Partagez| .

Juste des bouts de métaux tâchés de sang... [PV:Kabrox]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Juste des bouts de métaux tâchés de sang... [PV:Kabrox] Ven 4 Mai - 9:42

Je respecte toujours mes promesses. Mes amis le savent. Alors aujourd'hui, j'ai profité d'une petite journée de perm' pour aller sur Naboo, planète des Jedis, pour honorer ma parole envers Tyria Zann, une mercenaire, certes, mais une femme remarquable. J'arrivais donc en orbite de cette planète si paisible, et descendit sur la terre ferme pour honorer la mémoire de la Générale Malorne, décédée. Penser à elle et à sa mort me fit repenser à tout ceux qui ont disparus... Mes ailiers... Mon amour, qui est apparu être un Impérial, et que je n'ai pas revu depuis... Mon enfant également.

Tous ces souvenirs qui remontent à la surface, qui crève l'onde paisible de ma tête m'empêche d'analyser clairement les événements qui suivent. J'ai l'impression de marcher dans un rêve, je me vois faire des actions dont je n'ai pas l'impression d'avoir conscience. Et puis je me retrouve devant mon vaisseau. J'ai accompli ma mission, Tyria pourra enfin finir son deuil de l'Amirale.

J'ai mal. Je m'assoies sur le métal froid, insensible aux douleurs. Peut-être que dans mille ans, il sera toujours là. Moi j'aurais disparu depuis longtemps, et qui en aura vraiment quelque chose à faire ? Les gens n'apprendront pas mon nom dans un livre d'histoire. Ils ne retiendront que les grands noms, ceux qui ont marqué notre époque : Leelou E. Valtym, l'intrépide chancelière. Liam D. Kuran, l'Empereur impitoyable. Tyria Zann. Peut-être même l'assassin qu'on a appelé l'Ange de la Mort ! Mais qui retiendra le nom des tombes anonymes ? Qui se souviendra que les guerres se sont gagnées grâce à des personnes dont personne ne se souviendra ?

Mon vaisseau, si froid et anonyme. On me l'a récemment remplacé par un modèle neuf, et je m'y sens étrangère. Il faut que je retourne chez moi. Que j'arrête de penser. Je ne crains pas la Mort. Je suis une soldate, une pilote de la République ! Je fais face à la Faucheuse tous les jours en mission, mais je n'ai pas peur. Je sais que je ne suis qu'un mort en sursis. Et je sais.

Je sais qu'en montant dans ce vaisseau maintenant, je sais que je vais mourir. Je ne saurais dire comment, mais je sais. Je sors mon carnet de ma poche. Mon fameux journal. Toute ma vie a commencé avec lui, je suppose que c'est logique qu'elle prenne fin avec lui. Je me rappelle les paroles de ma mère, prononcées alors même qu'elle savait qu'elle allait mourir. J'envie son courage...


- Écoute bien, je t'en supplie écoute bien : la vie dans ce monde est comme celle d'une étoile dans l'Univers : brève mais magnifique. Mais on a un avantage sur les étoiles : on peut choisir qui on est. Ta vie dépendra des choix que tu feras, mais j'ai confiance, tu feras les bons ! Faire ces choix te fera peur tant que tu ne seras pas prête à en assumer toutes les conséquences. Mais tu gagneras le respect de toi-même. C'est un trésor ! Et ne laisse jamais personne te l'enlever. Je t'aime ma puce.


Je suis une étoile sur le point de mourir. Mais non. Je suis déjà morte. L'enfant en moi m'a tué, l'amour que j'ai donné m'a tué. J'ai fait des choix, et je sais qu'il est maintenant venu le temps des comptes. Je sais qu'il est maintenant venu le temps de tourner ma page. Le conte de fée est terminé, et on veut en savoir comment l'histoire se termine.

Comme ma mère l'a dit : pour faire des choix, il faut être prêt à en assumer les conséquences. J'ai deux choix devant moi : rester assise là à pleurer sur mon sort, et vivre. Ou grimper dans ce cockpit anonyme, affronter la Mort, et mourir comme une étoile.

Le choix est vite vu.

Je grimpe dans le cockpit. Le cuir est souple et adopte parfaitement mon corps. Je ferme la verrière. Celle-ci se verrouille en un chuintement discret. Je saisis le manche à balais et active les systèmes. Mon appareil gronde en se réveillant. Je lève la tête vers les étoiles, et je décolle. Rien de plus simple que de mourir.

