Partagez| .

Requiem & Symphonie [Ordre Jedi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 32

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Requiem & Symphonie [Ordre Jedi] Mer 5 Mar - 10:01


L'annonce qu'avait fait les derniers membres du Conseil Jedi repoussèrent Dante dans ses derniers retranchements. Lui qui n'avait guère l'habitude de parler devait le faire devant l'Ordre entier. Tous ceux qui était autrefois ses pairs le considéreraient bientôt comme étant leur supérieur. Grand Maître Jedi… Voilà ce qu'il était devenu. Ce fut non sans avoir posé de nombreuses questions qu'il fini par devoir accepter cet ordre direct. Il n'avait désormais plus le choix. Jamais celui que son padawan appelait Maître Garvan, n'avait ne serait-ce qu'un jour pensé prendre un siège au Conseil. Deux étaient désormais vides… La Paix, voilà ce qui émanait des Jedi. Toutefois, les fluctuations que Dante avait senti dans la Force ne furent finalement pas que de simples impressions. Un des Grands Maîtres avait disparu pendant une mission. Eleanor Yunstar. Celle-là même qui, malgré son jeune âge, l'avait fait accepter en tant que Maître de l'Ordre. Elle n'était désormais plus. Son corps ayant disparu sur une planète de la Bordure Extérieure, sa disparition se ferait sans même savoir si elle était retournée à la Force…

Plusieurs jours passèrent. Les Maîtres et padawans furent appelés par le Grand Conseil, et tous se rendirent sur Tython où ils étaient conviés. Les préparatifs se faisaient en silence, et seuls quelques Chevaliers un peu plus curieux que les autres osaient parler. Malgré tout, personne ne disait mot des raisons de leur présence ici. Les ordres du Conseil étaient clairs, tous devaient se rendre en temps et en heure au Temple Jedi.

Poussant les battants des portes de marbre de la salle du Conseil, Dante se dirigea dans une des salles où l'attendrait un de ses nouveau pairs. L'homme qui l'attendait, n'était autre qu'un de ceux qui l'avait vu grandir et devenir celui qu'il était désormais. Sa sagesse n'avait d'égal que ses paroles remplies de bontés. Il était pour tous le signe que quiconque pouvait obtenir une rédemption, aussi longue soit-elle… Des yeux clairs, un teint pâle et vieillissant, le Maître Syl'Torkan tendit une bure blanche à celui qui avait été par le passé un de ses padawans. Quittant sa tenue habituelle, l'homme se résigna à arborer cette tenue. Passant le bras droit dans la manche de cette bure qui serait désormais la sienne, il prit quelques secondes pour réfléchir à ce qu'il allait dire. Au moment où son Maître posa sa main sur épaule, Dante se senti remplit d'une force qu'il n'avait encore jamais connu.

Tout en finissant de s'habiller, le nouveau Grand Maître observa sa prothèse. Le Conseil, après lui avoir fait part de ses nouvelles fonctions au sein de l'Ordre, lui avancèrent une demande. Dante se devait désormais d'accepter d'autres membre en son sein. Plusieurs Maîtres Jedi avaient péris lors de la Grande Guerre contre l'Empire. Aussi, il devrait faire de ce nouveau Conseil, un triumvirat. Un ancien Chevalier Jedi qui passerait Maître sous peu serait la meilleure idée qui soit. Quand au second… Le Maître Del'Samael remplirait aisément les fonctions que Dante lui demanderait. Ses connaissances en technologie avancée offrirait aux Jedi une meilleur protection, et surtout, avec son aide, le Complexe qui avait été mit en place par leurs prédécesseurs pourrait enfin voir le jour.

Son sabre laser argenté attaché à la ceinture, l'autre qu'il gardait précieusement à ses côtés le rejoignit rapidement, et ce fut ainsi paré qu'il quitta la pièce suivit par son ancien Maître. Silencieux, le Maître Syl'Torkan se contenta de le suivre dans les couloirs du Temple Jedi. L'annonce qu'il devrait faire se déroulerait en plein centre du jardin. A l'endroit même où, jadis, bon nombre de décisions furent prises. L'emplacement n'avait pas été choisi en vain. Car, d'après les dires du Conseil, c'était à cet endroit même que la défunte Eleanor Yunstar aimait se reposer. L'absence du Grand Maître Aldrian Greystone fut rapidement expliqué à Dante lorsqu'il se vit arrêté à quelques mètres de l'endroit même où il commencerait à parler.
Un jeune Chevalier Jedi Twi'lek lui tendit une lettre. Ecrite de la main même du Grand Maître Greystone, elle décrivait les raisons de son absence. Mandalorien avant d'être Jedi, il désirait voyager avec son Clan par delà la Galaxie… Son départ fortuit ne rassura que moyennement le nouveau Grand Maître. L'Ordre Jedi venait de perdre deux membres éminents… Mais les Jedi se devaient de se relever à nouveau. Et une fois encore, refaire naître les prémices d'une Justice bafouée par les principes de l'Empire.

Après avoir remercié le Chevalier, Dante se tourna vers son Maître. Désormais, il ne l'était plus. Leurs rangs avaient été le même depuis plusieurs années déjà, malgré cela, le Grand Maître le considérait encore comme tel. D'un mouvement de la tête, le Maître Syl'Torkan invita son ancien padawan à gravir les marches de l'autel. Devant cet autel de pierre, l'Ordre Jedi au complet se tenait debout. Certains furent étonnés de voir un simple Maître Jedi monter ainsi pour leur parler, d'autre se turent, préférant attendre. Ca et là, Dante reconnu plusieurs Jedi qu'il connaissait… Le Maître Del'Samael et son padawan ; Hex Manhunter, qui, malgré sa taille semblait bien plus concentré qui n'importe qui ici ; Bahima Vulu, le Bith dont Dante avait reçu un jour pour en apprendre un peu plus sur lui ; et devant le mausolée, les cheveux noirs ébènes lui retombant de part d'autre du visage, deux yeux clairs fixant l'immense pierre recouverte d'un drap blanc, Elora Yunstar, l'enfant unique de la défunte Grande Maître…

Tour à tour, les membres du Conseil entourèrent Dante et, en quelques minutes à peine, tous furent réunis autour du cercueil de pierre. Même le Maître Syl'Torkan se tenait à ses côtés. D'un pas, le doyen du Conseil, un Myraluka aux cheveux gris s'avança et ouvrit les bras. Ses paroles furent simples et remplies de la sagesse qui faisait de lui ce qu'il était. Jamais personne ne l'avait entendu parler ainsi. Mais en ce jour funeste, il était temps que les choses changent, et que, malgré les actes passés, l'Ordre Jedi se devait de se relever…


- Vous qui êtes les représentants de l'Ordre Jedi ! Vous qui êtes les garants de la Paix et de la Justice dans la Galaxie ! Voyez celui qui, faisant preuve de la sagesse qui nous incombe à tous, s'est vu offrir la place qui est la mienne. Le Maître Garvan sera désormais Grand Maître de l'Ordre ! (Laissant se poser un silence, le doyen reprit.) Nous sommes ici pour faire nos adieux à celle qui fut à nos côté durant de très nombreuses années, Eleanor Yunstar. Malgré cela, nous devons nous relever ! Les Sith grandissent dans l'Ombre ! Mais nous autre Jedi, avons la Lumière à nos côtés ! Préservons la Justice et la Paix !

