Partagez| .

Une alliance chimérique (pv:Lenia )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nogget Hawk
Criminel
Criminel
avatar
Messages : 129

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Armes: , projecteurs holographiques portatifs,arc-laser pliable
Alignement: Neutre
MessageSujet: Une alliance chimérique (pv:Lenia ) Mar 21 Mai - 9:19

Nogget fut embarqué dans une situation complètement folle car il se trouva au beau milieu d'un champ de bataille sur une station orbitale impériale. Le mon calamari était planqué derrière une carcasse de vaisseau explosé et il se remémora le commencement de cette journée.le mon calamari était sur la planète des chasseurs de primes et hors la loi et il devait conduire une tripotée de clients vers Naboo.Nogget réutilisait cette navette civile pour la première fois en tant que membre du consortium de Zann. Officieusement il s'agissait d'un contrat pour récupérer une technologie cachée dans un droïde mécano sur une station orbitale. Pour cette mission l'amphibien humanoïde revêtu sa tenue qu'il portait quand il était encore membre du syndicat de Tenloss. Les autres membres crurent voir un jedi et ils le vanèrent car il n'avait pas de sabre-laser à la ceinture. La mission consistait à faire croire aux technicien que Nogget et ses compères ramènaient des nouvelles pièces pour faire la maintenance sur une partie. Le mon calamari avait eu le planning de la maintenance en torturant un des technicien qui était sur Nar Shadaa pour la fête. Nogget avait obtenu le mot de passe demandé quand il arrivait aux abords de la station. Il partit avec une dizaine de membres du Consortium déguisés en technicien de service et il prit sa navette de classe Lambda T-4a . L'engin spatial passait très bien pour vaisseau de transport de pièces détachées.

Nogget partit en direction de la station et le voyage dura deux jours maximum. Lorsqu'ils arrivèrent aux abords de la station, ils virent un spectacle frappant. La station était attaquée par une flotide de vaisseaux pirates et la navette fut elle même prises sous les feux de chasseurs pirates. Le mon calamari arriva à se poser dans le statioport toutefois son réacteur principal fut touché. Nogget dut attérrir en castastrophe et les membres sortirent rapidement pour appliquer le plan B. Ils devaient prendre un droide mécano qui gardait en lui les plans d'une nouvelle arme. Toutefois ils furent mitraillés par les blasters des droides de la station qui les prenaient pour des pirates. Le mon calamari opta pour la discrétion et il activa son camouflage optique. Nogget put éviter la situation d'être au milieu des droïdes de la station et de l'autre les pirates lourdement armés. Le membre passa vers une baie qui donnait sur l'espace quand il vit un vaisseau destroyer impérial. La station avait déclencher l'alerte et le mon calamari fut surpris. Il vit aussi un autre vaisseau qui apparut sortant d'un voile invisible. Les pirates avaient eu aussi un vaisseau du même gabarit que le destroyer impérial et il engagea le combat . Entretemps plusieurs chasseurs foncèrent sur la station et quelqu'un attérissaient sur le statioport.


L'amphibien humanoïde continua son chemin mais il se retrouva contre des pirates. Ils cherchaient eux aussi du matériel et ils commencèrent à le mitrailler avec leurs blasters. Nogget riposta avec sa lance blaster et il était protégé par son bouclier. Cependant il fut surpris par une mine électromagnétique et il n'était plus protégé. Mais il fut sauvé par inadvertance par l'apparition d'un sith qui coupa les têtes des pirates. Le mon calamari ne pouvait plus utiliser son arme et il était face à un Sith. Toutefois le chevalier du côté obscure fut aspiré par le trou causé dans labaie et il la lacha son sabre laser. Le mon calamari en profita pour activer le système de sécurité et une porte métallique se referma. Nogget avait lancé une grenade sonique en même temps et un autre groupe de pirates en profita pour tirer sur le sith. Le mon calamari utilisa la télékinésie pour prendre le sabre laser à distance mais il reçut plusieur salves en sa direction. L'amphibien utilisa une grenade à fumée et il s'échappa dans une trappe de maintenance. Tout à coup il reçoit une vision de la force qui lui montra qu'il paraît les deux premières salves de blaster dirigés vers une femme brune jedi.

Nogget se sentit suivi et il continua son échappée dans les étages supérieurs de la station. Il utilisa un hologramme portatif pour tromper ses poursuivants et les pirates tombèrent dans la chuperie. Le mon calamari put alors se concentrer pour trouver le droïde mecano en regardant sa carte holographique de son datapad en avant bras. L'être mécanique était dans la salle de restauration et il allait se rapprocher de la position de Nogget.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une alliance chimérique (pv:Lenia ) Mar 21 Mai - 16:05

(HJ : Voilà ! MP moi s'il y a le moindre pb ou édition à faire Wink Bonne lecture)

Très sincèrement, je me demande parfois si la Force n'a pas un drôle d'humour quand Elle en a envie. C'est vrai, quoi ! On dirait que, on va dire dans une récurrence d'une mission sur dix, Elle trouve très amusant de me flanquer dans des situations impossibles ou des missions complexes à souhait. Plus encore, allez savoir pourquoi, quand je suis en mission en solitaire ou en équipe avec des personnes autres que mon Maître, Aldrian Greystone, ou sa première apprentie devenue Chevalier-Jedi depuis un certain temps avant moi, Johanna Direwolf. Avec eux, même s'il arrive parfois que nous rencontrions quelques difficultés et imprévus plus ou moins conséquents en cours de route, on s'en sort d'une manière ou d'une autre... Force quoi ! Je ne suis qu'une Padawan, je vais à peine sur mes seize ans bientôt, je ne mérite pas autant de malchance concentrée en une même mission ! Je n'ai rien fais pour mériter un pareil sort, alors pourquoi diable... ?

J'étais supposée faire une mission, pour une fois simple, de protection d'un sénateur d'une planète républicaine lors d'une prochaine rencontre diplomatique entre l'Empire et la République. Une énième réunion entre émissaires politiques, et si vous voulez connaître mon opinion sur ce point, je ne suis pas très optimiste. Bon, certes, je ne le suis pas de nature, mais je sais que, comme très souvent malheureusement, cela ne va aboutir à rien. Au mieux, personne ne va s'entendre, les négociations vont être laissées en suspens, on va remettre tout cela à plus tard - date non fixée je précise - et chacun rentre chez soi tout tranquillement, fier d'avoir au moins tenté de faire avancer les choses. Après, je n'ai pas été douée du talent de vision dans l'avenir ou le passé, pas au delà que la moyenne des apprentis très sensibles à la Force, sur ce point Elora est meilleure que moi. Donc, je n'affirme rien, mais... je ne suis pas très confiante, loin de là. Il me suffit de me rappeler des tragédies de Dantooine...

Je commence doucement à prendre quelques centimètres - trois, dont je suis très fière - et à me muscler lentement mais sûrement. En même temps, au vu des missions parfois éprouvantes et de l'entraînement exigeant que je reçois de mon Maître - ou des instructeurs du Praexum Jedi de Naboo quand il n'est pas là en personne - ce ne serait pas juste que je ne finisse pas par progresser un peu. Depuis notre dernier cours avec le Grand Maître Eleanor Yunstar - mère de ma meilleure amie Elora, aussi Maître de l'Ordre jusqu'à son inquiétante et mystérieuse disparition quelques temps après la terrible bataille de Bastion - les instructeurs ont tout particulièrement pris soin d'alourdir mon emploi du temps quand je suis au Temple, en rythme croissant avec mes progrès, sans alléger le nombre et la difficulté des exercices de Force tout en ajoutant encore plus de séances d'entraînement physique et au maniement du sabre-laser. Ce qui reste en adéquation aux volontés croisés de Maître Yunstar et Maître Greystone à mon égard quand ils ne sont pas là, ce qui a moins été le cas ces dernières semaines en ce qui concerne le premier, à ma plus grande joie. Mes traits s'affinent et se précisent au fil du temps qui passe, quittant doucement la rondeur encore caractéristique de l'enfance, puisque j'en suis au sortir précisément. Doucement, la jeune fille fait place à la jeune femme en devenir, comme la chenille finit par sortir de son cocon et devient un jeune papillon...

Mais, pour être honnête, je n'ai pas trop eu le temps de me préoccuper de tout cela, trop occupée par le nombre conséquent de missions qui arrivent au Temple en ces temps tendus et déjà pas très faciles pour l'Ordre et la République. En outre, j'ai déjà eu mon lots de révélations du passé et d'expériences présentes douloureuses à digérer, puis accepter progressivement, qui ont quelque peu altéré ma vision sur la galaxie, la Force et les choses en général. J'ai conscience que j'ai encore beaucoup à apprendre, à endurer, mais je commence à sentir les subtils progrès, ce qui me réconforte et me rassure un peu. Je m'efforce d'apprendre de mes quelques erreurs, observer et retenir ce qu'il faut ou ne faut pas faire de mon entourage, et de mes expériences personnelles. Tomber sept fois, se relever à la huitième. Je m'y oblige...

Mais revenons à la mission actuelle, qui m'a valu de me retrouver au coeur de toute cette pagaille générale, à assurer le repli de celui que je devais protéger en détournant le plus de tirs "accidents" possible et barrant la route aux ennemis en approche - enfin, ceux qui croient que nous sommes les responsables du chaos généralisés, alors que ce n'est absolument pas le cas - tandis que nous battons judicieusement en retraite vers l'élégant vaisseau du sénateur tierce. Nous avons du opérer un arrêt sur cette station impériale au terme de la réunion, pour ravitailler le vaisseau et moi raccompagner le sénateur républicain jusque sur Coruscant où, dans l'un des hangars spécifiques du gigantesque spatioport galactique, m'attend mon chasseur professionnel répondant à la désignation de "Masamune". Vous allez me dire que j'aurais pu venir avec lui accompagner le vaisseau de l'extérieur, mais le sénateur a exigé que ma présence soit aussi discrète que possible, histoire de ne pas créer des tensions dont on pourrait bien se passer, et à n'intervenir que lorsque les choses prennent vraiment un mauvais tour. Comme en ce moment d'ailleurs.

Outre cela, j'avais comme un mauvais petit pressentiment hier quand j'ai quitté le Temple de Naboo, et avait préféré à ma traditionnelle bure de Jedi brune de Padawan un ensemble plus "civil et sportif" qu'est mon ensemble - tunique noir - tunique noire à manches courtes en cuir mince, pantalon - leggins noirs, bottes hautes noires à semelles plates, et légère cape de voyage tout aussi noire. Si la protection qu'elle offre n'est pas faramineuse, elle est légèrement plus efficace que la bure, et passe surtout beaucoup plus inaperçue et neutre comme le voulait le contexte politico-diplomatique recherché. Ce qui n'a pas manqué d'amuser, avant que je ne quitte le Praexum, Johanna que j'avais croisée au hasard des couloirs alors qu'elle-même revenait d'une mission solo. Ce qui m'a valu ce commentaire à la fois amusé et surpris de la jeune chevalier blonde plus âgée que moi, mais que je n'apprécie pas moins pour autant :


Citation :
- Je me demande à quel genre de mission ils ont pu t'assigner pour que tu sortes la tenue "commando"... une mission de diplomatie en planète agitée ?

- Oh, bonjour Johanna ! Non, pas vraiment. J'ai juste été assignée à une mission d'escorte de personnalité importante, supposément sans risques majeurs.

Je revois très bien sa légère perplexité face à l'annonce d'une mission aussi "banale". Une perplexité que je ne comprenais pas très bien, après tout je ne suis qu'une Padawan Senior, je ne suis pas encore assez expérimentée pour aller en des missions trop périlleuses ou aux enjeux trop importants. Et, il est vrai, en général je suis assez bonne pour les missions de protection, je me débrouille toujours d'une manière ou d'une autre pour les accomplir à bien, jusqu'au bout. Constatant sa réaction, je m'autorise un bref et discret sourire à la fois blasé contre moi-même et quelque peu amusé, ajoutant en levant les yeux au ciel :

Citation :
- C'est juste que j'ai un léger pressentiment, et si on couple cela avec ma malchance habituelle... tu vois. Je me connais trop bien.

Ce qui a visiblement continué de l'amuser, alors que nous nous sommes quittées pour reprendre nos routes respectives de dernières salutations et un salut de la main, mais je ne plaisantais pas. J'étais, et je reste très sérieuse sur ce point. Je connais ma poisse, et j'ai tiré mes leçons de la mission avec Danaé. Il était tout bonnement hors de question que l'histoire se répète, et d'où mon redoublement de prudence. Et, une fois n'est pas coutume... ça s'est justifié. Encore une fois... Maître, sincèrement, pourquoi est-ce que j'ai aussi hérité de cette habitude là ? Comme si ma malchance ne se suffisait pas toute seule ! Il y a bien des choses dont je suis on-ne-peut-plus fière de commencer à récupérer de vous, à force de vous accompagner et de m'ouvrir à vous, mais je me serais bien passée de celle-là ! Enfin, maintenant que nous y sommes... on essaye de s'en tirer sans mal !

