silence morbide qui les entouraient, Dante s'approchait lentement. Non pas qu'il craignait un potentiel assaut de la part de l'Empire, mais simplement qu'une course effrénée dans les couloirs ne ferait qu'attirer l'attention des troupes de stromtrooper. En quelques pas, le Maître Jedi et le droïde rejoignirent les deux Républicains. Leur présence fit apparaître un sourire rassuré sur le visage de l'un, et un semblant de moue dubitative sur celui de l'autre. Certes, ils avaient réussi là où certains auraient échoués, mais il était vrai que pour Dante la manière de faire n'était pas des plus agréables… Un Sith avait perdu la vie durant cette mission. Personne n'était exempt de rédemption, la Force elle-même l'avait prouvé par le passé… Malgré les réticences que beaucoup avaient à son égard quand à ses choix, Dante avait pourtant bel et bien réussi à sauver quelques Sith et leur avait offert une nouvelle vie aux côté de l'Ordre Jedi.

Un soulagement presque palpable continua de glisser sur le corps d'Œil-de-faucon. Ce dernier laissa retomber son arme le long de son corps, et ce fut d'un œil inquisiteur qu'il balaya les alentours du regard. Dante ressentait les présences dans la Force, eux non. Même si Qodu avait reçu une formation de Jedi, il avait coupé tous liens avec la Force, désormais, il ne la ressentait plus… Une chose que le Maître Jedi n'imaginait pas. Son pouvoir, la Force, servait à défendre la Justice et l'Ordre… S'il était né ainsi, c'est qu'il y avait une raison. Tout en ce monde avait une raison de vivre. A ses yeux, la sienne, ou plutôt, ses raisons, avaient faites de lui un Maître Jedi… Et tant qu'il le serait, il ne quitterait jamais son objectif.

Les trois hommes et le droïdes n'eurent que peu de temps pour les retrouvailles. Ainsi ce fut tout en continuant à marcher à bonne allure qu'Œil-de-Faucon se mit à harceler Dante d'une multitude de questions. Le Républicain n'était pas lâche, bien au contraire. Sa formation avait très certainement fait de lui quelqu'un de précis et de réfléchit. Souvent, les militaires courraient droit devant sans jamais réfléchir… Les Impériaux en étaient les plus direct représentants. Ils ne réfléchissaient pas aux ordres pas plus qu'aux conséquences. Ils obéissaient à leurs supérieurs, rien de plus. Pour cet homme, il s'agissait plutôt de pratique. Rester en vie le plus longtemps possible était pour Dante une notion assez peu notable. Lui, comme beaucoup de Jedi, ne disparaissaient pas directement, ils retournaient simplement à la Force… C'était de cette manière qu'ils perduraient éternellement pour leurs successeurs.


-Bravo à vous deux, Je suis désolé de ne pas vous laisser reprendre votre souffle, mais le Sith a-t-il été anéanti? Autre chose, cette fois Aquilodon, c'est vous qui devrez répondre, la passerelle...Elle est encore loin? Parce qu'on à au moins une cinquantaine d'impériaux qui sont derrière nous, et bien que je ne doute pas de nos talents à tous, je préférerais éviter un affrontement direct.
- Nous n'avons plus rien à craindre des Sith.

La phrase que prononça Dante était monocorde. Et sa voix dénuée de ton, représenta nettement plus de choses que s'il l'aurait voulu. Ainsi, le Maître Jedi avait répondu à la question ; toutefois, il attendait de connaître la suite du plan d'Aquilodon. Une passerelle ? Il comptait donc quitter le Sénat par le toit ? Un speeder pouvait devenir une cible facile à abattre. Trop facile même. Mais la Force était avec eux, elle l'avait déjà prouvé en leur sauvant la vie à tous trois. S'ils devaient se rendre dans les étages supérieurs, alors ils devraient croiser le fer avec les membres de l'Empire… Dante ferait son maximum pour seulement les blesser. Ces hommes n'avaient pas demandé à être ici, pas plus qu'à abandonner leur famille au détriment d'un fusil blaster…

Comme les informations venaient d'être données le plus simplement du monde, les trois hommes se mirent à courir à toutes jambes. Le droïde de Qodu les suivant de près. Ils durent d'arrêter à la jonction de deux couloirs, la présence d'un barrage de troopers leur faisant face. Dante s'attacha à nouveau les cheveux, ainsi paré, ces derniers ne le gêneraient aucunement si affrontement direct il devait y avoir. Du même mouvement, le Maître Jedi fit comprendre à Aquilodon que les hommes étaient déjà au courant de leur présence, et les attendaient derrière d'immenses boucliers de duracier… Ainsi, tous trois adossés au mur, ils mirent un plan rapide en place. Il était simple, mais avait déjà fait ses preuves…


- R6 et moi allons passer par le couloir adjacent. Je l’ai équipé de petits fumigènes qui devraient dérouter nos adversaires, qui sont peu nombreux mais bien armés, je suppose. Karasu, Œil-de-Faucon, vous chargerez quand ils me prendront pour cible. Surpris, ils ne vous résisteront pas longtemps.