Puis, se tournant vers un Grand Maître habituellement laconique, le doyen invita Dante à s'approcher de l'assemblée et à prendre la parole. Calmement, il balaya les membres de l'Ordre du regard. Tous étaient ravis, tous attendait de lui qu'il soit aussi prévoyant et sage que ses prédécesseurs. Et ce fut ce que Dante leur offrit. Sa sagesse n'était plus à faire. Cette dernière ne venait pas avec l'âge, elle venait du fond de son âme, puisée au sein même de la Force. Ainsi, il parla de sa voix calme.

- La Force est ce qui nous réunis tous en ce jour ! Eleanor Yunstar fut une Grand Maître des plus avisées. Respectée et ce doit être avec tout l'honneur qu'elle mérite que nous devons lui faire nos adieux. Désormais retournée à la Force, elle sera à jamais avec nous.

Le Maître Syl'Torkan plongea son regard dans celui de Dante. Il devait désormais faire ce que tout Grand Maître se devait de faire. La preuve de sa loyauté à l'Ordre. Voilà ce que beaucoup attendaient encore. Détachant son sabre laser de sa ceinture, Dante le leva au ciel et en dévoila sa lame argenté à tous ceux qui le regardait. Rebaissant la tête et tout en laissant son arme juste au dessus du linceul blanc, le nouveau Grand Maître reprit la parole.

- Sous notre bannière, la Galaxie sera libéré du joug de l'Empire ! Et c'est en gardant en mémoire ceux qui nous ont précédés que nous pourrons construire notre futur ! Que la Force soit avec vous !

Restant impassible, Dante regarda du coin de l'œil les mouvement du doyen. Ce dernier était descendu avec les autres membre du Conseil, le laissant ainsi seul face à l'Ordre au complet. Un mouvement ce fit dans la foule. Ce fut en premier, que le Maître Syl'Torkan remonta vers Dante, et tout en l'imitant, dévoila la lame doré de son sabre et la croisa avec celle de son ancien padawan. Répétant ainsi les paroles que Dante venait de prononcer, il jurait à son tour de faire régner la Justice et l'Ordre dans la Galaxie. Chacun, à son tour faisait de même. Du padawan venant d'obtenir son premier sabre laser, au doyen qui offrit un sourire rempli de sympathie à Dante. L'Ordre en entier y allait de sa parole, mélange de tristesse pour certains, à des paroles de joies pour d'autre.

A la fois rempli de joie et de tristesse, les membres de l'Ordre firent leurs adieux à celle qui était pour beaucoup, un Mentor, une amie, voir parfois plus. Derrière ces visages souriants, Dante ressentait une gêne non négligeable. De plus, à ses yeux, il manquait une personne de grande envergure, une de celle qui devait se trouver à leurs côtés actuellement… Le père d'Elora Yunstar…
Revenir en haut Aller en bas
Hex Manhunter
Padawan Jedi
Padawan Jedi
avatar
Messages : 24
Âge réel : 29

Feuille de personnage
Âge: 12 ans
Armes: Sabre-Laser
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Requiem & Symphonie [Ordre Jedi] Jeu 6 Mar - 10:27

De retour à Tython si peu de temps après en être partit, le petit Hex ne savait pas comment réagir quand il entra dans ses anciens quartiers. Ces derniers n'avaient pas été réassigner depuis son départ, signe de la désolation causée par la guerre contre l'Empire. Le nombre des Jedi n'avait cesser de diminuer depuis l'avènement d'un nouveau Seigneur Noir au sommet de la hiérarchie impériale, sans parler des Siths. Néanmoins, même si la situation pouvait paraître mauvaise, le jeune homme-loup n'était pas troublé par ça. L'histoire de la galaxie avait montrer que l'ordre Jedi ne pouvait être annihiler. Qu'il s'agisse de l'Empire de Palpatine ou des invasions extra-galactiques, la Force trouvait toujours des représentant du côté lumineux. Non, si le padawan était dans l'expectative, c'était à cause du motif de son retour. Son mentor, Maître Garvan avait été convoqué par le Conseil. Comme le disait son ancien précepteur : une telle demande était rarement le signe d'une bonne nouvelle. Or, ce fut le cas cette fois :Dante était devenu Grand Maître de l'ordre.

Sur le pas de la porte de sa chambre, Hex observa le lit dépourvu de drap et la petite commode qui lui servait de mobilier. Il ne savait pas coin penser. D'un côté, il était très content pour son maître. Ce dernier allait devenir une grande figure de l'Ordre et il le méritait amplement. Le Shistavanéen sentait son précepteur prêt à assumer une telle fonction avec sagesse. De l'autre, les nouvelles responsabilités d'un Grand Maître allait sans doute prendre beaucoup de temps à son mentor, lui en donnant moins pour entraîner le Louveteau. Dans ses pensées, celui-ci s'approcha de sa commode et passa sa main dessus, en levant la petite pellicule de poussière qui l'avait recouvert depuis son départ. Il soupira, ferma les yeux et fit le vide dans son esprit. Il réalisa alors que la situation avait beau changer, son objectif personnel restait le même : devenir un Chevalier Jedi. Peu importe si cela devait prendre une années ou deux plus, il continuerait à s'entraîner pour atteindre son but.

Se fendant d'un sourire, Hex rouvrit les yeux. Son maître lui avait appris les bienfaits de la patience et, même s'il lui arrivait souvent d'être aussi énergique qu'une puce, le Louveteau avait retenu quelques unes de ses leçons. Maintenant, il pouvait passer au seconde problème auquel il faisait face. Son mentor serait introduit à son nouveau poste durant la cérémonie funéraire d'un Grand Maître ; Eleanor Yunstar. Tout l'ordre Jedi serait présent, exception faite de Tad Jee, l'ancien mentor du Louveteau, qui devait voyager aux limites de la galaxie. Il était donc impossible pour le jeune homme-loup de venir habillé comme d'habitude. Sa tenue quotidienne allait mieux à un contrebandier se rendre à une rixe de cantina qu'à un Padawan de l'Ordre Jedi, d'où sa présence dans son ancienne chambre. D'un longue inspiration, il ouvrit le premier tiroir de sa commode, découvrant une bure d'apprenti beige parfaitement pliée.

Il la sortit alors du meuble et la posa sur le lit. Il suivit par un pantalon et une ceinture, le tout fourni par l'Ordre dès son arrivée. Et voilà d'où venait le problème. Hex avait mit cette tenue une ou deux fois seulement depuis son arrivée au Temple. Ne projetant pas de s'en servir, le Louveteau n'avait même pas fait de rajustement de taille. Il était donc fort probable que la tenue soit un peu trop petite pour un petit gars en pleine croissance. le Shistavanéen entreprit donc de prendre ses affaires et d'aller se changer dans sa cabine à bord du vaisseau de Maître.

Quelques minutes avant le début de la cérémonie, Hex arriva dans la salle en compagnie de son Dante, mais se sépara vite de lui pour aller rejoindre la foule. Par chance, il pu enfiler sa tenue. Ses bottes cachait le fait que son pantalon faisait maintenant bermuda et il devait pas lever les bras trop haut s'il ne voulait montrer son nombril velu aux autres, mais il l'avait mit sa bure. Il avait même retirer son casque, dévoilant sa paire de pupilles rouges complètement écarquillées. En effet, jamais dans sa vie, le Louveteau n'aurait cru voir autant de Jedi dans une même pièce. Il aurait bien aimer immortaliser un telle assembler sur l'HoloNet pour montrer aux ennemis de l'Ordre qu'ils étaient encore loin d'avoir gagné.

