Partagez| .

L'avenir de Naboo [Pv Danaé Anastasia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: L'avenir de Naboo [Pv Danaé Anastasia] Jeu 18 Oct - 9:58

    Tranquillement assise sur un siège de méditation et les yeux clos Eleanor méditait, depuis plusieurs semaines à présent elle n'avait cessé de bouger d'un coin de la Galaxie à l'autre et à présent le côté de la Guerre prenait toute sa dimension, pour avoir été elle-même sur le champ de bataille à mainte reprise elle en avait eu la sensation et malgré que cette Guerre ne commence que maintenant elle se demandait ce que cela pourrait changer autant sur la Galaxie que sur les Jedi. La Guerre serait probablement un sujet extrêmement difficile à gérer et dont les conséquences seraient surement multiples et désastreuses, toutefois il y avait un détail qu'Eleanor comptait exploiter et sur lequel ses contacts étaient à l'affut : la faculté qu'avaient les Impériaux à se trahir entre eu et Eleanor ne serait guère étonné si derrière les visages les plus Impériaux il n'y ai pas une envie de détrôner l'Empereur actuellement en place. Tout cela elle était bien-sûr à l'affut et travaillait en collaboration étroite avec les Généraux Républicain car même si elle refusait de voir les Jedi porter des titres militaires ou qu'ils soient utilisé à mauvais escient elle tenait à ce que les Jedi participe à ce conflit et protège la Galaxie contre l'Empire.

    Dans le cadre de cette lutte contre l'Empire Eleanor avait demandé à rencontrer la Reine de Naboo pour lui parler d'affaires graves et urgentes sur le conflit Galactique, Naboo avait souvent été neutre ou du moins pacifique dans ses démarches en temps critiques, toutefois la manière de voir les choses de la Reine actuelle était assez curieuse, elle avait des idées très pacifistes mais jusqu'au point de croire que la diplomatie était un remède à tout et bien qu'Eleanor soutenait ce genre de démarche elle savait très bien que cette idée était fausse. Son rendez-vous n'était pas pour imposer à la Reine une idée ou l'influencer mais simplement pour discuter de choses importantes et en même temps de voir comment la jeune femme gérait Naboo actuellement.

    Eleanor finit par se lever quand l'heure du rendez-vous approcha, elle traversa le Temple pour se rendre dans ses quartiers et pendre quelques affaires puis elle quitta le Temple non sans avoir donné quelques travaux à faire aux Maîtres qui la remplaceraient pour les cours aux Novices. Elle prit un transport pour se rendre directement au Palais Impériale via le hangar principal, Eleanor passait par là pour éviter que les éventuels espions de l'Empire ne la voit déambuler dans les rues de Theed se rendant directement au Palais.

    Elle fut accueillie par un groupe de gardes du Palais et ceux-ci la menèrent jusqu'à la salle du trône, Eleanor ne s'y opposa pas même si elle connaissait le palais par coeur depuis le temps qu'elle était sur Naboo. La Reine actuelle Eleanor ne l'avait jamais rencontré d'une manière directe ni discuté avec elle plus d'une minute, la Jedi avait été présente lors de son couronnement soit disant pour représenter l'Ordre Jedi toutefois à ce moment-là le travail avait été tout autre et elle avait eu la mission de la protéger contre une éventuelle tentative de meurtre, tentative qui n'avait jamais vu le jour au final mais il fallait mieux prévenir que guérir. La Jedi n'avait rien dit et elle s'était contentée de son rôle d'ambassadrice de l'Ordre sans tenir de discours, elle préférait le silence qu'avait maître Yoda, ce dernier ne parlant que quand cela était pertinent dans les situations importantes.

    Une fois arrivé devant la salle du trône Eleanor remercia les gardes et elle y entra de son pas lent habituelle. Elle laissa la Force couler en elle pour sentir toutes les présences autour d'elle e plus particulièrement dans la salle du trône. Elle ne sentit rien de vraiment dangereux si ce n'est la présence des suivantes de la Reine. Eleanor se doutait bien que les jeunes femmes devaient suivre la reine un peu partout, elle ne détecta aucune menace venant d'elles et elle laissa le détail de côté laissant ses sens de la Force toujours ouverts. Arrivé devant le trône de la Reine de Naboo la Jedi s'inclina respectueusement.


    « Majesté je vous remercie d'avoir accédé à ma demande d'entretien! »

    La Jedi resta calme et posée, elle resta debout pour le moment par courtoisie et politesse car malgré son statue de Grand maître elle préférait gardé un certain sens de la politesse devant un chef de gouvernement.

    La Jedi regarda la Reine dans les yeux, dans un sens il était heureux que HK-47 n'est pas été là car il n'aurait pu s'empêcher de faire une remarque sur la tenue de la Reine, Elora aurait peut-être eu aussi un peu de mal à tenir son sérieux, elle qui trouvait quelque-fois amusant certaine situation, après elle avait toujours un esprit jeune et volatile par moment. Il était vrai qu'Eleanor trouvait les tenues assez étranges par moment mais elle ne se souciait pas trop de ce genre de détails, de son côté elle avait préféré revêtir la simple tenue de Maître Jedi avec le manteau à capuche habituel, bottes noires et ceinture de la même couleur sur laquelle on pouvait entrevoir son Sabre-laser seul objet que la Jedi portait en toute circonstance même en soirée où elle devait s'habiller autrement qu'en Jedi.


    « Je m'excuse de ne pas avoir donné directement l'objet de ma venue lors de ma demande pour vous rencontré car je tenais à ce que cela reste en dehors des oreilles de l'Empire. »

    La Jedi n'était pas dupe, elle savait très bien que l'Empire avait des espions partout et bien que la République en arrête régulièrement les espions étaient connus pour ne jamais laisser une erreur gâcher un travail surtout dans les renseignements. À ce titre elle avait préféré utiliser son Rang pour rendre compte du sérieux de sa demande.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'avenir de Naboo [Pv Danaé Anastasia] Jeu 18 Oct - 14:23

Plongée dans mes pensées je songeai à la réunion du conseil consultatif qui venait de se finir quelques instants plus tôt. Nous avions conclu sur un point plutôt délicat et qui me préoccupait grandement : Une affaire de contrebande dont l'une des succursales venait d'être découverte et démantelée à Theed. Cependant, il était fort probable que le réseau criminel continu de sévir sur le reste de la planète, et je ne pouvais cautionner ce genre d'actions sur Naboo. Le Capitaine Magnus avait ouvert une enquête à ce sujet et j'espérai qu'il parviendrait à faire cesser ces contrebandiers, je plaçais toute ma confiance en ses capacités et les compétences de ses hommes. Cependant, ce n'était pas tout ce qui m'inquiétait, cette agitation soudaine, cette implication des forces de l'ordre hier dans la ville, qui a fait grand bruit lorsque l'altercation s'est finie en coup de feu tirés entre les deux camps, ne faisait que faire écho à la grande menace qui était entrain de fondre sur nous. La violence s'emparait de la galaxie, et ne tarderait pas à sombrer aussi sur la paisible Naboo. Combien de temps tiendrons-nous ? Tiendrons-nous seulement… Cela faisait bien peu de temps que j'étais reine, pour pouvoir déjà me confronter à de pareille épreuves. Mais il fallait pourtant que je les affronte. Mais je me sentais comme démunie face à tout cela. Si d'apparence je restais sereine, déterminée, suivant ma propre volonté, je peinai à garder confiance en moi et confiance en l'avenir qui semblait de plus en plus noir.

Je soupirai, mes yeux se rouvrirent, et regardèrent autour de moi la salle vide, mis à part mes suivantes immobiles derrière moi, et les deux gardes à l'entrée de la pièce. Mes conseillers n'avaient peu apprécié de ne pas être convié à la réunion de tout à l'heure, mais le caractère urgent et secret de la requête du Grand Maitre Yunstar m'avait fait choisir de garder cet entretien privé. Le Capitaine Magnus n'était pas vraiment concerné par cette "exclusion" mais d'autres tâches l'attendaient pour tout à l'heure et il devrait quitter le palais juste après s'être assuré de l'arrivée du Jedi. Il était temps de reconsidérer notre politique militaire, et c'était je pense l'un des points que nous allions bientôt aborder lors de l'entrevue. Je n'avais encore jamais rencontrer le Grand Maitre en personne, lui parler directement, je l'avais aperçu à plusieurs reprises, et elle avait été présente à mon couronnement en temps que représentante de l'Ordre Jedi. Ce rendez-vous commençait donc à être de toute façon une nécessité. Je pris une inspiration et détendis mes muscles un peu engourdis, j'étais assisse ici depuis de longues heures, l'imposante robe officielle de reine pesante sur mes épaules. Je devais profiter de ce rendez-vous pour étudier la politique que nous allions devoir prendre, en réponse au climat de guerre, mais en même temps j'étais plutôt soucieuse, et assez anxieuse je dois l'avouer. Je sentais la présence de mes suivantes juste dans mon dos, silencieuses, mais je pouvais sentir leur inquiétude tandis qu'elles percevaient mon angoisse au travers du masque blanc de la reine Anastasia.

Le bouton rouge du transmetteur dans l'accoudoir de mon siège clignota, j'appuyai sur le bouton pour recevoir la réception. Un soldat de la garde apparu sous forme holographique pour m'avertir de l'arrivée de mon invité, il me salua avant de couper la communication. Je me rassis convenablement dans mon trône, droite, sérieuse, mes deux mains posées sur les deux accoudoirs, mon visage impassible et calme. A peine quelques instants plus tard le Grand Maitre Yunstar entra dans la salle du trône d'un pas lent et serein, avant de s'incliner devant moi.


« Majesté je vous remercie d'avoir accédé à ma demande d'entretien! »

Je me levai, pour la saluer à mon tour avec le respect du à son rang, puis regardai la femme aux longs cheveux sombres vêtu de l'habit simple des Jedis devant moi. Elle dégageait un grande force, un charisme, elle imposait un certain respect, montrant une grande puissance qui émanait d'elle. Il était rassurant de savoir que l'Ordre Jedi, et dans un sens une part de notre avenir, était entre les mains de personnes aussi compétentes dans leurs domaines, élevées d'esprit, fortes et responsables.

- C'est tout à fait normal, Maitre Yunstar.

Répondis-je d'une voix douce et posée. J'adoptai mon timbre plus grave, plus adulte, vainement finalement puisque face au Grand Maitre et à son pouvoir de la Force je ne pouvais rien cacher de moi. Que ce soit sur mon âge véritable, que sur les craintes que j'enfouissais au plus profonds de moi. J'esquissais un sourire avant de l'inviter à marcher, j'étais épuisée de rester immobile et assisse tout ce temps.

- Souhaiteriez-vous que nous discutions tout en marchant un peu ?