Qodu les quitta, laissant Œil-de-Faucon et le Dante seuls. A l'instant même où une épaisse fumée engloba le couloir, les deux hommes foncèrent vers l'avant. Fermant les yeux, Dante utilisa la Force pour ressentir les présences qui l'entourait. Son sabre laser à lame argentée dessinait d'immenses cercles concentriques autour de lui. Renvoyant les tirs de blaster, le Maître Jedi tentait de ne viser aucun points vitaux, se contentant de trancher les armes en leur milieu, les rendant ainsi totalement inutilisables. D'un coup de manche de sabre-laser, Dante assomma un des troopers qui s'écroula sous la douleur.

Les deux Républicains s'en étaient tirés eux aussi sans soucis. Pas de blessés dans leurs rangs. Heureusement… Les Impériaux gisant sur le sol, ils enjambèrent les corps assommés et se mirent à courir en direction de la passerelle qui leur tendait désormais les bras. A peine furent t'ils arrivés sur la passerelle que l'homme que Dante avait paralysé à l'aide de la Force faillit le percuter de plein fouet. Son sabre laser passa juste au dessus de ce denier qui manqua d'y laisser une partie de son anatomie. Tout en suivant les deux hommes en marche-arrière, Dante renvoyait plusieurs tirs de blaster qui leur étaient destinés. R6 rendait la pareille à l'Impériaux, et ce fut rapidement un échange nourri qui s'effectua entre les deux adversaires.

Sur la passerelle, les speeders ressemblaient plus à des perles disposées sur une étale qu'à de réels moyens de locomotion. D'un coup d'œil à Aquilodon, le Maître Jedi compris ce que le Twi'lek comptait faire. Le speeder se mit à faire son bruit caractérisé, et au moment où Dante se mit aux commandes le speeder décolla tant bien que mal. Certes, le Maître Jedi savait piloter, mais jamais il n'avait eu à le faire sous cette angle. Le poids du droïde tirait l'arrière du speeder vers le bas, et ce fut surtout sans compter sur Qodu, ce dernier se retournant perpétuellement vers l'arrière du vaisseau.

Sans la Force et les réflexes du Maître Jedi, le missile qui leur était destiné aurait touché le speeder de plein fouet. La Force, ce fut grâce à elle que Dante ressentit a présence de l'homme qui les avait prit pour cible, et ce fut une nouvelle fois grâce à elle, que le Maître Jedi eu le réflexe de faire réaliser un arc-de-cercle vers la droite au speeder. Néanmoins, l'onde de choc les frappa de plein fouet, et ce fut malgré toute la volonté de Dante qu'ils partirent en piquée. Avec l'aide de Qodu, le speeder releva le nez d'une poignée de centimètres, juste assez pour permettre à Dante de reprendre un maximum de mainmise sur le pilotage. Le Maître Jedi ignorait comment s'en tiraient Œil-de-faucon et R6 à l'arrière, mais il entendit tant bien que mal les paroles d'Aquilodon, qui malgré les bruits atroces que poussaient leur vaisseau, s'était mit en tête de le réparer un minimum.


- Dante ! Je dois aller manipuler manuellement le réacteur, sans quoi on s’écrasera !
*Que la Force soit avec toi Qodu !*

Toute la Force devait être à leur côté à ce moment précis, car une plate-forme, étrange toit surélevé leur tendait des bras salvateurs. Malgré une vitesse encore bien trop élevé pour atterrir, Dante n'eu qu'une seule image en tête : atterrir en urgence ! Le speeder avait essuyé de gros dégâts, et le temps qu'il lui restait avant d'exploser se calculait en une poignée de minutes à peine. Au moment où Qodu revint à l'avant du vaisseau, Dante freina de toute ses forces. Le speeder avait prit de plus en plus de vitesse, et même la friction de l'air, étant habituellement une aide pour freiner, ne leur avait été d'aucune utilité.