Placé dans les premiers rangs en raison de son lien avec Maître Garvan, Hex resta silencieux et concentrer tout du long de la cérémonie. Il sourit aussi à son mentor quand ce dernier prit la parole et mit discrètement son pouce en l'aire pour le soutenir. Il s'arrêta néanmoins assez vite. Il ne connaissait pas vraiment le Grand Maître Yunstar et il ne voulait pas irriter ses proches en faisant le pitre. Le Louveteau avait entendu parler d'elle bien sûr, mais il ne lui avait jamais parler ou vu en personne, sauf s'il était trop jeune pour s'en souvenir. Néanmoins, il se réjouissait pour elle. Après tout, elle ne faisait plus qu'un avec la Force et deviendrait une partie de tous les êtres en lien avec la Force. Il y avait bien longtemps que le jeune Shistavanéen avait apprit que la mort n'était pas la fin. Il savait que si un être chère disparaissait, il resterait à jamais à ses côtés par la Force.

S'en suivit la seconde partie de la cérémonie où, un par un, les Jedi vinrent saluer la dépouille de Maître Yunstar avec son sabre laser. Hex fut parmi les premiers à passer. Il ne savait pas trop quoi dire et savait qu'avec sa tenue trop courte et son petit sabre vert, il ferait beaucoup moins impressionnant que les membres du Conseil ou son Maître. En parlant de lui, le Louveteau lui fit un léger signe de la tête en arrivant devant le linceul. Il dégaina ensuite son sabre, l'alluma et répéta le geste des autres Jedis. Il en profita pour déclarer avec sa voix de gamin :

"L'existence de l'Ordre est lié à l'existence de la Force. C'est pour ça que la galaxie pourra toujours compter sur les Jedi pour lui apporter la Paix et la Liberté. Que la Force soit avec vous !"
Revenir en haut Aller en bas
Bahima Vulu
Maitre Jedi
Maitre Jedi
avatar
Messages : 41
Âge réel : 22

Feuille de personnage
Âge: 52
Armes: Sabre laser simple à manche courbe, cristal orange
Alignement: Neutre-Lumineux
MessageSujet: Re: Requiem & Symphonie [Ordre Jedi] Dim 16 Mar - 8:59

    La nouvelle de la mort d’Eleanor Yunstar était arrivée il y a peu au Temple Jedi de Tython, où j’enseignais depuis la fin officielle de la guerre. Mes camarades Jedi avaient semblé bouleversés. Pour ce que je savais d’Eleanor Yunstar, car je l’avais rencontrée pendant la guerre et elle m’avait accepté de nouveau dans l’Ordre, c’était une Grand Maître très puissante, et apparemment profondément respectée. Il fallait dire qu’elle était indéniablement respectable. Je n’avais que rarement rencontré de manipulateurs de la Force aussi habiles, et elle était probablement l’un des seuls êtres qui m’eussent jamais mis quelque doute quant à mon propre potentiel, que je savais grand. A ce que j’en savais, elle était très inspirée par les enseignements de Revan et possédait même des objets lui ayant appartenus. Une femme très intéressante, à n’en pas douter, mais même elle ne m’avait tout de même pas jugé digne d’accéder aux savoirs les plus jalousement gardés de l’Ordre, ce qui, en sus de ne pas vraiment m’avoir plu, m’avait conforté dans l’idée d’une certaine étroitesse d’esprit Jedi qui m’avait fait quitter l’Ordre il y avait dix ans.

    A ce que j’avais compris, l’homme qui remplacerait les deux Grands Maîtres disparus (puisqu’Aldrian Greystone avait rejoint ses Mandalores de congénères pour partir à l’aventure, selon la rumeur) était un Maître encore bien jeune, pas même trentenaire, l’ancien apprenti du vieux Syl’Torkan, si ma mémoire ne me trompait pas : Dante Garvan. Celui-ci, en effet, m’avait reçu et interrogé sur ma vie, ce qui n’était pas vraiment habituel. J’avais passé des épreuves très codifiées encadrées par des Maîtres. Manifestement, j’allais devenir Maître moi-même, enfin. Devoir me cantonner à être Chevalier et me voir interdire un savoir immense, alors que je n’en ferais évidemment pas usage pour soumettre la galaxie à ma seule puissance ou je ne savais quoi, m’avait, il fallait le dire, non pas blessé dans mon estime de moi-même, mais frustré, même si j’avais du mal à l’admettre. Accéder à la bibliothèque des Maîtres serait de plus grand intérêt, je l’espérais. J’aurais bien aimé avancer dans mon apprentissage du Haut Sith. Les lexiques de runes étaient limités, au niveau de Chevalier, à cause du prétendu Côté Obscur qui serait à l’œuvre à travers ce langage, et auquel seul les Jedi les plus chevronnés savaient résister. Superstitions. Le Haut Sith, langue des manuscrits et holocrons Sith les plus admirables, était une langue extrêmement complexe et fascinante qui mettait durement à l’épreuve mon intellect, ce qui n’était pas peu dire, toute fausse modestie ridicule mise à part. Et puis, bien sûr, les Maîtres avaient accès à des holocrons formidables qui enseignaient les techniques de Force les plus complexes. En attendant, j’avais tout de même de quoi m’occuper, entre les quelques jeunes apprentis sans Maîtres qu’il fallait former aux fondements de l’Ordre, mon propre entraînement (après ces quelques années sans véritable combat au corps à corps, il fallait que je retrouve ma pleine expertise au sabre et mes manières de duelliste), l’entretien de ma virtuosité musicale, et bien sûr mes spéculations sur la nature des midi-chloriens. Malheureusement, mes expériences étaient au point mort, car je ne trouvais plus de questions dont les réponses pouvaient être apportées par notre science, du moins pas à ma connaissance.

    Et voilà que je me trouvais aux funérailles de Yunstar, comme toute la clique Jedi, rappelée des quatre coins de la galaxie pour assister à cette cérémonie. Cette mesure m’avait vraiment paru étrange. Faire cesser le maintien de l’ordre pour une crémation, alors même qu’il n’y avait aucun corps ? Quelle sottise était-ce là ? Avait-on jamais vu ça en tant de crise pour l’Ordre ? J’en étais parvenu à la conclusion, en participant aux préparatifs, puisque j’étais de réserve au Temple de Tython, que cette inhumation servirait à remonter le moral des troupes. Il fallait bien avouer que nos rangs étaient bien minces, ravagés comme ils l’étaient par la guerre. J’en fus frappé quand je me retrouvai au milieu de l’assemblée, et ne pouvait pas même en nommer le quart, alors que j’avais formé par dizaines et dizaines de jeunes apprentis, avant de quitter l’Ordre il y avait dix ans. Ran Jukan, pour qui j’étais le mentor qui l’avait ramené parmi les Jedi, était encore là, survivant, l’air bien moins niais qu’au temps où je lui avait brisé les genoux (j’étais encore assez brutal, à l’époque) pour qu’il m’écoute et se rende pleinement compte de la stupidité dont il avait fait preuve en tentant d’aller aider, seul, des camps entiers de réfugiés sous contrôle Hutt, sur Nar Shaddaa, il y avait bien des années déjà. Ah ! Les Sith étaient souvent asservis à leurs passions, mais les Jedi, surtout les plus jeunes, étaient souvent d’une arrogance incroyable, s’imaginant capable de réparer et de rendre heureuse toute la galaxie, quand ils ne savaient pas se rendre heureux eux-mêmes ! Je reconnaissais les vieux Maîtres, le doyen Miraluka (déjà Maître dans mes souvenirs d’enfance), Syl’Torkan, le taciturne Valaqil’Del’Samael et sa chaise neimoidienne… Du beau monde en perspective, mais pourquoi, mille rancors ?