Demandai-je tout en remarquant les deux gardes toujours postés à la porte ouverte de la salle du trône. Si nous pouvions nous en passer cela serait des plus profitables, j'en suis certaine. Et puis quoi de plus facilement espionné qu'une salle du trône… Non, nous avions besoin je le sentais de discrétion. Les temps étaient trop mouvementé et dangereux pour que nous nous permettions trop de confiance ni de légèreté. La méfiance était de mise si nous voulions survivre. Et tandis que le temps passait, et que les conflits s'amplifiait, je sentais de plus en plus un danger rôder, sur Naboo, mais aussi à Theed, au sein même du palais, quelque chose, une ombre, malsaine, qui errait comme un fantôme. Mes nuits n'en furent jamais plus agitées. Je repensais à ce funeste souvenir qui hantait encore mes rêves, était-ce finalement ce qui m'attendait ? Et mettrait fin à ce règne encore si jeune tandis que la guerre faisant rage n'épargnait rien ni personne ? Nous devions resté forts, face à l'adversité, à la souffrance, et au mal. Nous ne devions pas nous laisser influer par sa puissance, dévorer par ses sbires, ces cauchemars, qui prenaient aux yeux de chacun le visage de ses plus noires desseins, secrets enfouis, rêves inavoués, peurs refoulées…

« Je m'excuse de ne pas avoir donné directement l'objet de ma venue lors de ma demande pour vous rencontré car je tenais à ce que cela reste en dehors des oreilles de l'Empire. »

Je compris bien son sous-entendu, et malheureusement je ne pouvais lui assurer que nous soyons exemptes d'espions impériaux. Si depuis quelque temps la sécurité s'était resserrée, si l'armée de Naboo avait légèrement gonflé ses rangs, si la police ne les laissait plus passer le moindre détail suspect, nous ne pouvions être absolument certain de la sureté intérieure. C'était même improbable, nous le savions, ils étaient là, malgré tout, imperceptibles, insoupçonnables, mêlés à la foule… Je me tournai vers les gardes pour leur donner l'ordre de nous laisser, ils hésitèrent un instant, toujours peu désireux d'obéir à mon autorité, mais un regard appuyé de ma part les fit quitter la salle. Si ils me voyaient souvent faire preuve de douceur et d'indulgence, ils étaient aussi aux premières loges pour constater de ma sévérité et de ma colère lorsqu'elle avait lieu d'apparaitre sur la sérénité de mon visage. Je me montrais de plus en plus méfiante, envers mes collaborateurs, envers ces hommes que je croisais au détour du palais chaque jour, envers c'est soi-disant proches alliés, c'est "amis", c'est politiciens… J'avais le sentiment de ne plus pouvoir me permettre d'accorder ma confiance à quiconque. Si ce n'était à certains Jedis. Je connaissais peu Maitre Yunstar, mais je la respectais en sa qualité de grand Jedi et savait que je pouvais me sentir en sécurité en sa présence. Mais si ce n'était mon grand ami, et mes cinq suivantes, ainsi que ma sœur, personne n'avait à loisir de pouvoir se voir allouer mon entière confiance, ni le complet accès aux secrets de mon cœur. Bien que la Force permettent d'en révéler certains sentiments, tout comme elle devait certainement aussi rendre plus audible le flot caché de mes pensées.

- Je comprend tout à fait, et dans le climat actuel nous faisons bien de faire preuve de la plus grande prudence.

Continuai-je, en réponse à son excuse. Des personnes comme Eleanor Yunstar n'avaient pas besoin de passer par tout le long chemin protocolaire pour obtenir une entrevue, le poids de leurs rangs légitimaient leurs venues, et au contraire même pressait les choses par l'importance de ce qu'ils apportaient. Bien que je ne fus pas avertie de la raison de cette conversation, je savais très bien de quelle importance elle pouvait être, d'autant plus si la cause et les sujets en étaient tenus secrets. Et si le personnel s'occupant de la gestion des rendez-vous n'aimait pas que l'on lui cache quoique ce soit et ne réponde pas à toutes ses questions, le titre de Grand Maitre les avait tout de suite rendu plus coopératif.

- Venez, la salle du trône est pleine de passages, et de courants d'airs à l'oreille attentive. Je vous écoute.

Je l'invitai à marcher avec moi pour sortir de la salle en nous dirigeant dans les couloirs vers une aile plus tranquille du château où nous ne croisions généralement personne. Mes suivantes étaient sortis de leur immobilité, silencieuses, fantomatiques, depuis l'arrivée du Grand Maitre leur unique mouvement avait constitué à la saluer en s'inclinant sobrement. Elles s'étaient maintenant mises en marche pour nous suivre, se déplaçant avec une si grande discrétion que l'on pouvait presque oublier leur présence. Etaient-t-elles à cran elles aussi ? Angoissées par la situation actuelle, et les dangers qui venaient s'immiscer jusque dans les murs du palais. Yséris et Kaleesy m'avait ce matin même fait part de leurs inquiétudes à mon sujet, craignant pour ma sécurité. La présence du Grand Maitre devait leur être un peu plus rassurante. Je m'avouais moi-même un peu rassurée par sa venue ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'avenir de Naboo [Pv Danaé Anastasia] Dim 21 Oct - 0:42

    Etrangement Eleanor sentait une certaine tension dans la salle du trône comme s'il n'y avait pas que la sérénité, l'ombre de l'Empire devait planer sur la planète mais pas au point ou cela était encore un trop grave problème. La Jedi avait depuis longtemps commencer à réunir des informations sur les Sith et l'Empire en général depuis qu'une Sith s'était fait particulièrement remarquée. Toutefois malgré cela Naboo demeurait encore sûre et en cela Eleanor allait justement en discuter avec la jeune Reine. La Jedi malgré son Rang s'était souvent posé la question de savoir pourquoi le peuple de Naboo ainsi que le gouvernement avait toujours eu à sa tête des Reines si jeunes et donc n'ayant pas forcément la maturité nécessaire pour tenir la tête d'une planète, bien-sûr l'histoire avait révélé des jeunes Reines particulièrement mature pour leur âge de règne comme Amidala ou encore Apailana qui avait connu une fin de vie trop tôt et des plus tragiques.

    La Reine actuelle était réputée pour être quelqu'un d'assez mûre et fermement encré aux idéaux Républicains à un point qui approchait presque de l'utopisme disaient certains, Eleanor n'ayant pas encore discuté véritablement avec elle ne connaissait pas vraiment le caractère de la Reine ni même sa manière de voir les choses si ce n'est qu'elle appréciait grandement la diplomatie, dans cette situation la présence du Sabre-laser pouvait être en totale opposition avec les idéaux de la reine et donner l'impression que la Jedi était contre la diplomatie ou en tout cas pour le langage des armes.

    La Reine invita la Jedi à marcher et celle-ci accepta d'un hochement de la tête léger et poli tout en disant d'une voix parfaitement calme.


    « Je vous en pris Majesté! »

    La Reine avait compris le caractère discret de la requête d'Eleanor et celle-ci en fut ravie, elle n'avait pas fait jouer son Rang pour obtenir un entretien rapidement, elle avait simplement mentionné un certain caractère urgent ce qui avait accéléré les choses venant du Maître Yunstar. Également le fait que la Reine parle de prudence fit remarqué à la Jedi qu'elle avait bien compris le conflit galactique actuelle, elle avait surement dût entendre parlé de la récente attaque mené sur Bastion et la bataille qui s'y était déroulé, combat qui avait vu la mort de milliers de soldats et de nombreux civils Impériaux même si Eleanor avait tenté de limiter les pertes de ce côté-là mais elle avait pensé avant tout à son rôle de générale sur le champ de bataille et non de Jedi, elle avait élaboré une stratégie et elle avait relativement bien fonctionné mais cela avait vu la mort d'innocents. Eleanor avait tenu à porter seule ses choix et personne d'autre n'avait été cité dans les choix militaires qu'ils soient contestables ou non pour éviter que certains soldats bienveillants se voient prendre en charge les choix de la Jedi pour l'embellir.

    La Jedi suivit la jeune Reine à travers certains couloirs du Palais tout en commençant par l'un des points clés de sa venu même si celui-ci n'était pas le plus important, elle tenait cependant à aborder les choses d'une certaine façon pour observer un peu comment la Reine réagissait et voyait les choses ainsi que les interrogations ou les déclarations que venait lui faire la Jedi.


    « Je voulais vous parlez de la sécurité de Naboo et de la République, comme vous le savez la Guerre a pris une toute autre dimension depuis l'attaque de l'Empire sur Coruscant et notre riposte sur Bastion. Naboo pourrait devenir une cible pour l'Empire pour ses ressources naturelles, je souhaitais savoir comment vous voyez les choses dans le climat politique actuel. »

    L'avis de la Reine était des plus important car même si l'Empire y réfléchirait à deux fois avant d'attaquer Naboo à cause de la présence du Temple Jedi il était évident que les Impériaux avaient été blessés dans leurs égos et qu'ils allaient préparer une riposte pour tenter de faire payer la République et l'audace dont elle avait fait preuve. Eleanor sentait cela venir et souhaitait voir un peu comment la Reine voyait ça au vu l'importance de Naboo dans ses réserves en plasma.

    La Jedi avait longuement étudié les Impériaux et ces derniers trouvaient souvent moyens de se plaindre quand ils perdaient, pour eux il était logique qu'ils frappent mais il ne devait y avoir aucun répondant derrière sinon ils se sentaient offensés, de belles preuves de courage et d'honneur qui faisaient hérisser les cheveux de nombreux Généraux Républicains.


    « Je sais que vous appréciez la diplomatie toutefois dans le contexte actuelle comment envisagez-vous le conflit contre l'Empire et envisagez-vous de vous impliquez dans le conflit? »

    Certes il y avait de nombreux moyens de participer à une Guerre autant sur le champ de bataille que sur les autres voies qu'elles soient diplomatiques ou plutôt axées sur les renseignements et l'espionnage. Seulement dans l'état actuelle de l'Empire les négociations semblaient mal parties puisque les Impériaux ne s'arrêteraient que quand ils auraient mis en place l'Empereur à la tête de la Galaxie.


Dernière édition par Eleanor Yunstar le Jeu 1 Nov - 1:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'avenir de Naboo [Pv Danaé Anastasia] Mer 31 Oct - 14:31

La lumière dorée éclatante tombait en faisceaux éblouissant au travers des grandes fenêtres de verre, illuminant le sol de marbre qui se couvrait de délicats reflets. Dehors, le ciel immense au bleu pure comme le saphir et le turquoise s'étendait sur tout Naboo, et le soleil faisait resplendir la majestueuse Theed. Ses coupoles aux étranges couleurs vertes aquatiques se mariaient avec une naturelle harmonie au beige tendre des murs, la pierre plus claire, presque blanche, des rues, scintillaient sous la lumière, se transformant en un mystérieux réseaux de rivières d'or, se mêlant au fleuve et à ses canaux, dont l'eau bleu claire et transparente coulait tantôt avec calme et majesté, tantôt avec fureur et sauvagerie, avant de s'effondrer en trombes immenses d'écumes blanches aux grandes cascades bordant la capitale. Cette vision idyllique, portée par ces lueurs aux éclats d'arc-en-ciel, me rappelait sans cesse l'importance de ce que je protégeais et pour lequel je devais lutter, tandis que nous marchions avec le Grand Maitre Jedi, dans les grands couloirs de l'aile ouest, choisie pour sa plus grande tranquillité et l'absence de visiteurs en ce lieu du palais proche de mes appartements. J'attendis calmement qu'elle m'expose les raisons de sa venue, et ce dont elle venait m'entretenir.

