Partagez| .

Dans le bureau Impérial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Dans le bureau Impérial Jeu 5 Avr - 0:59

BG Général :

Les troupes Républicaines ont commencé leur rassemblement sur Coruscant. Les meilleurs vaisseaux, ainsi que les soldats les plus entraînés, et volontaires pour la plupart, se regroupent sur les stations de décollage inter spatiales. Objectif : Kuat. Mission : secourir la chancelière que les Impériaux ont habilement capturé quelques semaines auparavant. Pourquoi tant de temps ? Tout simplement pour laisser le temps aux Républicains de s’organiser convenablement afin de ne pas courir au suicide. Mais d’un autre côté, les Impériaux se sont eux aussi regroupés et préparés pour combattre sur leurs terres, là où ils sont avantagés.

Pourtant, à l’approche des navettes Républicaines, les forces Impériales semblent bien maigres. Les navettes de déploiements de troupes n’ont aucun mal à se poser sur la planète tandis que divers chasseurs Républicains tiennent tête au peu de croiseurs Impériaux chargés de défendre la planète. Est-ce une manœuvre de l’Empire ? Le gros de troupes spatiales sont-elles cachées dans les environs, attendant le moment opportun pour frapper à grand coup ? Mais les Républicains n’ont pas le choix. La survie de leur chancelière et de leurs espoirs reposent entre leurs mains. A peine les navettes posées au sol, les troupes débarquent, accompagnées des Maîtres Yunstar et Ombrelune qui se chargent dès le début d’organiser les troupes et de les motiver. Parmi les Républicains, certains sont assez connus pour leur bravoure et leurs actes héroïques. C’est le cas d’Ahsio Nes et de Chakaëlle qui, malgré leurs compétences, décident tout de même d’écouter les Jedi. Au final, les troupes se séparent. Il est trop dangereux de partir en masse et de tomber dans une embuscade qui pourrait s’avérer fatal.

Du côté Impérial, les troupes s’organisent aussi. L’homme de confiance de l’Empereur, responsable de l’enlèvement de la chancelière, supervise lui-même la bataille et motive ses troupes. Lukan Reige, Grand Amiral et stratège brillant indique le plan d’attaque et la manœuvre à suivre. A ses côtés, l’Amiral Eolia Erices, est chargée de le seconder. Bien que les Impériaux soient motivés, ils ne sont pour la plupart pas de taille contre des Forceux. Pourtant, dans l’ombre, observant toute cette agitation, 3 paires d’yeux guettent leurs alliés et se préoccupent d’avantage de leurs ennemis de toujours, les Jedi, que de l’organisation Impériale. Ayant une vue d’ensemble sur la planète, les Impériaux se séparent eux aussi afin de bloquer l’avancée Républicaines.


BG Individuels :

Dans le bureau de l’Empereur, Liam D. Kuran semble observer la venue des troupes Républicaines à travers une grande baie vitrée. Avec un sourire affiché sur son visage, il semble se délecter de ce qui se passe sous ses yeux. Tout se déroule comme prévu et bientôt, l’Empire remporterait une victoire éclatante sur les troupes Républicaines. Du moins, c’est ce qui semble être prévu. Dans son dos, la chancelière, Leelou E. Valtym est assise sur une chaise, fermement menottée et dans l’incapacité de se libérer sans aide. Rien n’est laissé au hasard et la chancelière est à la merci de son pire ennemi, celui qui menace la paix depuis plusieurs mois. Il ne reste plus qu’à savoir si les troupes Républicaines arriveront à temps …

Ordre de passage (pas très compliqué) : Leelou puis Liam.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dans le bureau Impérial Ven 6 Avr - 1:41

Voilà déjà quelques semaines que la Chancelière avait pour toute compagnie les représentants des pièces maitresses de l' échiquier impérial, dans lequel sa propre unité avait indéniablement était mise hors jeu. Interminables et fastidieuses, ces longues heures à subir les caprices de l' impétueuse volonté d' autrui avait fatalement criblé sa fierté de ce poids infernal qui était cet intolérable rôle de trophée que la ysanna s' efforcer de supporter du plus profond de sa contenance, mais la politicienne savait préserver avec acuité la maitrise de son sang froid.

Et maintenant que la ysanna sans dire mot jaugeai froidement de ses noisettes imperturbables les épaules de celui qui avait décidé de la ravir de l' implication de ses fonctions, elle tachait de ne pas accorder d' audience au rictus de suffisance qui s' était inexorablement affiché sur le faciès de l' Empereur. Qu'il s' assoit confortablement dans la pénombre rassurante de son orgueil ! Quand bien même s' il advenait que cette bataille soit un échec pour la République, les défenseurs de sa cause perduront malgré la probabilité de la défaite ! Et assurément c'est d' autant plus résolu et révolté qu'ils se soulèveront envers et contre leur arrogance !

C' était en ces termes, qu' assise et menottée dans le siège imposé que Leelou Ely' Ja songeait sombrement, son regard tourné gravement vers ce paysage en guerre qui se dévoilait devant elle au travers de la baie vitrée de l' office dans lequel elle se situait, gardant son air fermé sur ses traits du haut de son allure fière mais sereine. Car, bien que profondément contrariée, enfiellée contre cet homme qui non loin d' elle se postrait dans la plénitude de son œuvre, la politicienne s' abstenait sciemment d' illustrer sa rancoeur. C' est que la Chancelière avait gardé une certaine hargne contre ce dernier. Lui qui avait provoqué une nouvelle guerre qui allait dès lors saccager et déchirer à nouveau la galaxie, lui qui avait fomenté son talion envers son État par orgueil du pouvoir, lui avait tonné l' ordre de semer la mort ...

Cependant, la ysanna ne laissait en rien son amertume apparaitre, préservant son sang froid de par de son calme apparent, et son estime pour ses alliés. Et c' est de ce ton froid et distant qui n' enlevait guère son inflexibilité mais qui laissait percevoir une légère hauteur de complaisance, que Leelou s' adressait à son unique locuteur ...


- Votre manœuvre vous satisfait elle ?


L' Empereur semblait fort confiant en son plan, et c'est avec suspicion que Leelou Ely' Ja en était intriguée, s' interrogeant sur la teneur de son oeuvre à venir. Qu' avait donc planifié ses hommes de main pour présenter autant d' outrecuidance ? Néanmoins, la Chancelière gardait sa force de conviction et son estime pour sa propre armée. Si le plan apparent de l' Empire pouvait laisser croire en une finalité favorable pour ses ravisseurs, ses pourfendeurs de paix, Leelou ne doutait guère de l' ingéniosité de ses généraux, et encore moins de l' audace des troupes républicaine.


- Est ce donc dans le seul but de participer à votre succès que vous m' aviez conviés ?
Revenir en haut Aller en bas
Liam D. Kuran

avatar
Messages : 232
Âge réel : 29

Feuille de personnage
Âge:
Armes: Deux sabres lasers à lames rouges
Alignement: Obscur
MessageSujet: Re: Dans le bureau Impérial Ven 6 Avr - 2:56

Le spectacle qui s’offrait aux deux protagonistes était plutôt intéressant. A peine les navettes républicaines posées, les tirs de blasters commençaient à fuser dans tous les coins, éclairant de leurs faibles lueurs les rues de Kuat. Du haut du QG Impérial, avoir une vue sur tout ce qui se passait n’était pas difficile. C’était donc dans un silence profond que Liam observait le spectacle qui se déroulait sous ses yeux. Les ordres avaient été donnés, et ils étaient clairs. Tant pis pour les retardataires qui n’auraient pas la chance d’en réchapper. Cette bataille permettrait de tourner la page de la nouvelle histoire qui était en train de s’écrire. La lutte éternelle entre deux camps rivaux, que tout oppose, ou presque … Au final, l’Empire et la République n’étaient pas si différents que ça. Chacun se battait en suivant ses propres convictions, en étant persuadés qu’ils étaient dans le juste. Et lorsque deux convictions fortes s’affrontent, indéniablement, une guerre éclate. Et c’est celui qui dispose de la plus forte conviction qui remporte la victoire. Victoire qui lui permettra par la suite de diriger et de soumettre.