Mon radar m'informe par un bip lugubre que j'ai un contact non-identifié. Je me verrouille sur lui. J’accélère pour me mettre au même niveau. J'observe l'autre occupant par la verrière. Un Twi'lek à la peau rouge. Je ne vois pas l'expression de son visage, mais je sais ce que j'ai à dire.

Le protocole veut que je m'identifie, et que je lui ordonne de s'identifier, de quitter le système ou de me suivre sans résistance au spatioport.

Au diable le protocole ! Je sais pourquoi je suis là.

- Je m'appelle Nayeli Hawkins, et je suis prête à mourir.

Sur ce, j’enclenche mes missiles, pour qu'il n'hésite pas, je ne veux pas qu'il ait la moindre pitié. Je ne veux plus rien. Mes missiles partent, traits blanchâtres dans la noirceur de l'espace, et s'y perdent.

Et c'est là que mon vaisseau commence à ne plus me répondre. Les appareils disjonctent les uns après les autres, comme si j'étais écrasée par une force invisible. Ce qui, en un sens, doit l'être. Ma verrière se craquelle, et le temps se ralentit.

Je ne ressens rien. Pas de peur. Pas de fierté. Je suis une étoile qui meurt. Mes choix m'ont conduites ici. Je ne regrette rien. Je revois tout ceux que j'ai connu et apprécié. Ahsio Nes. Tyria Zann. Aayla Malorne. Gra'an Fel... J'en vois aussi des tas d'autres, dont certains que je ne reconnais pas, mais j'ai l'impression de voir des fantômes.

Mon vaisseau ne pourra plus tenir très longtemps. Je sens venir l'implosion. La coque craquera encore quelques fois, cinq fois tout au plus me dit mon esprit analytique qui reste calme et trouve le temps de faire des mathématiques alors que tout être à ma place hurlerait de terreur. En fait, si, je regrette des choses.

Je regrette de ne pas être retournée auprès de Gra'an Fel, en dépit de tout, de lui dire que je l'aimais, que je m'en fichais de la République ou de l'Empire, que tout ce que je voulais c'était être avec lui, et rien d'autre...

Crac.

Je regrette de ne pas avoir dit à Ahsio Nes à quel point il était doué, j'aurais bien voulu m'engager dans ses Spectres, nous aurions pu devenir comme des frères et sœurs, nous avions traversé tant d'épreuves ensemble...

Crac.


Je regrette d’abandonner Tyria sans la prévenir, je regrette de disparaître alors que je lui avais dit que je reviendrais, je regrette de quitter cette nouvelle famille qu'elle m'offrait...

Crac.

Je regrette de ne rien laisser d'autre dans ce monde que des bouts de métaux souillés de mon sang, il n'y aura pas de tombe pour moi, peut-être juste une plaque commémorative dont tout le monde oublieront jusqu'à l'existence...

Crac.

Je ne regrette rien d'autre. Ma vie, est terminée. D'ailleurs, j'ai pu marquer le mot fin sur mon petit carnet, je vois ce dernier qui s'envole au-dessus de ma tête, et je souris. Après tout, je laisserais une petite trace dans l'espace, l'espace qui fut mon domaine. Et finalement, qu'importe que personne ne se souvienne de moi. Qu'importe que mon nom soit oublié. Je suis Nayeli Hawkins, de la planète Jabiim, et je serais un nom anonyme parmi tant d'autre. Seule, je ne serais rien. Mais avec tout ceux qui se battent, qui se sont battus, et qui se battront, je suis tout.

Crac...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Juste des bouts de métaux tâchés de sang... [PV:Kabrox] Mar 8 Mai - 2:50

C’était une journée plutôt tranquille. Le Seigneur Noir venait d’acquérir très récemment un nouveau vaisseau, qui n’était rien d’autre qu’un simple Défenseur TIE. C’était un vaisseau civil construit pour le Seigneur Noir, et qui fut baptisé très modestement « The Annihilator ». Une vitesse plutôt élevée pour un vaisseau de ce type, et une puissance de feu plus que raisonnable pour quelqu’un de son rang, bien qu’on pouvait espérer bien plus pour les Sith. Cette construction n’avait rien coûté à l’Ordre Sith, si ce n’est le prix de l’alliance avec un Empire décadent. Malheureusement, cette alliance était nécessaire pour obtenir un certain support technique, afin d’aboutir au véritable projet du Twi’Lek et de ses fidèles serviteurs Sith.