On n'y voit presque pas plus que dans un nuage de purée de pois ! Force, je me disais bien que cette mission commençait trop bien pour que cela puisse durer... les agitations ont commencé à répercuter dans des zones d'appontements proches, alors que je m'approchais avec le sénateur et ses gardes de son vaisseau de transport. Voyant mon soucis grandissant à la perception de cette agitation, un des gardes a voulu me rassurer en m'assurant que cela arrivait de temps à autres, des disputes. Seulement, ça grondait de plus en plus, ça explosait de plus en plus, un peu partout, ce qui m'a fait hausser un sourcil sceptique qui disait "Vraiment, à ce point alors que des droïds de protection du spatioport impérial hurlaient aux pirates, et dans la confusion tiraient un peu partout, pirates, pilotes, voyageurs et civils compris. Force... je ne peux rien faire ? Il faut que je reste avec mon sénateur, malheureusement... j'avais essayé de les empresser à revenir dans la protection du vaisseau, alors que les tirs et l'agitation approchaient de notre direction. Un groupe de droïds, et de gardes, dans la précipitation, devinrent paranoïaques, et oublièrent le traité de neutralité entourant celui que je devais protéger, ses gardes, son personnel... et moi-même, nous beuglant dessus. Sentant mon sénateur Twi-Lek assez inquiet en dépit d'un calme apparent, qui n'arrive pas à parlementer avec eux pour résoudre le malentendu, je m'interpose entre un tir perdu et souffle, déjà concentrée et blasée derrière le masque de calme Jedi :


- Je pense qu'il serait judicieux de se replier vers le vaisseau, sénateur. Ils m'ont l'air trop bornés pour daigner vous prêter la moindre attention, même si vous dite la stricte vérité. Nous ne pouvons pas rester à découvert ! Je couvrirais votre retraite, mais si vous pouviez ne pas trop tarder, je vous serais fortement reconnaissante.

Sans tirer mon sabre-laser - ici ce ne sont pas des créatures sans conscience propres, mais des êtres vivants normalement à peu près civilisés, donc si je peux éviter la boucherie ça m'arrangerait grandement - je commence à détourner les rayons à l'aide de la Force, main gauche tendue alors que les tirs se trouvent déviés à la dernière minute là où ils ne feront de mal à personne. Les traits tirés sous la concentration et l'immersion judicieuse dans la Force, je me rappelle les conseils de mes instructeurs et de mon Maître pour rester concentrée en dépit de notre très net désavantage numérique. Force, je ne te remercie pas de me mettre dans des situations aussi alambiquées et délicates !

Accusant difficilement les tirs et les déviant aussi vite que possible, me posant comme bouclier Jedi - humain entre mon protégé et les ennemis. Mais fichez-nous la paix, crénom de Force, nous n'avons rien demandé nous d'autre que de nous en aller en paix ! Ah, satanés pirates, je ne vous remercie pas non plus de la pagaille que vous nous apportez, ainsi que ceux qui ont du vous attirer jusqu'ici ! Mais arrêtez messieurs les gardes, nous sommes neutres nous dans cette histoire ! Aaaah ne me forcez pas s'il vous plait ! Avec un certain soulagement, j'entend quelqu'un m'appeler dans le vaisseau. Jetant un bref coup d'oeil, je remarque que le sénateur et ses gardes ont réussi à gagner la protection du vaisseau. Ne reste plus que moi à embarquer et on sera bons. Du moins... si on m'en laisse l'opportunité. Après tout, je suis un peu débordée là. Force. Je déteste vraiment ce genre de situations. Bon, quand faut y aller...


Faut y aller ! Je n'ai plus le choix, on ne m'en laisse plus ! A ce rythme là je ne vais pas tenir éternellement, j'ai beau être une Jedi en puissance, je ne suis qu'une Padawan, et surtout je reste humaine, et de là sujette aux limitations génériques et générales qui régissent ceux de la même espèce que la mienne. Mon sabre-laser, enfin celui prêté par Maître Greystone, vole jusque dans ma main droite tenue et laisse fleurir dans un sifflement une lame d'un vert de vie. Néanmoins, comme ils s'interrompent, je n'adopte pas tout de suite une posture de combat, essayant de résoudre le problème diplomatiquement, pacifiste :

- Arrêtez je vous prie ! Nous ne sommes pas vos ennemis, en vertu du traité de neutralité de la personne que j'escorte jusqu'à notre départ. Nous pourrions résoudre ce léger malentendu entre gens civilisés, ne croyez....

Une rafale nouvelle de tirs m'empêche de terminer ma phrase, alors que mon corps, fort des réflexes d'entraînement, se déplace tout seul pour initier une folle danse d'esquive des tirs. Paralysants je pense des gardes, mais pour les pirates je ne serais pas prête à le jurer, si j'en crois les corps déjà chus au sol et sanguinolents... merveilleux. Au temps pour la diplomatie pacifique je suppose... M'efforçant de faire aussi peu de mal que possible - mon intention n'est pas de blesser les gens, seulement permettre que nous puissions nous échapper sains et saufs - j'use modérément de la Force pour repousser des gardes trop proches, me déplacer rapidement et dévier des tirs qui semblent s'abattre sur moi comme une terrible averse énergétique. Mais laissez-moi me replier, je ne veux pas vous faire de mal, pourquoi ça ne rentre pas dans vos crânes ? La situation finit par se dégrader au point que je sois obligée de prendre une douloureuse décision, le lieu n'est plus sûr pour mon escorté, les boucliers du vaisseau le protégeront assez s'il referme les portes et ainsi puisse les activer. D'une voix tendue, parant d'une main armée de mon sabre-laser une série de tirs tandis que celle senestre attrape au sol un pistolet-blaster paralysant délaissé dans la confusion de quelqu'un précédemment abattu par les pirates qui... n'en n'aura sans doute plus grande utilité dans son actuel état, tristement :

- Ne m'attendez-pas ! Refermez les portes, le blindage devrait vous protéger suffisamment jusqu'à ce que le calme ne revienne. C'est trop dangereux ! Je vous rejoins dès que cela m'est possible, et les choses ont trop dégénérées !

Ne leur laissant pas le temps de répondre, et sachant que je ne pourrais pas tenir longtemps ma position, j'entends avec soulagement les portes se refermer sur eux dans un cocon protecteur, ainsi que le ronronnement des boucliers activés. Ce qui me pousse à me déplacer et user pleinement de mes capacités furtives - d'esquive pour mettre hors d'état de nuire sans blesser les gardes avec ma mobilité. Soit à l'aide de mon pistolet-blaster paralysant, soit à l'aide de la crosse de mon sabre-laser, j'assomme autant d'assaillants que possible, devant malheureusement parfois pour me défendre défaire des droïds de leurs bras armés et/ou de leurs jambes. Bon, maintenant, bouger et si possible assommer les fauteurs de troubles pour qu'on puisse s'en aller. Mission impossible... mais impossible n'est pas Jedi, pas plus que irréalisable. Juste... totalement dingue et pas encore réalisé, donc potentiellement possible. Même si c'est de la folie. Mais bon... c'est assez séant de la soudaine folie qui réside en ce lieu, pas vrai ?

Je me retrouve bientôt proche d'une carcasse de vaisseau démoli assez proche de ma position initiale, protégeant à corps défendant ma propre vie dans ce quiproquo généralisé. Force, j'ai beau être pacifiste dans l'âme, je ne suis pas suicidaire pour autant ! Non mais oh, je ne vais me laisser me faire tuer sans raison quand même ! Ce serait complètement illogique et insensé, bien qu'ici plus rien ne fait sens, et cela ne va pas en s'arrangeant. Alors que le chaos semble refluer quelque peu, mon soudain élan d'optimisme se noie aussi vite qu'il n'était apparu alors que je perçois une obscure présence dans la Force. Sith ! ... c'est le cas de le dire. Bien que j'en ai vu de plus puissants que lui, ce n'est jamais un bon présage. De sa présence, je dirais que c'est soit un Jedi Noir, ou encore un Acolyte. Pas un Sith entier et encore moins un Seigneur Noir, j'ai déjà rencontré le second cas et je peux vous dire que la pression était plus terrible encore. Tout en repoussant une énième slave de tirs je ne peux m'empêcher de maugréer entre mes dents, de plus en plus exaspérée par la situation :


- Non mais ce n'est pas vrai ! D'abord des gardes rendus fous, puis des pirates de l'espace, et maintenant un Sith ? Kriff ! Ça devient franchement ridicule ! Et pourquoi pas un Seigneur Noir, que dis-je, l'Empereur tant que vous y êtes ? Si jamais j'attrape le responsable de tout ce chaos, il va m'entendre haut, clair et fort celui-là, !

... C'est totalement absurde. Comme un Wookie déplumé, ou un Rancor sans carapace. Inspire Len', calme toi... aussi énervante et frustrante que soit la situation, tu ne dois pas prendre le contrôle de tes nerfs et de tes émotions. Ce n'est pas vraiment le moment, et ça ne le sera jamais d'ailleurs. Voilà... puise dans la Force, son calme... sa lumière... secouant néanmoins ma tête de profond agacement prudemment refoulé, je me focalise à nouveau sur le rude combat - esquive dans lequel je me suis retrouvée. Le mieux aurait été que je prenne refuge avec le sénateur et ses gardes, plus sécuritaire du moins, mais d'un je n'avais pas le temps nécessaire pour ce faire, de deux je ne pouvais mettre en péril la vie de celui que j'escorte pour ma propre sécurité, et de trois si on pouvait remettre un peu d'ordre dans ce bazar généralisé on pourrait repartir plus vite ! Et de quatre empêcher que plus d'innocents ne pâtissent de ce malentendu chaotique et généralisé. A vrai dire... je n'ai pas aussi confiance en moi que je ne semble l'être, mais je n'ai pas trop le choix. La moindre erreur pourrait être très ennuyeuse, les remords et mes doutes attendront la sécurité du vaisseau. L'adrénaline et la sensation de danger omniprésent me forcent à la concentration, et croyez-moi que je n'ai pas envie plus que ça d'aller encore à l'infirmerie ! Ils sont gentils guérisseurs mais... je n'ai pas envie d'y aller plus que ça. Je n'aime pas cet endroit, j'y suis allée trop souvent. Je respecte les ordres qui me sont donnés là-bas, mais je ne suis pas très heureuse de le faire...

Aaaaah mes oreilles ! Mes tympans ! Me recroquevillant de douleur sur moi-même, tombant à genoux comme nombre de mes assaillants, je lâche sous la surprise mon sabre-laser au sol qui se désactive, et je pose mes mains en vain contre mes oreilles alors que non-loin une charge sonique est activée. Quand le silence se fait de nouveau, je suis quelque peu sonnée sous le contre-coup du son effrayant et destructeur. Oh... mes oreilles sensibles... j'ai l'impression qu'elles sifflent sous le choc... j'ai cru que mon cerveau allait exploser sous le coup ! Je dé... je n'aime vraiment pas ces armes de projection ! Finissant par me ressaisir, je redresse la tête pour me rendre compte que je ne suis pas la seule à m'en être remise : mes agresseurs - pirates si je ne m'abuse - aussi. Diantre. Je n'aime pas leurs regards moqueurs et emplis de sinistres expectatives que je ne veux même pas connaître. Je vois mon sabre-laser qui a roulé un tout petit peu plus loin, reporte mon regard vers les pirates, avant d'esquisser un mince et pas très à l'aise sourire tendu. Auquel me répondent d'autres prédateurs des pirates. Malheureusement pour eux, un plan tourne déjà dans mes méninges, alors que je lance d'une voix quelque peu nerveuse malgré moi :

- Si vous voulez bien m'excuser...

Alors qu'ils font mine de se jeter sur moi, j'use de la vitesse de Force et de ma souplesse, dans le bon timing, pour exécuter un mouvement rotatif au ras du sol, suivi d'une roulade, les laissant gentiment s'étreindre et s'assommer en choeur. Ne jamais sous-estimer plus petit que soit, messieurs. Ne pouvant retenir une ombre de mince sourire malicieux au coin des lèvres quelques secondes, j'attrape fermement mon sabre-laser et me redresse comme si de rien n'était. Je n'oserais interrompre de si joyeuses retrouvailles et embrassades entre compères pirates, pas vrai ? Que d'effusions, que d'émotions je vous jure ! Puis bon, c'est pas comme si j'ai un fauteur de troubles à retrouver, pour calmer les émois d'ici, puis partir d'ici avec l'équipage et celui que j'escorte encore...