Je me doutais que nous n'avions pas la même vision des choses, et j'entendais bien les critiques de ceux qui me disaient bien trop idéaliste, j'étais consciente cependant des dangers planant sur nous. Je voulais protéger les miens, notre planète, de mon mieux, tout en respectant mes valeurs et nos traditions. Mais, si les nécessités de cette protection nous faisait aller à l'encontre de nos valeurs, cela devenait plus difficile alors. La guerre allait faire rage, elle avait déjà commencé à semer la mort, Coruscant, Bastion, les deux planètes fortes de chacun des deux camps avaient été cruellement atteintes, le reste de la galaxie n'attendait plus qu'à être mis à feu et à sang, comme ça avait déjà pu commencer sur certains mondes. Nous étions souvent prit pour cible, dans ces grands conflits intergalactiques, pas seulement parce que notre pacifisme était des plus irritable, ni parce que nous abritions les Jedis au combien hais de l'Empire et des sith, ni pour notre l'allégeance très prononcée envers les valeurs républicaines, non, ce n'était pas que pour la beauté d'un paysage a dévaster, que les forces impériales voulaient faire la main mise sur la petite Naboo, mais aussi pour ses ressources en plasma abondante dont la République ne se privait pas se servir. Et après la catastrophe qui s'était produite sur Bastion, après tous ces morts, tous ces innocents massacrés, ainsi que ces soldats, et ce dans les deux camps, il n'était pas inenvisageable que l'Empire débarque d'un jour à l'autre avec ses croiseurs et ses armées, pour se venger sur une planète dont il aurait tout à gagner de son asservissement.

On me prenait peut-être pour une enfant immature, d'autre pour une pacifiste bornée, ou encore pour une politicienne préoccupée par l'idée idiote du bien de son peuple… Et je ressentis quelques bouffées de colère que je sus faire taire sous mon visage impassible… Mais je n'étais pas aussi stupide que certains le pensaient, et si j'avais été élue par mon peuple ce n'était certainement pas pour mon immaturité, mais au contraire parce qu'on m'a jugée capable d'endosser ce rôle. Depuis mon plus jeune âge on m'a apprit la politique et la diplomatie, mais aussi à être sage, adulte, mûre. Et je ne voyais pas en quoi les autres politiciens républicains été en droit de me juger que ce soit sur mon âge ou mes valeurs, qui sont pourtant sensées dans notre système être les mêmes que les leurs.

Je pris une lente inspiration pour me détendre et en revenir à nos préoccupations actuelles. Donc, j'étais tout à fait capable malgré les idées de certains de faire face à la situation, de peser le pour et le contre, et d'accepter de céder un peu sur mes principes au profit de mon peuple, plutôt que de m'accrocher désespérément à des idées quand cela risquait de tous nous mettre en péril. Je ne pouvais cependant ni accepter de voir des populations massacrées, ni des soldats envoyés au front comme de la chair à canon. La guerre était un fléau, contre lequel j'étais déterminée à luttée, si il fallait utiliser des armes, nous le ferons, bien que cela ne me plaise guère. Mais je ne perdais pas de vu mon objectif cependant, tant pis si ça ne plaisait pas aux barbares et assoiffés de gloire et de sang. Et jamais la violence ne sera utilisée gratuitement, mais seulement en dernier ressort, et seulement pour protéger les vies innocentes de ce drame.


- Je suis consciente de la situation à laquelle nous devons faire face, et je suis la première à me sentir concernée par la sécurité de Naboo et de son peuple. Et ma vocation pour la paix, ne m'empêche pas de ne pas perdre de vue les réalités que nous impose la guerre.

Commençai-je d'une voix calme, et sérieuse. Je désirai poser les choses bien en premier lieu, pour que ça soit entendu une fois pour toute. Nous n'étions pas des kaadus sans cerveaux prêt à se faire sacrifier sur l'autel de la paix pour le dieu de la guerre. Sinon Naboo n'aurait pas survécut tant de siècles, n'aurait pas traversé tous ces conflits, et Theed ne se tiendrait pas fièrement debout dans la lumière vive du soleil. J'étais jeune, idéaliste, reine depuis bien peu de temps, et c'était là le premier grand conflit auquel j'avais à faire face, mais je connaissais notre passé, je connaissais les grandes figures des reines qui il y a des années de cela s'étaient battues pour les mêmes causes, contre des ennemis semblables. J'étais imprégnée de tout cela, et m'inspirai de leurs actes pour faire face à l'avenir brumeux qui s'offrait à nous. Je n'y parviendrai pas, je manquai parfois de confiance en moi, c'était peut-être trop dur pour les épaules d'une reine si jeune, et avec si peu d'expérience dans l'exercice réel du pouvoir. Mais j'irai toujours au-delà de mes capacités, pour m'améliorer, et faire le meilleur pour mon peuple.

- Dites-moi Grand Maitre Jedi, quel bilan retirez-vous de l'assaut de Bastion ?

Je me tournai vers elle, plongeant mes yeux aquatiques dans les siens, plus sombres. Je me demandai ce qu'elle gardait comme résultat de ce massacre. Que voyait-elle, dans sa perspicacité Jedi ? Là où moi je ne voyais que des morts par milliers, des innocents massacrés, et une perte immense pour la République, un acte de barbarie, qu'était cette guerre de plus en plus violente, et qui par sa provocation des deux camps n'entrainait qu'un cycle infernal et meurtrier qui s'apprêtait à ravager la galaxie. La colère grondait, à l'intérieur, derrière mon masque de calme et de sérénité, ce regard tout autant sérieux que paisible, en apparence, cette apparence, où rien ne me trahissait. Je ne comptais pas remettre une quelconque faute sur les épaules du Grand Maitre Yunstar, ni en faire la victime d'une de mes fureurs qui montaient parfois quand des situations me mettaient hors de moi. Il me fallait rester calme, paisible, sereine. J'aurais tout à loisir plus tard lorsque je serais seule de laisser sortir cette rage hors de moi, avec l'aide de ma très chère Kaleesy qui savait toujours apaiser mes colères malgré toutes leurs forces et la violence de leurs raisons. Mais était-ce à ce Jedi que revenait la culpabilité de tous ces morts ? Les Jedis devaient défendre la galaxie, pas la mettre à feu et à sang, mais en temps de guerre, ils étaient bien vite devenu de nouveau des soldats. Cependant, je n'étais pas là, sur ce champs de bataille, et je ne pouvais en juger. Je n'avais pas à dire qui avait tord ou raison, surtout qu'à mes yeux il n'existait plus aucun avis aussi tranché. Les agissements de l'Empire était des plus condamnables, mais ce n'était pas pour cela que je soutiendrai que la République fasse preuve de tout autant de folie. Nous n'en étions pas là, mais quelle était la limite, et où se trouvait cette mince frontière ?

Je pris un court instant pour reprendre mon calme, ma paix, jetant mon regard par-delà le ciel au dehors. Qui avait-il de plus important à protéger que la vie ? Pourquoi nous battions-nous, si ce n'était pas pour elle ? Sauver les innocents, préserver ceux qui sont plus faibles, mettre à l'abris ceux qui sont fragiles, promettre à tous qu'ils auront droit de vivre, et d'exister. Préserver le monde qui nous entoure, sa nature, sa beauté, lutter pour tout ce qu'à créé la vie, la Force. Peu importait même les valeurs que nous défendions, ou avec quelles outils nous luttions, c'était eux, ceux pourquoi nous nous battions. La vie, il fallait se battre pour la vie. Et chaque forme de vie. Tout être vivant dans cet univers méritait notre respect, et jamais il ne devait être mis en péril. L'équilibre, l'harmonie cosmique, était là, ou devrait être là, pour que toutes ces forces s'imbriquent et agissent ensemble, car elles faisaient parties d'un ensemble tellement plus grand, plus vaste, la Force. Alors pourquoi la mort de tous ces êtres vivants ? La mort même d'innocents, les fameux dommages collatéraux de la guerre ? La violence n'amenait que la violence. Elle engendrait la souffrance, le malheur, la haine, la vengeance, l'asservissement, la destruction, l'humiliation, la domination, la soumission… Dans la grande liste de ses conséquences, je ne voyais ni la paix, ni l'harmonie, ni la liberté, ni l'amour, ni la vie… Là où j'étais peut-être utopiste finalement, c'est que nous étions peut-être tout simplement incapables de nous satisfaire de la paix, d'agir sans violence, de vivre en équilibre, de se respecter, nous n'aimions peut-être pas la vie, peut-être que les Jedis n'aimaient peut-être même pas leur précieuse Force, pour détruire autant de ses créations. Peut-être que la vie était quelque chose de démodé, de vieillot et de dépassé, et que le souffle cosmique qui avait tout animé n'était peut-être qu'un grand démon avide de pouvoir, de violence, de haine et d'argent. Si tel était le cas alors, je mourrais sous le nombre de mes ennemis, seule dans une lutte perdu d'avance, mais je n'abandonnerai pas. J'étais déçue, bouleversée, outrée, simplement de ces suppositions abjectes que les agissements que nous portions à l'Univers faisaient entendre.

Un tressaillement m'échappa, comme un frisson glacé que je n'avais pas pu réprimé, tel un souffle froid d'hivers transperçant mon corps soudainement gelé. Je me détournai de la fenêtre, et le sentiment s'échappa, fugace, et si rapide qu'il ne parvint pas même aux portes de ma conscience. Le souffle de peur, comme une menace sourde et obscure, invisible à mes yeux, resta seulement l'ombre d'une émotion inconsciente qui s'effaça aussitôt. Mes yeux, dont la lueur soudaine d'effroi rendait sa place à mon regard sérieux et profond comme les lacs immenses de Naboo, se reposèrent sur le Jedi, après un vif coup d'œil dont je ne me rendis pas même compte sur le reste du couloir.


- Je refuse de cautionner la violence et la guerre. Je défends la paix et la vie, et je ne peux que réprouver les sinistres pertes que ces conflits laissent derrière eux, qu'ils soient d'innocents civils ou militaires. Mais nous sommes pris entre deux forces belliqueuses, et Naboo ne saurait survivre de par son unique pacifisme. Je partage vos inquiétudes, et je redoute tout comme vous le sort que réserve l'Empire à notre planète, que leur soif de vengeance et de pouvoir ne saurait épargner.

Cette vision me terrifiait. Voir ce précieux joyaux ravagé. Voir souffrir tous ces êtres sous ma protection. L'image des vaisseaux impériaux rassemblés en une flottes menaçantes faisant route vers la si paisible Naboo hantait mes cauchemars, bientôt presque autant que les fantômes de mon passé qui venait meubler mes nuits de leurs ténèbres. Je m'inquiétais pour mon peuple, la machine était lancée, elle ne demandait plus de notre volonté, elle détruisait tout sur son passage, sans jamais regarder ou entendre les voix des âmes qu'elle anéantissait. Je devais garder foi. J'avais aussi une grande volonté qu'ils n'étaient pas près d'user. Nous étions des milliers de volontés qui étaient prêtes.

- Je dois protéger mon peuple, et Naboo. C'est ma toute première et principale préoccupation.

Seul un imbécile se demanderait pourquoi alors nous ne rejoignions pas l'Empire puisque celui-ci était décidé à réduire en cendres tout ce qui lui ferait obstacle. Mais Naboo, ce n'était pas juste un gros caillou avec de jolies fleurs plantées dessus. C'était une histoire, une culture, une civilisation, des valeurs, auxquels nous étions fidèles et que nous protégions avec une semblable vigueur que leur volonté de nous anéantir.