    Nous nous étions placés en beaux rangs réguliers, tous grades mélangés. A vrai dire, nous étions plutôt placés par taille et par affinités, afin que tous puissent voir ce qui se passait sur l’autel de pierre et que les Maîtres ne soient pas loin de leur Padawan, si bien que j’étais dans les derniers rangs, puisque je faisais près de deux mètres et que de Padawan, je n’avais plus depuis des années. Même si la cérémonie me paraissait d’une vanité terrible, j’étais assez séduit par l’esthétique ancienne du cadre, de cette assemblée clairsemée de Jedi, dernier rempart de… de quoi ? Le doyen Miraluka prononça les mots de Justice et de Paix, ce qui me fit bien rire. Croyait-il vraiment à ce qu’il racontait, ce vieux « sage » ? L’Ombre, la Lumière… Pour avoir picoré mes pouvoirs dans les deux, j’étais bien placé pour ne plus croire à ces choses. Pourquoi fallait-il qu’ils essaient de nous bourrer le crâne à coups de mots vides et vains ? Nous étions des érudits et des adjuvants pour les plus faibles, certes, mais nous étions avant tout des guerriers hors pair, et il était ridicule d’essayer de dire le contraire. Nous étions des Chevaliers Jedi, par les mille astéroïdes d’Alderande ! La paix n’était malheureusement pas de notre ressort, quand bien même je le souhaitais ardemment. On n’impose pas la paix comme on impose la guerre, surtout quand on refuse tout pouvoir politique. Quant à la justice, ce vieux Maître savait-il seulement de quoi il parlait, alors qu’il nous déblatérait des énormités aussi grosses que la Lumière et l’Obscurité ? Il faudrait que je lui pose la question, à l’occasion… J’en avais assez de ce manichéisme imbécile, et si vraiment les Jedi voulaient rendre hommage à une femme qui avait trouvé de grandes choses dans l’enseignement de Revan, l’un des Chevaliers les plus ambiguës de l’histoire de l’Ordre, peut-être faudrait-il qu’ils réfléchissent un peu plus avant de déclamer n’importe quoi sur deux « Côtés » et de se donner des grands airs, comme s’ils étaient les seuls à connaître ce qu’était la Force.

    Néanmoins, j’appréciais ces grands airs. Les sabres levés, les paroles comme psalmodiées… On se serait cru dans un bel holofilm, un peu désuet sur le fond, mais qui ne perdrait rien de son esthétique. Un conclave Jedi dans un vieux temple, à allumer leurs lames et rendre les derniers hommages à leur cheffe tombée pour en consacrer un autre, le nouvel espoir, qui dégainait fièrement, au-dessus de sa jeune tête, un beau sabre argenté. Mais où avait-il trouvé ce magnifique cristal ? Peu importait. En tout cas, j’avais vu juste par deux fois : on avait bel et bien nommé Garvan Grand Maître, et la cérémonie était là pour nous remonter le moral en nous gonflant l’ego. C’était plutôt réussi, à vrai dire. A travers la Force, je sentais une certaine exaltation symphonique mêlée d’un sublime chagrin dans l’assemblée, qui se confirma quand nous commençâmes notre défilé au-dessus du linceul, comme si tous y allaient chanter l’un après l’autre. Chacun montait les marches de l’autel, plaçait son sabre comme pour adouber la morte au corps absent, et prononçait les paroles de son choix. Certaines étaient plutôt amusantes, d’autres malheureuses, d’autres pleines de morgue. Les Maîtres les plus fameux y allèrent de leurs grands mots les premiers, puis vinrent les autres, dans le désordre, Padawans, Maîtres, Chevaliers. J’étais dans les derniers, mais quand vint mon tour, je n’avais pas vraiment réfléchi à quoi dire, tant la besogne me paraissait superficielle. Je gravis les marches de l’autel, grande et fine silhouette théâtrale dans mes robes et bure noires, fit jaillir mon sabre orange, le plaçai au-dessus du linge blanc et lançai mon hommage, qui était sincère, mais ne s’adressait pas vraiment à la défunte. Feue Yunstar méritait le respect de son vivant, mais elle n’était plus. Qu’elle ait rejoint la Force ou que tout cela soit une vaste et hasardeuse spéculation de plus, ce n’était pas à elle qu’il importait de parler, c’était aux autres.


      - Nous ne vous regretterons pas, car les Jedi ne s’abandonnent pas aux regrets, mais vous avez donné un bel exemple à beaucoup ici, à mon humble avis. Puissante, ferme, intelligente et ouverte à la connaissance, vous étiez une femme d’action et une femme de savoir. Si toutefois vous êtes dans un quelconque au-delà, sachez que votre vie, si elle s’est achevée durant des heures sombres pour votre Ordre, aura au moins eu l’utilité de donner à vos successeurs un modèle à suivre, ou au moins à admirer. Adieu, Eleanor Yunstar. Puissiez-vous, comme vous le souhaitiez je pense, ne faire qu’une avec la Force.

    Je rengainai ma belle lame sombre et chaude, puis regagnai à grands pas ma place dans l’assemblée. Et maintenant, qu’est-ce que ces honorables vieux Maîtres allaient nous faire faire ? C’était en des occasions comme celle-ci que j’aurais aimé faire jouer mon orchestre, celui que j’avais monté sur Naboo. Mais Naboo, nous l’avions quittée, et mon orchestre ne devait plus compter beaucoup de vivants. Il faudrait que je demande à Garvan l’autorisation d’en reformer un. J’avais découvert des endroits à l’acoustique magnifique sur Tython, où j’allais régulièrement jouer. J’avais même déjà commencé à donner des cours de musiques aux quelques Jedi qui en souhaitaient en temps de conflit. Il était amusant de voir comme ces gens qui prétendaient défendre la galaxie et comprendre le monde se trouvaient bien embêtés une fois une clarinette Bith entre les mains. La Force pouvait aider le musicien, mais l’art était avant tout un labeur des plus ardus, et que les puissants ne maîtrisaient pas mieux que les autres. Un labeur qui pouvait donner des fruits tout aussi beaux que la Force. N’était-ce pas fascinant, cette capacité à créer le sublime là où auparavant, il n’y avait rien ? Malgré tout leur mysticisme, cette faculté échappait trop souvent aux Jedi, et plus encore aux Sith, qui n’étaient que rarement portés sur la contemplation. Qu’en avaient-ils à faire ? La musique n’apportait aucun pouvoir concret, seulement du beau, un beau sans moralité.