Bref, l’acquisition de ce nouveau vaisseau était l’occasion idéale pour aller voguer dans la Galaxie. Il ne savait pas trop pourquoi, mais il avait une certaine envie actuellement. L’envie d’aller tester les capacités de ce petit « bijou » dans les zones ennemies, c'est-à-dire près de la République.. Alors qu’il laissait la Force le guider, le seul nom de planète qui ressurgissait dans l’esprit du Seigneur Noir était Naboo. Il ne savait pas trop pourquoi, mais il savait qu’il devait se rendre là bas. Après plusieurs heures de route, il arriva enfin en orbite autour de cette planète Républicaine. Il méprisait cette planète… Elle était trop tranquille pour un Sith de son rang, et il n’y a pas la moindre trace de côté Obscur. Il n’y avait rien de plus ennuyant que Naboo.

Il observa avec mépris cette planète, puis il eut comme la petite envie de voyager dans la planète, afin d’effrayer quelques peu la population et les troupes Républicaines. Ce genre d’action était assez risquée en réalité, et il aurait pu mourir s’il l’avait exécuté. Fort heureusement pour lui, il put apercevoir un vaisseau apparaître et foncer droit sur lui. Au premier regard, il crut comprendre que ce vaisseau était Républicain. Lorsque ce vaisseau arriva au même niveau que lui, il regarda à travers son Cockpit pour observer sa jolie adversaire, puis celle-ci ouvrit un canal de communication pour lui dire :

- Je m'appelle Nayeli Hawkins, et je suis prête à mourir.

Le Seigneur Noir garda son regard impassible et calme , bien qu’il eut un sentiment assez étrange au fond de lui-même. Cela ne lui plaisait pas des masses de vaincre quelqu’un qui n’avait pas la moindre volonté de vivre. Pour le Twi’Lek, il était nécessaire de combattre pour qu’il puisse savourer le meurtre d’une autre personne, sûrement quelque chose de normal chez les Sith. A vrai dire, il était prêt à repartir et à laisser cette Républicaine mourir seule , jusqu’à ce qu’elle enclenche les hostilités en lui envoyant des missiles. Instinctivement, il dériva les missiles avec la Force, puis il se contenta de la tuer de façon assez médiocre. Gardant les yeux ouverts, il se concentra sur l’appareil Républicain pour exécuter quelques pressions sur le Cockpit, afin qu’il se brise. Il fit également en sorte que tous les appareils électroniques disjonctent, afin qu’elle ne puisse trouver aucun échappatoire.

Il observa quelques instants la Républicaine. Son regard était vide, et elle ne semblait ressentir aucune émotion, c’était du moins l’impression qu’elle donnait lorsqu’on regardait son visage. Sa mort imminente ne semblait pas l’effrayer , mais il pouvait toutefois ressentir au fond d’elle certains regrets par rapport à ce qu’elle avait vécu, bien qu’il ne savait pas exactement ce qu’elle regrettait. L’image du Cockpit qui se brisait progressivement était parfaite pour symboliser l’âme et la vie de cette Nayeli Hawkins. A chaque craquement du verre, c’était une partie de l’âme et la vie de la Républicaine qui se brisait. C’est lorsque vint le craquement final qu’elle rendit son dernier souffle. Le Seigneur Noir en profita pour tirer sur le vaisseau sans le moindre remord... Une explosion retentit, laissant apparaitre une multitude de débris qui partaient à la dérive, en même temps que le corps brûlé et pas du tout intact de la Républicaine. Le Twi’Lek soupira car cela ne lui plaisait pas de tuer aussi facilement quelqu’un et il avait un certain goût d’amerturme. Afin qu’il ne puisse pas être identifié par la République, et afin d’éviter toute représailles pour un événement aussi banal, il repartit en hyperespace et retourna vers Dromund Kaas.
Revenir en haut Aller en bas

Juste des bouts de métaux tâchés de sang... [PV:Kabrox]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Destiny :: Naboo [Empire]-