Mais le silence de la pièce fut vite troublé par la voix cristalline de la chancelière. Devant ce spectacle, l’Empereur en aurait presque oublié sa présence. Avec un léger sourire, il finit par se tourner vers elle et l’observa, menottée, impuissante, devant regarder la défaite de ces troupes avant de comprendre l’inéluctable. La République ne pourrait pas gagner cette bataille. A l’instant même où les troupes s’étaient posées sur Kuat, leurs destins s’était mis en marche vers une boucherie sans nom. Car si on compare les troupes Républicaines et Impériales, une grande différence les oppose : leur humanité ! Les Républicains étaient des hommes, qui avaient une famille, une vie personnelle et professionnelle et qui, plus que tout, aspiraient à rentrer vivants chez eux. Les Impériaux n’étaient que des clones, issus de la planète Kamino qui ne disposaient rien de tout ça. Ils n’avaient qu’une conscience professionnelle et un seul mot d’ordres : mourir pour l’Empire. Personne ne les attendait, ce qui ne causait de tort à personne. Ils pouvaient mourir, cela n’affecterait personne. Ils n’étaient que des pions que l’on pouvait remplacer. Seules les têtes pensantes, les généraux étaient pour le moins importants.

De sa voix sombre et glaciale, Liam entreprit de répondre à son invitée :


« Je ferais un bien piètre hôte si je ne vous laissais pas observer ce qui se passait ! Vos hommes vont mourir pour vous, vous qui n’êtes qu’une simple femme. Mais pour eux, vous êtes l’avenir, l’espoir. Vous donnez aux gens ce qu’ils n’ont pas et vous leur offrez une vie meilleure … »

Personne n’était irremplaçable. Si quelqu’un mourrait, certes, cela laissait place à beaucoup de tristesse. Puis cette tristesse se transformera en regret, puis en souvenir, avant de tomber dans l’oubli. Un être humain était bien peu de choses face à l’immensité de la galaxie. A quoi bon vivre, si cela se terminait par une descente aux enfers et que le monde entier vous oubliait ? L’être humain peut être comparé à une étoile, qui brille inlassablement dans l’obscurité, peinant désespérément pour être visible aux yeux des autres. Mais comme les étoiles, les êtres humains sont seuls. Ils sont entourés d’autres qui leur ressemblent mais aucun ne se préoccupe de l’autre. Ils ne font que briller égoïstement, sans se rassembler, au milieu de l’obscurité … Mais pourtant, une lumière attire l’attention des regards : l’astre lunaire. Cette lune qui nous fait lever les yeux au ciel et qui nous permet de remarquer que des étoiles sont là et qu’elles aussi, elle tente de briller. L’Empire voulait être cet astre lunaire, cette puissance qui ferait remarquer à tout le monde qu’un potentiel sommeille en chacun de nous.

Après cette pensée philosophique et comparative, Liam se posta devant la chancelière :

« Une question me démange tout de même. Pourquoi ces hommes viennent risquer leurs vies pour vous ? Qu’est-ce qu’il y gagne ? Je pourrais vous tuer tout de suite, cela ne les empêchera pas d’élire quelqu’un d’autre … Les Républicains ne savent pas réfléchir. Ils n’ont pas pensé un seul instant que vous n’étiez qu’un appât qui les conduirait tout droit dans un piège … »

Liam sourit, d’un sourire froid et amusé. Tout cela avait été prévu bien à l’avance. Il était évident que, une fois la chancelière capturée, les troupes Républicaines viendraient la sauver. Et plusieurs semaines s’étaient écoulées depuis l’enlèvement. Bons nombres de préparatifs auraient pu être entrepris par l’Empire pour accueillir les potentiels sauveurs de la chancelière. Au final, ils ne représentaient qu’un grain de poussière. Ils se débattront, s’accrocheront à ce qu’ils peuvent, avant d’être soufflés par le vent impérial. Le regard froid de Liam se posa sur son invitée, et, en hôte respectable, prit la parole :

« Souhaitez-vous vous rafraîchir un peu ou manger quelque chose avant de continuer notre petite discussion ? Vous comprenez, avoir une telle personnalité devant moi, mon cœur bondit à l’idée que vous puissiez répondre à toutes mes interrogations ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dans le bureau Impérial Sam 7 Avr - 2:47

L' Empire pouvait bien avoir des idées de grandeurs. Ainsi, voulait elle briller ? Scintiller dans le firmament stellaire afin de s' illustrer sous une même et vaillante entité ? Elle pouvait bien remporter sa victoire en cet instant même ! Jamais son règne ne perdurait. Elle ne brillerait pour s' étioler dans la fatalité de sa sombre destiner. Chacun succombait à la Tentation d' être vu ? À vouloir flamboyer trop fort, un astre attise la convoitise d' autrui. Et de part la puissance qu' elle se prônait ! L' élitisme qu' elle engendrait ! Il devenait indéniable qu' elle s' étoufferait d' elle même, aveuglée d' outrecuidance dans une confrontation qui ne divergerait guère de celle qui s' annonçait. Elle oubliait que la galaxie était bien plus vaste qu' un simple astre autour duquel gravitaient dans la voute céleste des éclats de lumières ! Ces fins fragments de clarté s' étaient par eux même regroupés dans le ciel, organisés en systèmes, coordonnées en d' innombrables galaxies dont la teinte diversifiait la teneur de leur propre splendeur ...

Alors oui ! Parce que la République offrait la possibilité à chacune d' entre elle de luire de son propre éclat … Nous étions divisés. Aussi, nous n' avions guère d' astre suprême qui appelait l' œil ! Un leurre qui interpellait sciemment nos esprits à rejoindre sa majesté. De cette sournoiserie, on en oublie celles qui parsèment son sillage qui finissent alors en décoration secondaire sur lequel nos regards se tournent négligemment sans grandes attentes ... Alors oui ! … Nous étions divisés ! Divisés, certes ! Mais en centaines de milliards d' étoiles qui s' exprimaient ! Certaines étaient plus loin que d' autres, de ce fait leur intensité s' en voyait diminué. Néanmoins, elles n' étaient pas oubliés ! La République ! Elle ! En unifiant chacune d'entre elle, en louant l' intensité de chacune, tendait à éblouir l' univers dans une clarté commune, une lumière fine car non agressive pour le regard, mais nous somme là, amplement visible. Que chaque parcelle de lumière garde son propre éclat, c'est ensemble que nous brillerons !



Leelou Ely' Ja toisa avec hauteur son interlocuteur, le dévisageant froidement de ses prunelles vives, n' affichant pas la moindre peur sur ses traits fins et délicatement dessinés. Attentive, la Chancelière l' écoutait parler de sa voix hivernale, alors que l' Empereur avançait de sa démarche impérieuse, avant de s' arrêter devant la politicienne qui éleva fièrement le menton afin d' imposer ses noisettes sur le regard de ce dernier qui semblait s' étonner du dévouement des troupes républicaines. D' ailleurs, la ysanna ne pu retenir un rictus dédaigneux lorsqu' il estima une éventuelle candeur dans les mœurs de la République.