Revenir en haut Aller en bas
Elora Yunstar
Padawan Jedi
Padawan Jedi
avatar
Messages : 56

Feuille de personnage
Âge: 12
Armes: sabre laser simple à lame verte
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Requiem & Symphonie [Ordre Jedi] Dim 16 Mar - 11:12

Tout c'était passé si vite depuis l'annonce de la disparition d'Eleanore Yunstar. Mais moi je l'avais su bien avant que quelque chose de grave était arrivée à maman. Mais je n'avais rien pu faire cette fois. Cela faisait quelques jours que nous étions arrivée sur Tython avec papa et depuis je n'avais pas quitter la chambre qui m'avait été allouée. Maman n'aurait pas voulu ça, je le savais, mais ma tristesse était trop grande. J'avais l'impression d'avoir un grand vide en moi. J'avais sentit qu'il allait se passer quelque chose, mais je n'avais rien pu faire. A quoi bon avoir une affinité si exceptionnelle pour la Force et ces visions si ce n'était pas pour pouvoir empêcher que les choses arrivent ? Je versai encore des larmes alors que j'enfilai ma tenue de padawan. Il s'agissait juste d'une tunique et d'un pantalon beige. J'enfilais la bure de couleur marron et ma paire de bottes. Je me regardai dans le miroir se trouvant dans ma chambre et vit les cernes sous mes yeux.

Cela faisait plusieurs jours que je dormais très mal, revoyant en rêve les visions que j'avais eu juste avant que maman ne disparaisse. J'haussai les épaules. De toute façon que pouvais-je y faire. J'essuyai les larmes qui roulaient encore sur mes joues. L'heure de la cérémonie funèbre approchait à grand pas. Je ne savais pas si j'allais avoir la force d'y assister. Je n'avais pas vu papa de la journée, mais je savais que la disparition de maman l'affectait autant que moi voire peut-être même plus. En mon fond intérieur je me demandais pourquoi elle était partit en mission. Pourquoi n'était-elle pas rester sur Lehon avec moi et papa ? Je pensais que jamais je n'arriverais à me remettre de sa disparition. Elle avait toujours était là pour moi, en tant que mère mais aussi en tant que Maitre.

Je brossai mes longs cheveux noirs et y accrocha la broche que mon père m'avait offerte pour mes dix ans. Je regrettai cette époque là, l'époque où on résidait encore sur Naboo. Moi qui avait toujours aimé aller me baigner dans les lacs quand je n'avais pas de cours. Cela me manquait beaucoup même si j'avais beaucoup apprécié la chute d'eau sur Lehon. En fait, cette époque tranquille me paraissait si lointaine. Tout avait tellement changé en seulement deux ans. Je regardais encore une fois l'holo-photo de maman. Elle me manquait terriblement. Puis ce fut l'heure. J'avais espéré que papa vienne me chercher, mais visiblement ce ne fut pas le cas. J'aurais voulu qu'il soit avec moi, me prenant la main et me rassurant par sa présence. Mais il était absent. Allait-il seulement venir ? N'allait-il pas partir lui aussi, me laissant seule ici ?

Je rejoignis les autres sur le lieu de l’inhumation. C'était une inhumation sans corps car on n'avait rien retrouvé sur le lieu de la mission de maman. Tous les jedis étaient présents et malgré ma tristesse cela me faisait chaud au cœur de voir que ma mère était très appréciée parmi notre Ordre. Je savais qu'elle avait été une grande jedi et j'avais toujours voulu lui ressembler. Mais maintenant qu'elle n'était plus là, je ne savais pas si j'allais y arriver. Alors que le doyen de l'Ordre prenait la paroles, expliquant les raisons de notre présence ici, mes yeux se fixèrent sur l'immense pierre recouverte d'un drap blanc. Ses derniers s'embrumèrent alors de larmes. Je ne comprenais pas pourquoi ils avaient remplacé maman aussi vite. Voulait-ils l'oublier ? Moi je savais que je ne voulais pas l'oublier. Je comprenais les paroles que le Miraluka disait, mais j'avais l'impression qu'elle ne me touchait pas tellement ma peine était grande. Puis le nouveau Grand Maitre prit la parole à son tour. Il fit alors les éloges de ma mère, leva son sabre laser argenté et prononça quelques paroles. Puis chacun passa les uns après les autres.

Je regardai autour de moi afin de voir si mon père était présent, mais ce n'était pas le cas. Je commençai vraiment à me demander s'il allait venir ou s'il avait quitté Lehon. Un padawan Shistavanéen passa derrière Dante et prononça les même paroles puis ce fut un bith que je n'avais jamais vu encore. D'autres passèrent ainsi les uns derrière les autres. Puis ce fut mon tour. Mais je dus faire un gros effort pour que mon corps décide de bouger. Cette épreuve était vraiment très dure pour moi. Je me retrouvais devant ce gisant. Personne ne savait ce que la Grand Maitre était devenue, mais moi je ne la sentais plus à travers la Force. Elle avait réellement disparu. Je décrochait mon petit sabre vert et l'allumai. Puis je le plaçais sur celui des autres. Je pris la parole d'une voix entrecouper de sanglots, mes yeux chargés de tristesse :


" Je sais que tu as rejoins la Force, mais je ne sais pas si j'arriverai à devenir comme toi alors que tu n'es plus là. Je sais que le code dis : il n'y a pas de Mort, il y a la Force. Mais c'est très dur à accepter. J'aurais tellement voulu que tu ne partes pas en mission. Je ne veux pas t'oublier. Tu as été une maman super géniale et un très bon Maitre. Maman, tu me manques beaucoup."

Je laissai alors les larmes que je retenais rouler sur mes joues. Je n'avais que douze ans et je venais de perdre ma mère. Je n'avais aucune honte de montrer ce que je ressentais en ce moment. Je ne pouvais pas cacher mes émotions et les contrôler était trop difficile pour moi. Puis, toujours de cette voix tremblotante de chagrin, je prononçai le serment :

"Sous notre bannière, la Galaxie sera libéré du joug de l'Empire ! Et c'est en gardant en mémoire ceux qui nous ont précédés que nous pourrons construire notre futur ! Que la Force soit avec vous ! "

Je laissai les larmes couler sur le linceul blanc qui couvrait l'énorme pierre. Je n'osais plus bouger et restai le regard fixé sur le gisant. J'aurais tellement voulu que mon père soit présent auprès de moi...
Revenir en haut Aller en bas
Tirésias G. Liffey
Chevalier Jedi
Chevalier Jedi
avatar
Messages : 46
Âge réel : 23

Feuille de personnage
Âge: 29 ans
Armes: Sabre laser, canon portatif, blaster, couteau-outil en phrik
Alignement: Neutre-Lumineux
MessageSujet: Re: Requiem & Symphonie [Ordre Jedi] Mer 26 Mar - 10:04

[Sous les conseils de Dante, je poste avant Yan. Désolé pour ceux que cela gênent!]

    Serait-il venu jusqu'ici dans d'autre condition ? Idéalement, l'homme aurait répondu oui mais bien entendu, il était difficile de faire le déplacement à chaque fois qu'un frère ou qu'une sœur disparaissait. Pourquoi était-il là ? Un peu en retrait par rapport aux autres, il se rappelait de la personne pleurée aujourd'hui, l'ancien Grand Maître... Cette pensée faisait pleurer son cœur innocent dans son torse blessé et pour l'occasion, et surtout si loin de la zone où le Conseil l'envoyait d'habitude, le shistavanéen se permettait de redevenir quelques instants un être sérieux et solennel. Tout d'abord la capuche, enfin le masque qui était solidement accroché au niveau de sa ceinture, sur l'extrémité hostile de son sabre laser éteint, de quoi libérer son épaisse chevelure grise et exposer sa truffe aplatie et pleine de cicatrice, les veines de métal qui parcouraient son corps ne laissaient aucun doute sur sa nature aujourd'hui mécanique mais il savait que d'où la principale intéressée était, elle savait à quoi il pouvait avoir ressembler. Eleanor avait atteint ce rang un an après que Tirésias soit devenu chevalier et ait décidé de partir en pèlerinage pour retrouver des liens qu'il pensait gâché avec la Force, il n'avait jamais abandonné sa vocation de jedi mais s'était juste fait plus discret jusqu'à ce qu'il y a un an sur Endor où la guerre l'avait forcé à se remontrer au grand jour, plus mature que dans ses propres souvenirs et plus puissant, plus apte à protéger... Vraiment ? Pourquoi était-il là à serrer les lèvres comme un enfant esseulé alors que dans son champ de vision s'étendait une pierre froide couverte d'un drap aux couleurs de la pureté et de l'Ordre ? Il ne devait pas être triste, ni avoir de regret comme l'avait si bien dit le maître Vulu et pourtant... Oui. Le chevalier restait un éternel enfant, cherchant une présence rassurante dans la Force dans l'atmosphère qui lui semblait trop lourde, chose normale pour l’occasion dirons-nous.