Utilisant la Force, Dante sauta du speeder et atterrit sur la plate-forme en contrebas. Sans sa prothèse pour amortir le choc, son corps aurait ressenti un choc d'une extrême violence. Tournant la tête de tous les côtés, il vit Œil-de-Faucon non loin de lui qui avait sauté lui-aussi du speeder. Toutefois, la distance à laquelle il avait du sauter l'engageait inlassablement vers la dépouille du speeder. Faisant part de toute sa force mentale, Dante attira le Républicain à lui. Le corps de ce dernier le percuta de plein fouet et les deux hommes se retrouvèrent au sol, certes, mais en un seul morceau ! R6 possédant des propulseurs se posa non loin d'eux, tandis que les deux hommes se mirent à courir vers Aquilodon.

S'agenouillant aux côtés de son ami, Dante entreprit de le soigner un maximum. Aucun membre ne semblait avoir été brisé par la chute. Mais le choc l'avait frappé de plein fouet… Ils étaient bel et bien hors de porté des Impériaux, mais encore des cibles trop faciles pour de potentiels chasseurs. Portant Qodu dans ses bras, Dante invita Œil-de-Faucon à le suivre. Après s'être arrêté dans l'élévateur qui les amèneraient sur la terre ferme, le Maître Jedi se tourna vers l'homme qui se tenait à ses côtés.


- Félicitations Œil-de-Faucon, j'ai rarement vu d'homme faisant part d'autant de courage… (Dante sourit légèrement avant de reprendre.) La République peut-être fière de vous avoir à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre Saedlis
Lieutenant des Forces Républicaines
Lieutenant des Forces Républicaines
avatar
Messages : 62
Âge réel : 21

MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn] Mar 25 Mar - 8:52

HRP:
 

Le Jedi semblait plus tranquille après les questions posés par le lieutenant, comme si tout cela n'était qu'une mauvaise blague, le Droïde quand à lui n'émit aucun son. Bien que la mission allait toucher à sa fin, chacun savait que tout ne serait terminé que quand ils auraient quittés la planète. Œil de faucon pour le moment espérait qu'il n'y aurait plus d'autres problèmes, ou du moins pas aussi grave que celui du Sith. Si le Sith était mort, plus aucun problème, si il était vivant, alors il y avait plus de souci à se faire, on risquait encore de perdre la vie à tout moment, et le lieutenant préférait de loin un sith mort ou tout du moins hors d'état de nuire, qu'un sith en pleine santé et prêt à vous dévorer. Ce fut le Jedi qui prit la parole sur un ton neutre, dans le silence du couloir:

- Nous n'avons plus rien à craindre des Sith.

Il avait prononcé cette phrase sans aucune fierté, sans aucun son triomphant, comme si la mort du Sith ne le rendait ni meilleur ni plus mauvais. Le lieutenant cacha son respect pour le Jedi. Certains s'en serait vanté, celui-ci annoncé simplement la nouvelle comme si il avait accompli sa mission. En y repensant, Alexandre se dit que le Jedi devait avoir vu plus d'une fois un Sith mourir, et qu'il ne prenait plus autant de plaisir à les exterminer, mais plutôt qu'il les voyait comme des personnes ayant choisis le mauvais côté de la force, qui avait sans doute grandi dans cet environnement. Quoi qu'il en soit, le lieutenant fut tout de même soulagé de la nouvelle. Les trois compagnons et le Droïde se mirent à courir pour en finir, pour sortir. Alexandre et le Jedi suivait Qodu qui ouvrait la voie. Ce-dernier finit par s'arrêter comme à l'approche d'un danger. Le lieutenant comprit qu'il y avait un danger, mais il devait être plus caché que les autres. Le lieutenant des SRR finit par prendre la parole:

- R6 et moi allons passer par le couloir adjacent. Je l’ai équipé de petits fumigènes qui devraient dérouter nos adversaires, qui sont peu nombreux mais bien armés, je suppose. Karasu, Œil-de-Faucon, vous chargerez quand ils me prendront pour cible. Surpris, ils ne vous résisteront pas longtemps.