Mon épaule est légèrement endolorie, d'un tir de blaster que je n'ai pas eu le temps de bloquer et du mouvement évasif, mais ça passera, rien de grave. Reprenant immédiatement mon sérieux, je m'élance vers la prochaine section du rez de chaussée, proche d'escaliers menant aux étages suivant. Avant de m'arrêter, entendant quelques toux sèches et difficiles, devant un nuage épais de fumée. Cette odeur de souffre.... une bombe à fumée aveuglante ? Oh joie, j'aurais donc affaire à un amateur d'explosifs ? Tout ce que j'aime... non, sérieusement... dans quoi je me suis retrouvée impliquée bien malgré moi cette fois ? Tiens, je ne sens plus la présence du Sith, aurait-il été abattu par chance ? Pas le temps d'aller m'en assurer. Prudente, je garde mon sabre-laser d'une main et couvre mon nez et ma bouche de l'autre pour éviter de subir le même sort que les infortunés amas de gardes et pirates mêlés des alentours, avançant à pas prudents, avant de distinguer vaguement une silhouette qui semble tenter de s'échapper quelque part vers le plafond. Mécontente, je presse ma foulée, songeant avec détermination renouvelée et légère pointe de désapprobation obstinée :


"Ah non, ne crois pas que je vais te laisser t'envoler comme ça ! Ce serait mal me connaître ! Et puis, la fête que tu as amené vient à peine de commencer. Je déteste ces gens qui n'assument pas leurs actes..."

Retrouvée juste en dessous de la trappe de maintenance, me rendant compte aussi que les forces déchaînées reprennent connaissance, j'utilise mon câble-grappin pour atteindre l'issue de secours que ma taille me refuse tout nettement. Force, que j'aurais aimé avoir le don du saut de Force moi, ça aurait été tellement plus facile ! Laissant la corde me conduire jusqu'à ma destination, mon échappée masquée par la fumée commençant à peine à se dissiper, je suis obligée un moment de raccrocher mon sabre-laser et d'ôter mon autre main de mes narines et mes lèvres pour agripper l'étroit boyau dans lequel je veux m'engager. D'un dernier effort - assez conséquent déjà - je me hisse dans le boyau, attirant par la Force ensuite la grille de l'écoutille pour la replacer. Bon, peu des grands dadais et droïds pourraient y rentrer, mais sait-on jamais...

On n'est jamais trop prudents ces derniers temps. Bon, à ce que j'entend vaguement les gardes ont repris leurs esprits et cette fois s'en prennent aux bons responsables. Très bien, ça m'arrange. Seulement après, le visage rougi de l'air que je retiens si difficilement, je m'enfonce un peu plus dans le boyau, avant d'autoriser une légère toux contenue de m'échapper. Malin le bougre. Je n'ai que très peu vu sa silhouette, mais je sais déjà qu'il n'est pas humain. Ce que son ombre chinoise m'a montré me rappelle quelque chose... hum... Oh, je dois me remettre en route, je vais le perdre sinon ! Hum, suspecte cette attitude en tout cas... je ne veux pas juger trop vite, mais quand même... n'empêche qu'il ne doit pas être un ami des impériaux. A moins d'être un grand pas doué, et d'être à ce point recherché qu'il n'est aimé de personne. Un criminel ? Un chasseur de primes ? Un espion neutre ou allié ? Un contrebandier ? Que sais-je... les options sont trop nombreuses, et rien ne me permet de les distinguer. Pas espion, ce qui ne me laisse que des possibilités que je n'aime pas plus que cela. En plus, je sens très bien sa présence, pas très puissante, mais là... un être sensible à la Force ? Je dois me faire des idées... ce n'est pas possible, il m'aurait déjà détectée depuis longtemps sinon. Avançons, de toute manière je ne peux pas reculer, alors autant être utile en quelque chose si je veux que les choses s'arrangent le plus pacifiquement et diplomatiquement qu'il nous soit possible.

Ah, il veut quitter les boyaux me disent ses pensées ? Où diable vas-tu, ô chercheur de troubles et aimant à problèmes ? Ah, je n'aime pas ces trappes de maintenance ! J'ai beau être petite et pas très épaisse, je déteste ces lieux exigus au possible, et si sombres... et rien pour m'éclairer, trop petit pour que je me risque à allumer mon sabre-laser, et pas de lampe de poche sur moi. Donc on y retourne à la bonne vieille méthode à tâtons, outre quelques indications soufflées par la Force pour éviter que je ne me prenne un mur en pleine figure. Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour trouver la vérité et ramener le calme, je vous jure... mais je suis une Padawan, je contrôlerais ma frustration... et ma légère frayeur, certes. La Force n'est pas rassurée, ce qui conséquemment ne me rassure pas du tout. La Force se trompe rarement sur ce genres choses, malheureusement, si ce n'est presque jamais. Furtivement, aussi silencieuse que possible, je gagne du terrain et commence à distinguer, en plissant des yeux, une silhouette devant moi qui quitte effectivement ce labyrinthe obscur et étroit de boyaux métalliques. Pas trop tôt, je serais plus à mon aise à l'air libre. Bon, laisser mes yeux se réhabituer à la lumière maintenant...

On est visiblement aux étages supérieurs. Je dirais... un ou deux étages au dessus, si j'en crois mes estimations mentales approximatives lors de notre errance dans les conduits de maintenance. J'espère que ça s'est calmé en bas, j'ose croire et espérer que les gens seront assez raisonnables pour discerner le malentendu, et les gardes mettre la main sur les pirates responsables de la cohue. Il ne faut pas que je traîne, j'ai un sénateur qui m'attend, et il me tarde de rentrer "à la maison". Néanmoins, je veux savoir qui est cet individu qui se croit permis de mettre la cacophonie chez les impériaux alors que nos relations "diplomatiques " avec eux sont déjà bien assez tendues comme cela.

Et m'assurer qu'il ne veuille pas causer un plus grand dommage alors qu'il y a encore des diplomates républicains dans le secteur qui doivent rentrer de manière sécuritaire en zone républicaine. Je sais, je dis cela en dépit de tout ce que je vous ai raconté au début. Ce n'est pas parce que nous n'aboutissons à rien que l'on n'a pas besoin d'eux, bien au contraire. Je ne les ai pas forcément en grande affection, cependant je reconnais leurs capacités et leur importance. Et je veux arranger les choses tant que la très temporaire neutralité diplomatique dure, déjà que je pense que les actions du drôle l'ont drôlement raccourcie...


M'étirant légèrement tout en chassant d'un revers de la main la saleté poussiéreuse qui tâche mes vêtements, observant d'un oeil prudent nos alentours. Pas d'âme qui vive ici... curieux et très peu rassurant, si vous voulez mon avis. Bon, supposons que la cohue d'en bas les ait ameutés pour contenir les pirates. Je l'espère du moins, je suis un peu essoufflée avec tout ce bazar et je ne cherche vraiment pas d'ennuis. Silhouette connue en vue... tiens, sa tenue... ça me rappelle celles de l'Ordre. Mais ce n'est pas logique. Que ferait ici un Jedi sans qu'on ne m'en ait un minimum touché un mot avant mon départ ? Voilà, ça y est, je suis totalement confuse et perdue là devant tant d'illogisme flagrant. Je pourrais demander confirmation au Temple, mais je risque de tuer mon effet de surprise et ainsi perdre le responsable du chaos. Tout semble résonner affreusement en ces lieux alors déserts... restant à distance prudente de lui, silencieuse comme la brise dans l'air, j'ausculte aussi nos environs. RAS pour le moment, pourtant le mauvais pressentiment ne se départ pas de moi. Tiens, la silhouette se... trouble ! Je me disais bien que sa présence semblait s'éloigner ! Ah non mon gaillard, tu ne m'auras pas avec ce coup-là !

Soudainement, je me plaque contre un mur, alors que des pirates ne me voyant pas s'acharnent sur le piège dans lequel j'ai moi-même failli tomber. D'abord un brouilleur de communications, puis un virus informatique dévastateur, et maintenant une holo-projection de cette qualité ? Les pirates et les contrebandiers ne manquent pas plus de ressources que d'astuce il semblerait. Oh, les pirates n'ont pas l'air très heureux, et je les comprends pour une fois. Sauf que je ne le laisserais pas me glisser entre les doigts, il y aura justice ou au moins la vérité, foi de Lenia Séry, fille de Dantooine et Padawan Jedi ! ...

Bon, maintenant concentration. J'ai peut-être la Force pour m'appuyer et mon sabre-laser, mais lui dispose de gadgets utiles dont je ne dispose pas en revanche. Et il est peut-être sensible à la Force, certes nettement moins que moi - en même temps, pour palier à mes faiblesses physiques, je suis plutôt très sensible à la Force pour mon âge - alors ne sait-on jamais... il faut que je sache qui il est et ce qu'il fiche ici. S'il est un danger ou un allié, ou quelqu'un que je peux ignorer avant de repartir rassurée, et ramener en sécurité le sénateur. J'espère que je ne fais pas erreur, Maître, sinon je ferais tout ce que je pourrais pour la réparer, soyez-en assuré. Un Mon-Calamari il semblerait... il ne me dit rien. Ah l'idiot ! Pourquoi il va dans cette salle d'où émane à grands flots le mauvais pressentiment de la Force ? Ah non, comment je pourrais l'interroger et le réprimander comme il se doit s'il est mort ! Non, non de non ! Je ne peux pas le permettre... c'est alors que j'entends des bips dans la salle, se rapprochant de celui que je file et responsable du désastre en bas, en partie, j'en suis persuadée. Une petite silhouette mécanique... un astro-mech ? Impossible de cette distance et en général de comprendre ce qu'il raconte par contre, je n'arrive toujours pas à comprendre le langage des droïds astromécaniciens, pourtant ce n'est pas faute d'essayer désespérément de comprendre clairement ce que raconte Prudii, l'un des deux caractériels compagnons robotiques de mon Maître, Maître Greystone. Je n'aime pas ne pas comprendre ce qu'il me chante en plus... littéralement comme littérairement d'ailleurs.


Une salle de restauration ? Original pour y laisser ce pauvre astromécano. Ce n'est pas très délicat de la part de son propriétaire... et pas très subtil pour une transaction quoi qu'elle fut. Je suis sûre qu'il cache quelque chose. Je n'aime pas cela. Si c'est une autre bombe ou tout autre produit dangereux, le fou ne sait même pas le nombre de vies - républicaines... comme certaines impériales - qu'il met en péril. Il faut que je l'arrête, maintenant. Que je l'arrête et que je l'interroge avant que les impériaux et/ou les pirates de tout à l'heure ne reviennent ! Me redressant - alors que je ne suis pas si assurée que cela dans le fond - main sur mon sabre-laser , j'amplifie ma foulée, et lance d'une voix calme mais assez fraîche malgré tout, contenant au mieux mon agacement :

- Pas un pas de plus. Ne faites pas le moindre geste. Je peux savoir ce que vous tramez pour causer un tel chaos ? Vous savez au moins que vous avez mis des vies innocentes en danger à cause de vos actions inconsidérées. Puis-je connaître... par la Force... attention !

Sans prévenir, je le pousse sèchement sur le côté à l'aide la Force d'une main, tandis que dans l'autre, droite, vient se loger mon fidèle sabre-laser emprunté - je veux faire aussi peu de victimes que possible, juste repousser les lasers et les ennemis - dont la lame verte prend aussitôt vite, parant et détournant à la dernière minute des tirs lui étant destinés. Un trio de pirates. Ça, si je planifie bien et qu'ils sont assez stupides pour me sous-estimer, je peux gérer seul. Je sais où frapper pour juste assommer ou au moins immobiliser sans tuer ou faire souffrir à déraison. Je ne serais pas comme eux, je suis une Jedi en puissance après tout. Inspirant profondément en dépit de ma fatigue, je me pose entre lui et les assaillants, lançant, constatant avec grand calme résigné après avoir brièvement sondé leurs esprits et intentions :

- Vous n'avez pas l'intention de négocier de toute manière, et vous êtes responsables partiellement de tout ce chaos en bas. Vous ne me laissez pas le choix. Partez maintenant, et nous n'aurons pas besoin d'en venir aux mains.