    Ce qui sauvait l'homme-loup était le doyen du Conseil qui arrivait avec son monologue qui était à la fois court et long, juste parfait. La surprise de l'annonce du nouveau Grand Maître ne faisait pas sursauter le chevalier qui dévisageait rapidement Dante sans animosité, comme le découvrant avant de s'incliner dans sa direction peut-être sans que personne ne s'en aperçoive mais c'était là une marque de respect à laquelle il tenait particulièrement, le faisant pour l'intention plus que pour la considération dont il pouvait hériter de la part de ses collègues qui étaient pour la plupart un peu plus proche du centre de l'assemblée. Les mots sur les Sith ne semblaient pas atteindre directement Tirésias qui, réfléchi, se recueillait en silence en préférant oublier un instant la guerre quoiqu'en vue de son sérieux reconnu, celle-ci allait bientôt reprendre sa place légitime dans ses neurones comme dans ses programmes qui comblaient une de ses hémisphères depuis qu'un tir de blaster l'avait meurtri à ce niveau. Justice et Paix, le jedi comme la machine était bien d'accord sur le sujet et acquiesçait la conclusion du doyen sans rien dire, les bras bientôt croisés et cachés dans les manches de son manteau brun.

    Une file semblait se faire, sage et belle, chacun renouvelait son pacte avec Dante, dévoilant leurs armes élégantes en le prenant pour exemple quant aux mots. C'était entre deux padawans intrigués et paniqués que Tirésias trouvait sa place, un léger sourire lui échappant lorsqu'il les rassurait à voix basse, prenant les devants en dépassant celui qui le précédait, décidé de montrer l'exemple comme son rang lui demandait et décidé également à faire ce que son âme lui dictait de faire.

    Cette lame orangée, longue même pour un géant comme lui et qui laissait un mince filet de vapeur fuir, il en pointait l'extrémité vers son supérieur en cherchant dans son cœur la Force, celle qui habitait tout ceux présents ici, parlant de la même voix que celles qui s'étaient faites entendre auparavant, que ça soit il y a quelques secondes ou bien quelques siècles. La sincérité éternelle d'un fervent membre de l'Ordre.

      « - Que la Force soit avec nous ! »


    Ramenée près de son visage, le laser diminuait rapidement jusqu'à disparaître intégralement dans le manche extraordinairement long du cyborg qui maintenait pendant une légère période l'extrémité brûlante de l'arme près de ses lèvres, soufflant la fumée avec des mots doux, un léger sourire triste aux babines alors qu'il avouait sans le dire qu'il faisait parti de cette partie en deuil, davantage que la masse heureuse d’accueillir un nouveau dirigeant bien que cela aussi était avoué, Dante réconfortait le chevalier en face de lui qui prononçait quelques mots timides, discrets.

      « - Peu importe où vous soyez, que la Force vous garde près d'Elle, Grand Maître Yunstar, et à jamais... »


    Tirésias pouvait se sentir idiot mais il n'en était rien, il y avait enfin cette joie qui montait en son être lorsqu'il y repensait. Cette sœur se retrouvait mélangée au Tout, atteignait une forme d'immortalité où il espérait qu'elle se plairait. Derrière lui, des padawans prouvant que l'ancien Grand Maître avait été merveilleuse et ça, c'était encore une raison de sourire bien que les crocs du loup restaient cachés, par respect lorsqu'il s'éloignait du monument funéraire pour laisser aux autres le droit de saluer une dernière fois Eleanor. Si les pensées du chevalier allaient bien entendu vers cette dernière, lentement, elles allaient vers tous ses jedis et particulièrement vers l'enfant unique, le père de Elora n'échappant pas aux bénédictions muettes de la bête qui s'écartait pour rejoindre les rangs, le sabre à nouveau à la ceinture et les lèvres scellées, tremblantes de temps à autre.

    Les mots de la gamine... Le grand loup semblait se figer pour mieux l'entendre, les oreilles légèrement levées et un sourire plus large sur le museau. Elle pleurait, se forçait à continuer son discours avec difficulté et le jedi s'imaginait la réaction de l'ancienne cheffe si elle avait été spectatrice, les bras encore croisés alors que sa propre gorge se serrait, s’interdisant aux mêmes sanglots. Parmi les gradés, si on pouvait les nommer ainsi, il y avait le maître Bahima qui, bien que respectueux, était restait froid et de l'autre côté, il y avait ce chevalier qu'était Tirésias, parvenant à peine à ne pas fondre en larmes. Heureusement pour lui, une main s'abattait sur son épaule, celle d'une twi'lek qui l'attirait vers elle pour une étreinte amicale, le forçant à se pencher vers l'avant à cause de la différence flagrante de taille.

      « - Larse... »


    Un échange de regard et celui du borgne mécanique bifurquait vers son ancien maître, échange qui quant à lui le forçait à se redresser soudainement. Le moment était aussi le moment des retrouvailles visiblement mais Tirésias restait distant, attendant de digérer la morgue présente, bras croisés et visage tordu vers Dante et Elora, allant jusqu'à ignorer les petits bruits de ses parts mécaniques qui indiquaient que son vaisseau et les différents programmes qu'il abritait lui envoyaient des résultats ou se questionnaient encore sur son absence prolongée.

    Mais il n'y avait plus d'interrogation pour le chevalier, juste une certitude qu'il se murmurait à lui-même, comme fier du conclave en face de lui, conclave dont il était bien entendu l'un des protecteurs.

      « - ... Une maman super géniale. Je n'ai aucun doute là-dessus. »
Revenir en haut Aller en bas
Yan Stryver
Chasseur de Primes Professionnel
Chasseur de Primes Professionnel
avatar
Messages : 64
Âge réel : 25

Feuille de personnage
Âge: 35
Armes: E-17D LongBlaster, S-5 Heavy Blaster Pistol, Sabre Laser à Poigné Courbée Rouge
Alignement: Neutre-Obscur
MessageSujet: Re: Requiem & Symphonie [Ordre Jedi] Mer 26 Mar - 19:20

Et voilà que la vie de Yan changea pour le pire… Eleanor, la femme qu’il aimait tant, la mère de sa merveilleuse fille, disparue dans le temps de le dire. Tout ceci avait commencé avec les cauchemars d’Elora, un signe qu’il n’avait pas pris assez au sérieux assez vite. C’était des visions qu’il aurait dû prendre en compte beaucoup plus tôt, pendant qu’il pouvait encore contacter Eleanor. Maintenant, il n’y avait plus rien à faire… Il était trop tard. Pourquoi elle n’avait rien dit à son départ? Il se questionne encore. Est-ce un test? Est-ce quelque chose pour qu’il fasse ses preuves? Il n’en avait pas la moindre idée. Il ne savait pas quoi penser de ce qui venait d’arriver. Ceci le tourmentait depuis la nouvelle... Et en plus, sa fille n’en était pas mieux…

Le chasseur prit une grande respiration, assit contre un tronc d’arbre. Il avait une cérémonie en l’honneur d’Eleanor plus tard, pour se remémoré de ses grands exploits et de lui rendre honneur. Yan savait qu’il devait être présent, non pas vraiment pour lui-même, mais pour Elora. Sa fille aurait besoin de tout le support moral qu’elle peut avoir… Et sans sa mère, elle ne lui restait pas grand personne autre que lui, le père. Deux ans après son temps avec les Siths… A reconstruire ce que lui et Eleanor avait avant qu’il se laisse tenter à la chaire de cette Sith. Un dur coup, un qu’il avait plus ou moins bien gérer. La mort serait presque mieux que de savoir qu’elle était simplement disparue… Au moins il pourrait avoir la paix de savoir qu’elle était avec la Force.