- La guerre s'impose d'elle-même, et nous devons lutter contre pour survivre. Nous devons nous préparer à repousser l'Empire sur notre monde, mais l'armée de Naboo ne pourra être suffisante. Le Capitaine Magnus, œuvrant avec le conseil consultatif et avec moi-même, est chargé du projet d'expansion militaire en vu de notre défense en cas d'une invasion à grande échelle. Mais même si nous acceptons dans cette situation de nous écarter de façon mesurée de nos principes et de notre tradition pacifiste, nous ne pourrons les laisser derrière nous, et Naboo ne pourra jamais accepter de se fourvoyer ainsi. L'alliance avec les Gungans et les échangent entre nos deux peuples sont aussi une grande source d'espoir. Mais je crains qu'aussi grande puisse être notre armée, elle ne sera jamais l'égale de ce que pourra envoyer l'Empire contre nous. Nous aurons besoin de l'appui militaire de la République pour protéger la planète, ses habitants, et ses ressources. Nous avons toujours été fidèle à la République et à ses principes, j'espère qu'elle aussi nous restera fidèle. Mais quoiqu'il en soit je ne compte pas laisser Naboo aux mains de l'Empereur, ni de n'importe quelle autre personne qui lui voudrait du mal.

J'avais peut-être un peu plus parlé qu'à mon habitude, mais l'heure était trop grave. Si je n'avais pas une totale confiance envers l'Ordre Jedi, comme envers beaucoup d'autres factions ou personnes en réalité, j'étais consciente que nous allions peut-être pour Naboo devoir œuvrer de concert. Ils étaient menacés, et par un étroit réseaux de causes à effets, nous aussi nous étions menacés, tandis que l'ombre de l'Empire, et des siths, rappelaient à nous de bien sinistres événements du passé.

- Je suis sûre que nous pourrons trouver un terrain d'entente sur lequel nous pourrons agir ensemble, si Naboo est en danger, c'est nous tous que cela concerne.

Il fallait à tout prix ne pas répéter les erreurs, ou plutôt les désastres du passé. Les Jedis avaient élus domicile sur ma planète, et en cela ils étaient aussi placé sous ma protection. Dans l'immédiat, ils n'en avaient pas besoin. Mais que ce passerait-il si un équivalent à l'ordre 66 était mis en place ? Je ne voulais pas par respect pour mon interlocutrice évoquer un passé douloureux de leur histoire, mais je me doutais qu'en temps que Grand Maitre elle y avait certainement déjà pensé. Je me demandai aussi quels étaient ses plans pour protéger le Temple et les Jedis de ce genre de menace. Je lui demanderai peut-être, si j'avais le sentiment de pouvoir le faire.

En attendant il me fallait réfléchir à une autre de ses interrogations qui soulevait en moi un point sensible. J'avais un instant auparavant émis la pensée de la confiance et de la coopération nécessaire entre les Naboo et les Jedis, pour que chacun puisse être protégé et en sécurité sur notre monde. Mais vraisemblablement, même moi, je devais parfois cacher quelques étranges secrets politiques. Je connaissais les talents des Jedis, et le Grand Maitre n'aurait surement aucun mal à lire mes pensées, j'espérai qu'elle aurait assez de respect en tout cas pour ne pas le faire. Je ne souhaitai rien lui cacher, mais j'avais aussi une promesse à tenir. La peur me traversa un instant, à l'idée que le Jedi puisse lire assez profondément en moi pour en atteindre mes secrets. Bien sure, le secret en question n'était nul autre que ma rencontre diplomatique officieuse quelques jours auparavant. Comment devais-je expliquer mes actions diplomatiques théoriques sans parler de leur pratique ? Et sans y penser aussi surtout… Et même si j'avais un grand contrôle de moi-même, c'était pas gagné.


- Je continu de rester engagée dans la défense et la préservation de la paix qui me semble essentielle. A mes yeux le conflit n'apporte que destruction et mort, et cela ne serait être une force valable dans une lutte pour la vie. Ma volonté pacifiste et de justice m'oblige à considérer d'autres voies que la guerre, même si celle-ci ne pourra être malheureusement occultée, elle a la capacité de s'imposer, même là où l'on ne veut pas d'elle. Ces autres voies, de la politique, de la diplomatie, ou du dialogue, je vous le concède, ne sont pas facilement exploitables face à l'Empire. Mais je n'abandonne pas la paix et je continuerai de la défendre.

Comme cette lutte avait la force d'embraser mes lèvres et mes mots. Ma voix, si sérieuse et posée, étaient toujours plus habitée et passionnée quand elle se prononçait sur ces valeurs qui sont la base de tout ce que je suis. Je m'étais retournée vers la fenêtre, tout en parlant, comme si cette ouverture céleste avait matérialisé mes aspirations. En avais-je trop dit ? Le Jedi me considérait-il comme une illuminée pacifiste incapable ? Ou comprenait-il encore le sens et l'importance que pouvait avoir la paix à mes yeux ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'avenir de Naboo [Pv Danaé Anastasia] Mer 7 Nov - 10:40

    Eleanor savait bien que la jeune Reine était très concernée par la sécurité de sa planète et cela était tout à fait normal. La Jedi savait bien qu'elles avaient des visions opposées mais elle respectait les avis et les opinions de la jeune femme, la diplomatie pouvait résoudre bien des conflits mais devant la menace grandissante des Impériaux et leur manière de voir les choses Eleanor n'envisageait qu'une seule possibilité en diplomatie pour arriver à une trêve mais cette possibilité était inenvisageable sans le sacrifice d'un utilisateur de la Force extrêmement puissant. C'était d'ailleurs pour cela qu'elle ne parlait à personne de l'idée qu'elle avait eue pour signer la paix avec l'Empire, au final cela finirait en Guerre Froide qui verrait des populations détruites par des chemins détournés, des milliers de morts sans aucune riposte concrètes de la part des puissances galactiques... rien de concret ni même un bonheur durable car l'ombre de la Guerre planerait sur la Galaxie et tout le monde sombrerait dans la paranoïa ne sachant plus à qui se fier entre l'Empire, la République ou la Neutralité.

    La Jedi voyait les choses au loin et sur le long terme, dans son enseignement elle avait appris à tenir avec une guerre éclair comme une guerre d'usure et actuellement malgré les escarmouches qui avaient été réalisées la République se dirigeait vers une guerre d'usure, le pire scénario que l'on pourrait envisager sachant que ce genre de guerre était extrêmement couteuse en terme de ressources mais plus important que tout en termes de vies humanoïdes ou non. Pour avoir dirigé des soldats au combat Eleanor savait ce que c'était que la guerre et voir des hommes valeureux mourir pour la République, elle veillait à ce que chaque soldat soit nommé et ai des funérailles honorables ainsi qu'une décoration pour le mérite, malgré le fait que cela ne serve pas aux morts Eleanor jugeait cela nécessaire pour que leurs mémoires ne soit pas bafouées. Elle voyait aussi à ce que les familles de ces soldats soient aidées et ne se retrouvent pas dans le besoin suite à cette douloureuse perte. Cela devait surement être le point de vue de la jeune Reine qui fit preuve d'une sagesse qui fit plaisir à Eleanor avec la phrase : "Et ma vocation pour la paix, ne m'empêche pas de ne pas perdre de vue les réalités que nous impose la guerre." cela témoignait qu'elle voyait les choses comme elles devaient être vues.


    « Voilà qui est agréable à entendre et j'en suis ravie. Une guerre est bien la pire chose qui puisse arriver car elle n'épargne personne et je pense que Naboo sera une planète que l'Empire convoitera pour ses ressources naturelles mais aussi dans l'espoir d'anéantir les Jedi. »

    Eleanor n'était pas dupe, elle savait bien que l'Empire voyait les Jedi comme une grande menace et il en avait eu la preuve quand Eleanor avait mené l'assaut sur Kuat et Bastion, elle n'avait fait aucun cadeau à ses adversaires et elle avait utilisé toutes les ressources en sa possession pour mener les soldats Républicains à la victoire. La Reine demanda d'ailleurs un bilan de l'assaut sur Bastion.

    « Stratégiquement parlant c'est une réussite, objectivement parlant c'est un échec. Tant de vies ont été perdues et ces soldats sont morts pour rien, c'est un pur massacre. La bataille a montré que les deux camps étaient prêts à s'entretuer pour une histoire de domination, la République à démontré qu'elle était prête à affronter l'ennemi mais l'avenir me semble incertain dans ce conflit. »

    Elle marqua une courte pause puis elle reprit.

    « Il faut penser aussi au moral des soldats, beaucoup ont été affectés par cette bataille de voir des amis tomber et apprendre qu'au final ils sont morts rien, ils entrent dans le cercle vicieux qu'est la haine envers l'Empire, beaucoup des hommes que j'ai mené au combat n'ont qu'une idée en tête : retourner au front et tuer un maximum d'impériaux.
    Ma fille elle-même a participé à cette bataille et elle n'a que dix ans, un âge où elle n'aurait pas dû voir toutes ses horreurs, cela l'a beaucoup marqué et bien qu'elle ait vu les choses avec une sagesse surprenante, dix ans c'est bien trop jeune pour donner la mort.
    »


    Malgré le fait qu'Eleanor avait été là pour sa fille, elle l'avait sentie affecté et l'aidait actuellement à comprendre tout ce qui s'était passé, Eleanor voulait que sa fille puisse voir les choses correctement et depuis le retour de Kuat elle avait demandé à HK-47 de veiller sur Elora, d'ailleurs son droïde avait cessé de lui-même toute remarque pouvant être sarcastique ou approuvant la mort de l'ennemi lui qui d'habitude était très friand de ce genre de choses.

    Eleanor aurait préféré régler le conflit par la voie diplomatique mais le Sénat devant l'imminence du danger avait préféré une réponse armé face à une agression armé et Eleanor avait mené cela à son terme, mais au final rien n'avait été gagné pour les deux camps si ce n'est des morts, la destruction, une tentative de domination et une haine entre les deux camps encore plus grande qu'auparavant. Eleanor avait tenu dés son retour une réunion du Conseil Jedi et tous étaient tombés d'accord sur la participation des Jedi durant le conflit privilégiant avant tout la défense des planètes menacées, toutefois Eleanor avait dit que les Jedi ne devaient pas prendre part à l'invasion des planètes sauf si celle-ci souhaitaient rejoindre la République alors qu'elles étaient sous le joug de l'Empire. Seul les planètes extrêmement dangereuses et nécessitant une réponse militaire pourraient être attaquées avec des Jedi aux côtés des Républicains, autrement elle ne souhaitait pas voir les Jedi dans un flot de violence et de mort, également la présence des Sith était un paramètre.

    La Jeune Reine devait comprendre le point de vue d'Eleanor, cette dernière avait fait savoir la manière dont les Jedi iraient au combat au Sénat dés que cette décision avait été prise. La Jedi comptait d'ailleurs grandement aider Naboo qui depuis des années accueillait les Jedi.


    - Je refuse de cautionner la violence et la guerre. Je défends la paix et la vie, et je ne peux que réprouver les sinistres pertes que ces conflits laissent derrière eux, qu'ils soient d'innocents civils ou militaires. Mais nous sommes pris entre deux forces belliqueuses, et Naboo ne saurait survivre de par son unique pacifisme. Je partage vos inquiétudes, et je redoute tout comme vous le sort que réserve l'Empire à notre planète, que leur soif de vengeance et de pouvoir ne saurait épargner.