- Vous vous montrez bien présomptueux, nous croyez nous si imprudents ? Comme vous même, aviez du le faire avec vos officiers, toutes les possibilités de manoeuvre ont du être observé et pesé. Si les forces armées républicaines sont aujourd' hui à vos portes, c' est uniquement parce que mes généraux ont pu coordonner un plan assez élaborer afin d' annihiler et de contrer cette possibilité de traquenard ! D' ailleurs, vous devriez vous défier d' un ennemis qui vient sciemment dans un piège alors qu' il a eu tout le temps de se préparer ... Sous-estimez la République, tord vous en ferra ...


L' empereur pouvait prétendre ce qu' il voudrait, Leelou El'y Ja avait entièrement confiance en son armée, et ce n' était pas maintenant après ces longues semaines d' attentes qu' elle allait perdre espoir en elle. Ses généraux étaient tous des tacticiens d' excellences ! À l' ingéniosité croissante ! La ysanna n' avait encore jamais été déçut de leurs idées ou de leurs plans. Et si le fait qu' elle soit actuellement menottée dans le bureau même de la plus haute instance de ses belligérants puisse faire douter de ces dernières implications, la Chancelière savait éperdument que ses officiers ne sombreraient pas dans ce piège de l' évidence ! Détournant finalement ses yeux afin de les poser sur la baie vitrée, la Chancelière entama posément la suite de sa réponse de son ton calme, dénuée de toute agressivité et pourtant emprunt de fermeté.


- Ce n'est pas moi en tant que personne qu' ils viennent chercher. Autant que vous, de mes hommes, je n' en ai jamais vu la moitié. La plupart ne doivent connaitre que le nom et la fonction qui me rattache à eux ... Alors pourquoi viennent ils tout perdre pour une simple et même personne ? Parce que nous ne sommes pas des lâches qui délaissent un outrage ! C 'est parce que nous sommes assez forts pour aller affronter de face notre ennemi lorsque le besoin s' en fait ressentir, tout comme aujourd' hui, bien que je porte en moi le regret des pertes à venir ... Néanmoins, qu 'est ce qui vous porte à croire que c'est pour moi que les forces républicaines viennent ?


S' interrompant lors d' un instant, un léger sourire s' installa sur les traits de la Chancelière, répondant ainsi à celui de l' Empereur, puis continua de sa verve naturelle sur sa lancée afin de clore dans un ton sérieux qui laissait pourtant sous entendre une légère provocation peu contenue ...


- À quoi bon venir pour moi seule ? Vous l' avez dit vous même ... Je suis remplaçable, mais tant qu' à débarquer sur Kuat, ne serait il pas plus intéressant d' amputer l' Empire en arrêtant son haut dignitaire, à savoir vous ? Vous qui en ordonnant mon enlèvement avez engendré une nouvelle guerre et irrité les moeurs de mes généraux ? ... Cependant, j'ai le regret de vous dire que vous n' aurez pas l' opportunité d' être menotté dans mon propre bureau afin d' observer le paysage de Coruscant ... J'ai bien trop de travail pour me permettre de m' occuper du divertissement des prisonniers politiques que nous avons en détention ...


Lorsque cet empereur qui lui faisait effrontément face posa enfin sur elle son regard de glace,c' est assurément sans ciller, ni laisser apparaître la moindre Hésitation, que Leelou soutint son expression abyssal, refusant de s'abaisser devant tant d' arrogance, n' affichant qu' un air distant et inflexible avant de lui répondre avec le plus grand sérieux d' un ton qui se voulait poli malgré l' expression qui éveillait ses prunelles ...


- Non, sans façon. Gardez pour vous vos victuailles, je vous pries.


Leelou lui lança un regard de défi, elle ne comptait guère boire un verre alors que des hommes partaient mourir en son nom propre et pour les valeurs de la République. Sans dévier ses yeux de l' homme qui la détenait, la ysanna eu un faible soupir, se demandant ce que dissimulait sincèrement cette soi disante Fascination qui s' illustrait d' amertume. Détournant enfin le regard pour s' intéresser aux défilements des vaisseaux républicains, Leelou finit par souffler ce sarcasme ...


- Si votre coeur se démontre si prompt par ma présence, je serais ravie d' éclairer votre esprit de la lueur de mes Révélations ...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Liam D. Kuran

avatar
Messages : 232
Âge réel : 29

Feuille de personnage
Âge:
Armes: Deux sabres lasers à lames rouges
Alignement: Obscur
MessageSujet: Re: Dans le bureau Impérial Mer 11 Avr - 4:15

Il fallait l’avouer, les troupes républicaines avaient eu un certain culot en posant le pied sur Kuat. Et il était évident que, même s’ils venaient chercher la chancelière, une grande partie de leur attaque consisterait à détruire usines et chantiers impériaux afin de priver l’Empire de sa force de frappe. Et cela, Liam l’avait très bien compris. Il avait préparé ses troupes et sa flotte en prenant en compte ce point. Ainsi, même si les dommages causés par la République seraient énormes, ils seraient totalement insignifiants. Certes, le temps de reconstruire toutes les usines prendraient certainement du temps mais la majeure partie de sa flotte était entre de bonnes mains, celles de son commandeur. Ce qui permettrait à l’Empire de faire face à d’éventuels coups durs de suite de cette attaque inopinée et suicidaire.

Liam trouvait le comportement de son invitée assez amusant. Même dans cette situation, elle s’arrangeait pour rester fière, impassible et à défier le regard de l’Empereur. Visiblement, elle ne savait pas où elle se trouvait et en présence de qui. Si pour le moment, Liam était quelqu’un de particulièrement gentil, il n’avait pas capturé la chancelière pour l’inviter à prendre le thé. A terme, il comptait bien obtenir des informations un peu plus importantes sur les prochains mouvements de la Républiques, les places fortes républicaines et les éventuelles faiblesses que pouvaient contenir telles ou telles structures. Et ils feraient tout cela très rapidement avec, s’il le faut, les meilleures souffrances possibles, sans la tuer. Disons que, pour le moment, la petite vue sur Kuat lui donnait assez de gaieté pour ne pas s’attaquer à Leelou.

Sans la quitter des yeux, Liam sembla amusé par chaque paroles de son interlocutrice. Visiblement, ses généraux étaient assez intelligents et doués pour trouver les failles de son piège, ce qui expliquait la présence des troupes Républicaines sur la planète. Le simple fait que ses adversaires soient là montrait tout simplement la faiblesse de ses généraux à entr’apercevoir une stratégie digne de ce nom. Liam ne perdit pas du temps à répondre à la provocation inutile de la chancelière. Le temps leur dirait qui est le vainqueur. La stratégie des généraux républicains ou la sienne, qu’il avait mises en place avec ses généraux à lui.