Il regarda à côté de lui, voyant les robes plier de Jedi… Il avait considéré, depuis la disparition, de ranger ses blasters et terminer les contrats de chasse pour être là pour sa fille. Ce serait out un changement, et après quelques discussions auprès des gens des conseils, ils avaient considéré de lui faire une place parmi eux si il en était capable de passer quelques tests… Pouvait-il le faire? Il ne le savait pas, mais il devait essayer. Pour elle… Pour la mémoire d’Eleanor. C’était un de ces plusieurs durs choix qu’il devait prendre… Une qu’il espérait aller lui apporter un peu de paix… Mais allait-il vraiment le faire? C’était où sa tête se perdait… C’était ce qui le fit hésiter d’y aller à la cérémonie.

============================================

Yan se tenait la tête haute dans les couloirs du temple, marchant en direction de la salle de cérémonie. Il avait décidé, avec une longue séance de méditation et de contemplation de ses choix, d’arborer une tenue simple. Il n’avait pas enfilé les robes Jedi, pas encore. Mais il n’avait aucun équipement de chasse et s’était même rasé la barbe et attaché ses cheveux proprement. Il ne voulait pas ressembler à un sale devant ces Jedi et surtout sa fille. Il allait se présenter devant des gens qui décideraient s’il serait accepté parmi l’Ordre… Il ne jouerait pas avec la chance qu’il a en ce moment… Tout de même, il porta un sabre à la ceinture, mais elle était d’une lame rouge, alors le garderais ranger.

Il s’arrêta devant les portes qui servaient de frontière pour la cérémonie… Bien qu’il ait réussi à se mettre dans un état serin… il avait encore ce pincement au cœur, une qui ne savait pas comment allait développer. Il regarda les portent un long moment, prenant une grande respiration et puis avança pour les ouvrirent le plus silencieusement possible, entrant et les refermant derrière lui. Se retournant vers les gens assemblés, il prit une autre grande respiration… C’était rare de le vois même un peu nerveux, mais c’était un de ses rares moments. Il vit les Jedi autour du drap blanc… Et déjà, il craqua légèrement. Il n’y avait pas de corps pour la représenter… Mais l’impact et la réalisation de la chose sembla maintenant se formé dans la tête…

Le chasseur avança tout de même, ignorant même les mots étant dit parmi les gens, cherchant Elora du regard… Il devait la rejoindre plus tôt mais il avait resté dans un état de confusion plus tôt… De pensée profonde. Il se demanda encore pourquoi il ne l’avait pas rejoint avant… Mais il était là maintenant, il allait rester tout le long de la cérémonie… Il le devait bien et il le voulait grandement. Il trouva sa fille, en larmes, encore quelque chose qui le craqua juste un peu plus… Il essayait de garder une affiche calme, mais c’était dure maintenant… Ce n’était pas pareil qu’u contrat… Loin de là.

Il marcha jusqu’au côté de sa fille, s’agenouillant près. Et là, la première larme tomba sur sa joue. Il leva ses bras pour prendre Elora, la serrant doucement. Elle était maintenant ça vie, tout ce qu’il le tient encré dans cette galaxie. Il ne savait pas ce qu’il pourrait ressentir si jamais elle disparaissait aussi… Il ne voulait pas y penser, mais c’était quelque chose qui avait déjà commencé à le hanter. C’est pour ça que sa présence était plus qu’important… Pour sa santé psychologique et pour elle. Il chuchota quelques mots à sa fille, quelques larmes coulant avec.


«Désoler d’être en retard… Je me suis laissé prendre par mes pensées.»

Il se décolla un peu pour regarder dans les yeux de sa petite. Il voulait essayer de mettre un sourire, la réconforter… Il ne trouva pas les mots, terminant dans une tristesse profonde. Il se retint de simplement tombé au sol en sanglot. La réalité était dure… Ça commençait à siphonner son calme peu à peu. Il reprit Elora contre elle, ses yeux sur l’autel. Il ne savait pas quoi dire ou quoi faire d’autre que de garder la jeune fille dans ses bras, à vivre leur souffrance…
Revenir en haut Aller en bas
Dante Garvan
Grand Maitre Jedi
Grand Maitre Jedi
avatar
Messages : 448
Âge réel : 32

Feuille de personnage
Âge: 28 ans
Armes: Sabre laser argenté, 2 tonfas laser, une épée géante en beskar
Alignement: Lumineux
MessageSujet: Re: Requiem & Symphonie [Ordre Jedi] Ven 28 Mar - 5:11

HRP:
 

Le silence qui s'était imposé à l'Ordre entier, faisait de cette réunion un respect sans limites à la défunte autant qu'au nouveau Grand Maître. Peu avait étés ceux qui avait parlés lorsque tout un chacun se mit en place pour saluer la pierre au drap blanc autant que Dante. Le plus naturellement du monde, ce fut le doyen des Jedi qui croisa le premier le sabre argenté. Son regard profond plongea dans celui qui était désormais son égal. Sans avoir besoin de le faire, les mots se mirent à glisser entre eux à travers la Force. Puis, lentement, l'Ordre entier vint saluer les deux êtres.

Tandis que le Conseil se tenait aux côtés de Dante, ce fut Hex qui ouvra pratiquement la marche. Tous les rangs étaient confondus. Dante reconnu un Maître, ce dernier suivit par son padawan, et pour fermer la marche juste avant Hex, un Chevalier… Ici, personne ne considérait autrui comme inférieur à lui. Tandis que le nouveau Grand Maître répondait aux salutations et autres phrases prononcé en hommage à Eleanor Yunstar, il ne quittait pas des yeux son padawan.

Il avait quitté sa tenue habituelle et ses lunettes rondes, et l'avait même troquée pour une bure beige, symbole de leur Ordre. Le jeune Shistavanéen semblait des plus mal à l'aise. Son pas nonchalant avait laissé la place à une démarche bien plus stricte et presque robotique. Sa tenue semblait ne plus convenir au jeune padawan. Amusé par cette image Dante lui sourit légèrement lorsque la lame verte de son petit sabre laser s'éclaira aux côtés de la sienne. Ses paroles, remplies de joie autant que de gentillesse, firent sourire le Maître qui le précédait.


"L'existence de l'Ordre est lié à l'existence de la Force. C'est pour ça que la galaxie pourra toujours compter sur les Jedi pour lui apporter la Paix et la Liberté. Que la Force soit avec vous !"
- Que la Force soit avec toi aussi jeune Hex.