    « Les Jedi seront là pour empêcher cela, mais malgré tout face à une armée nous ne pourrions encaisser une attaque massive de l'Empire. Vous le savez surement mais ils utilisent des clones à la manière de Dark Sidious il y a 150ans., la vie des soldats n'a donc pour eux aucune valeur et s'il faut perdre 30 000 hommes pour envahir Naboo et exterminer les Jedi ils n'auront aucun scrupule à le faire.
    Là est justement le fait de renforcer un maximum les défenses de la planète en recrutant des soldats d'élites et assurant la bonne marche des armes de défenses! En cas de diplomatie l'Empire proposera la reddition ou le massacre.
    »


    Eleanor n'était pas pessimiste mais réaliste, elle savait bien que L'empire agissait de cette manière et même s'il proposait un système de neutralité au final il trahirait ses engagements. Eleanor voyait pour Naboo non pas de lieu de bataille mais plutôt maintenir la paix via des défenses puissantes et capables de repousser une attaque. Là était une attitude correcte pour maintenir la paix sans entrer véritablement dans un conflit armé.

    - La guerre s'impose d'elle-même, et nous devons lutter contre pour survivre. Nous devons nous préparer à repousser l'Empire sur notre monde, mais l'armée de Naboo ne pourra être suffisante. Le Capitaine Magnus, œuvrant avec le conseil consultatif et avec moi-même, est chargé du projet d'expansion militaire en vu de notre défense en cas d'une invasion à grande échelle. Mais même si nous acceptons dans cette situation de nous écarter de façon mesurée de nos principes et de notre tradition pacifiste, nous ne pourrons les laisser derrière nous, et Naboo ne pourra jamais accepter de se fourvoyer ainsi. L'alliance avec les Gungans et les échangent entre nos deux peuples sont aussi une grande source d'espoir. Mais je crains qu'aussi grande puisse être notre armée, elle ne sera jamais l'égale de ce que pourra envoyer l'Empire contre nous. Nous aurons besoin de l'appui militaire de la République pour protéger la planète, ses habitants, et ses ressources. Nous avons toujours été fidèle à la République et à ses principes, j'espère qu'elle aussi nous restera fidèle. Mais quoiqu'il en soit je ne compte pas laisser Naboo aux mains de l'Empereur, ni de n'importe quelle autre personne qui lui voudrait du mal.

    « La République et l'Ordre Jedi sont prêts à aider aux défenses, j'en avais parlé à la Chancelière et également de part le testament de la défunte Générale Malorne je peux vous fournir de quoi vous défendre et de quoi créer des droïdes de guerre. Certes je sais que cela est en désaccord avec le fait de ne pas vouloir combattre, mais vous pourriez avoir de quoi vous défendre et ensuite les fournir à la République pour protéger d'autres mondes. Qu'en pensez-vous? »

    Eleanor eut alors une sensation dans la Force, elle sentait que la conversation n'était pas totalement privée et que peut-être quelqu'un les espionnait, elle continua de garder ses sens de la Force ouverts pour détecter qui était dans l'ombre à écouter...

    « Bien que vous souhaitiez voir les autres voies que la Guerre, le Sénat ne le voit pas du même point de vue que vous et pour le moment celui-ci est en faveur de la Guerre, toutefois j'envisage de faire une apparition au Sénat pour tenter de voir si je pourrais essayer de contacter l'Empereur en vue d'un traité de paix. J'ai déjà affronté cet homme et malgré sa volonté de combattre nous pouvons tenter de voir ce qu'il souhaite, les circonstances de notre rencontre sur Bastion étaient que peu propices à la négociation. »

    Eleanor marqua une pause une nouvelle fois laissant la Force s'écouler en elle puis elle invita la jeune Reine à faire une petite pause dans leur marche.

    « Ne sentez-vous pas un regard sur nous? »

    La Jedi parla normalement comme si elle voulait que la personne qui les espionnait sache qu'elle l'avait repéré, étrange manière de faire? Non car pour faire commettre une erreur à un espion il faut qu'il sache qu'il est repéré et donc qu'à présent il n'est plus en sécurité.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'avenir de Naboo [Pv Danaé Anastasia] Ven 11 Jan - 6:15

« Voilà qui est agréable à entendre et j'en suis ravie. Une guerre est bien la pire chose qui puisse arriver car elle n'épargne personne et je pense que Naboo sera une planète que l'Empire convoitera pour ses ressources naturelles mais aussi dans l'espoir d'anéantir les Jedi. »

Finalement peut-être que le Grand Maitre Jedi et moi-même n'avions pas une pensée si éloignée, seul nos moyens en fait divergé, mais nos inquiétudes et nos soupçons paraissaient assez semblables. Donc deux choses semblaient dans l'urgence face à la menace, mettre en place un système défensif impénétrable, et malgré tout je doutais que cela suffisse face à la plus petite des armées impériales, tant leur puissance était dévastatrice, et protéger les Jedis. Une tâche complexe que de protéger les protecteurs de la galaxie. Mon Capitaine avait déjà eu l'occasion de s'entretenir avec des Jedis, mais essentiellement lors des fois où ma sécurité nécessitait leurs présences conjointes, mais peut-être serait-il bon de les mettre plus en rapport quant aux questions de la sécurité et de la défense de Naboo. Qu'était donc le meilleur chemin à suivre ? Je l'ignorai, je sentais des menaces peser sur mes épaules, des menaces auxquelles je n'étais peut-être pas assez préparée, nous vivions dans un monde si paisible, à l'abris du mal, notre histoire avait été marqué par le mal, et encore cela recommençait. Je savais mon devoir, mais je ne connaissais pas le moyen. Un soupir de désespoir passa mes lèvres blanches striée de la fine marque rouge sur la lèvre inférieure. Le souvenir. Je me souviens, oui, je me souviens.

J'avais ces derniers temps passé nombre d'heures enfermée dans les salles les plus reculées et inaccessibles aux visiteurs de la bibliothèque, épluchant les méandres d'une histoire ténébreuse que je connaissais déjà comme si elle ne se fut passée qu'une année auparavant, et non plus d'un siècle. Mais que ces archives m'apportaient-elles, sinon la conviction que l'ombre grandissante sur nous ne pourrait être balayée à force de principes et de convictions. Cependant, voila ce qui était nourris au sein des conseils dans les longs et honorables temps de paix que nous traversions avec tant de gaité, des principes, des traditions, des valeurs. Et lorsqu'il était temps que tout s'effondre, les vieux conseillers assis à leur table ronde soupiraient d'aise en songeant à la paisible retraite de Naboo, un joyaux de la galaxie, aveugles et inconscients à la nuit qui sombrait sur nous. Ils nous pensaient inatteignables. Et ce matin encore ils avaient réagis comme si les rumeurs de guerres étaient celles d'une autre galaxie. Impossible de leur faire entendre raison, et l'histoire m'avait appris qu'ils n'eurent jamais ouvert les yeux que lorsque les fers enchainaient leurs mains et que l'esprit quittait leur corps. J'étais pacifiste, mais il était encore plus difficile de mener une guerre avec eux qu'avec moi. Mais là était le don de la démocratie que j'acceptais vaillamment, au son des soupirs de Magnus, qui était encore l'un des rares lucides en ces réunions.

Un rayon de soleil, comme un jet d'or étincelant rayonnant soudain dans tout le palais, vint s'infiltrer de part l'embrasure ouvragée de la grande fenêtre, avec lui, des chants d'oiseaux dansaient dans le vent frais et paisible, une ode de cristal serpentant comme le cour de l'eau, au carillon tant clair et pure qu'il se confondait avec celui des cascades. Comment pourrions-nous imaginer à sa place le bruit des machines de guerres, des cris d'agonies et de supplications, dans un ciel noir de fumé et de cendre recouvrant notre monde et y faisant mourir toute chose sous les coups de canon. Soudain l'image m'en apparut dans mon esprit, comme soufflée à mon oreille par quelque magie, aux nuages toxiques noirs comme les plumes de corbeaux se mêlait l'humeur rouge pourpre du sang qui s'épandait, là où le feu s'élevait en troches évanescentes, dévorant de ses flammes voraces une ruine à la terre grise et morte, dans ses jonchements, un charnier de cadavres pleurant.

Se détournant de la vision cauchemardesque, au prix d'un grand effort pour ne pas défaillir et demeurer impassible, elle tourna de nouveau son esprit vers le Grand Maitre. Concentrée, et sans prêter attention aux inquiétudes de sa pensée étrangement tourmentée, elle l'écouta attentivement.


« Stratégiquement parlant c'est une réussite, objectivement parlant c'est un échec. Tant de vies ont été perdues et ces soldats sont morts pour rien, c'est un pur massacre. La bataille a montré que les deux camps étaient prêts à s'entretuer pour une histoire de domination, la République à démontré qu'elle était prête à affronter l'ennemi mais l'avenir me semble incertain dans ce conflit. »

Nous n'avions elle et moi pas du tout la même vision de la réussite en tout cas. Comment un aussi grand carnage, démonstratif d'une folie et d'une sauvagerie sans nom pouvait-elle comporter la moindre trace d'une quelconque réussite ? Comme un Jedi pouvait-il en avoir un pareil sentiment ? Mes yeux couleur de la tempête sur l'océan croisèrent ses pupilles d'ébènes, les questions dans mon regard tournoyaient comme des flammes. Se mêlant aux mystérieux feux de mon esprit que rien ne semblait éteindre tandis que nous avancions dans le couloir.

« Il faut penser aussi au moral des soldats, beaucoup ont été affectés par cette bataille de voir des amis tomber et apprendre qu'au final ils sont morts rien, ils entrent dans le cercle vicieux qu'est la haine envers l'Empire, beaucoup des hommes que j'ai mené au combat n'ont qu'une idée en tête : retourner au front et tuer un maximum d'impériaux.
Ma fille elle-même a participé à cette bataille et elle n'a que dix ans, un âge où elle n'aurait pas dû voir toutes ses horreurs, cela l'a beaucoup marqué et bien qu'elle ait vu les choses avec une sagesse surprenante, dix ans c'est bien trop jeune pour donner la mort. »


J'adressai un regard de compassion à la Jedi, tandis qu'elle poursuivit après une courte pause, de nouveau je portais mon attention sur elle, tandis que mes suivantes, alertes, tendaient l'oreille. La souffrance des hommes étaient une peine si lourde, je connaissais ces engrenages dont elle me parlait à l'instant, la souffrance, la colère, la haine, je connaissais assez bien la philosophie Jedi, du moins parce que je pouvais en apprendre auprès de mon ami Aldrian, ce qui n'était pas toujours idéalement ce que son Ordre aurait dicté. Sa pensée et son souvenir plein de bonheur loin des ombres me fit sourire intérieurement, sourire cependant que je ne communiqua pas sur mon visage. Car l'obscurité était bien trop profonde à présent que pesait sur nous la mort et le mal. Si nous n'avions pas le même mode de vie et de pensée des Jedis, nous en partagions parfois certaines valeurs cependant. Et la haine n'était jamais chose encouragée dans les murs de ce palais, ni sur la vaste terre de Naboo. La haine n'était qu'une porte ouverte à la noirceur et à la douleur. La paix était bien plus propice et douce à l'âme. Mais face à une si grande souffrance, face à ces pertes, et à ces pleurs, comment guérir le cœur des hommes qui est plongé alors dans les ténèbres les plus noirs, et les plus profonds ? Ils n'étaient pas à blâmer non, qui serait vraiment prêt à subir ces horreurs que trainait avec lui le monstre de la guerre ?