Mais voilà qu’elle émit une hypothèse intéressante. Ses troupes ne seraient pas là pour elle mais en partie pour lui. Une araignée continue toujours de vivre, même avec des pattes en moins. L’Empire était une araignée avec une multitude de pattes. Ses pattes représentaient les hauts gradés, ce qui permettait à l’Empire de se déplacer et d’avancer. L’Empereur était en quelque sorte la tête de l’araignée et il suffisait de trancher la tête de cet insecte pour le tuer définitivement. Les troupes Républicaines en avaient donc après la tête pensante de l’Empire, celle sans laquelle aucune décision ne pourrait être prise. Tout en restant calme devant cette fameuse nouvelle, Liam ne laissa rien transparaître de son amusement. Visiblement, même les hommes ne comprennent pas qu’il ne faut pas envoyer des moucherons attaquer une araignée sous peine de se faire dévorer. C’est donc en utilisant un timbre de voix presque inaudible qu’il souffla :


« Vous n’avez donc rien remarqué … ? »

Sans sourciller, il tourna le dos à la chancelière pour poser son regard sur la baie vitrée. Le combat faisait de plus en plus rage dehors et il était certain que, pour le moment, aucun camp n’avait l’avantage sur l’autre. Les Républicains étaient aidés par les Jedis tandis que les Sith prêtaient main forte aux Impériaux. Enfin, il ne fallait pas trop se hâter sur la sympathie des Sith à les aider. Après tout, ce n’était que des simples humains maniant des lasers et qui se croyaient au dessus de tout. Même si Liam avait eu une formation Sith, il ne se considérait plus comme tel. Il ne rendait aucun compte à l’Ordre mis en place depuis peu et son cœur se sentait davantage Impérial que Sith. Son côté obscur, il l’utilisait pour montrer sa puissance et sa détermination au monde. Jamais il ne laisserait dire qu’une victoire à été gagnée grâce à la puissance Sith de l’Empereur. Ce pouvoir, cela n’était rien d’autre qu’une forme de magie, pas un culte. Il finit par s’installer de nouveau en face de la chancelière qui, visiblement, était prête à être d’humeur bavarde avant de prendre la parole :

« Dites-moi … En quoi sommes-nous si différents ? Empire, République … Nous nous battons tous les deux pour défendre des idéaux qui nous sont propres. Vous pouvez très bien prétendre que les manières diffèrent mais … N’êtes-vous pas en ce moment même sur nos terres, en train de saccager une culture que les habitants ont mis des siècles à bâtir ? Vos soldats viennent et détruisent tout sur leurs passages, sans se soucier de ce qu’il y a aux alentours. Et pour quelles raisons ? Parce que vous êtes sur la planète-mère Impériale ? Votre mentalité n’est pas très développée. Contrairement à nous qui avons fait tous les efforts possibles pour garantir la sûreté des populations. Si vous vous étiez rendue sur Coruscant, cela aurait pu se passer en douceur … »

Il se tut un instant pour reposer son regard sur la baie vitrée afin de regarder où en était le combat. Il se demandait d’ailleurs si un groupe de Républicains avait pu forcer le barrage devant le QG ou pas. Aucune importance, personne n’arriverait à lui de toute façon. Du moins, pas dans l’immédiat. Il reporta son regard sur la chancelière avant de reprendre :

« Il faut vraiment que vous m’éclairiez … Empire et République ne sont que des camps. Il suffirait que le plus faible soit absorbé par le plus fort et on pourrait créer une entité unique, une organisation supérieure en termes d’ordres et de disciplines. Il suffit simplement de mettre nos différents de côté et je suis sûr que la galaxie s’en porterait bien mieux. Il faut juste accepter certains sacrifices … »



[Désolé pour la longueur, mon cerveau se ramollissait ... Je ne suis qu'une misérable larve *sort*]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dans le bureau Impérial Dim 15 Avr - 23:55

Quoique l' Empire ait insidieusement prévu, quoique ces subordonnés de l' Empereur aient planifié, ou projeter d' opérer contre les forces Républicaines, ces derniers sauraient savamment se défaire de leur ambition de conquête, que les impériaux remportent aujourd’hui' face à nous n' était qu' un laps de temps avant que nous finissions par reprendre le contrôle. Il y avait encore des bases remplies d' hommes et de femmes, toutes espèces confondues qui n' attendraient que de défendre sa légitimité. L' Empire pouvait se vanter sur biens des points. En effet, sous de nombreux rapports ils pouvaient se démontrer plus efficace, plus rapide … Alors qu' un simple ordre venant de leur haut dignitaire suffit, il fallait pour la Chancelière passer et obtenir le consentement de ses pairs. Mais cette dépense de temps était nécessaire, elle permettait une coordination bien plus rigoureuse que sous celle de l' avis d' un seul être. Il avait beau se vanter de posséder une industrie pointilleuse mais elle ne remplacerait jamais l' ingéniosité individuelle que présentaient ses troupes ...

C' était en ces termes que se tournaient manifestement les pensées de Leelou alors l' Empereur lançant un noir murmure égaré, aviva un frisson le long de l' échine de la ysanna, qu' elle s' efforça toutefois de retenir. Trop fière pour démasquer son inquiétude. Et tandis qu'il lui tournait le dos pour regarder à nouveau le désastre guerrier qu'il avait causé … Une nouvelle réflexion s' infiltra doucereusement dans son esprit ... Ainsi était il de cela …


- Les grands esprits se rencontrent, n' est ce pas ?


Sachant cela, la présence des Sith dans les rangs de son armée était compréhensible, d' ailleurs ce ne fut finalement guère étonnant puisque par le passé les deux groupes s' étaient déjà alliés à une cause commune, enfin … dans une moindre mesure. L' Ordre Sith avait pour morale de se rallier que pour la promesse de sa propre apogée … Ce n' était cependant pas la première fois que la Chancelière se retrouvait démunie face à un partisan de ce que les Jedi appelait le côté obscur de la Force, et avec la tournure actuelle, elle se doutait que cela ne serait guère la dernière fois qu' une telle chose lui arriverait, ainsi se préservait elle de s'émouvoir dès que l' un d' entre eux commençait à lui chercher querelle, tel que le faisait son locuteur à présent. Néanmoins, sa défiance envers son hôte sinistrement imposé s' intensifia ...

Lorsqu'il reposa enfin son attention sur la Chancelière, ce dernier eu des sous entendu dont la présomption certaine et vaine n' était pas dissimulée. Depuis quand la République s' attaquait elle sans raison à des planètes ? Il faisait mine de s' inquiéter de sa culture, prodiguant que nous détruisions ses biens sans le moindre remords ! Mais ô grand jamais les forces républicaines n' avaient pour cible les constructions civils ! De part nos lois et nos moeurs, nos frappes se devaient s' en prendre uniquement aux édifices d' ordre militaire ! La ysanna détourna la tête, dédaigneuse elle ne répondit pas dans l' immédiat laissant un lourd silence s' emparer de l' ambiance nécrotique de la salle, pour finalement lui jeter un regard mauvais ...


- Pensez vous vraiment avoir le bon rôle ? Ou est ce uniquement une impression que vous tentez de donner ? ... La République ne s' attaque pas votre culture mais à vos ressources de guerre, alors ne venez pas vous présenter comme le régent d' un peuple que l' on assaille effrontément ! N 'est ce pas vous qui avez donné la sommation en premier en faisant débarquer vos troupes sur Coruscant ? Puis en me traînant de force ici ? Vous avez du culot pour me prendre comme fautive. Je n' ai pas à être responsable de vos choix.


Se redressant tant bien que mal sur son siège, en tournant ses poignets endoloris par la pression de ses entraves, Leelou Ely' Ja pris le temps de marquer une pause afin d' assoir en outre le trait de sa narration. Elle ne tolérait guère que son geôlier remette en cause les principes républicain ou même que sa faction puisse être comparée à la sienne. Certes, toute deux cherchaient à s' imposer mais nous n' avions point l' ambition démesurée et restrictive à celle qui nous opposait. Décidément, leur Empereur se démontrait fort bien imbus de sa majestueuse personne ... Croyez t' il que nous devions nous soumettre à sa hauteur à sa simple demande ? Assurément, ce dernier se fourvoyait ...