Une immense fierté emplie le corps de Dante lorsqu'il regarda son padawan quitter l'estrade. Aussi jeune qu'il fut, la Force qui émanait de cet homme-loup possédait une réelle puissance. Un jour, il prendrait certainement sa place. Tout du moins, celle qu'il possédait au Conseil le jour de leur rencontre. Dante voyait en ce jeune padawan prometteur, un futur Maître Jedi. Ce dernier, à son tour, formerait des novices sur la voie de la Force. Puis ce fut un autre padawan qui imita les paroles de Hex en saluant le nouveau Maître. Ils n'étaient plus beaucoup de Jedi actuellement. Après la guerre contre l'Empire, nombreux étaient ceux qui avait péris.

Toutefois, l'Ordre s'était une nouvelle fois relevé contre l'Empire et les Sith. La présence de ses membres ici-même démontrait bel et bien à quel point, les Jedi désiraient continuer le combat. La preuve en était que depuis peu, certains Chevaliers dont les actes étaient décriés par les plus conservateurs s'étaient vu offrir le poste de Maître Jedi… Ce fut par ailleurs le cas de l'homme qui s'approcha de Dante d'un pas mesuré. Ce dernier, fier représentant du peuple Bith, s'approcha un peu plus du Grand Maître. Une lame orangé émana du manche de son sabre laser, et il la croisa à l'argentée. Les deux épées se frôlèrent d'assez près pour que quelques étincelles n'apparaissent au dessus du linceul blanc. Fus-ce un signe du destin ou simplement une raison inconnue… Mais la Force traversa les deux hommes au même moment. Lorsque le Maître Vulu ouvra la bouche, Dante compris qui prendrait la place restante au Conseil… Ce serait nul autre que lui.


- Nous ne vous regretterons pas, car les Jedi ne s’abandonnent pas aux regrets, mais vous avez donné un bel exemple à beaucoup ici, à mon humble avis. Puissante, ferme, intelligente et ouverte à la connaissance, vous étiez une femme d’action et une femme de savoir. Si toutefois vous êtes dans un quelconque au-delà, sachez que votre vie, si elle s’est achevée durant des heures sombres pour votre Ordre, aura au moins eu l’utilité de donner à vos successeurs un modèle à suivre, ou au moins à admirer. Adieu, Eleanor Yunstar. Puissiez-vous, comme vous le souhaitiez je pense, ne faire qu’une avec la Force.

Le sabre laser fini par s'éteindre. Et tout en silence, le Bith abandonna la stèle à celle dont Dante voyait les larmes retenues, rougissant ses joues. Elora Yunstar, la fille de la défunte Grande Maître. Celle-là même dont le père s'était présenté il y a peu au Conseil. Enfante d'une Jedi et d'un Chasseur de Prime… Fille d'un amour qui avait fait verser de nombreuses larmes sur Naboo… Ce fut sans la quitter des yeux que Dante observa le moindre de ses gestes. La souffrance qui vivait en elle n'était ni due à la Force, ni même aux sentiments. Elle avait ce vide puissant, s'engouffrant sans son être et son âme comme le froid d'Arkania dans les os. Elle souffrait, tout simplement.

" Je sais que tu as rejoins la Force, mais je ne sais pas si j'arriverai à devenir comme toi alors que tu n'es plus là. Je sais que le code dis : il n'y a pas de Mort, il y a la Force. Mais c'est très dur à accepter. J'aurais tellement voulu que tu ne partes pas en mission. Je ne veux pas t'oublier. Tu as été une maman super géniale et un très bon Maitre. Maman, tu me manques beaucoup."

Les larmes qu'elle retenait finirent par s'écouler sur un visage blême de tristesse. Abattue, Dante ne pouvait réagir sans lui porter atteinte. Il se devait de rester droit et fier. Car tel était son devoir désormais.

"Sous notre bannière, la Galaxie sera libéré du joug de l'Empire ! Et c'est en gardant en mémoire ceux qui nous ont précédés que nous pourrons construire notre futur ! Que la Force soit avec vous ! "
- Le futur est écrit dans les pas de ceux qui nous ont précédés Jeune Yunstar.

Dante l'avait volontairement appelée par son nom. Ainsi, rien qu'avec sa présence, elle faisait perdurer les espoirs et le nom de celle qui fut la Grande Maître de l'Ordre durant des années. Prostrée devant le linceul, la jeune fille y resta immobile pendant plusieurs minutes. Passant tout à côté d'elle, un géant à moitié droïde se mit à saluer à son tour le linceul et le Grand Maître. Tout comme le Maître Vulu, son arme était orangée et brillait d'un feu étrange. Les mots qu'il eu furent tout autant pour la mère que pour la fille. Touchant les Jedis qui se trouvaient autour dans leur âme.

« - Que la Force soit avec nous ! Peu importe où vous soyez, que la Force vous garde près d'Elle, Grand Maître Yunstar, et à jamais... »

Laissant la fillette seule devant la pierre, le Chevalier droïde les quitta. Dante le suivit du regard tandis que la majeure partie des Jedi quittaient les lieux, un homme s'avançait. ses cheveux noir attachés sur sa nuque, il scindait le reste de l'Ordre de sa présence. La Force qui émanait de lui n'était ni bonne ni mauvaise. Tendant par moment vers la lumière, parfois vers les ténèbres. Le père d'Elora Yunstar… Le Grand Maître ne l'avait vu qu'une seule fois lors de sa demande d'audience auprès du Conseil… Mais c'était bel et bien lui. Il avait certes échangé sa tenue de Chasseur de Prime pour celle de Jedi, mais l'homme en était pourtant bel et bien reconnaissable.

Après avoir éteint son sabre laser, Dante resta droit comme un roc et observa l'homme qui s'approchait d'un pas calme de la pierre. Les regards des Jedi qui quittaient l'endroit ne le quittèrent pas non plus. Dénués d'animosité, ils étaient plus remplis d'étonnement et de curiosité. Seuls les membres du Conseil finirent par l'inviter à monter. A peine s'était-il approché de sa fille que l'un et l'autre s'enlacèrent tendrement. Voyant cela, Dante regarda le doyen et deux Maîtres s'approchèrent de la stèle. Chacun d'un côté de cette dernière, ils se mirent à replier le linceul qui recouvrait la pierre. Désormais nue de toute chose, elle trônait comme un astre solitaire en souvenir d'un passé désormais révolu.

Le linceul passa d'une main à une autre et fini entre celles de Dante. Le nouveau Grand Maître en place s'agenouilla vers les deux êtres dont la tristesse semblait ne pas avoir de limite, et prit la parole en leur tendant le linceul. Reprenant ses habitudes, Dante ne dis que quelques mots.


- En souvenir de celle qui fut à vos yeux l'être le plus cher au monde.

Tandis que le linceul alla aux mains de Yan, Dante se releva, et passa à côté d'eux. Le Conseil ne pouvait être capable de les aider en de pareilles circonstances. Désormais, l'un et l'autre savait ce qu'il avait à faire. Elora serait la padawan d'un autre Maître… Quand à Yan, des épreuves l'attendait s'il désirait rejoindre l'Ordre… Mais tout ça se déroulerait ailleurs… Et en d'autres circonstances.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Requiem & Symphonie [Ordre Jedi]

Revenir en haut Aller en bas

Requiem & Symphonie [Ordre Jedi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Tython [Jedi] :: Temple Jedi-