C'était le cas de sa fille cependant qui m'inquiéta le plus, je ne connaissais pas bien le Grand Maitre, et n'avais eu l'occasion de ne la voir que bien rarement avant notre rencontre d'aujourd'hui, je ne connaissais que peu sa fille pareillement, seulement de nom, et de quelques mots que l'on m'en avait dit par les peu de connaissances et d'amis que j'avais au sein de l'Ordre. Néanmoins, je ne pouvais rester de glace à de pareils mots, tandis que soudainement, à travers l'être soigneusement construit par tant d'années de labeur, le Jedi, m'apparaissait sous quelques ombres secrètes cachées, celui de la mère. Je n'approuvais pas qu'une enfant si jeune fut porté au combat, mais c'était là les affaires des Jedis, dont je n'avais pas à me mêler. Mais en tant que mère, elle devait savoir ce que l'on faisait risquer à l'innocence, lorsqu'on plongeait son enfant dans l'horreur. J'étais moi-même aussi bien trop jeune et inexpérimentée, n'ayant aucun enfant, pour comprendre toutes les facettes de cette situation. Mais ma compassion m'en faisait apercevoir une partie, qui n'avait rien de réconfortant. J'aurais aimé pouvoir lui apporté mon aide, mais je ne voyais quoi lui offrir, pour soulager la peine de son enfant.


- Ma peine est grande en vous entendant, et mon cœur accompagne tous ceux qui souffrent, et tous ceux qui dans la guerre ont été enlevés à la vie. Que leurs mémoires soient honorées et qu'ils puissent dans le repos de la mort trouver la paix. Pardonnez moi, mais je ne puis voir nulle réjouissance ou sentiment d'une quelconque victoire, quand tant de sang recouvre la terre et que tant de ténèbres s'étendent sur le ciel. Si je puis faire quoique ce soit pour vous aider demandez-le moi. J'espère que votre jeune fille sera apaisée de ses tourments.

A nouveau je songeai aux jeunes jedis envoyé sur le front d'une guerre où même les plus vieux sont encore trop jeunes pour y trouver ou pour y donner la mort. Je savais cependant qu'ils n'avaient guère le choix, qu'ils étaient trop peu nombreux, face à l'Empire, et que bien des années auparavant, pareille implication fut longuement discutée, ils étaient loin d'être inconscients de sa gravité. Mais les Jedis étaient à nouveau en danger, et c'était vers Naboo que se tournerait l'œil de l'Ennemi lorsqu'il voudrait les supprimer. Perdue dans les diverses inquiétudes, la voix de la Jedi vint de nouveau m'apporter un peu de réconfort, sortant de mes sombres pensées j'écoutais cependant de bien sombres nouvelles, qui sans m'avoir échappé, semblaient sonner le glas de grands malheurs à venir.

« Les Jedi seront là pour empêcher cela, mais malgré tout face à une armée nous ne pourrions encaisser une attaque massive de l'Empire. Vous le savez surement mais ils utilisent des clones à la manière de Dark Sidious il y a 150ans., la vie des soldats n'a donc pour eux aucune valeur et s'il faut perdre 30 000 hommes pour envahir Naboo et exterminer les Jedi ils n'auront aucun scrupule à le faire.
Là est justement le fait de renforcer un maximum les défenses de la planète en recrutant des soldats d'élites et assurant la bonne marche des armes de défenses! En cas de diplomatie l'Empire proposera la reddition ou le massacre. »


Aussi difficile que cela m'était de l'admettre, non par orgueil, loin de là, je savais qu'elle avait raison. Mais ce que cela laissait présager était trop funeste pour que j'y puisse m'y accorder, mais j'y étais cependant forcée. Quelles forces avions-nous capable de rivaliser avec l'arme de destruction qu'était l'Empire ? Aucune. Nulle par dans la galaxie ne semblait se trouver d'assez grandes puissances pour y résister. Plus que de la mélancolie, du désespoir avait envahis mon visage. Je ne devais pas cependant me laisser terrasser. Mais j'avais si peur au fond de moi. J'expirai longuement avant de répondre, gardant mon calme et mon assurance, malgré l'incertitude sur mes traits.

- Je dois avouer que vous ne parlez pas sans raison, et que malgré tout je suis bien obligée d'être d'accord avec vous. Je connais leurs forces, bien que je ne les ais jamais encore affronté dans un combat, et nous devons pouvoir les repousser. Je ne peux leur céder Naboo. Il faut trouver un moyen…

Mes yeux inquiets se tournèrent vers elle, en quête de conseils, une ombre grandissante semblait tomber sur mon cœur et sur mon esprit. Une ombre de peur sourde et invisible, qui grandissait, comme si l'on avait mis une germe en mon âme qui se nourrissait à présent de moi pour grandir. Pourtant céder ainsi à la terreur n'était pas dans mes habitudes, et ma retenue était bien connue. Alors qu'était-il ce mal qui me rongeait sans que je puisse lutter contre ? Peut-être n'y avait-il vraiment aucun espoir, peut-être la reddition sera-t-elle notre seule chance de salut ? Que m'importe de survivre, c'est mon peuple et ma terre que je ne puis laisser souffrir. Mais n'y a-t-il aucun autre avenir que l'asservissement à l'empereur ? Il m'apparaissait clairement soudain que nous ne pourrions jamais lutter et vaincre, et qu'il faudrait capituler si nous voulions espérer rester en vie.

Que de mensonges, qui pervertissaient ainsi mon esprit, quelle était cette obscurité qui cherchait à troubler mon cœur et mes pensées ? La tromperie alors s'effondra, comme un voile partant en feu. Quelle étrange sensation soudain de ne plus se sentir maitre en sa propre maison. De perfides pensées qui n'étaient pas les miennes se disaient de ma propre invention. Comment pourrais-je nourrir de tels dires ? Mais tout s'effaça soudain, en un clignement d'yeux, seule une étrange douleur dans mon esprit persista, signe du tourment qui s'y jouait et tentait à ma raison de me dérober.


- Notre défense sera assurément notre seul espoir de pouvoir leur faire front, si seulement cela est possible. Le croyez-vous ?

Lui demandai-je, tournant mon regard troublé vers elle. Comme en quête de réponse, réponse à quoi ? Qui parlait vraiment en moi ? Je n'étais pas coutumière du désespoir, et celui-ci se déversait bien trop vite en moi pour qu'il eut été d'une naturelle origine. Je n'osais prononcer à voix haute ce que mes pensées me dictaient de dire, quelle folie voulait me faire ainsi parler ? J'y résistais, tout du moins pour l'instant, me concentrant de mon mieux pour faire la part dans mon esprit.

« La République et l'Ordre Jedi sont prêts à aider aux défenses, j'en avais parlé à la Chancelière et également de part le testament de la défunte Générale Malorne je peux vous fournir de quoi vous défendre et de quoi créer des droïdes de guerre. Certes je sais que cela est en désaccord avec le fait de ne pas vouloir combattre, mais vous pourriez avoir de quoi vous défendre et ensuite les fournir à la République pour protéger d'autres mondes. Qu'en pensez-vous? »

J'offrais cette fois inconsciemment un sourire à la Jedi, teintée d'une étrange obscurité que je ne remarquai même pas. Mes lèvres s'entrouvrirent comme pour parler, mais soudain j'empêchais le flot de mes paroles dans continuer le cours, qu'allais-je donc dire que j'en repoussais si loin de moi les mots ? J'étais de plus en plus troublée, sans en connaitre la raison, et sans parvenir à m'en faire l'observation. Comme si le trouble se trouvait là quelque part à la limite, entre ma conscience et mon inconscience, si prêt que je pouvais presque le toucher, mais sans jamais l'atteindre vraiment, tandis que lui prenait place en mon esprit comme si ce fut était le sien. Je croisai au détour le regard d'une de mes suivantes, elles nous entouraient, Kaleesy était au près de moi, Yséris se tenait à deux pas derrière elle, du coté de Eleanor Yunstar se tenait Xyan, suivit de Zayla, derrière nous Weyla fermait la marche. C'était Xyan qui m'adressait un soudain regard, comme alarmé, mes sourcils se froncèrent et son regard se tourna alors vers Kaleesy, la marche autour de nous se resserra légèrement. L'échange entre les regards, et les mouvements infimes qu'ils avaient engagé, n'avaient duré qu'une petite seconde, et étaient presque imperceptibles.

- Je vous en remercie, bien que cette autre perte m'attriste aussi. C'est une bonne chose je pense que vous proposez, malgré tous ce que nos principes auraient à y répondre. Le Capitaine Magnus saura en faire bon usage pour armer et défendre Naboo, je lui fais entièrement confiance.

Le calme paraissait revenu en moi, un calme illusoire cependant, comme bien des choses semblait être illusion soudainement. A nouveau je prêtais pleinement mon attention au Grand Maitre, sans qu'il n'y eut plus la moindre trace d'ombre visible, ni en moi, ni sur mon visage. Inconsciemment j'en repoussais vainement les assauts, c'était comme des vagues en colère qui venaient me submerger, mais de tout cela, comme de cette étrange sensation de peur qui voyageait en moi depuis tout à l'heure, je n'avais qu'à demi conscience, et si peu encore.

« Bien que vous souhaitiez voir les autres voies que la Guerre, le Sénat ne le voit pas du même point de vue que vous et pour le moment celui-ci est en faveur de la Guerre, toutefois j'envisage de faire une apparition au Sénat pour tenter de voir si je pourrais essayer de contacter l'Empereur en vue d'un traité de paix. J'ai déjà affronté cet homme et malgré sa volonté de combattre nous pouvons tenter de voir ce qu'il souhaite, les circonstances de notre rencontre sur Bastion étaient que peu propices à la négociation. »

Ces quelques mots me firent revenir en mémoire mon entretien passé avec l'Amiral Impérial, et inconsciemment encore une fois je me posais la question de savoir si cela avait été bien moi qui avait été à sa rencontre, où si quelques autres forces ne m'influenceraient-elles pas ? Aveugle à cette question, je la laissais au loin, sans réponse. Me concentrant uniquement sur ce petit essai diplomatique que nous avions tenté dans le plus grand secret. Mais le souvenir s'estompa alors, comme enfouis au plus profond d'sa rencontre, où si quelques autres forces ne m'influenceraient-elles pas ? Aveugle à cette question, je la laissais au loin, sans réponse. Me concentrant uniquement sur ce petit essai diplomatique que nous avions tenté dans le plus grand secret. Mais le souvenir s'estompa alors, comme enfouis au plus profond d'un coffre fort de ma mémoire.

- Un traité de paix ?

M'étonnai-je, moi qui critiquait le manque de dialogue entre les deux parties, j'étais ici servie. Mais je me demandais si cela était bien possible, l'empereur avait été jusqu'à maintenant si fermé, et pas même moi qui prônait la discussion et la diplomatie n'oserait aller à sa rencontre pour chercher la moindre entente… Je doute qu'il accepterait quoique ce soit, autre que l'asservissement et l'obéissance. Mais j'étais heureuse que cette fois puisse être envisagée, malgré le peu d'espoir qui semblait s'en réchapper, c'était un autre chemin que celui de la mort, et il n'y avait rien qui puisse être pire que cette guerre. A moins que je ne me trompe.