- Pour ce qui tient du fait que j'ai refusé de me rendre ... Il vous faudra comprendre que ... Du haut de votre impériale arrogance ! Ce n' est pas parce que vous vous considérez comme supérieur à autrui que celui-ci devra naturellement s' abaisser et assouvir vos excès. Or cela, mes hommes le conçoivent fort bien. Je suis d' avis qu' aucun ne m' en voudra, je crois qu'il leur aurait été plus pénible que je me rende lâchement alors qu' ils persistaient à défendre ce qui leur est cher. Et c'est pour cela que je refuse à vous offrir une victoire facile. De plus, sachez ainsi que si la possibilité m' en soit à nouveau donné, je recommencerais sans vergogne à vous tenir tête. La République ne vous tombera pas dans la main ...


En relativisant, Leelou trouva intrigant le fait de se retrouver attachée, menottée devant cet individu qui se prétendait si puissant et intouchable. Mais peut être craignait il cette ''simple femme '' qui était assise juste en face de lui ... Ou alors était ce un nouveau moyen d' imposer sa puissance pour satisfaire un orgueil démesuré ? Ayant un imperceptible sourire sarcastique, notre Chancelière continua d' apposer son regard sévère sur le sien, prenant une nouvelle pause dans le fil de sa proclamation, avant de se redresser se penchant en avant lentement sans ciller afin de reprendre d' un calme froid et appliqué ...


- Des sacrifices ? … Mais je doute que dans votre optique ces sacrifices ne soient guère partagés ... C 'est cela qui tranche dans vos conciliations et c'est ce qui fait que nos deux factions ne pourront inéluctablement pas s' accorder ...


Leelou n' appréciait cet air amusé qu' effrontément son locuteur prenait, et c'est en gardant son air impassible qu' elle continua de le jauger de la teinte de son regard sombre. Il pouvait bien prétendre ce qu'il voulait, il n' avait aucune idée de ce que la République avait agencé. Ses espions avaient bien pu rassemblé ce qu'ils pouvaient, il y aurait toujours certains point qui resteraient sombres et inconnus ... Et ce n' était évidemment pas de sa bouche qu'il l' apprendrait.


- Et quant à notre différence ? Elle se situe indubitablement la où freine votre tolérance ! La République ne s' attaque pas impunément à des systèmes qui refusent de la rejoindre. Et encore moins, si le système en question puisse paraître plus fragile que le notre. Nous n' avons point besoin d' engendrer des guerres afin d' assoir notre suprématie, contrairement à vous.

Revenir en haut Aller en bas
Liam D. Kuran

avatar
Messages : 232
Âge réel : 29

Feuille de personnage
Âge:
Armes: Deux sabres lasers à lames rouges
Alignement: Obscur
MessageSujet: Re: Dans le bureau Impérial Lun 23 Avr - 2:17

Il était très amusant de discuter avec une personne comme Leelou E. Valtym. Son air déterminé et son sa volonté de ne pas se soumettre étaient remarquables vu la situation dans laquelle elle se trouvait. Mais bon, vu l’avancée des troupes Républicaines et de ses alliés les Jedi, Liam pouvait continuer aisément sa discussion sans partir dans les extrêmes. Les éventuelles séances de tortures auront lieu lorsqu’il sera pressé par le temps et que les troupes ennemies s’avanceraient sur son domaine. Pourtant, une des groupes se trouvait à l’entrée du QG. Que faisait donc Lukan Reige, le Grand Amiral chargé de défendre la planète ? Si des troupes étaient parvenues à s’infiltrer dans le QG, il n’y avait donc plus beaucoup de temps. L’Empereur fouilla alors dans sa poche et ressortit un émetteur holographique. Il l’activa et la silhouette d’un garde impérial lourdement armé apparut de façon holographique après quelques secondes :

« Colonel des Troupes d’Elites, A vos ordres votre Excellence ! »

Liam lança un coup d’œil vers la chancelière. Contrairement aux autres fois où son regard semblait s’amuser de la situation, cette fois ci, ce fut un regard plus glacial et plus froid qui se tourna vers la prisonnière. Et ce n’était pas très bon signe pour elle.

« Mettez vous sous le commandement du Grand Amiral Reige. Eliminez tous les intrus présent dans le palais, vous êtes les meilleurs dans ce domaine … »

« Ce sera fait, Monseigneur ! »


Après un salut militaire, l’image du soldat disparut et Liam rangea son émetteur dans sa poche. Devoir les utiliser aussi vite, ce n’était pas prévu mais bon, cela faisait partie du plan. Après tout, il fallait bien que les troupes Républicaines parviennent jusqu’ici pour que tout se déroule comme convenu. Après avoir donné ses ordres, Liam reporta son regard sur la chancelière. Dans un soupir, il prit la parole :

« Il semblerait que nous n’ayons plus beaucoup de temps pour nous très chère. Mais il serait temps que vous vous rendiez compte de certaines choses avant. Nos troupes, notre flotte, tout cela grandit de jour en jour. Vous comprenez n’est-ce pas ? Je serais un rempart beaucoup plus efficace contre les choses qui menacent la galaxie. Je pourrais réussir à privatiser la paix galactique. »

Le jeune homme se posta en face d’elle avant de reprendre la parole :

« Je suis bien conscient que, de toutes façons, tout ce que je vous dit n’est que du vent pour vous. Mais ne sous estimez pas les troupes impériales et notre technologie. Vous croyez vraiment que nous n’avons rien remarqué ? »

Il commença à faire les cents pas autour de la chaise de la chancelière. Marcher l’aidait à parfaire son analyse, la rendre plus compréhensible en choisissant les bons termes, les bons mots qui frapperont fort et efficacement. La chancelière était bornée, c’était un fait, mais Liam l’était certainement autant qu’elle, peut-être plus. La défaite n’était pas quelque chose qu’il envisageait. Tout devait se dérouler comme il l’avait convenu sinon, certains passeraient un mauvais quart d’heure. Il finit par arrêter ses pas derrière la chancelière et posa ses mains sur ses épaules avant de lui murmurer à l’oreille :

« Nous savons que vous portiez un bijou permettant aux troupes Républicaines de localiser votre présence. Cet objet n’a pas réussi à passer nos détecteurs, malheureusement pour vous. Vous n’y avez même pas prêté attention tellement vous êtes portée sur votre noble personne … »

Une de ses mains quitta l’épaule de Leelou et indiqua un objet sur son bureau. Il s’agissait du fameux bijou que portait la chancelière. Il était là, tout simplement posé et encore en état de marche. Visiblement, Liam n’avait même pas eu envie de le détruire ou quoique ce soit d’autre. Toujours dans un souffle, il reprit :

« Mais ce n’est pas votre principale préoccupation … »

Il quitta le dos de la chancelière et s’éloigna un peu vers l’entrée de la salle. Il frappa à la porte et des bruits de pas commencèrent à s’éloigner, signe qu’à présent, aucun garde ne se trouvait devant la porte. Mais peu importe. Liam se tourna vers la chancelière, mais toujours aussi éloigné d’elle.