Essayant de me rappeler mes leçons du Temple et conseils de mon Maître concernant ce genre de situations, je reste fermement sur ma position défensive alors que leurs sourires se font mauvais et que plus de leurs congénères les rejoignent, doublant leur nombre. Mince. Ce ne sera pas simple, mais pas encore désespéré. Alors qu'ils ne savent pas résister et troquent leurs blasters pour des armes de mêlée - du moins ceux me faisant face - je conforte ma position défensive type Soresu et attend calmement le premier, avant de prendre élan sur mon pied et commencer ma encore jeune valse protectrice, qui attaque moins souvent qu'elle ne réplique, renvoie la force à l'envoyeur. Concentrée dans la Force, je ne peux malgré tout éviter deux ou trois entailles sur mes épaules et ma hanche, ils ont un peu la force du nombre et l'autre ne m'aide pas vraiment. Force, pourquoi ça n'arrive qu'à moi ce genre de trucs ? Me rappelant la sensation de la lutte contre les loups mutés, j'essaye de m'en approcher autant que possible, et tiens bon un moment tout en frappant avec précision calculée aux tendons, aux crosses des lames adverses, aux bras si besoin extrême. Sith, ils se multiplient en plus ! C'est alors que je réalise leur tactique, et tout en repoussant un ennemi supplémentaire, je commence à me tourner pour parer deux tirs rugissant dans ma direction... mais je n'y arriverais pas à temps en dépit de ma rapidité. Ils m'ont retardée... grimaçant d'avance, je me prépare maladroitement à essayer d'en parer un sans trop grandes chances de réussite. Si personne ne m'aide là... j'ai beau être une jeune Jedi, je suis précisément encore jeune et mes réflexes, certes bons, ne sont pas encore parfaits, imparfaits mais pouvant progresser. Si nul ne m'aide...
Revenir en haut Aller en bas
Nogget Hawk
Criminel
Criminel
avatar
Messages : 129

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Armes: , projecteurs holographiques portatifs,arc-laser pliable
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: Une alliance chimérique (pv:Lenia ) Jeu 30 Mai - 7:07

L'amphibien humanoïde voulut appréhender le droïde mécano et il partit directement dans la salle de restauration. Il plaça un boitier avec un programme de piratage informatique cependant les défenses du droïde étaient tenaces. Le membre du consortium de Zann patienta tranquillement et il regarda la barre d'indication du chargement. Toutefois il fut surpris par l'arrivée d'une femme brune qui correspondit à sa vision de la force. Il fut projeté sur le côté et il eut un léger coup sur la tête.Elle lui posa plusieurs questions et il ne put pas réfléchir à une stratégie suite à l'arrivée surprise des pirates. Le Mon calamari se cacha vers le comptoir et il regarda les armes restantes en sa possession. Il lui resta juste deux grenades, une électromagnétique, une sonique et deux projecteurs holographiques.

Nogget releva la tête et il vit que les pirates eurent des renforts. Il balança son double virtuel de l'autre côté de la pièce qui tirait avec sa lance blaster esquivant les tirs avec une roulade. Le membre du consortium de Zann avait si bien lancé son double virtuel et celui-ci avait caché derrière sa table renversée. Nogget avait programmé la séquence finissant par un nouveau tir et il avait eu une nouvelle vision de la jedi. Il aidait Lenia qui affrontait un sith en déviant une carcasse qui se dirigeait vers la jeune jedi. Le mon calamari avait gagné contre un combattant du côté obscure à terre et il deux sabres lasers en sa possession. Il tenait dans la main droite un autre sabre rouge à une lame. Nogget fut réveillé par un tir de blaster et il revit la scène décrite par la vision de la force.Il fit une roulade de manière commando et il exécuta un mouvement avec le sabre laser. Il fi tournoyer l'arme du sith en dessinant un huit et il prit un de pirates avec sa télékinésie. Le mon calamari le balança sur deux pirates. Entretemps le piratage sur le droïde mécano fut terminé et Nogget sentit très fatigué à cause de l'utilisation du sabre. Le maniement d'une telle arme demandait une très grande concentration pour lui et il lançait une nouvelle grenade flash. Quelques minutes plus tard, tous les pirates au sol et ils semblaient tous assommés et le membre du consortium était au côté de la jedi. Le mon calamari avait pris un blaster d'un pirate et il avait tiré un tir en rafale avec cette arme modifiée.

Le mon calamari prit le boitier du droïde mécano et il réfléchit à la raison de son aide à cette femme brune. Nogget ressentait une etrange émotion quand il regardait Lenia et il ne savait pas encore la définir pour le moment. Il regarda son datapad pour définir une sortie de cette station et il prit compte de la nouvelle vision de la force. Le membre du consortium finit par trouver une voix qui le mena vers un hangar et il décida de répondre à la jedi avec un air autoritaire.
«  Je n'ai pas le temps de répondre à cette question, les pirates vont venir à cette étage. J'ai un chemin qui permet de sortir de cette situation de fou. Ensemble on peut relever les obstacles entre nous et le hangar. Allons y , dépêchez vous en chemin je vous donne les quelques infos que j'ai en ma possession. »

Nogget fouilla rapidement les pirates et il emporta quelques grenades dans sa ceinture. Il releva la femme brune et il l'invita à le suivre rapidement. Il entendit quelques bruits de pas dans le couloir et il ordonna au droïde de foncer vers les assaillants. Le membre du consortium de Zann commença à courir et il tint la main de la femme brune pendant son échappée. Il débuta par une présentation avec son nom : Hawk et il espéra que la femme brune pensa à un nom de code.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une alliance chimérique (pv:Lenia ) Jeu 30 Mai - 16:47

Si on s'en sort dans toute cette mélasse de problèmes, je le jure par la Force, il va répondre à mes questions, qu'il le veuille ou non ! J'ai beau être patiente comme une Jedi - que je suis, il se trouve - et même au sein des miens être plutôt très patiente et calme, mais même moi, j'ai mes limites. Et là, elles sont dépassées depuis quelques minutes ! Non mais attendez quoi ! Après que je me sois donnée la peine de le poursuivre, puis de lui sauver la vie de tirs lui étant destinés, voilà qu'il se dérobe à mes questions on dirait bien. Il a été sauvé par le gong, enfin par l'arrivée impromptue et presque inattendue de renforts du côté pirate. Et maintenant me voilà de retour dans le type de combat n'étant pas du tout ma spécialité : escrime, de très nombreux ennemis puissants, et moyennement intelligents, un type à protéger, et en mêlée ! Merveilleux, tout simplement ! Et si ça se trouve, je ne vais même pas revenir de toute cette histoire, ça m'énerve !

... ou si, peut-être finalement je vais m'en sortir. J'ai peut-être légèrement sous-estimé mes réflexes, et peut-être aussi légèrement surestimé la précision de mes adversaires. En effet, ma main gauche se pose en barrage plus tôt que prévu, et la distraction offerte par mon suspect me donne les précieuses nano-secondes nécessaires pour dévier les tirs qui auraient pu fortement nuire, voire carrément attenté à ma vie. Mais je n'ai pas de temps à perdre à m'extasier - m'étonner de mes prouesses attendues que je me rue de nouveau vers les pirates, rattrapant de la main gauche le pistolet-blaster paralysant que j'avais laissé tombé au sol, et gardant en main droite mon sabre-laser à la lame verte. Astucieux, l'holo-projecteur. Mais je doute que cela les distrait assez longtemps. Je sais qu'ils ont une intelligence plus que moyenne - et encore, je suis gentille - mais même eux ne se laisseraient pas avoir éternellement. Ce n'est qu'une solution à court-terme, donc à moi de penser au long-terme. Encore une fois. Ce n'est pas vrai, les gens ne réfléchissent donc que dans l'immédiat ? Esquivant deux coups de vibrolames m'étant destinés, j'observe rapidement mon environnement. Salle de restauration, couloir non loin. Plusieurs issues possibles, si on nous donne l'occasion d'aller les emprunter...

- Prête pour le plat principal après le hors-d'oeuvre, gamine ?


Oh non. Ne me dites pas que... j'ai à peine le temps de me retourner comprendre ce qu'il se passe qu'une lame couleur des flammes évite de trop près mon cou, alors que je suis littéralement obligée de me plier en deux, très inconfortablement, vers l'arrière. Non pas une, mais deux lames rouges laser frappent ainsi de justesse le vide, alors que j'use de la vitesse de Force pour terminer mon geste au plus vite - je tiens à mes jambes et ma mobilité en général moi - prenant appui sur mes mains, avec un peu d'élan je termine l'espèce de roulade arrière improvisée. A peine mes pieds ont-ils le temps de réassurer mon équilibre qu'une fois encore, sous le souffle d'un avertissement de la Force, j'évite une nouvelle série de coups de justesse. Je n'ai même pas le temps d'attaquer, c'est à peine si j'ai le temps d'esquiver ou de parer de justesse pour protéger chèrement ma vie ! Un Sith, crénom de Force, un Sith ! Ici, et maintenant ? Vraiment ? Et, bien sûr, toujours quand je suis seule et que Maître Greystone n'est pas dans le secteur. Ce ne serait pas drôle sinon !

"Mais par la Force, qu'est-ce qu'il fiche ici ? Il n'a rien de mieux à faire, non ? Je n'ai rien demandé, moi, et encore moins un Sith ! Je ne cherche pas l'exploit, je veux juste m'en aller d'ici en un morceau, ou au moins en vie !"

Longtemps ainsi je me bats - enfin plutôt je me débats pour survivre à ce duel infernal - contre l'individu au sombre manteau, et à la présence de Force si ce n'est aussi puante que celui que j'avais rencontré sur Kashyyyck, au moins déjà très dérangeante. Dans la Force, je pense que je ne suis pas si loin de son niveau, mais le bougre est très doué dans le maniement des sabre-lasers, nettement plus que moi. Fiche type de combat ? Agressif, style très agressif et très puissant. Le moindre coup qui me touche, et je serais presque hors d"état de combattre. Or, je ne peux pas me relâcher ici. Donc, premier impératif : je ne dois impérativement ne pas me faire toucher. Je n'ai presque pas le temps de réfléchir au delà de l'esquive et de la défense immédiate, alors que je suis obligée de nouveau de reculer vers un autre hangar de l'étage supérieur. Oh, la jolie carcasse de vaiss... ouatch faut que je me concentre de nouveau moi.

"Et zut, j'ai laissé le responsable de tout ce chaos tout seul... bah, d'un le Sith ne me laisse pas trop le choix, de deux, le Sith passe avant les pirates en priorité, menace plus élevée même s'il n'est probablement que Acolyte ou Jedi Noir. Au dessus... je serais probablement déjà au sein de l'étreinte éternelle de la Force."

Et je ne compte pas plus infliger cela à mon Maître que m'arrêter en si bon chemin dans ma progression sur la voie des Jedi. Et je compte aussi continuer de servir mon Ordre et les idées qu'il défend, si proches des miennes, de mes convictions. Et j'ai bien l'intention de poursuivre mon frère aîné, de retrouver ses traces pour savoir au moins ce qu'il est advenu de lui... et comment a-t-il fini comme il avait fini. Je ne peux pas tomber, je ne peux pas choir aujourd'hui ! Je l'entends dans la Force, c'est trop tôt pour moi, bien trop tôt.

Je fais confiance à la Force, et la laisse m'aider à diriger mes mouvements pour survivre. Ma détermination m'aide à tenir, et redouble à chaque échange ou esquive de justice. Je ne peux pas faire ça à Enora, je ne peux pas la lui faire perdre sa meilleure amie, son amie d'enfance, si peu de temps après la disparition de sa propre mère aussi son Maître, Grand Maître Yunstar. Je ne peux pas infliger cela à Niru, j'ai promis de devenir Chevalier, et c'est toujours valable même après sa réaffectation dans une autre branche de l'Ordre. Je ne peux pas faire ce coup-là à mon amie Danaé, ma dernière et proche amie, dont j'aime tant les discussions, parler de musique et de tout, de pratiquer et de rire. Je ne peux pas décevoir Maître Greystone, pas après tous ces efforts pour se comprendre, s'entendre et progresser petit à petit. Pour tout ça, non !


Allez.... une petite ouverture, ce n'est pas trop demander, si ? Je ne vais pas tenir éternellement ce rythme moi... je sens mes muscles et mes os tenir vaillamment pour moi, mais pour encore combien de temps alors qu'ils tremblent déjà de l'intérieur ? Allez.... ah voilà ! A mon tour maintenant ! Esquivant une dernière attaque, je profite des bases d'Ataru que j'ai révisé il n'y a pas si longtemps pour faire pression. Lui déloger un sabre-laser, priorité numéro deux. Le désarmer. Parvenant par miracle à un moment à me tirer hors de sa portée d'attaque, je me glisse juste devant lui. Fatiguée, mais c'est ma seule chance. Je pose ma main libre juste à quelques centimètres de sa tunique, sourcils froncés, de la sueur au visage et surtout un regard glacial et déterminé à son égard. Avant qu'il ne puisse réagir, j'use de la plus puissante poussée de Force que je puisse à mon niveau, qui l'envoie voler quelques mètres. C'est ça, repose-toi. Prends un petit somme, que je puisse m'en aller avec l'aimant à problèmes. Combattre un Sith n'était pas dans mon programme du jour en plus, et je déteste les éléments imprévus aussi dangereux que lui.