- Le Sénat… je ne sais comment il tient, maintenant que nous en avons perdu la tête, tout semble encore plus incertain. Je respecte le Sénat, et la République, à laquelle nous demeurons fidèle, mais si ma recherche de la paix pour mon peuple doit entrer en conflit avec sa soif de guerre et de sang, alors cela sera ainsi. Je ne suis pas sénatrice, et si les questions qui sont débattues au Sénat nous concernent tous, et que j'y prête évidemment la plus grande attention, je suis avant tout Reine, et c'est le bien de mon peuple qui est mon premier objectif. Comme il est lié au devenir de la galaxie et de la guerre, je suis forcée de m'engager dans ce conflit, mais je ne puis le faire autrement que comme partisante de la paix. J'espère que votre démarche vous sera couronnée de succès, et que malgré tout ce que les forces en jeu on eu à s'opposer, un autre choix que de se condamner aux ténèbres de la guerre pourra être possible. Je puis vous y aider si vous le désirez. Mais je n'ai que si peu d'espoir…

Le son de ma voix avait baissé à mesure que je parlais, devenant bas, comme lourd pour moi. Kaleesy sur mes derniers mots avaient brusquement tourné son visage vers moi, et ce n'était pas la seule de mes suivantes à ainsi réagir, se trouvant soudain troublées par mes paroles. Elles me connaissaient bien, et toute personne me connaissant à peu près, même de rumeur, pouvait déceler l'étrangeté qui m'avait soudainement prise dans mes dires. Comme de l'infime différence du son de ma voix, voilée par quelques nuances qui n'étaient pas miennes, dont seul les coutumiers à m'entendre pouvait les déceler. Mes doigts d'argile blanc délicatement se portèrent à ma tempe droite, comme pour en chasser quelque mal en mon esprit. Une douleur semblait me transpercer, et mon esprit se brouillait, comme voulant m'échapper. La Jedi me fit m'arrêter avant de parler d'une claire voix de choses semblant si secrètes que tous les auraient dites en murmure :

« Ne sentez-vous pas un regard sur nous? »

Mon esprit céda alors à la vague noire, et la peur tout comme le désespoir m'envahis pleinement. Une main se posa délicatement sur mon bras et je réprimais un frisson, reprenant temporairement le contrôle de moi-même, Kaleesy, toute proche, m'adressa un regard rassurant qui parvint pour un temps à m'apaiser. Je profitai de ce calme inopiné pour faire barrage dans mon esprit à tout ce qui chercherait à en ébranler la paix. Portant ma main à mon poignet, caché par les grandes manches de ma robes qui permettaient de dissimuler mes gestes, j'appuyais sur le transmetteur pour envoyer un signal d'urgence à Magnus. La manche du bras de Kaleesy effleura la mienne et furtivement, en un échange imperceptible, elle mis un blaster dans ma main. Celui-ci resta caché par ma manche. Tout comme les manches des autres de mes suivantes dissimulaient à présent des armes. Mes craintes, qui n'avaient jusqu'alors étaient qu'inconscientes, prenaient vie soudainement dans mon esprit, j'adressai un regard au Grand Maitre et hochai la tête. Divers forces luttaient en moi, et je n'avais pas la puissance de leur résister, elles me dépassaient et menaçaient mon équilibre. Yséris et Zayla s'inclinèrent respectueusement avant de se détourner pour aller voir en arrière si quelques espions ne se tiendraient pas dans les environs. Je n'en avais pas donné l'ordre, et j'aurais préféré éviter cela, craignant pour leur sécurité, mais c'était la mienne qu'elles avaient en charge de protéger, et elles prenaient ce devoir très à cœur, si bien qu'aucune d'elle n'aurait jamais hésité à mettre leur vie en danger pour préserver la mienne. Mais nous ne pouvions savoir ce qui se tenait alors dans l'ombre, nous ne pouvions même en avoir l'idée. Quelque chose de mauvais s'était immiscé au palais, le même qui avait le pouvoir d'influer mes pensées, et de jouer avec les émotions qui me traversaient, sans que je ne m'en rende compte. Comment un espion avait-il pu entrer ici ? Comme dans tous les autres palais, malheureusement quelque soient nos efforts, ils ne nous préservaient jamais complètement.

Mais ce que je pensais encore n'être qu'un simple espion, ou au pire des cas un assassin, donc qu'il était peu probable qu'il arrive à son but alors qu'il allait bientôt être cerné et qu'en plus de cela nous bénéficions de la présence d'un Jedi, allait se révéler sous un jour bien plus menaçant que tout ce que j'imaginais pouvoir franchir les portes de mon palais. Il se mouvait comme une ombre, caché par son propre pouvoir, dissimulé, presque invisible, indécelable, mais restant tout prêt de nous, obscurcissant nos esprits d'un poison noir. Un ou deux gardes, parmi le palais, avaient été corrompu par l'ennemi, et étaient maintenant comme de sombres corbeaux, messagers espions qui se mariaient aux paysage de la forêt, tout prêt de notre épaule. Puis quand leurs affaires furent bien à point, et qu'ils étaient si bien déguisés qu'ils ne furent pas attrapés, ils firent entrer l'ombre, au sein de notre maison. Un être que nous n'aurions jamais soupçonné ici, vêtu du mal, qui se cachait dans les coins sombres, comme un lâche, mais si puissant que nous étions capables de peu de choses contre lui. Pas même de le voir, et encore moins de lutter contre.

Deux gardes venant de derrière nous, et deux autres de devant nous, approchaient, venant répondre à l'alerte que j'avais donné. Nous nous trouvions dans un long couloir dégagé et sans porte apparente, habillé seulement de colonnades sobres, nous avions quelques pas auparavant tourné à un angle, et les deux gardes qui venaient de derrière étaient encore dans l'autre corridor avant le croisement, précisément ce corridor où se terrait l'espion, mes deux suivantes, elles, s'apprêtaient seulement à quitter celui où nous nous trouvions, tandis que ceux qui venaient au devant de nous n'étaient pas encore arrivés. Quand les étranges choses qui demeuraient dissimulées, furent alors révélées. Le premier garde, attentif à l'urgence du danger, décela une ombre, cachée par les colonnes, à l'abris des fenêtres lumineuses, mais avant même qu'il put poser quelque question que ce fut sur sa présence en ces lieux ou sur son identité, une grande force le projeta en arrière le faisant cogner contre le mur de marbre avant qu'il ne s'effondre inconscient. Un cri de surprise mêlé de peur s'éleva venant du couloir, suivi du tir d'un pistolet qui manqua sa cible, avant que suspendu dans les airs à son tour le second garde ne tombe étranglé. Les deux suivantes en avant se figèrent, n'osant plus avancer soudain, je demeurais pétrifiée, tournée vers la source de l'attaque, et sans pouvoir bouger. Une silhouette enténébrée d'un long manteau et d'un capuchon masquant ses traits s'avança dans le couloir où sembla soudain en plein midi régner une profonde obscurité. Devant lui mes deux suivantes reculèrent. Les trois autres formèrent une protection devant moi. L'atmosphère était devenu lourde, remplie d'une tension profonde, un frisson nous vint à toutes, tandis que la peur nous glaçait, car jamais nous n'avions vue pareil guerrier de l'ombre. J'en oubliais même la présence du Jedi à mes cotés, tant mon esprit, maintenant aux mains du sith qui de par ses pouvoirs finis par y faire céder les défenses, était tourné vers la menace.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'avenir de Naboo [Pv Danaé Anastasia] Jeu 17 Jan - 10:05

Eleanor sentait clairement l'émotion dans la voix et dans l'attitude de la jeune Reine, même si celle-ci ne laissait que peu transparaitre son état d'esprit il était fort simple pour un Jedi de deviner et de savoir que la jeune Reine était très touché par la Guerre actuelle.

- Ma peine est grande en vous entendant, et mon coeur accompagne tous ceux qui souffrent, et tous ceux qui dans la guerre ont été enlevés à la vie. Que leurs mémoires soient honorées et qu'ils puissent dans le repos de la mort trouver la paix. Pardonnez moi, mais je ne puis voir nulle réjouissance ou sentiment d'une quelconque victoire, quand tant de sang recouvre la terre et que tant de ténèbres s'étendent sur le ciel. Si je puis faire quoique ce soit pour vous aider demandez-le moi. J'espère que votre jeune fille sera apaisée de ses tourments.

La Jedi nota également que la Reine était particulièrement touchée par le fait que Elora est suivi et ai été sur le champ de bataille durant l'assaut de Bastion, il était vrai que cela était terrible de voir des enfants déjà mêlé mais dans la stratégie qu'avait mis au point Eleanor l'aide de sa fille avait été inestimable et elle avait permis de manière indirecte la retraite des hommes restés en arrière pour bloquer les Impériaux.

« La victoire ne se mesure pas dans le simple fait de remporter une bataille, elle repose sur un certain nombre de choses que seul un esprit Guerrier peut vraiment saisir. Je puis vous assurer que durant le voyage de retour vers Coruscant il n'y eu ni chant, ni célébration, ni même un sentiment de joie chez nos soldats, tous étaient silencieux car même si nous avions défait notre adversaire nous avons perdu beaucoup. La victoire que je vois et que tous nos soldats partagent est le symbole que la République a laissé.
Ma fille saura traverser cette épreuve et je l'y aiderai tel est le rôle d'un Maître et surtout d'une mère.
»


La Guerre n'épargnait personne et les Jedi étaient à présent entré de plein pieds dans l'engrenage terrible qu'était une période de conflit. Eleanor avait déjà mis en place bon nombre de tactiques secondaires pour avoir un coup d'avance sur l'adversaire et elle travaillait avec le Commandeur Suprême des Forces Républicaines pour que les forces Républicaines soient déployées correctement et chacune ayant un potentiel suffisant pour stopper ou attaquer les Impériaux.

La Reine semblait vraiment paniqué à l'idée d'une attaque, en cela que le conflit, la Guerre ainsi que le champ de bataille était des expériences auxquelles elle ne pourraient répondre de manière sûre et assurée, elle serait inévitablement débordée et la planète tomberait sans la moindre résistance si ce n'est des Jedi qui lutteraient jusqu'à la mort. Trouver un moyen était certes une chose mais hélas Eleanor voyait un détail encore plus important : sur Naboo il n'y avait aucun commandant militaire ayant la stratégie dans le sang! Et malgré le fait que le capitaine du Palais était très doué il n'avait pas l'étoffe d'un Général.


- Je dois avouer que vous ne parlez pas sans raison, et que malgré tout je suis bien obligée d'être d'accord avec vous. Je connais leurs forces, bien que je ne les ais jamais encore affronté dans un combat, et nous devons pouvoir les repousser. Je ne peux leur céder Naboo. Il faut trouver un moyen…

Eleanor demeura silencieuse devant l'appel à l'aide de la jeune Reine car même en lui proposant son aide la Jedi ne pouvait faire pencher la balance d'une bataille, et ce, malgré ses tactiques qui depuis des années avaient toujours eu raison de ses adversaires. Ce qu'il faudrait c'est remanier entièrement le côté militaire de Naboo mais devant les Impériaux Naboo aurait un avantage, ils seraient certes moins nombreux mais ils seraient animés d'une véritable volonté de vaincre et en cela les troupes se battraient jusqu'à la mort.