« Il est encore temps d’arrêter ce massacre. Comprenez nous un peu. Je compte servir cette galaxie selon le bon plaisir de … de moi-même ! Et s’il est une chose que j’ai prouvé, c’est que vous pouvez compter sur moi pour me faire plaisir ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dans le bureau Impérial Mer 25 Avr - 0:02

Un silence lourd de défiance s' était dès lors installé. Ni l' Empereur, ni la Chancelière n'avaient proféré un traître mot, lors de ces derniers instants alors que les armées des deux factions entamaient leur enlisement dans le tumulte éreintant des combats acharnés. Le comportement de son interlocuteur commençait à l' intriguer sinistrement. Quelques choses semblaient préoccuper ce dernier ... Ses airs sombres, hautins et amusés tendaient à se dissiper ... L' avancée des forces républicaine sans doute ... Décroissant les jambes, tirant légèrement sur ses entraves, la ysanna posa avec intérêt son attention celui-ci, alors qu' il venait de sortir un petit appareil qu' il alluma et dont l' éclat résultant, laissait apparaître la silhouette d' un soldat manifestement et mortellement équipé ... Tout en écoutant consciencieusement la conversation, imperturbable, Leelou Ely' Ja focalisa ses yeux vifs sur le coup d' oeil mauvais que Kuran dirigea d' un aplomb ténébreux contre elle à ce moment ...


- Mettez vous sous le commandement du Grand Amiral Reige. Eliminez tous les intrus présent dans le palais, vous êtes les meilleurs dans ce domaine …


Leelou se délecta doucement des paroles de son hôte ... * Des intrus dans le palais * ... Voilà qui avait de quoi doucement l' amuser ... Mais, qu' il décide d' envoyer ses chiens de guerre décimer les personnes responsables de cette irruption ne lui plaisait guère, elle s' inquiétait des dommages et des pertes que ses hommes subiraient bien qu' elle les savait capables et aptes à détourner leur assauts meurtrier, aussi fourbes que leur nature pourrait s' en démontrer. De plus, son intuition lui laissait percevoir qu' au moins un membre de l' Ordre Jedi devait les seconder ... Elle connaissait trop bien leur acuité pour se laisser leurrer par le désespoir, la Chancelière savait que cette personne s' efforcerait d' accomplir sa mission et de préserver la vie de ses soldats. Ses espoirs se reposaient sur eux, désormais ... La politicienne lâcha un soupir afin de reprendre sa contenance, serrant les lèvres, ses noisettes se plissant, elle toisa avec vigueur l' Empereur du regard alors que celui-ci rangeait l' émetteur holographique dans les profondeurs de son vêtement ...

Il semblait plus sombre que précédemment. Un bien pour un mal en soi. Puisque la présence d' individus non désirés dans l' enceinte du bâtiment lui laissait percevoir un infime espoir de sortie, mais quel laps de temps se découlera t' il avant que son geôlier ne décide de marteler ses foudres et sa rancune contre elle ? Toutefois, la question concernant le plan impérial élaboré restait méconnue. Quel genre de dévolu avaient donc ils jeté envers la République ? Ces interrogations à l' esprit, l' Empereur s' était à nouveau poster devant la Chancelière qui releva un regard dur vers celui-ci considérant ses dires avec hauteur, gardant le silence. Détournant brièvement son visage, elle eu un sourire narquois, en l' entendant proclamer qu' il serait un rempart contre les dangers de la galaxie, lui même était une menace à la paix galactique …

Aussi, l' Empereur se fourvoyait en estimant que la ysanna n' apportait pas de valeur à ses propos, car certes bien que nos deux protagonistes louaient des mœurs et des idées adverses, la Chancelière avait l' habitude de débattre et de contrer d' une dévotion ferme et d' une franchise charismatique dans l' immensité de la rotonde, ainsi portait elle une considération toute particulière envers les mœurs contraires qu' on lui annonçait. Mais avec toujours autant d' impassibilité, Leelou apposa encore la teinte vive de son œil sur l' homme qui se tenait face à elle d' un regard en coin


- [...] Mais ne sous estimez pas les troupes impériales et notre technologie. Vous croyez vraiment que nous n’avons rien remarqué ?


Avec étonnement, elle avisa son sombre locuteur à la voix caverneuse, ses sur-cils se courbant délicatement sous l' interrogation que lui posait la remarque acide de Kuram.


- Pardon ?

Il semblait soudainement plus ... actif, plus impatient mais une fragile mesure demeurait néanmoins ... Rôdant autour de la ysanna comme s' il aurait été un félin toisant sa proie en cage, en lignes circulaires ... Il avait une idée en tête, une pensée dont le regard d' onyx présumait lugubrement du manque d' affabilité que portait en elle cette dernière ...

Sentant l' aura noir de l' Empereur se glisser mielleusement dans son dos, la ysanna tourna son menton à 90°, avec précaution, afin de le voir arriver du bout de son regard en coin pour finalement retenir un frisson qui vint lui glacer l' échine alors que la pression contraignante, de deux mains sèches et avides s' abattirent de par et d' autre de ses omoplates fines et partiellement découvertes. Un noeud s' immisça dans les tréfonds de son ventre, comme si l' oppression acerbe de ces doigts hostiles venait à transmettre l' humeur noir de leur propriétaire. De ce fait, elle réplica d' un calme froid ...


- Ôtez vos mains crasseuses de mes épaules.


Mais, il ne sembla pas y porter la moindre attention. Discernant soudainement un souffle glacial s' infiltrer dans le creux de son oreille, la ysanna retint son souffle, détourna son visage, rejetant ces épaules en arrière tentant vainement de se dégager de l'emprise oppressive de son hôte, ses liens l' en empêchant … Ainsi, dut elle appeler la maîtrise de son sang froid, afin de préserver ses airs neutres alors que le corrosif murmure lui signalait la présence d' un mouchard sur un certain bijou qu' elle avait porté le jour de son enlèvement … D' instinct, Leelou se rappela du collier que le Maître Ombrelune lui avait confié. Un faible sourire fleurit sur ses lèvres, songeant que la Jedi avait du elle même poser le mouchard, sentant que les hommes de l' Empire risquait d' aboutir à la demande de leur dirigeant. Peut être avait elle rejoint les intrus qui à présent dévalaient les étages du bâtiment …

Suivant l' ombre de la main qui lui désignait le bureau de l' Empereur, la ysanna eu la possibilité d' entre apercevoir l' objet en question, posé sur le meuble de son locuteur. Le voir intact était un soulagement pour elle, il aurait dommage qu' un objet si gracieux soit détruit par la volupté d' un autre. Serrant ses lèvres, ses noisettes dures se posèrent à nouveau sur la baie vitrée avant que le fluide limpide de sa voix froide et à la teneur ferme ne vienne s' échapper de ses lèvres sur ce même ton de murmure que son hôte avait utilisé ...


- Vous remercierez le Maître Ombrelune de ma part ...


Du haut de son timbre de voix ténébreux, il souffla un dernier chuchotement glacial emplis d' une menace sourde mais aisément perceptible. Quelle sombre idée était donc venue lui effleurer insidieusement l' esprit ? La pression de ses mains s' éclipsa, et perçut ses pas dans son dos, furtif déplacement qui fut suivit d' un bruit de heurt contre une porte … D' autres son de pas s' en suivirent. Une inquiétude, une défiance se fit sentir. Le battement de cœur, influencé par l' ambiance nécrotique que prenait la tournure des événements, commença à s' aviver ... Lucide, elle comprenait ce qui l' attendait. Elle préféra néanmoins préserver sombrement le silence. Calme, gardant perpétuellement son sang froid.
Revenir en haut Aller en bas
Liam D. Kuran

avatar
Messages : 232
Âge réel : 29

Feuille de personnage
Âge:
Armes: Deux sabres lasers à lames rouges
Alignement: Obscur
MessageSujet: Re: Dans le bureau Impérial Dim 15 Juil - 2:39