"Je n'ai rien demandé de tout cela moi... bon, il est où le Mon Calamarien ? On a une discussion à reprendre je crois... Sith ! Qu'est-ce que.... ! Oups. Heu.... c'est peut-être un peu trop gros pour moi ça. Je l'avais pas vu venir. Et zut..."

En effet, je n'avais pas vu le maudit tir perdu pirate qui venait de toucher - par malchance - la toute petite zone endommagée d'un chaînage qui retenait en l'air l'ossature d'une carcasse de vaisseau prototype au plafond. Outch. Même l'ossature risque de faire très mal, si je me mange tout cela. Pas bon du tout. Et je suis un peu épuisée là. Heu... petit coup de main serait fortement apprécié là, vous savez ? J'ai réussi à autant fatiguer que lui moi mon acolyte Sith ou Jedi Noir. J'aimerais bien terminer le combat avec lui maintenant qu'il reprend connaissance, pas très content, au lieu de me prendre des charpentes métalliques sur la tête. Vraiment, j'apprécierais beaucoup une petite aide là.

Mais d'où est-ce qu'il arrive à manier deux sabres-laser lui ? Il n'a normalement pas assez de présence de Force, à ce que je crois... aurait-il eu un entraînement particulier dont je n'ai pas eu la connaissance, hors du Praexum Jedi ? Ce qui pourrait très bien faire de lui au moins un rogue Jedi, ou sinon un Jedi Gris. Deux solutions que je n'aime pas beaucoup, et attisent ma méfiance. Ou sinon, un contrebandier qui a été formé par quelqu'un... ce n'est pas logique ! Bon, pour éviter le coup de la migraine devant tant d'illogisme, je vais partir sur un bon vieux principes qui servira de cachet d'aspirine : c'est un miracle de Force. Comme cela, tout le monde est content, je n'ai pas envie de continuer à chercher une solution, une raison, qui n'existent très probablement pas.

En tout cas, c'est tombé à pic. La très légère - presque infime - déviation qu'il a réussit à produire m'a donné le temps nécessaire pour me projeter juuuuuuste hors de la zone de chute, indemne, toussant juste en raison de la poussière émise de la la chute des lourds objets métaux. Bon, finalement, il a l'air K.O l'acolyte. Qu'il le reste, cette fois. De toute manière, les charpentes de métal obstruent mon chemin jusque à lui, alors autant le laisser tranquille, et qu'il me laisse tranquille lui aussi. Bon, on termine les premiers ennemis maintenant que la menace la plus élevée est hors de combat... et après, j'espère, on s'en va ! Je veux rentrer sur la belle Naboo, ou au moins Coruscant serait bien déjà !


A l'aide de nos efforts joints, j'arrive à abattre les quelques uns restants, ce qui laisse deux salles particulièrement en désordre. Première pensée : faut qu'on s'en aille de là avant que les impériaux ne débarquent et ne se demandent ce qu'il se passe / s'est passé ici. D'un, je n'aime pas les explications à rallonge si je crains que personne ne les écoutera. De deux... j'ai assez donné à mon goût en un jour, et mon sénateur doit m'attendre. Il ne peut pas partir sans moi de toute manière, et moi je n'aurais pu partir sans lui. Je veux rentrer, moi ! Je ne peux empêcher un soupir profond et las d'échapper à mes lèvres, alors que je délaisse le pistolet-blaster brisé lors du duel contre le tout jeune Sith. Dommage, c'était assez pratique en fait cette chose... bon, plus que mon sabre-laser maintenant. Et la Force. Une fois sûre qu'il n'y a plus de danger immédiat, je désactive la lame verte de vie tout en gardant la crosse inactive dans ma main droite. L'autre est revenu vers le droïd, ce qui me rappelle que j'ai des questions pour lui. Pour attirer son attention, je racle légèrement ma gorge. Posant mes mains sur mes hanches, dos des mains contres elles, mes sourcils se froncent avec sévérité alors que j'insiste, essayant de garder mon calme sous le masque de sérénité Jedi. Ma voix, en revanche, reste aussi calme et posée que mon visage extérieur, loin de mon agacement interne :

- Je vous remercie de l'aide, mais cela ne vous exempte pas de répondre à mes questions. Surtout que c'est en partie de votre faute si nous en dans cette situation, en premier lieu. Je peux savoir ce qu'il se trame avec vous ? Qu'est-ce que vous cherchez dans ce droïd ? Au nom de...

C'est alors qu'il se redresse et m'observe avec une attention qui ne me plaît pas du tout et ne m'aide pas à rester calme. Zen Lenia, il n'y a pas d'émotions, il y a la paix. Il n'y a pas de passion, il y a la sérénité.... rappelle-toi... la colère ne t'aidera pas plus que la frustration... même s'il commence à me frustrer un peu. D'ordinaire, je veux bien croire que je suis quelqu'un de gentil et patient, mais comprenez moi pour le coup ! Je me bats depuis trop longtemps contre des pirates, des gardes rendus fous impériaux, et même des Siths ! Des Siths, par la Force ! Et tout cela en partie à cause de qui ? Partiellement la sienne, de faute, je suis sûre qu'il est lié à tout ce bazar. Il n' a pas l'air de quelqu'un de méchant, mais je suis quand même un peu contrariée là. Et je déteste qu'on ne réponde pas à mes questions, ou du moins qu'on ne me donne aucune raison valable pour ce faire. Qu'on m'ignore, après avoir causé autant d'ennuis et m'avoir causé autant d'ennuis, par dérivation et extension. Vaut mieux qu'il réponde et vite, sinon je vais vraiment perdre patience et le laisser se débrouiller tout seul, autant ma conscience s'emporte devant une décision pareille de ma part...

« Je n'ai pas le temps de répondre à cette question, les pirates vont venir à cette étage. J'ai un chemin qui permet de sortir de cette situation de fou. Ensemble on peut relever les obstacles entre nous et le hangar. Allons y , dépêchez vous en chemin je vous donne les quelques infos que j'ai en ma possession. »

Un sourcil se hausse plus encore sur mon visage d'incrédulité alors que l'autre se fronce plus encore. Mais il me prend pour qui ? Je veux bien être patiente, Maître, aimable et tout ce que vous voudrez, mais là j'ai un peu l'impression qu'il se moque un petit peu de moi, sans s'en rendre compte... ou pas. Perdant patience, mes yeux s'éclaircissent alors que ma main gauche s'ouvre, et que la droite se crispe sur la poignée de mon sabre-laser. Tout d'un coup, l'appareil qui recueillait les informations - téléchargées sur le droïd - vole jusque dans ma main sénextre. Jetant un regard clairement mécontent, je me penche sur l'appareil, et le parcoure rapidement tout en usant de ma mémoire photographique pour les mémoriser. Mon expression sombre ne s'arrange pas alors que je lui rend son appareil. Je veux des explications, ici et maintenant. M'approchant donc de lui, dressée de toute ma modeste hauteur, je commence à protester de la voix la plus ferme et déterminée que je suis capable de produire :

- Ils n'arriveront pas ici dans les minutes qui viennent, et j'aimerais toujours fortement que vous m'expliquiez ce que Force tout le monde se demande : que se passe-t-il ici ? Hey, non, je vous ai demandé quelque... attendez bon sang, mais lâchez moi, voulez vous ? Attendez un peu !

En effet, sans me laisser le temps de poursuivre et pas plus répondre à mes questions, il prend ma main gauche dans la sienne et se met à courir, me traînant à moitié à sa suite. Je n'aime pas son air autoritaire. Je n'accepte l'autorité que des autorités officielles, ou de l'Ordre Jedi, ou de mon Maître. De personne d'autre, encore moins de quelqu'un que je ne connais pas. Je l'ai regardé avec un oeil désapprobateur alors qu'il fouillait les gardes et leur dérobait leur matériel. Je n'approuve pas le vol, même en cas de nécessité comme en ce moment. Voler, c'est mal. Je m'apprêtais, en entendant les bruits de pas, à me défendre ou désamorcer la situation, mais il avait pris ma main sans le laisser le choix, ordonnant au pauvre astromech de foncer vers les nouveaux-venus. Je le désapprouve de plus en plus, et le pire est que, à chaque minute qui passe, je me vois obligée de coopérer avec lui pour m'en sortir.

Mais je commence à en avoir assez au bout d'un moment, et je m'arrête brutalement, brisant notre course et me dégageant de sa prise. Pour l'heure, seul le silence rôde autour de nous, alors que d'un regard clair et pour une fois très ennuyé, mes yeux bleus foncé presque aussi noirs que l'encre bleue ou les abysses sans fin des océans alors que cette fois, je lui fais comprendre que je ne veux plus qu'on reporte les réponses que j'exige, comme il l'avais promis. Je veux savoir ce qu'il se passe, et je veux reprendre ma mission initiale ensuite. Croisant mes bras contre mon torse, laissant mon sabre-laser à la ceinture, je suis clairement mécontente maintenant alors qu'il se présente, attendant au moins des excuses et des justifications en règle. Je ne bougerais pas avant cela, c'est mal connaître mon entêtement sinon. Je n'obtiens jusque lors un nom - que je ne suis même pas certaine qu'il soit vrai, prénom ou nom de famille - ce qui ne me satisfait pas du tout. Très bien, il veut jouer à ce jeu là ? On va être deux dans ce cas là. Il ne semble pas vouloir mon nom, juste un nom de code si j'en crois ses pensées. Je vais juste lui rappeler que j'existe et que je ne compte pas du tout être considérée comme larbin de ses méfaits ou plans. Pour une rare fois, devant l'urgence, je puise dans l'assurance de la Force et demande avec une calme détermination :

- Syl. Padawan Jedi qui était jusque lors de passage, en mission, retardée en partie à cause de vous. Maintenant puis-je avoir enfin les réponses que vous me devez, Hawk ? Ecoutez, je n'ai pas envie de me fâcher avec vous, nous n'avons pas le temps pour cela. Mais je ne veux et ne pourrais vous aider sans quelques explications, Hawk.

Je n'aime pas qu'on me fasse une oreille sélective. Je demande rarement des choses ou des réponses, alors j'aime d'autant plus les avoir quand je les demande, même en partie seulement. J'ai horreur de l'ignorance autant que j'ai horreur de suivre des ordres directives sans le moindre sens. Je lui laisse donc un ultimatum en pensée, je ne veux pas être traitée comme une idiote pour autant, aussi Jedi que je sois et que je reste, qui m'aide à rester calme :

    "Je n'aime pas devoir en venir là, mais je ne vous aiderais pas sans que vous ne me donniez au moins quelques réponses. Répondez à mes questions, je vous aiderais. Ne le faites pas, je me verrais dans l'impossibilité de le faire. Je dois comprendre ce qu'il se passe. Ne me faites pas perdre patience je vous prie, et coopérez. Si vous le faites, je le ferais en retour. D'accord ?"