- Notre défense sera assurément notre seul espoir de pouvoir leur faire front, si seulement cela est possible. Le croyez-vous ?

La Jedi observa un instant de silence avant de répondre.

« Nous le pouvons mais clairement dans l'état actuelle des choses la tâche serait très difficile. Néanmoins le côté vulnérable de Naboo peut être un détail stratégique à exploiter de notre côté... »

Ayant suivit les enseignements de Revan durant des années et ayant été formé à la stratégie Eleanor pensait immédiatement à une terrible feinte et une bataille non pas terrestre mais spatiale. Une embuscade qui verrait les forces de la République prendre en étau les Impériaux et assurer plusieurs mouvements de flancs et arrières pouvant détruire rapidement une flotte entière et repousser les Impériaux sans le moindre soucis. Toutefois un bon stratège ne se fiait pas uniquement sur la réussite d'un plan mais aussi sur l'éventualité que celui-ci échoue ou soit temporairement inexploitable. Dans ce cas-là renforcer Naboo serait un objectif et lui assurer d'excellentes défenses avec de l'artillerie, des droïdes et des unités de la République.

La souveraine de Naboo, bien que tentant de le cacher par moment, ne savait absolument pas comment défendre sa planète, cela avait été le cas pour la Reine Amidala quand Naboo avait été envahie par la Fédération du Commerce. Le côté pacifiste de Naboo était important et était une force comme une faiblesse... Toutefois les Jedi étaient prêts à tout pour empêcher que la planète ne tombe dans les griffes des Impériaux, Eleanor était la première à dire au Conseil que si Naboo était menacé les Jedi devraient offrir la même résistance qu'ils avaient montrée lors de la Bataille de l'arène de Géonosis ou de l'attaque du Temple sur Coruscant lors du coup d'état de Dark Sidious.

Ce que lui proposa la Jedi en équipant la République et en participant de manière indirecte fit apparemment naître un renouveau d'espoir dans l'esprit de la jeune Reine. Elle parlait souvent du Capitaine Magnus, Eleanor le rencontrerai probablement un jour et verrait alors de la suite pour la défense de Naboo. La planète avait de très nombreuses raisons d'être attaquée par l'Empire et aujourd'hui plus que jamais la planète avait besoin de défenses aussi solides que la Force elle-même.


« Je rencontrerai le Capitaine pour observer ce dont la planète à besoin selon lui par rapport à mes propres observations. Également peut-être serait il intéressant que j'assiste ou qu'un Jedi assiste à une des réunions que vous avez avec les membres votre gouvernement pour écouter leurs positions. »

L'idée qui s'en suivit sur la possible rencontre entre l'Empereur et la Jedi fut apparemment quelque-chose que personne n'avait le courage de faire si ce n'est elle. Eleanor avait affronté l'Empereur et le combat ne s'était jamais terminé puisque les deux étaient encore vivants. La Jedi souhaitait tenter cet essai diplomatique pour savoir les désirs profond de l'Empereur : un désir de vaincre, détruire et se faire un nom ou simplement vouloir quelque-chose... Au final s'il voulait la Guerre il avait sans doute ses raisons et il serait bien séant qu'il les expose.

La jeune souveraine fut un peu prise de court mais lui annonça son soutien dans cette démarche diplomatique.


- Le Sénat… je ne sais comment il tient, maintenant que nous en avons perdu la tête, tout semble encore plus incertain. Je respecte le Sénat, et la République, à laquelle nous demeurons fidèle, mais si ma recherche de la paix pour mon peuple doit entrer en conflit avec sa soif de guerre et de sang, alors cela sera ainsi. Je ne suis pas sénatrice, et si les questions qui sont débattues au Sénat nous concernent tous, et que j'y prête évidemment la plus grande attention, je suis avant tout Reine, et c'est le bien de mon peuple qui est mon premier objectif. Comme il est lié au devenir de la galaxie et de la guerre, je suis forcée de m'engager dans ce conflit, mais je ne puis le faire autrement que comme partisante de la paix. J'espère que votre démarche vous sera couronnée de succès, et que malgré tout ce que les forces en jeu on eu à s'opposer, un autre choix que de se condamner aux ténèbres de la guerre pourra être possible. Je puis vous y aider si vous le désirez. Mais je n'ai que si peu d'espoir…

« Dans un sens vous avez raison de ne pas trop y croire, à vrai dire je ne cherche pas à donner satisfaction à un camp ou un autre car au final la satisfaction d'un camp sera un malheur pour l'autre. Je souhaite connaître la raison qu'à l'Empereur à vouloir la Guerre et ces bains de sang aussi inutile que futile. Chacun peut vivre heureux sans aller voir son voisin pour le combattre. »

Elle marqua une courte pause.

« Le Sénat n'a pas vraiment soif de sang comme vous le dites, il faut bien comprendre que si certain sénateur votent pour que la Guerre se poursuive c'est uniquement car leur monde sont en danger et qu'ils veulent le soutien des armées de la République pour repousser l'envahisseur. Ne mettez pas tout le monde dans le même sac en disant que ceux qui sont pour la Guerre ont soif de sang.

Les Jedi ne veulent pas la Guerre, nous voulons la paix et qu'elle dure et pourtant le Conseil est d'accord pour que nous participions à ce conflit de manière directe pourtant si vous demandez à n'importe quel Maître il vous répondra que sa volonté de combattre est guidé par l'esprit de voir la paix.
»


Eleanor laissa la suite de la conversation en plan pour le moment, elle ne tenait pas à aborder la suite en sachant qu'elle était espionnée et encore moins en sachant qu'un esprit malsain en voulait à la vie de la jeune souveraine. Toutefois avant qu'elle n'ait eu le temps de faire quelque-chose la Reine avait déjà appelé de l'aide ce qui dans un sens était rassurant pour elle mais risquait de faire monter le nombre de victimes... Dans un sens le plan de la Jedi tombait un peu à l'eau par cet acte puisque la Jedi savait très bien que le curieux qui les suivait sortirait de lui-même de sa cachette pour soit s'enfuir soit affronter la Jedi, mais là il avait l'occasion de tuer plusieurs gardes ou suivantes de la Reine Anastasia.

Quand le Sith fit son apparition et que tous les esprits étaient dirigés sur lui la Jedi se décida à bouger sans pour autant se retourner, elle était dos au Sith et ne semblait guère affecté par sa présence. Elle dit simplement à l'attention de tous ceux qui se trouvait dans la zone.


« Majesté que vos hommes ne tirent pas sans que j'ai donné mon accord! »

Tranquillement la Jedi concentra la Force en elle et l'utilisa contre le Sith mais d'une manière invisible, elle se tourna juste pour faire face à son adversaire et elle usa du Malacia, une technique assez ancienne et dont les Sith savait très peu se protéger, ils étaient pour la plupart beaucoup trop centrés sur la puissance de leur esprit et de l'endurance de leur physique mais aucun ne pensait à se poser la question si un Jedi ne pourrait pas utiliser contre eux une technique éliminant ces deux points en peu de temps. Le Sith n'était d'ailleurs plus aussi sûr de lui que quelques instants auparavant, la Jedi concentrait sur lui son pouvoir et plus elle accentuait son action plus le Sith donnait des signes de faiblesse.

Eleanor appliquait l'une des nombreuses phrases célèbres qu'avait eu Maître Yoda "Les meilleurs lames restent dans leur fourreau", l'action qu'elle entreprenait visait à neutraliser le Sith sans le tuer car il avait surement des choses à raconter. Elle se mit à marcher tranquillement vers le Sith en concentrant sa puissance pour finalement utiliser une autre technique : le Morichro. La combinaison des deux techniques de la Force bloqua toutes actions du Sith, l'une d'elle lui donnant des vertiges et des nausées et le Morichro lui ralentissant les fonctions vitales, sa formation de Sith lui permit de tenir plus longtemps qu'un guerrier normal mais finalement quand il voulu abattre son arme sur la Jedi le geste fut si dure qu'il en perdit connaissance et tomba au sol.


« Il n'est pas mort, juste inconscient cela suffira pour qu'il soit ramené et interrogé au Temple Jedi! »

Eleanor n'avait jamais eu l'intention de tuer le Sith, son but avait été de le déstabiliser et ensuite de lui ralentir ses fonctions vitales pour qu'il ne puisse plus bouger ou que le moindre geste agressif finirait de faire tomber les défenses de son esprit pour finalement qu'il s'évanouisse. La Jedi pressa une touche sur le comlink qu'elle avait sur sa ceinture pour que son droïde soit au courant qu'il devait venir accompagner au Palais le plus vite possible.

« J'ai appelé un petit groupe de Jedi qui prendra en charge ce Sith, vous devriez vous occuper de la sécurité du Palais et de la planète le temps que j'ai terminé. »

D'un air tranquille et imperturbable la Jedi resta auprès du Sith pour sonder un peu son esprit et observer un peu le pouvoir Obscur qu'il avait en lui, ce n'était qu'un exécuteur et pas une tête pensante, il n'en avait n'y l'âge, ni la carrure et encore moins l'esprit, un Seigneur Sith aurait offert la résistance de l'âge et une expérience plus poussée qui lui aurait dictée d'attaquer immédiatement avant de se laisser submerger, ce Sith devait être ce que l'Ordre Sith nommait autrement fois un Assassin Sith ou un Inquisiteur Sith chargé avant tout de l'espionnage et de l'assassinat des cibles gênantes.

La Jedi conserva son esprit concentré sur le Sith pour laisser ses fonctions vitales fonctionner suffisamment pour qu'il vive mais insuffisamment pour que son cerveau soit suffisamment oxygéné pour reprendre connaissance. HK-47 arriva peu de temps après accompagner d'un groupe de six Jedi d'espèces et d'âges différents. Tous s'inclinèrent et prirent connaissance des détails.


« Que trois d'entre vous reste au Palais et s'occupe de vérifier qu'il n'y a aucun autre Sith dans les environs! Les autres accompagner de HK-47 ramenez ce Sith au Temple et gardez-le en détention jusqu'à ce qu'on l'interroge il a peut-être des choses à nous dire! »

« Bien Maître! »

Une fois les Jedi repartit pour mener à bien leurs ordres Eleanor retourna auprès de la Reine accompagner des trois autres Jedi chargés de fouiller le Palais, elle attendit que celle-ci est terminé de parler avec ses gardes pour prendre la parole.

« Majesté le Palais est peut-être encore dangereux, ces trois Maîtres apporteront leur soutien aux recherches, ils sauront comment agir si un autre Sith venait à rôder. »

Une fois les gardes et les trois Jedi partit explorer le Palais Eleanor annonça la suite pour le Sith ayant menacé la souveraine.

« Le Sith qui nous a attaqué est en ce moment au Temple toutefois comme les Jedi n'étaient pas la cible ce sera à votre justice de déterminer son sort, dans ce jugement le Conseil ne donnera que son avis! »

Les Jedi n'intervenaient ou ne s'occupait de la justice que quand ils étaient attaqués et visés personnellement, autrement quand cela n'était pas le cas ils laissaient à la justice de la planète sur laquelle ils se trouvaient le choix sur le sort du Sith.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'avenir de Naboo [Pv Danaé Anastasia]

Revenir en haut Aller en bas

L'avenir de Naboo [Pv Danaé Anastasia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Naboo [Empire] :: Palais Royal-