La chancelière gardait son silence glacial malgré les révélations de l’Empereur. Pourtant, Liam avait donné suffisamment d’informations pour mettre le doute dans n’importe quel esprit. Mais peu importe. Le jeune homme avait d’autres préoccupations après tout. Briser mentalement la chancelière n’était qu’une question de temps. Elle se rendrait compte tôt ou tard que toute cette bataille n’était qu’une mise en scène, prévue depuis plusieurs semaines par les Impériaux. Et l’élément clé de cette mise en scène, c’était la capture de la chancelière. A l’instant même où la capture sur Coruscant était réussie, les Républicains perdraient beaucoup plus que leur honneur. Et ce, en plusieurs étapes. Tout d’abord, les Impériaux avaient frappés leur orgueil en s’attaquant à la capitale Républicaine, en s’infiltrant, détruisant, et capturant leur symbole de liberté et de règne. Jamais ils n’auraient pu imaginer une telle prouesse impériale. Passer les défenses et mettre un léger blocus sur cette planète … un excellent travail réalisé par les soldats impériaux. Ensuite, la suite était de les attirer sur Kuat pour secourir leur chancelière. Visiblement, ils ne s’étaient posés aucune question sur la faible résistance en face et avaient continué tranquillement leur chemin vers le QG de l’Empire. Bien sûr, Liam avait envoyé quelques soldats avaient de faire croire à une quelconque résistance impériale. Mais, il manquait un minimum de réflexion … Les troupes qui avaient prit d’assaut Coruscant, leur esprit tactique … Cela reflétait-il vraiment ce qui se passait sur Kuat ? Il ne devait y avoir à peine 1% de troupes impériales sur Kuat à l’heure qu’il est, les morts compris. Mais Liam l’avait subtilement dissimulé à travers des visages connus des Républicains, notamment Lukan Reige, celui qui a capturé la chancelière. Avec sa présence, les Républicains étaient sûrs de frapper à grand coup et d’être dans le vrai. Tout était en place.

A travers les soldats qu’il avait envoyés, Liam suivait la progression des Républicains dans son palais. Visiblement, face à un petit groupe, les ennemis s’en sortaient plutôt pas mal. Mais ses soldats s’étaient révélés particulièrement efficaces, si bien qu’il faudrait penser à la production de masse. L’Empereur le garda dans un coin de sa tête, pour plus tard … Mais, visiblement, les Républicains seraient là d’une minute à l’autre. Il reprit son émetteur holographique et entra en communication avec Lukan Reige, son grand Amiral.


« Je crois que tout est en place. Les cibles seront bientôt là où elles doivent être … »

Liam coupa court à la communication rapidement. A présent que les troupes républicaines étaient dans le QG, les communications devaient être les plus courtes possibles pour éviter qu’elles soient interceptées. Liam garda son silence tandis qu’un léger sourire commençait à se dessiner sur son visage. C’était tout bon … C’était limite s’il ne jubilait pas. Son plan s’était déroulé exactement comme prévu et les Républicains suivaient exactement le parcours dessiné par les Impériaux. Puis, le calme de la pièce fut bientôt interrompu par des bruits de pas. Les Républicains étaient à présent devant sa porte. D’ailleurs, il entendait très bien qu’on traficotait sa porte, sans doute pour la faire exploser. C’était risqué. Quelle probabilité y avait-il que, juste avant l’explosion, Liam place la chancelière juste à côté de la porte ? Cela serait fort dommage qu’elle soit blessée car, l’Empereur s’en doutait, l’explosion ne serait pas de grandes envergures. La porte finit par sauter, se répandant en miettes sur le sol. Tandis que la fumée envahissait la pièce, Liam distingua parfaitement le chef de l’escadron qui avait infiltré son palais. Un nouveau sourire apparut sur son visage : ils avaient atteint le point de non retour. Alors que les deux protagonistes se faisaient face, le Républicain pouvait remarquer un détail troublant : la chancelière n’était plus là. De plus, la fumée totalement disparue, il pouvait même constater que Liam n’était pas vraiment là lui-même. Avec un léger soupir et comprenant son air interrogateur, l’Empereur se hâta de prendre la parole avant lui :

« Très pratique les projections holographiques … J’ai permis à la chancelière d’observer votre défaite mais, malheureusement pour vous, elle n’est pas ici … Mais je tiens tout de même à vous rendre ceci … »

Il indique sur un coin de bureau le collier que portait la chancelière et qui servait de mouchard pour la repérer. Cela avait été très facile de le poser là où on le souhaitait pour attirer les Républicains. Ainsi, la chancelière restait hors de portée des Républicains. Pour le moment !

« Ne vous en faites pas … La chancelière est toujours avec moi, dans un lieu sûr. Je vous prie de traiter ma forme astrale avec respect, vous êtes tout de même en face de l’Empereur … »

La forme astrale de Liam commença à faire les cents pas dans la pièce. Mais tout à coup, un soldat républicain sortit des rangs en hurlant :

« Enfoiré ! Te fous pas de nous ! Où est la chancelière ?! »

Il pointa son blaster sur l’Empereur et tira dans sa direction. D’un geste de la main, la projection renvoya les tirs vers le soldat qui tomba, mort, aux pieds de son chef. Les yeux du soldat rencontrèrent ceux de son chef avant de s’éteindre définitivement.

« Evitez ce genre de débordement. Il est très difficile, même pour un Sith de mon niveau, de maintenir une telle projection … La Force est très utile parfois. Je ne suis pas là mais je peux utiliser la Force. Par contre, je dois avouer que c’est assez épuisant. C’est l’une des première fois que j’utilise cette technique … Bien sûr, vous pourriez suivre ma trace mais … Que vois-je ? Vous n’avez aucune Jedi avec vous. J’ai bien peur que la partie ne soit terminée … »

On ne le voyait pas mais, quelque part dans la galaxie, le vrai Liam faisait face à la chancelière. Son regard se posa sur elle. Que ressentait-elle ? De la frustration ? De la peur ? Aucun de ses soldats ne viendraient la sauver puisque, tout simplement, personne ne savait où elle était. Dans un sourire, Liam poussa un bouton pour donner le signal à Lukan Reige.

De retour dans le bureau, la forme astrale de Liam commença à disparaître et souffla ce dernier mot à ses invités :


« Adieu … »


[P.S: Je le met à deux endroits car ce message sert de transition entre celui de Ahsio et le RP dans le bureau.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dans le bureau Impérial Mar 7 Aoû - 2:32

    L'un des commandos précéda Ahsio et se précipita à l'intérieur du bureau, braquant son arme sur l'Empereur. Mais il sembla vite déboussolé lorsqu'il ne vit nulle trace de la Chancelière. Le capitaine put lire dans ses yeux un regard interrogateur. Pour seule réponse, l'Empereur, ou du moins son hologramme, lui adressa un sourire carnassier, à dresser les poils d'un Wookie. Finalement, l'explication ne se fit pas attendre.

    Très pratique les projections holographiques … J’ai permis à la chancelière d’observer votre défaite mais, malheureusement pour vous, elle n’est pas ici … Mais je tiens tout de même à vous rendre ceci …

    Ahsio avait suspecté un piège, mais pas de cette ampleur. Aussi sa surprise fut difficile à cacher lorsqu'il comprit qu'ils ne faisaient face qu'à une projection holographique, et que l'émetteur qui devait leur permettre de retrouver la chancelière les avait finalement induits en erreur. Les républicains s'étaient fait avoir sur toute la ligne. Et Ahsio se doutait que c'était loin d'être fini. L'Empereur reprit la parole :

    Ne vous en faites pas … La chancelière est toujours avec moi, dans un lieu sûr. Je vous prie de traiter ma forme astrale avec respect, vous êtes tout de même en face de l’Empereur …

    Le soldat qui braquait toujours bêtement son arme sur l'hologramme s'emporta :

    Enfoiré ! Te fous pas de nous ! Où est la chancelière ?!