Je ne sais pas si je suis très convaincante, je ne suis pas très habituée à devoir prendre de l'autorité pour être honnête. Je m'efforce de garder ma frustration sous contrôle, puisant dans le calme de Force, mais je ne compte pas me laisser faire. Être gentille et aidante, d'accord. Me laisser marcher sur les pieds sans raison ? Trimbaler à droite et à gauche sans explications de ce qu'il se passe ? Que quelqu'un me "force" à l'aider sans même demander mon avis d'abord ? Certainement non. Inspirant profondément, j'essaye de récupérer mon calme avec mon souffle. Doucement, je sens la lumière de la Force m'entourer et me rendre un esprit plus calme, raisonné mais tout aussi déterminé, alors que j'attends qu'il fasse son choix. A moins qu'il veuille à ce point jouter avec les pirates qu'il semblait si pressé de quitter, mais j'aurais mes réponses. C'est tout ce que je demande, le minimum syndical que je demande, alors j'y tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Nogget Hawk
Criminel
Criminel
avatar
Messages : 129

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Armes: , projecteurs holographiques portatifs,arc-laser pliable
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: Une alliance chimérique (pv:Lenia ) Sam 15 Juin - 6:15

Le mon calamari fut surpris de l'arrivée soudaine du Sith dans la salle de restauration et il commença à douter sur sa vision à travers la force. Nogget invita Lenya de la main à sortir de la pièce et il marcha quelques pas dans le couloir. Entretemps il réfléchit à une explication pour la femme brune jedi sur cette situation explosive et il ne sut pas que son implant cybernétique ne fit pas le poids face Lénya. L'appareil parait juste les suggestions suggérées sur l'esprit de Nogget.Il devait trouver une histoire crédible toutefois il pouvait donner quelques éléments véridiques dans son récit. Le membre du consortium de Zann s'arrêta et se mit face à la jedi. Il commença son explication et il parla avec un ton narrateur:

"Bien je vais commencer par le premier point ce n'est pas moi qui provoque cette folie. Toutefois je suis surpris par la présence des pirates dans ce coin perdu et il semble que je ne sois pas le seul informé sur cette marchandise. Je ne connais pas l'origine de cette technologie mais ce qui m'intéresse c'est l'aspect nouveauté. Le propriétaire est malin mais il est trahi par un de ses compères. Les pirates ne font pas dans le détail et ils font les choses sans plan préparé. Il faut sortir d'ici le plus rapidement possible et je te conseille de continuer avec moi. A deux on peut s'échapper de cette situation et tu peux compter sur moi. Pour le reste je ne peux en dire plus c'est professionnel tu peux le comprendre Syl. Je dois travailler sur un autre plan de secours mais ça va être dur d'autres impériaux nous attendent dans les alentours. "


Le membre du corsortium de Zann s'apprêtait à donner les détails de son plan quand il entendit des pas métalliques qui venaient vers eux. Nogget lança les dernières grenades fumigènes dans cette direction. Il demanda à Lenia si elle pouvait occuper des premiers pirates qui venaient. Les hors les lois connaissaient maintenant la chuperie de Nogget. Le mon calamari eut une nouvelle idée, il voulait pirater le droide mécano et l'utiliser comme un taser mouvant. Il sortit une boite d'outils de ceinture et il commença la manipulation dans les circuits. L'humanoïde amphibien allait pouvoir tester la confiance de la jedi toutefois ce ne fut pas les pirates. Mais deux soldats impériaux vêtus de casques qui sortaient de la fumée. Nogget fut surpris de leur présence et il se dépêcha de faire la modification sur le droïde mécano. Le membre du consortium savait que c'était juste une unité de reconnaissance et quelques mètres plus loin le gros des troupes arrivaient ici. Quelques minutes plus tard il finit de bidouiller le droïde mécano et il le fit avancer de quelques mètres. Nogget regarda de l'autre côté du couloir et il commença à courir. Il savait que la jedi se débarrasserait facilement de simples soldats impériaux. Il commença à courir o toute vitesse et trois cents mètres il eut une gigantesque porte semi ouverte qui mena au hangar.



Pendant sa course Nogget avait remarqué le panneau de contrôle de la porte côté hangar grâce à son datapad. Il avait l'intention de le pirater pour ralentir les soldats impériaux. Il s'arrêta mais il ne regarda pas en direction de Lénya. Puis Le mon calamari observa son datapad et il ne vit la présence du droïde mécano sur son écran. Il calcula l'avance qui eut entre eux et les soldats. Il estimait qu' il y avait juste trentes minutes. Nogget ne sentit pas sur le moment la présence de la jedi et il se persuada que Lénya passerait la gigantesque porte à temps. Il pianota le panneau et la porte commença à se fermer lentement. Nogget avait prévu cette éventualité et il avait calculé une fermeture totale de la porte dans vingt minutes. Le mon calamari espérait que les soldats prendraient plus précaution dans leur avancée. Nogget se rendit qu'il comptait beaucoup sur la chance et à Syl.L'amphibien humanoïde regardait l'immense hangar et il eut un signal visuel avec un message d'alerte sur son datapad. Il s'agissait  de son vaisseau. Le Bob Wing Stellaire venait de  traverser le champ de bataille et Nogget apprit la présence d'un second croiser interstellaire. Nogget commencer à chercher du regard de l'autre côté la porte la présence de Lénya. Bizarrement il ne la vit pas, il se demanda si la tension de la situation lui jouait des hallucinations. Il chercha avec son datapad la position de la Jedi mais il ne put le faire car le logiciel principal essayait de capter le maximum d'énergie pour fermer rapidement l'immense porte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une alliance chimérique (pv:Lenia ) Sam 15 Juin - 11:30



Je fronce des sourcils, un air dubitatif s'imprimant sur mon visage calme et posé comme un Jedi, les bras croisés sur la partie supérieure de ma tunique brune. Usant discrètement de mon don de télépathie prêté par la Force, je perçois vaguement qu'il veut essayer de me mentir d'une manière ou d'une autre. Ou, du moins, de ne pas me donner la pleine vérité, attitude qui a tout pour me déplaire en tout cas. Je n'aime guère les menteurs, presque aussi peu que les traîtres, pour tout vous avouer. Alors je ne change rien à mon attitude, aussi autoritaire et ferme que je le puisse, en dépit de ma jeunesse et de ma nature-même, tandis que j'écoute ses propos avec une attention dédoublée, tant de mes oreilles-mêmes que de mes sens de Force :

"Bien je vais commencer par le premier point ce n'est pas moi qui provoque cette folie. Toutefois je suis surpris par la présence des pirates dans ce coin perdu et il semble que je ne sois pas le seul informé sur cette marchandise. Je ne connais pas l'origine de cette technologie mais ce qui m'intéresse c'est l'aspect nouveauté..."

Ton narrateur, comme quelqu'un qui raconte des faits... des histoires... mais aussi des bobards, possiblement. Je connais bien cette technique, pour l'avoir moi-même usée parfois dans ma plus tendre enfance : ne pas dire la vérité, mais la dire en partie, si efficacement, en mêlant des éléments vrais et avérés, pour que la personne en face ne se doute de rien. "Ce n'est pas moi qui provoque cette folie". Sans rire mon gars, tu pense vraiment que je vais te croire ? Voyons, je te rappelle que j'étais sur les mêmes quais quand l'incident est arrivé, et j'ai vu les pirates te courir après, toi spécifiquement puis les autres ensuite, même si je ne savais pas encore que c'était toi. "Surpris" ? Je ne te crois pas, tu me semblais même plutôt bien préparé, avec tous ces explosifs et tout... et je me souviens que les pirates semblaient te pourchasser et te chercher spécifiquement, donc j'en doute fort. Arrête avec ton baratin mensonger, tu veux... tu ne connais pas l'origine de la technologie ? Tu m'as l'air pourtant très bien renseigné, si je peux me permettre, même si je n'ai rien pour le prouver concrètement, malheureusement, tu as le bénéfice du doute. Par contre, pour le coup qu'il ne soit pas le seul informé, sur ce point seul et unique je veux bien le croire. Aspect nouveauté ? Possiblement vrai, je ne le connais pas assez pour pouvoir juger s'il est aussi menteur sur ce point ou si, pour changer, il dit la vérité...

"Le propriétaire est malin mais il est trahi par un de ses compères. Les pirates ne font pas dans le détail et ils font les choses sans plan préparé..."

Force, comment démêler le vrai du faux dans ses propos ? Je manque d'éléments, d'indices, pour l'attester clairement. Mais je ne l'aime clairement pas, bien que je reste un minimum civile, correcte et polie, me forçant à rester un tant soit peu cordiale. Je prends sur moi, vous pouvez dire. "Propriétaire malin" ? Bien voyons, c'est logique qu'il ne soit pas un idiot ! Evident ! Je suppose que la plupart des gens officiant sur cette station spatiale impériale sont malins. "Trahi par un de ses compères" ? Mm... à méditer, même si je sous-estime aussi peu, par principe, les services secrets impériaux si redoutés que les mêmes services secrets côté républicain. S'ils avaient eu un traître, ils l'auraient su... enfin, je pense, s'ils sont à la hauteur de leur réputation de redoutable ennemi de la République. Non mais vraiment, il me prend pour une idiote ou bien ? Certes, ce qu’il énonce dans un premier temps n’est pas faux, c’est bien vrai, mais c’est surtout une évidence que je me serais passé, à sa place, de rappeler. Pire encore dans le deuxième temps... ce n'est pas toujours vrai. Je peux l'attester sans mal, alors que je me rappelle avec une très grande et fine précision cette mission désastreuse, à l'origine vers Mandalore et ayant échoué par malheur sur Arorua, où nos "amis" pirates s'étaient montré très futés, avec un infiltré/traître de copilote, très bien organisés même pour tromper la vigilance de la garde rapprochée de la Reine de Naboo - et une de mes proches amies - Danaé Anastasia que je devais escorter et même tromper la méfiance innée d'une, certes, jeune Padawan. Seulement ils n'avaient pas calculé certains imprévus, et résultat...

"Il faut sortir d'ici le plus rapidement possible et je te conseille de continuer avec moi. A deux on peut s'échapper de cette situation et tu peux compter sur moi..."

Enfin, toi, il faut que tu sortes d'ici rapidement, je confirme. Moi, personnellement, je n'ai pas cet empressement, si j'arrive à ramener à la raison les soldats impériaux, puisque je bénéficie - normalement - encore du traité de neutralité diplomatique de celui que j'escorte, j'en ai la preuve soigneusement préservée, intouchable, dans mes affaires. Tu me conseilles ? Ah bah c'est bien, déjà tu ne m'ordonnes plus, on dirait que tu as compris quelque chose, monsieur le voleur mon calamari. Mais non, je n'ai pas besoin de tes conseils, je voulais juste estimer si tu étais une menace sérieuse ou pas, je m'en irais moi après. Les contrebandiers, je n'ai pas très envie de me mêler à leurs affaires, et tout aussi peu devoir coopérer avec eux. Je n'aime pas les criminels, comprenez, je suis un peu traditionnelle dans ma manière de penser, encore de nos jours, sur certains points. "Compter sur toi" ? Déjà que je ne compte sur presque personne, un peu sur les membres du même Ordre Jedi auquel je fais partie, les deux - trois seules personnes sur lesquelles je compte, ou je peux envisager de compter, se compte sur moins que les cinq doigts d'une seule main humaine : d'abord, mon Maître, le récemment promu Grand Maître Aldrian Greystone. Ensuite, ma très proche amie presque grande sœur, Danaé Anastasia. Vous conviendrez qu'avoir effectué une mission de survie imprévue toutes seules, toutes les deux, ça nous a un peu rapproché et donné confiance en l'une et l'autre, si nous voulions rester en vie et renforcer notre amitié naissante. Enfin, l'ancienne Padawan de Maître Greystone, et maintenant Chevalier Jedi - depuis deux ou trois ans si je ne m'abuse -, j'ai nommé Johanna Direwolf. Eux trois bénéficient d'un traitement particulier, comme ils m'ont apprivoisée et gagné avec patience ma confiance en eux. Après, bien sûr, je compte toujours, le minimum syndical que je dois, à mes coéquipiers de mission ou aux supérieurs du Praexum Jedi. Oh, tu sais, je peux m'en sortir toute seule je pense, pour une fois. Sans vouloir être méchante, vraiment, mais jusque là tu ne m'as guère aidée, juste aboyé dessus et pris - voire même, seulement touchée - sans ma permission au préalable. Je n'aime toujours pas que l'on me touche, pis encore même prendre ma main, sans que je l'autorise, je suis étrange, je sais, restes de mon passé j'en ai bien peur. Enracinés en moi-même.



"Pour le reste je ne peux en dire plus c'est professionnel tu peux le comprendre Syl. Je dois travailler sur un autre plan de secours mais ça va être dur d'autres impériaux nous attendent dans les alentours. "


Ah mais je peux aller tenter justement de résoudre la situation, en bas. Je ne sais pas s'ils m'écouteront, mais je peux essayer, qui n'essaye rien n'a rien après tout. Que j'aimerais avoir mon sénateur escorté là, maintenant, il connaîtrait sans doute les mots à dire et sur quelles cordes appuyer pour remédier à l'alambiquée situation au quiproquo monstrueux. Bon, je commence à être habituée, mais quand même, je n'ai que seize maigres années de vie derrière moi, moi... D'ailleurs, pourquoi j'ai choisi Syl ? Un coup de tête ? Certes. Mais pas que, comme il contient les initiales de mon prénom/nom inversées, se trouve être un prénom, et que je crois, l'une des sœurs de Danaé le portait, sous une autre graphie mais exactement identique sur le plan phonétique. "Sil", je crois. Bah, les morphèmes des prénoms subissent toujours les déformations linguistiques... en même temps, je n'ai pas trop eu le temps de me pencher sur la question et ai sorti le premier truc me venant à l'esprit, j'en ai bien peur. Bah, je ne suis pas connue non plus, j'aime la discrétion, alors cela ne posera aucun problème, ... je l'espère. Je peux essayer de faire en sorte que tu te tires sans trop de casse, mais je ne promets rien. Après tout, je suis certes Jedi, mais en terre ennemie et une alliée des républicains sous traité de neutralité, mais du coup pas une amie des impériaux, loin de là. Si tu ne veux pas me dire, soit, mais je ne te ferais pas confiance pleinement, du coup. Bon, maintenant, tu me l'expose ton plan, mais moi je vais m'en aller sans demander mon...