Le lieutenant hocha la tête et tint plus fermement son arme. Le Droïde et le Twi'Lek ne tardèrent pas à partir et le militaire et le Jedi se tinrent prêt à intervenir. A peine y eut-il de la fumée qui envahit le couloir, les deux hommes foncèrent sur leurs adversaires. Alexandre tira sur une cible qui s'écroula, il roula et frappa une cible qu'il n'avait pas repéré plus tôt, évanouie, elle s'écroula, le Jedi avait fait du bon travail, il avait rendu inutilisable les armes adverses, mais il n'avait fait aucun mort. Alexandre lui n'hésita pas en voyant deux stormtroopers foncer sur lui, il tira et ils s'écroulèrent toucher par les tirs blasters. Le petit groupe enjamba les corps assommés...Morts pour d'autres, et se rendit à la passerelle qui ne se trouvait plus loin du tout. Elle était là!! En face!! Quelle merveilleuse sortie.

Si la passerelle était là, quelques soldats surpris aussi. Soudain, une masse percuta le Jedi. Mais qu'Est-ce qu'il fautait là lui? Le Jedi se chargea de parer aux tirs du nouveau venu qui sembler fort entrainé, Œil de faucon allait riposter aussi avec R6 quand Qodu le pria de venir. Dans un râle de dépit, le lieutenant laissa là le Jedi et le robot pour accompagner Qodu auprès d'un vaisseau. Design élégant, un vaisseau de transport de Riches plus qu'un vaisseau de guerre, mais il avait ses avantages, maniables, sans doute équipé de système de sécurité contre les attentats, contre les attaques, brefs, des atouts autant que de défauts. Les vaisseaux stationnés luisaient dans la lumière du jour, Qodu ne tarda pas à mettre en marche le vaisseau dont le ronronnement satisfaisant se fit vite entendre. Dante prit la place du pilote, qodu du copilote, le Droïde et le lieutenant à l'arrière. Le vaisseau commença alors à ronronner de plus en plus fort signe de son décollage imminent.

Soudain, des soldats surgirent, un petit groupe, mais les tirs risquaient d'être néfaste au vaisseau. Le lieutenant empoigna son fusil et tira sur les nouveaux-venus. Un soldat s'écroula, un deuxième ne tarda pas à subir le deuxième sort. Les troopers préférèrent se mettre à l'abri et commencèrent une puissante riposte. Le vaisseau commençait à décoller, Alexandre anéantit un troisième homme. Il rechargea son arme et au moment où il visait, l'homme de tout à l'heure surgit, un lance-roquettes dans les bras, le lieutenant tira, manqua sa cible de peu, mais l'homme tira quand même. La Roquette partit et le lieutenant se fixa sur son siège, en espérant que le vaisseau tiendrait le choc. Pourtant, jamais la roquette n'atteignit son but, la Force? Sans aucun doute. Le souffle de l'explosion projeta en avant le vaisseau et Karasu perdit les commandes.

Qodu passa à l'arrière tandis que le Jedi tentait de stabiliser le vol du vaisseau. L'espion allait essayer d'enclencher le réacteur de secours. Revenant quelques minutes plus tard à son poste, le Jedi freina mais rien ne servit, même la résistance à l'air ne les sauverait pas. Le Jedi Sauta, et sans réfléchir bien qu'il pensait mourir, Alexandre fit de même. La chute l'entrainait inlassablement vers le vaisseau. Soudain, une puissante onde de choc attira le lieutenant vers une plateforme où le Jedi attendait. Le lieutenant lui atterrit dessus. Ils finirent au sol mais vivant tous les deux. Le lieutenant et le Jedi ne prirent pas le temps de se congratuler, ils coururent vers qodu. Il avait du atterrir fort. Le Jedi entreprit de le soigner puis ne tarda pas à le prendre dans ses bras et fila vers un élévateur. œil de faucon le suivit. Arrivé à l'élévateur, le Jedi déclara:

- Félicitations Œil-de-Faucon, j'ai rarement vu d'homme faisant part d'autant de courage… (Dante sourit légèrement avant de reprendre.) La République peut-être fière de vous avoir à ses côtés.

-Merci Maître Jedi, ce fut un honneur pour moi que de combattre aux côtés d'un homme tel que vous. Je pense que si la République peut être fière de m'avoir, elle l'est encore plus fière de vous avoir avec elle. Mais je pense que c'est notre espion que la République à de la chance d'avoir, on n'aura peut-être pas meilleur. Merci pour tout Karasu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn]

Revenir en haut Aller en bas

[TERMINE] C'est juste pour un renseignement... [PV Alexandre Saedlis, Dante Garvan et Cahir Quinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Coruscant [Empire] :: Sénat Galactique-