    Joignant le geste à la parole, il tira vainement dans la direction de l'Empereur puis s'écroula raide mort, lorsque le tir fut dévié par un geste de l'hologramme. L'homme, fier de lui, leur fit ses adieux et la projection disparut, laissant les républicains abasourdis. Ahsio, fou de rage jeta son arme au sol en jurant. Tous ces efforts en vain. Les troupes républicaines avaient perdu un nombre effroyable de soldats, pour rien. Strictement rien. Et il n'était pas certain que les survivants s'en sortiraient. Les impériaux avaient certainement préparé une petite surprise de départ. Aussi, s'ils voulaient survivre, il valait mieux ne pas s'attarder là. Suivant les ordres du capitaine, les hommes sortirent et se hâtèrent en direction du toit. Après plusieurs couloirs et plusieurs escaliers dans lesquels ils ne rencontrèrent aucune résistance, ils arrivèrent au sommet du bâtiment où les attendaient un speeder. Une fois les tireurs d'élite récupérés, le speeder fonça en direction du spatioport, où les soldats espéraient pouvoir embarquer à bord d'une navette qui n'aurait pas encore évacué la planète.

    ~~~~~~

    À bord d'une petite navette, Ahsio observait les explosions se produisant à la surface de la planète. En improvisant un plan d'attaque à la va-vite, la République avait échoué sur toute la ligne. Elle avait perdu la Chancelière, l'Empereur, un nombre inimaginable de soldats, et une planète que l'Empire avait truffé d'explosifs, condamnant sa population en partant. D'autres soldats avaient embarqué à bord de la navette, notamment le Commandant Chakaëlle qui avait participé à l'attaque sur les usines impériales. Visiblement elle ne s'était pas mieux déroulée que la tentative d'infiltration des commandos de Ahsio. À bord du croiseur se trouvait le Maître Eleanor Yunstar, qui avait également pris part aux évènements sur le site des usines. Fait amusant, enfin pas tellement, Ahsio avait reçu le message du Maître Yunstar le prévenant que la Chancelière et l'Empereur n'étaient sans doute pas sur Kuat, seulement après avoir débarqué dans le bureau de celui-ci. Ahsio se dirigea vers la Jedi.

    - Maître Yunstar ? Je suis le capitaine Nes. Comme vous nous l'aviez dit, nous n'avons trouvé ni l'Empereur ni la Chancelière. Tout ça n'était qu'un vaste piège. Malheureusement, les communications avaient du mal à passer et je n'ai eu votre message qu'après avoir quitté le bureau de l'Empereur.

    Intérieurement, Ahsio enrageait. Les têtes pensantes des forces Républicaines n'avaient pas pensé ne serait-ce qu'une seconde à la possibilité d'un piège. Même lorsqu'en arrivant sur Kuat elles avaient constaté le manque flagrant de défenses... Il était clair que la mission était un échec total, et même si les impériaux avaient déserté Kuat, cette planète ne représentait plus rien sans ses chantiers navals. Autrement dit, c'était un fiasco total...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Dans le bureau Impérial Mar 21 Aoû - 10:30

    Cette fois le piège s'était refermé et à cause de la trop grande promptitude des Généraux Républicains des vies avaient été perdues inutilement sur Kuat pour finalement rien. L'Empereur avait été très intelligent sur ce coup-là et Eleanor déplorait de ne pas avoir disposé d'une heure supplémentaire pour diriger la flotte de la République vers la véritable cible, toutefois rien n'était encore perdu et la Jedi avait la ferme intention de repasser à l'assaut mais cette fois vers la bonne cible et s'occuper du problème Impérial à la racine.

    Elle tourna le regard vers le jeune Républicain qui venait de la rejoindre, le Capitaine Nes avait l'air en plutôt bon état. Elle écouta son rapport avec grande attention puis répondit tranquillement.


    - Maître Yunstar ? Je suis le capitaine Nes. Comme vous nous l'aviez dit, nous n'avons trouvé ni l'Empereur ni la Chancelière. Tout ça n'était qu'un vaste piège. Malheureusement, les communications avaient du mal à passer et je n'ai eu votre message qu'après avoir quitté le bureau de l'Empereur.

    « Vous avez bien travaillé, vous avez rempli votre rôle au péril de votre vie et cela vous et vos hommes ne seront pas oubliés. Il est fort dommage que vous n'ayez pas reçu mon message mais l'essentiel est que vous et vos hommes vous en soyez sortie sans trop de dégats. Aller vous reposer et passer au centre médical, je prends entièrement le commandement de cet assaut! »

    L'heure n'était plus de savoir le grade chacun mais bien de coordonner les flottes et les hommes pour que tous soit placés dans la bonne direction. Eleanor laissait pour cette fois son désir de ne pas être vue comme une Amirale ou une Générale pour que toutes les vies Républicaines ainsi que le matériel soit ramenés sur Coruscant. Elle passa ses commandes aux différents sous-officier sur le pont du croiseur Républicain.

    « Prenez contact avec la Générale Aola'Sinya! Que la flotte stationnée au-dessus de Coruscant soit envoyée à ces coordonnés, elle en prendra le commandement jusqu'à mon arrivée! Qu'elle soit conseillée par Maître Greystone actuellement sur Coruscant! »

    Elle se tourna vers un autre sous-officier.

    « Que la flotte actuelle soit renvoyée sur Coruscant et se place en orbite autour de la planète! Les blessés devront être transférés sur la planète et soignés, que d'autres soldats viennent combler les pertes! »

    Enfin elle regarda le dernier sous-officier qui attendait les ordres.

    « J'ai parlé avec l'agent Elila Sydyi, selon ses renseignements la Chancelière se trouve bien sur Bastion! Que mon vaisseau soit prêt à décoller avec un détachement de vingt volontaires pour m'accompagner! Communiquer à l'agent Sydyi de se joindre à la Générale Aola'Sinya! »

    L'officier acquiesça et alla lui-aussi s'occuper d'exécuter les ordres. Eleanor regarda rapidement les étoiles puis tourna les talons pour se rendre au hangar et y retrouver son vaisseau ainsi qu'un détachement d'homme tous prêt à retourner au combat.

    « Soldats! Vous vous êtes vaillamment battu mais la République a une nouvelle fois besoin de vous! Vous vous êtes porté volontaire et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que vous et tout vos camardes reviennent en vie sur Coruscant! Vous êtes les remparts les plus puissants que la République possède et aujourd'hui nous allons prouver aux Impériaux que nous savons encore comment affronter les ennemis de la liberté! »

    Un petit discours basique mais qui fit de bien aux hommes et aux femmes prêts à l'accompagner. Elle monta à bord de son vaisseau et dit aux hommes de s'attacher car il était temps de retourner au combat. HK-47 était prêt à y retourner lui-aussi et Eleanor en profita pour lui donner une nouvelle arme : un pistolet Blaster d'un calibre de 20mm crachant des balles à fragmentation ou explosive. Eleanor l'avait créé spécialement pour droïde et avec ça il pourrait décimer les rangs ennemis.

    La Jedi activa les propulseurs de son vaisseau et le fit sortir du croiseurs qui s'alignait vers Coruscant, elle de son côté régla le vaisseau vers les coordonnées qu'elle avait données pour aller retrouver la Générale Aola'Sinya.



Mission terminée
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dans le bureau Impérial

Revenir en haut Aller en bas

Dans le bureau Impérial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Kuat [Empire] :: Mini-Event [Sauvetage Inespéré]-