Pas métalliques ? Nouvelles présences non sensitives de la Force ? Que se passe-t-il ? Mon interlocuteur, avant même que je n'ai le temps de le retenir dans son geste. Quand il me demande de m'occuper des supposément pirates, je reste dubitative. Après tout, tout ce raffut peut aussi très bien attirer des impériaux, et j'aime résoudre les choses à l'amiable, pacifiquement, autant que possible. A vrai dire, je suis assez soulagée en voyant des soldats impériaux, et sans allumer mon sabre-laser, en dépit de la fumée, je m'approche avec une expression pacifique, prête à négocier pour pouvoir rentrer chez moi et remédier au malentendu. Calmement, gardant un œil prudent sur le contrebandier Hawk, je m'approche puis me fige quand ils pointent leurs fusils-blasters sur moi, résolument. Air impératif, compréhensible au vu du bazar d'en bas. Soupirant, je lève les mains pour montrer que je ne suis pas munie de mauvaises intentions, que je viens diplomatiquement, et à peine je commence à négocier quelque chose pour récupérer mon statut et le calme dans le coin que je sens les intentions du pirate encore masqué par la fumée, m'interrompant alors que je lui souffle dans un murmure mental, agacé d'abord puis très nerveux et ennuyé sur la fin :



"Bon, écoutez, je discute avec eux, si vous voulez en profiter pour filer, faites-le, ce n'est pas mon problème. J'ai une mission à poursuivre moi, et un envoyé républicain qui m'attend, alors si vous voulez bien m'excuser Hawk, je... mais que diable faite-vous ? Arrêtez ! Mais par tous les Siths depuis les origines, vous avez perdu l'esprit ou quoi ? Arrêtez ! Kriff, vous allez tout gâcher... !"





Et oui, j'ai très vite retenu les insultes dans un panel assez vaste et varié de langues intergalactiques des plus parlées... à certaines plus rares. Par exemple, en Basic - ma langue maternelle - , en Coruscanti - apprise de ma mère, de l'orphelinat ensuite -, en Hutt comme je viens de vous le prouver à l'instant, en Mandalorien un petit peu - les quelques fois que je m'y suis rendue pour les missions diverses ou en compagnie de mon Maître sur le Firebird, bien que je m'efforce de surveiller mon vocable et vocabulaire oral - mental quand j'y pense dans certaines missions frustrantes au possible - en missions ou au Temple Jedi. J'aime bien parler, mais parfois, les jurons de mauvaise surprise - léger agacement peuvent m'échapper avant que je ne puisse les intercepter. Par la Force, mais cet individu est non seulement un aimant à ennuis, mais carrément une source, un engendreur d'ennuis à lui tout seul ! Aucun sens de la furtivité et de savoir se replier sans un son quand quelqu'un lui en offre l'occasion... l'attaque du droid mécanicien me surprend et rompt toutes les délicates négociations et explications que j'essaye de poser. Non, pas envie de tirer mon sabre-laser moi, je ne veux pas leur faire mal... on dirait que je vais devoir de nouveau frapper avec la crosse, la garde de mon arme Jedi désactivée. Ainsi, contrairement à ce que pourrait penser Hawk, je n'attaque pas, et ne fais que me défendre et assommer, murmurant un sincère et honnête "vraiment, je suis désolée, je ne voulais pas en arriver là, mais si vous m'attaquez je n'ai d'autre choix que celui de me défendre". Ne perdant pas plus de temps, je me rends compte que la seule issue qui pourrait, potentiellement, me ramener en sécurité dans les hangars du premier étage - je suis présentement au troisième - est le même chemin emprunté un peu plus tôt par le contrebandier. Avec un énorme et gigantesque soupir, je me mets à courir aussi vite que me le permettent mes relativement petites jambes. Une gigantesque porte... qui se ferme à toute vitesse ! Hey, ça fait pas loin de vingt minutes que je courre comme une folle, tu ne vas pas oser me clouer la porte au nez non plus ! J'essaye d'accélérer ma foulée, mais, bien fidèle à ma chance, devinez... je sais, alors que je suis encore un peu loin, que même avec une vitesse de Force, que je ne passerais pas à temps. Plan B maintenant, je pense que je n'ai pas le choix. A moi de l'appliquer maintenant je pense, et en vitesse si possible. Pas de temps pour moi !

Je vire soudainement de bord, au risque de me tordre une cheville - qui résiste pour une fois, heureusement, empruntant un autre couloir, espérant que je ne me suis pas trompée dans mes études et mes calculs déductifs. Il devrait y en avoir une... pourvu qu'il y en ait une... ah voilà ! Enfin ! M'arrêtant brusquement, j'ôte la grille d'un boyau de ventilation, un peu plus haut sur un mur, m'y accroche et m'y hisse aussi vite que je le puisse, me laissant glisser dedans après avoir réinstallé la grille. Bon, au mieux, ils vont perdre ma route et celle de celui que je tiens pour grandement responsable du chaos. Au pire, leurs forces vont se subdiviser en deux, ce qui nous laisse plus de chances chacun de notre côté de nous en tirer. Après, je ne sais pas où le "tube" me mène, j'espère qu'il contourne la lourde et immense porte que je n'ai pas pu franchir. Sinon... et bien, je verrais où il me mènera. S'il comptait sur ma chance, et bien il a choisi le mauvais podracer sur lequel parier. Il est bien connu que ma chance adore jouer les montagnes russes, avec des pics très hauts pile quand j'en ai vraiment le plus besoin, et des piqués très bas quand j'en ai réellement besoin. Quoi, je dis la même chose ? Non, il y a une nuance, aussi légère soit-elle, à vous de la voir ! Lentement, j'arpente dans le noir l'étroit boyau, sentant à peine l'air émaner de quelque système de ventilation dans lequel je me trouve. Force, qu'il fait chaud ici ! Et qu'il fait étroit, je me sens vraiment étouffer moi ! Sortir, sortir d'ici... ramper tellement le plafond est bas et le plancher est haut, j'arrive à peine à me faufiler avec ma silhouette filiforme et souple dans tout ce bazar. Je tousse légèrement à cause de la poussière. Force, ils ne font jamais le ménage ici ou quoi ? Franchement, ça aurait grandement besoin d'un bon nettoyage de Printemps tout ça ! Quand j'en vois enfin le bout, je remarque un croisement, une des routes qui descend vers l'inconnu et au delà, et la deuxième qui remonte vers la lumière. Idéalement, il faudrait que je redescende. Mais je ne sais où cela me mène, et je crois que je suis trop à l'Ouest. Il faudrait que j'accède à un terminal, pour hacker - de mes modestes moyens et autres trucs donnés par mon Maître, lui-même instruit de ces derniers et plus par son ancien Maître - et rentrer dans le système, obtenir les renseignements que je cherche. Vu que, visiblement, les soldats impériaux ne me les donneront pas gentiment, et il ne faudrait vraiment pas que je traîne trop. Bon, on remonte, allez... bouffée d'air déjà...

Je repousse avec sécheresse la grille de ventilation d'une poussée modérée de Force, n'ayant senti aucun danger imminent ou en approche de ma position. Outch, ça résonne vachement ici en tout cas... pas un bureau cette fois, à coup sûr. Avec précaution, je pointe mon nez, puis ma tête hors du boyau, et m'extirpe de ce dernier après un dernier tour oculaire de contrôle. Ah tiens, pour changer... un hangar. Déserté, vide... quelqu'un qui joue avec un datapad qui bipe ? Et cette présence... et zut, on dirait que le drôle est encore là. Bon, je vois un terminal pas loin de là. On y va. A grands pas pressés, je gagne ce dernier, tout en lançant d'une voix maîtrisée, faussement calme et posée bien que teintée d'un agacement dont je n'arrive encore à me défaire pleinement, même avec le calme Jedi :
 
- Bon, vous pouvez refermer cette porte, j'ai trouvé une autre issue. Cela ne les retiendra pas longtemps cela dit, donc j'espère pour vous que votre vaisseau ou transport viendra vous cueillir prochainement. Que nous reprenions nos propres routes... et que je ne sois plus aussi retardée dans celle qui m'est échut. Bon alors, moi maintenant. Les issues de secours ? Verrouillées, merveilleux. Bon, plan du circuit de ventilation... j'y suis. Alors... ah, enfin une bonne nouvelle, j'ai plusieurs chemins possibles ! Vite, mémoriser tout ça maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Nogget Hawk
Criminel
Criminel
avatar
Messages : 129

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Armes: , projecteurs holographiques portatifs,arc-laser pliable
Alignement: Neutre
MessageSujet: Re: Une alliance chimérique (pv:Lenia ) Lun 24 Juin - 8:27

Le mon calamari entendit une voix féminine sur sa gauche, il s'agit de la femme brune Jedi. Nogget accéléra le processus de la fermeture de la porte et il ordonna au programme principal d'augmenter le flux d'énergie. Dix minutes plus tard la porte qui séparait le hangar du coulair se fermait totalement. Nogget eut un appel de son vaisseau qui s'approcha dans quelques minutes vers le hangar. Le membre du consortium de Zann voulut un scan de la pièce pour faire entrer son vaisseau cargo YT1350 et il lança son observateur dans les airs. La sphère atteignit le plafond et elle projeta un immense jet de lumière bleutée. L'objet oval s'avança de quelques mètres pour effectuer un scan plus complet et quelques minutes plus tard Nogget eut une image holographique du hangar. La pièce était encombrée de plusieurs carcasses de vaisseaux et dans  certaines parties il y avait des poteaux fissurés qui menaçaient de tomber. L'amphibien humanoïde chercha une place assez grande pour faire atterrir son vaisseau et surtout une piste pour décoller rapidement.

Il eut une possibilité qui se présente clairement. Il devait activer la double porte qui séparait la structure de la station à l'espace sidéral. Il avait une petite piste qui pouvait servir pour son vaisseau. Le mon calamari pianota son datapad et il eut un plan du hangar. Nogget piratera le réseau et il commença à ouvrir grande porte qui menait vers l'espace. Le mon calamari estima l'ouverture totale à quelques minutes et il voulut remercier la jedi de son aide. Nogget se rendit compte qu'il fut peut être un peu attiré par Lénya. Il se détesta sur le moment et il espéra une ouverture plus rapide de la double porte. Le mon calamari vit alors le nez de son vaisseau dans la fente créée par l'ouverture de la double porte. Quelques minutes plus tard, le Bob Wing Stellaire entra complètement dans le hangar et il se plaça just à côté de Nogget. Le cargo YT1250 fit un demi tour pour se mettre en position de sortir. Nogget fit alors un signe de main et il remercia une fois de plus Lénya de son aide. Le membre du consortium de Zann commença à entrer dans son vaisseau et il repensa à ce contrat qui fut complètement déjanté. Une fois l'intérieur il prit les commandes du cargo YT1250 et il poussa la manette pour sortir du hangar. Le Bob Wing Stellaire dans le vide sidéral zigzaga entre les épaves des vaisseaux et Nogget trouva une passage d'hyperespace en utilisant la force. Le mon Calamari se sentit très fatigué et il laissa la programmation à son droïde polymorphe. Le cargo YT1250 partit dans un couloir de jet de lumières et il disparut du cimetière des vaisseaux pirates.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une alliance chimérique (pv:Lenia ) Mer 26 Juin - 12:25


"Non mais lui, si je le retrouve... Force, il me faudra mon propre Maître pour me retenir de ne pas le gifler ou déverser sur lui tout mon vocabulaire injurieux de colère ! Je suis Jedi, je sais, mais quand même !"

C'est ce que je pense, alors que je fais les cent pas dans la petite cabine m'étant allouée pour cette escorte du sénateur - que j'ai enfin réussi à retrouver, le pauvre se demandait bien sur quoi j'étais tombée en voyant mon état et mon mécontentement difficilement contenu derrière le calme Jedi. Je fais actuellement les cents pas, alors que nous sommes en hyperespace, parti de Bannistar Station une fois le calme revenu droit vers Coruscant. Bras croisés contre mon torse, tendus, tête basse rivée sur le sol et yeux bleus non pas aussi calme et posé que l'eau de source ou l'océan, mais aussi vifs et agacés que des éclairs dans une nuit noire sans lune, sourcils froncés. J'ai bien essayé de méditer pour reprendre de mon calme, mais j'ai très vite abandonné en voyant que je n'arrivais à rien, si ce n'est pas grand chose. Il faut que je recouvre mon calme... avant de revenir dans le cockpit. Je suis lente à perdre patience, je m'énerve rarement, mais cette situation fait partie de l'une des rares exceptions à la règle. Inspirant profondément, je me fige brusquement, me forçant à recouvrer une position en tailleur, celle générale de méditation. On va réessayer, de toute manière tourner comme un rancor en cage ne m'aidera en rien, et il faut absolument que je retrouve ma sérénité. Rappelle toi du code Jedi... "Il n'y a pas d'Emotions, Il y a la Sérénité. Il n'y a pas de Chaos, Il y a l'Harmonie. Il n'y a pas de... Il y a la Paix" La paix, oui, la Sérénité, oui, voilà ce que je dois impérativement recouvrer...

"Calme-toi Lenia... tu restes une Padawan, je sais, c'est un... un ingrat, mais il faut que tu gardes ton calme Jedi, les idées claires... tu n'as pas encore fini ta mission, et encore, tout ne s'est pas si mal fini... vois le bon côté des choses... au moins il n'en restera presque aucun impact... presque..."

Inspirant profondément, je me concentre sur ces quelques idées positives. Arrivée sur Coruscant, quand je serais dans le "Masamune", il faudrait que je fasse un rapport préliminaire au Temple. Ensuite, si Maître Greystone est sur place - normalement il devrait être rentré de mission pendant mon absence, si ma mémoire est bonne - je devrais le lui faire en personne, et si ce n'est pas le cas, lui faire un rapport écrit détaillé. Même si je me doute qu'il me demandera ensuite, comme d'habitude, de lui rapporter ce qu'il s'est passé en son absence, missions, cours... et aussi en ce qui me concerne plus particulièrement. Enfin bref, après je devrais faire mon rapport au Conseil, et c'est pourquoi il faut absolument que je retrouve ma sérénité. Je ne dois pas penser aux ennuis dans lesquels il m'a...

"Non mais vraiment celui-là !  D'abord mettre le désordre et le chaos lors de délicates négociation diplomatiques entre envoyés impériaux et républicains ! Ensuite, mettre le chaos et risquer les vies d'innocents en attirant des pirates sur la station, provoquer ainsi la mort de trop nombreuses personnes, exciter les soldats impériaux à tirer aussi sur tout ce qui bouge, neutres comme hostiles !"

... bon, je ne suis pas partie sur le bon fil de pensées. En même temps, comprenez ma frustration et mon agacement du moment ! Comme si cette rencontre diplomatique n'était pas déjà assez délicate comme cela, toute seule, rajoutez bien entendu des pirates en manque de sang à verser sur la balance ! C'est clair que c'était la meilleure des choses à faire, assurément ! Non mais vraiment je vous jure, par la Force-toute-puissante ! Non, et ce n'est pas tout ! Oui messieurs - dames, rajoutez aussi une pincée d'explosifs ici et là, le refus obstiné de répondre aux questions et exigences d'une représentante de l'Ordre Jedi, avec cette histoire de plans secrets dans un astromécanicien mécanique... et la manière dont il s'est défaussé de lui comme un vulgaire objet ! Encore, c'est vrai, j'aurais pas connu Aran et, plus particulièrement Prudii, j'aurais été moins choquée. Sans oublier bien entendu le droïd protocolaire surveillant de l'orphelinat aussi... mais le point est que c'était tout bonnement une manière ignoble de le détruire ainsi ! Il n'avait rien demandé lui, le pauvre astro-mech... enfin, bref, passons... Quoi ensuite ? Ah oui, car je n'ai absolument pas fini la liste :

"Je n'ai jamais demandé à me confronter contre un Sith, déjà, dans un lieu où ils n'étaient pas supposés être ! Bon, heureusement, ce n'était qu'un acolyte... heureusement pour moi, d'ailleurs. Deux acolytes Siths ! Je n'ai jamais demandé ça, je ne cherche pas à faire l'exploit irréalisable ! Je ne veux pas faire des missions impossibles ! Et qu'est-ce qu'ils fichaient là, en premier lieu ? Fooooorce je vais perdre l'esprit moi devant tant d'incohérence et d'illogisme pathologique rassemblés en une mission !"

J'ai presque envie de prendre ma tête entre mes mains, posées sur mes tempes, mais je ne dois pas rompre ma méditation à moins d'une urgence. Priorité numéro un : récupérer mon calme tant que je le puis encore... mais j'ai failli me manger aussi de "charmantes" charpentes métalliques d'une carcasse de prototype de vaisseau soutenu par d'autres potences... s'effondrant par "malchance" fortement provoquée par l'imprudence et l'impudence du maudit contrebandier de... de. Je vais devenir folle. Non, je dois rester calme. Zen. Tranquille. Posée. Si je n'avais pas eu mes réflexes et ces avertissements de la Force... j'aurais sans doute succombé sous ces deux tirs de blaster que l'autre idiot n'a pas jugé bon de me garder. Force ! Et si j'étais morte, que ce serait-il passé ? ... et bien je serais morte, point barre. J'aurais failli à ma mission, failli à mon Ordre, failli à mon Maître... non... je ne pouvais pas me le permettre. Outre que je sois un peu jeune pour mourir, je ne peux pas infliger ça à Danaé, à Elora ou à Maître Greystone. Non, je ne peux pas. Je ne peux pas... Je ne peux... je ne... oups là, pas trop profonde la méditation non plus ! Rester au contrôle, comme de mes émotions... oui, j'ai failli mourir, j'avoue. J'ai eu peur, quelques secondes. Je le reconnais... je l'accepte... et je le laisse filer loin de ma conscience. Je me sens déjà un petit peu plus relaxée...

"Il... il a osé me toucher en plus. Me toucher sans mon autorisation, et sans la moindre raison. Il... a osé prendre ma main ! Mais pour qui il se prend ? Personne ne me touche, j'ai horreur de cela, en dehors des guérisseurs parce que pas le choix ! Ou limite extrême, mon Maître, ou encore de très, très rares Jedi se comptant sur le tiers des doigts d'une main. Mais pas un inconnu, crénom de Force ! Un inconnu... et pas quelqu'un de confiance ! Pas n'importe qui, le fauteurs de troubles ! Force, je... je prie pour ne pas avoir à le revoir, je ne veux pas perdre mon calme... je ne veux plus avoir affaire à lui. Sinon je vais perdre patience, mon calme légendaire, et rien de bon ne sortira de tout cela..."

J'ai horreur que l'on me touche, pour quelque raison que ce soit. Même purement amical ou de réconfort, je suis très farouche sur ce point. Je tolère plus ou moins bien les guérisseurs ou quelques rares exceptions, mais je ne suis pas très à l'aise avec le contact physique. Je n'aime pas cela. Ah... l'un des quelques restes je suppose de mon autisme d'enfance à l'orphelinat, contre lequel je me suis battue durant les débuts de mon Initiation... toute mon Initiation. J'ai commencé à accepter un peu le contact physique amical en nouant amitié avec Elora, mais le processus a été lent, et je n'aime toujours pas cela. Si je peux éviter, j'en suis contente. Je m'y habituerais avec le temps, je pense... je suppose que perdre mes parents jeune et aussi... brutalement, n'a nullement aidé en la chose. Pas plus que d'avoir été traitée trop durement, sans réelle affection sinon d'un droid, à l'orphelinat. Je commence à tolérer certaines personnes, telles que Maître Yunstar ou Maître Greystone, à force d'adaptation, mais j'ai encore du travail sur ce point. Je n'aime pas être regardée avec trop d'insistance par des inconnus, cela me mets mal à l'aise. Avant, je ne supportais pas, depuis dix ans je commence à tolérer, mais idem, je n'aime pas. C'est par obligation. Mais heureusement, avec les années, l'aversion recule et je m'habitue, jusqu'à aujourd'hui... mais prendre ma main, quand même ! Et ce regard muni d'intentions que je ne suis pas du tout sûre d'aimer... je ne veux plus y penser...

Enfin... une voix me rappelle de ma méditation, m'appelant dans le cockpit alors que nous approchons de Coruscant. Déjà je me sens plus calme, et bientôt à pas vifs je rejoins le pilote et le sénateur dans le cockpit du luxueux vaisseau sénatorial. Ah, je me sens déjà plus sereine, j'ai bien fais d'insister sur moi-même pour refaire une méditation qui se respecte... de retour au Temple, je travaillerais mes katas, histoire de changer. Les instructeurs risquent de me regarder bizarrement, mais je pense que je pourrais en avoir besoin pour me défouler utilement. Je ne tiendrais pas sur une chaise tout de suite, après j'irais aux Archives si j'ai encore un peu de temps, le corps reposé, pour me relaxer l'esprit, et m'instruire toujours un peu plus. Bien entendu, tout ça après les rapports que je dois faire, et si Maître Greystone est absent, sinon je me plierais aux instructions et demandes qu'il pourrait avoir. Avec plaisir d'ailleurs, bien que je n'ai pas du tout hâte de faire ces différents rapports. C'était une bien mauvaise journée, même si tout s'est arrangé au final, avec les efforts des délégués des différentes factions. Ils ont réussi à plutôt bien calmer les esprits, et j'ai aidé de mon mieux même si je devais rester discrète. Ma présence a été justifiée, et si les impériaux l'ont vue d'un drôle d'oeil au début, les efforts argumentaires de mon escorté et l'aide que j'ai donné pour rétablir la situation ont apaisé les esprits. Les pirates ont été attrapés ou tués, et je n'ai pas entendu parler des Siths, à mon grand soulagement. J'ai d'ailleurs toujours une copie mentale des mystérieux plans, avec ma mémoire photographique, il faudra que j'en parle au Conseil, ou au moins à Maître Greystone, ça me préoccupe pas qu'un peu. Bientôt il ne restera plus traces de l'incident, sinon dans l'esprit des témoins, ce qui me rassure un peu. Comme la situation a été appréhendée rapidement, les dégâts ont été très vite limités, peu de victimes, ce qui me rassure. Des blessés, oui, mais très peu de morts, ce qui me conforte.

Une fois sur Coruscant, je quitte mon escorté comme prévu, dans un salut respectueux, avant de regagner promptement le Masamune une fois ma mission effectuée. Et quand je regagne finalement l'autre bout de la Bordure Médiane, je suis totalement relaxée, et prête à voir le Conseil pour mon rapport. Et... mon Maître je crois, si je me fie à mes sens de Force. La planète de Naboo en vue, en effet, je sens sa présence, vaguement, sur la planète, ce qui m'apaise plus encore. Je ne suis plus seule, je rentre à la maison... à mon foyer depuis plus de dix ans... un mince sourire naît sur mes lèvres, alors que mon comlink émet tout à coup une série courte de bips aigus, signe que j'ai une communication entrante. Avec une petite manipulation aidée de mon droïd astro mécanicien d'assistance sur mon chasseur, je bascule l'appel sur le système de communications du chasseur, pour garder mes mains au pilotage tout en prenant l'appel sans doute important. Après tout je suis en retard, avec toutes ces folies moi. J'ai deux jours de retard, ce qui n'est pas dans mes habitudes. Une voix grave et douce, bien connue et familière, se fait bientôt entendre, à laquelle je répond d'une voix cette fois posée et calme, un mince sourire en dépit de ma fatigue nerveuse en abordant les manœuvres d'atterrissage :

- Padawan Séry, j'écoute. Ah, Maître Greystone ! Oui oui, je suis sur le retour, dans l'atmosphère de Naboo actuellement. Je prépare l'atterrissage dans les hangars du Temple... je serais là dans une dizaine de minutes. Oui, je sais, je devais arriver plus tôt... il y a eu un contre-temps sur Bannistar Station. Oui, un imprévu... je vous en dirais plus quand je serais au Temple, je me dépêche. De toute manière, je dois aussi faire mon rapport au Conseil. C'est d'accord, bien compris, j'ai bien noté. A dans quelques minutes, Maître. Padawan Séry, out.

Bon maintenant, concentration même si c'est du connu, comme protocole. Annoncer mon arrivée imminente aux responsables du hangar du Temple, confirmer ainsi mon identité, qu'ils me donnes un quai où atterrir et avertissent le Conseil de mon retour. Ensuite, faire les procédures standarts nécessaires pour un atterrissage confortable et aussi rapide que possible. Ensuite, rejoindre mon Maître qui m'attendra près des portes du Conseil, faire les rapports que je dois, répondre aux questions que l'on me posera... puis faire ce que l'on me demandera... et bien dormir le soir venu. Essayer d'oublier ce grossier, ingrat et ignoble personnage autant que possible, passer à autre chose temporairement... et reprendre ce quotidien de Padawan qui est le mien. La routine, quoi...

FIN DU RP
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une alliance chimérique (pv:Lenia )

Revenir en haut Aller en bas

Une alliance chimérique (pv:Lenia )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Bannistar Station [Empire]-